Démasquer la création de l’islamophobie… (2)


Pour faire taire les gens, on les catalogue d’extrême droite et d’être forcément racistes, ce qui est évidemment faux et pose un grave problème quand notre société est en danger. (Suite et fin)

  Nous avons le plaisir et l’honneur de pouvoir publier ici Pamela Geller,
Rédacteur en chef, éditeur, auteur du rapport Geller, FATWA : Hunted in America.

Démasquer la création de l’islamophobie dans l’Académie.

Par Pamela Geller

2ème et dernière partie
De nombreux membres du public auront été inclus dans cette recherche. En plus des 40 comptes « d’extrême droite » étudiés, les chercheurs ont examiné 6000 comptes Twitter qui avaient retweetté au moins un de ces comptes au moins cinq fois, en supposant qu’un retweet implique un soutien à une cause et un désir de diffuser son message. Si c’est vous, vous pourriez être examiné par une étude financée par l’UE en tant que partisan de l' »extrême droite ». Les retweets ciblés étaient ceux qui traversent les frontières nationales ; les chercheurs ont en fait trouvé peu de preuves que Twitter fournit ce qu’ils appellent une « arène internationale sombre » pour une activité significative à travers les frontières pour l' »extrême droite » ; en effet, ils n’ont trouvé que 1617 retweets de ce genre. On ne nous dit pas combien de tweets au total cela implique. Mais ils ont conclu de ce petit échantillon que de tels retweets étaient susceptibles de concerner l’économie, ou une position « anti-immigration ». Il n’y a pas de tentative de donner un compte rendu précis de ce qui est considéré comme « anti-immigration » ; il y a un monde de différence entre les gens qui veulent une immigration zéro ou une politique d’immigration fondée sur la race, et ceux qui sont préoccupés par des questions telles que la question de savoir si l’infrastructure d’un pays peut soutenir un certain niveau d’immigration ou des mesures de sécurité. Si vouloir un système d’aide sociale qui donne la priorité aux citoyens est « anti-immigration », c’est une définition très large.

Observatoire du MENSONGE

Faîtes un don

€5,00


Mais les auteurs ont ici leur carte maîtresse, car ils prétendent que le cœur de cette position anti-immigration est l’islamophobie. Dans les retweets qui traversent les frontières nationales, il y a  » deux cadres interprétatifs principaux qui positionnent les musulmans comme une menace culturelle pour l’Occident et comme des menaces pour la sécurité « . Notez l’astuce des  » cadres interprétatives  » – cela signifie que les auteurs n’ont pas à se donner la peine d’enquêter pour savoir si l’un des tweets est basé sur quelque chose de substantiel. En d’autres termes, il y a une hypothèse écrite dans le langage que les tweets sont le produit d’un parti pris idéologique. C’est « le pot qui appelle la bouilloire noire ». Ce sont les musulmans qui sont les plus ciblés dans ces tweets, ou du moins c’est ce que nous disent les auteurs. Nous devons les croire sur parole, car on ne nous donne même pas la liste de ces tweets et on ne nous dit même pas combien ils sont. Au lieu de cela, seuls quelques exemples sont analysés.
Les auteurs se réfèrent à un tweet du compte (maintenant suspendu) UKPegida.
Il vaut la peine de jeter un coup d’œil détaillé à ce que disent les chercheurs :

Le tweet comprend une vidéo d’un prédicateur prétendument musulman qui crie à propos d’une prise de pouvoir islamique sur une place de la ville. UKPegida a posté la vidéo avec le texte suivant : « Un clerc islamique en Allemagne avertit les Allemands sur la place d’une ville : La loi de la charia arrive. « Vos filles épouseront des musulmans. » Rappelant la théorie de Huntington sur le choc des civilisations et la compréhension des identités nationales par les civilisations (Brubaker 2017), dans cette vision du monde, l' »Occident » est présenté comme vulnérable aux musulmans envahisseurs et à leur prétendu projet d’instituer le droit islamique en Europe. L’islam est décrit comme étant homogène, fondamentaliste par nature, et comme une « idéologie du cumul religieux ».

