La malédiction élyséenne


La cote de popularité du Président de la République continue de s’effondrer…

Nous aimons la liberté de publier : Vous de partager !
Attention ce texte est une Tribune Libre qui n’engage que son auteur et en aucun cas 
Observatoire du MENSONGE 

La malédiction élyséenne

Par Maxime Tandonnet

La cote de popularité du président de la République continue de s’effondrer: – 5% pour atteindre 34% de satisfaits. C’est moins bien que Nicolas Sarkozy et encore un peu au dessus de Français Hollande mais à l’époque, celui-ci faisait face à une explosion du chômage ce qui n’est pas le cas de l’actuel.
Ce phénomène n’est rien d’autre que la poursuite ou l’accélération d’un mouvement que je décrivais déjà l’an dernier.[D’ailleurs, cette analyse avait suscité de nombreuses réactions de désaccord]
Le système politique français est un épouvantable désastre. Il part d’un élection présidentielle manipulée et faussée. La radio et la télévision produisent ex nihilo une image présidentielle qui leur convient, compatible avec leur idéologie (l’individualisme radical et l’argent roi sans frontières) qu’ils encensent et en diabolisent d’autres. L’électeur est influençable, c’est ainsi. Avec le monstrueux système électoral français, il suffit du soutien de 18% des votants pour être élu. Puis, dans la foulée des présidentielles, les élections législatives – le coeur de toute démocratie – sont réduites à néant et ne font que confirmer la mystification présidentielle.

Soutenir, aider Observatoire du MENSONGE

par un simple don

€5,00

Des facteurs psychologiques interviennent alors. Le chef de l’Etat élu a ses caractéristiques mentales. Pour vouloir être élu chef de l’Etat dans les conditions actuelles, il faut forcément une fragilité d’ordre psychologique, l’absence de surmoi, une désinhibition totale, un narcissisme exacerbé. A cela s’ajoute le choc invraisemblable du triomphe. La raison, le sens des réalités, la conscience du monde se voient emportées, comme balayées.
Tout le système repose sur une gigantesque imposture, un prodigieux mensonge. Il vénère une image individuelle, fonde un vertigineux culte de la personnalité, réduit l’essence du pouvoir politique à un visage médiatisé. Les autres sources de la régulation politique ou de l’autorité sont niées: Premier ministre, Gouvernement, parlementaires, élus locaux. Or, cette image d’autorité, contenue dans le mythe du chef, est purement illusoire. Le chef de l’Etat ne dispose en aucun cas à lui seul des outils pour diriger et faire changer la société, surtout depuis le transfert de nombreuses compétences à l’échelle bruxelloise (par exemple la monnaie). L’idée de l’autorité présidentielle qui fonde tout le régime est une gigantesque mystification.
En l’absence des outils de régulation et de direction de la société, niés ou affaiblis dans ce schéma, les ministres, les parlementaires, collectivités, le pouvoir, concentré dans l’image hors-sol présidentielle, ne cesse de fuir le monde réel. Les drames du quotidien, dans un monde sans direction ni pilotage, ne cessent de s’aggraver: violence, chômage, pauvreté, immigration, banlieue, pouvoir d’achat, désintégration de la société, dette publique et fiscalité, place de la France dans le monde…
Mais un système fondé sur l’image surexposée médiatiquement est d’une extrême fragilité. Il suffit d’un rien pour que celle-ci bascule. Celui qui incarnait le renouveau et l’espoir devient soudain, à la faveur d’inévitables scandales et polémiques, la représentation du mensonge et du mépris. Le prestige présidentiel se transforme inévitablement en lynchage et en chasse à l’homme et le « guide de la France » (dixit de Gaulle), devient le bouc émissaire national, le responsable ultime de tous les maux du pays.
Une course poursuite est engagée. L’image présidentielle, essence même de ce pouvoir, devient une fin en soi. Il faut à tout prix la sauvegarder, la sauver, la récupérer. La politique se réduit dès lors à une affaire de grand spectacle, de posture, de cinéma. Le chef de l’Etat est un acteur et non plus un décideur. Il se donne un style, communique, se présente comme le grand transformateur en inventant des réformes inexistantes ou dérisoires. Dans l’obsession de l’image à reconquérir , il n’est absolument pas question de prendre des risques, d’entreprendre des réformes authentiques qui peuvent secouer la France et aggraver son impopularité. On est dans le grand cinéma: faire semblant d’agir et de commander pour brasser le moins d’ennuis possibles.
L’obsession de la réélection présidentielle, dans un univers rongé par le narcissisme absolu, devient la fin ultime du régime, au prix de tous les abandons et de la négation de l’intérêt général et du bien commun.
La question de la responsabilité individuelle ne peut pas être écartée. L’actuel chef de l’Etat, par son profil personnel, se prête plus particulièrement à ce schéma. D’où la rapidité de sa chute. Mais il en serait exactement pareil, le même processus s’appliquerait, avec des nuances de forme liées à la différence d’image à n’importe quel autre: Mme Pécresse, M. Mélenchon, M. Wauquiez, M. ou Mme le Pen, M. Bertrand, M. Copé, etc… Les gesticulations narcissiques des leaders de l’opposition pour prendre la place du calife, 4 ans à l’avance, et s’installer sous les ors de l’Elysée, plutôt que de préparer ensemble l’avenir de la France, atteignent à mes yeux la quintessence de la bêtise .
Ma solution? Elle est de restaurer la République française, en abolissant le despotisme narcissique pour replacer le débat d’idées, le projet collectif et le bien commun au centre de la vie politique. Je ne demande pas une nouvelle Constitution mais seulement que soit respectée la Constitution de 1958 avec un chef de l’Etat modeste et discret qui préside (élu pour 7 ans non renouvelable) et fixe le cap, un Premier ministre et des ministres qui gouvernent dans le seul intérêt de la France, un Parlement qui contrôle et sanctionne, des communes puissantes qui ne se plient pas aux oukases parisiens et le recours fréquents au référendum pour rendre la souveraineté à la Nation.
Il ne fait aucun doute à mes yeux que le régime politique actuel est une source du désastre français sous toutes ses formes. Je comprends que ce que j’écris contraste avec le maelström ambiant. Il serait beaucoup plus facile de se donner une idole et de se dire qu’en remplaçant M. Macron par untel, le salut du pays sera assuré. C’est faux, c’est un mensonge. C’est tout le régime politique, la culture politique, l’intelligence collective, le fonctionnement des institutions qui doivent être repensés. Cette vérité est aujourd’hui totalement inaudible. Je ne désespère pas quelle fasse son chemin peu à peu.