Notez ce tour de passe-passe. De nombreux critiques de l’islam tentent de se défendre contre l’accusation de « racisme » ou de « xénophobie » en soulignant que l’islam est une idéologie et non une race. Pourtant, ces auteurs l’excluent implicitement en affirmant que l’affirmation selon laquelle l’islam est une idéologie est un élément de l’islamophobie !
Malheureusement, et encore une fois en réfléchissant assez mal sur la bourse, il n’y a pas de capture d’écran pour le tweet et pas de lien vers la vidéo originale. Une vidéo sur YouTube, cependant, pourrait bien être la vidéo liée au tweet maintenant indisponible ; c’est certainement typique du genre de tweet qu’un compte comme UKPegida serait susceptible de citer. Il y a des sous-titres anglais, qui semblent être une traduction en grande partie exacte de l’allemand, bien que la qualité audio soit médiocre. L’ecclésiastique apparemment islamique en question dit aux passants : « Je vous apporte les paroles de paix – Allahu Akbar. Vous serez dans quelques années un État islamique. Aussi votre fille sera mariée par (à ?) un homme musulman. Elle aura des professeurs musulmans et apprendra l’arabe. Vous ne pouvez rien faire contre elle. Dans quelques années, notre parlement musulman fera les lois. Alors la charia sera dans ce pays la loi. Prenez le bon et pacifique Islam pour votre religion. Dans quelques générations, ce pays sera musulman. Vos enfants vont épouser des musulmans (sic). Vous vous convertirez tous aux musulmans et la charia sera la loi. »
Les commentaires des auteurs de cet article académique révisé par des pairs pourraient être interprétés comme impliquant que c’est UKPediga qui fait de l’alarmisme en prétendant que « vos filles épouseront des musulmans ». Mais il semble bien que le tweet d’UKPegida ne faisait que citer cet homme comme criant une intention d’islamiser l’Allemagne.
Voici un autre tweet dont les auteurs discutent : « Marine Le Pen fournit un exemple d’un tel cadre » de l’Islam comme étant homogène, fondamentaliste par nature, et en tant que « religion cum idéologie », « tweeting une citation d’elle-même : « Je défends les droits des femmes face à l’Islam fondamentaliste ». Je suis d’ailleurs le seul candidat à parler de ce problème ». #RTLMatin. » Les auteurs concluent : « Ces stéréotypes sont bien documentés dans la littérature sur le discours d’extrême droite. »
Les auteurs n’incluent pas les dates des tweets, autre exemple de mauvaise érudition, car il est alors impossible de vérifier le contexte ; ce tweet se réfère vraisemblablement à l’élection présidentielle française de 2017. Et Marine Le Pen était-elle la seule candidate à discuter du problème des droits des femmes dans le cadre de l’islam fondamentaliste ? On ne nous le dit pas, mais c’est probablement vrai, et les auteurs doivent le savoir. Est-ce un « stéréotype » que l’islam fondamentaliste a une vision sombre des droits des femmes ? Non, c’est un fait facilement vérifiable. Les auteurs n’ont pas non plus remarqué que Marine Le Pen, après s’être plaint que l' »extrême droite » avait une notion monolithique et homogène de l’Islam, se référait spécifiquement à l’Islam « fondamentaliste » dans ce tweet, permettant ainsi implicitement que des voix islamiques plus modérées puissent avoir une meilleure vision des droits de la femme.
Les auteurs estiment que « au-delà des préjugés culturels, Tweets établit souvent un lien entre les musulmans et les menaces à la sécurité intérieure, notamment le terrorisme, mais aussi en tant que criminels et déviants sexuels violents ». C’est peut-être la raison pour laquelle les dates de Tweets n’ont pas été données – cela aurait pu fournir le contexte critique pour les comprendre et les interpréter ; nécessaires, aussi, seraient des captures d’écran montrant n’importe quelle discussion prolongée en ligne. C’est une bourse d’études épouvantablement médiocre. Cela signifie en fait qu’il n’y a pas de discussion sensée ou productive sur des groupes qui pourraient être véritablement haineux envers les musulmans en tant que personnes individuelles, qui pourraient être de véritables menaces exagérées, qui pourraient être véritablement racistes, parce que de tels groupes ou individus sont mis dans le même panier que ceux qui essaient d’avoir une discussion fondée sur des preuves tangibles.
C’est l’une des principales raisons de s’opposer à un tel travail. Notre critique de cette érudition ne veut en aucun cas défendre ceux qui sont véritablement racistes et véritablement haineux envers des groupes ou des individus. C’est plutôt l’inverse.
Plusieurs des comptes du Royaume-Uni ont été suspendus. Est-ce une coïncidence ou le travail de ces chercheurs de Vox Populi explique-t-il en partie la raison de ces décisions ? Les utilisateurs de Twitter qui ont retweetté l’un de ces comptes plus de cinq fois doivent savoir que leurs tweets ont été scrutés par ces chercheurs qui ont un agenda politique distinct et des façons d' »analyser » et d' »interpréter » votre activité sur Twitter. La recherche, alors, drapé dans l’habillement de l’analyse empirique et statistique des tweets, est elle-même trempée à la peau dans des hypothèses particulières sur la politique, la nation, le nationalisme et les identités.
Ces universitaires ne se contentent pas de faire de la recherche universitaire impartiale, ils influencent les gouvernements et les entreprises de technologie. Qui est l’activiste politique ici ?
FIN