Maxime Tandonnet

max tAncien conseiller à la Présidence de la République sous Sarkozy, auteur de plusieurs essais, passionné d’histoire…

 Copyright obligatoire en cas de citation ou de transmission de cet article, vous pouvez le copier:
Maxime Tandonnet pour Maxime Tandonnet – Mon blog personnel

Inscrivez-vous gratuitement pour nous SUIVRE

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 11 931 autres abonnés

Observatoire du MENSONGE est présent dans 178 pays, suivi par + 200.000 LECTEURS et plus de 50 auteurs qui contribuent au succès du 1er site de l’opposition en France 

Avec La Semaine du MENSONGE: recevez gratuitement chaque samedi matin par mail les articles publiés dans la semaine

NB : vérifier que notre mail n’arrive pas dans vos indésirables…

COMMENTAIRES:

Avertissement: Tous les commentaires sont de la responsabilité de leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de L’Observatoire du MENSONGE qui se réserve le droit de ne pas publier un ou des commentaires sans avoir à justifier sa décision.
Ne pas mettre de liens vers d’autres sites car votre commentaire sera supprimé par le système.
Votre adresse mail ne sera pas publiée et vous pouvez signer de votre nom ou d’un pseudo.

Merci à tous ceux qui nous suivent, partagent et nous soutiennent !

Merci pour votre aide

sans laquelle nous ne pourrions pas continuer à publier !

€5,00

Publicités

Un commentaire

  1. Oui Maxime Tandonnet, c’est tout le régime politique, la culture politique, l’intelligence collective, le fonctionnement des institutions qui doivent être repensés. Cette vérité est aujourd’hui totalement inaudible. Je ne désespère pas quelle fasse son chemin peu à peu.
    Mais le temps ne se rattrape jamais, alors activons ce processus ??? De quelle manière ???
    Lorsque l’on que le gouvernement envisage de geler les minima sociaux; on va où ???

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.