Pamela Geller

Traduit avec http://www.DeepL.com/Translator

 Copyright obligatoire en cas de citation ou de transmission de cet article, vous pouvez le copier:
Pamela Geller pour GELLER REPORT
Retrouvez le chapitre 1 en cliquant ICI
“Tous ceux qui luttent aujourd’hui contre l’intégrisme seront demain les artisans de la démocratie, parce que celle-ci est la seule véritable alternative au programme islamiste.” Alexandre Adler

Texte original:
Unmasking the Creation of ‘Islamophobia’ in the Academy
By Pamela Geller
Many members of the public will have been included in this research. In addition to the 40 “far right” accounts studied, the researchers looked at 6000 Twitter accounts that had retweeted at least one of these accounts at least five times, on the assumption that a retweet implies support for a cause and a wish to spread its message. So if that’s you, you could be being scrutinised by an EU-funded study as a supporter of the “far right.” The retweets focused on were those across national borders; the researchers in fact found little evidence that Twitter provides what they call a “dark international arena” for significant activity across borders for the “far right”; indeed, they found only 1617 such retweets. We are not told how many tweets in total this involved. But they did conclude from this small sample that such retweets were likely to concern the economy, or an “anti-immigration” stance. There’s no attempt to give any precise account of what views count as “anti-immigration”; there’s a world of difference between people who want zero immigration or a racially based immigration policy, from those who are concerned about issues such as whether a country’s infrastructure can support a certain level of immigration, or security measures. If wanting a welfare system that prioritises citizens is “anti-immigration,” that’s a very broad definition.
But the authors have their trump card here, for they claim that the core of this anti-immigration stance is Islamophobia. In the retweets that cross national borders, there are “two main interpretative frames positioning Muslims as a cultural threat to the West and as security threats.” Note the “interpretative frames” trick — it means that the authors don’t have to bother to investigate if any of the tweets are based on anything substantive. In other words, there’s an assumption written into the language that the tweets are the product of ideological bias. That’s “the pot calling the kettle black.” It’s Muslims who are targeted most in these tweets, or so the authors tell us. We have to take their word for it, for we aren’t even given a list of these tweets or even told how many they are. Instead, just a few examples are analyzed.
The authors refer to a tweet from the (now suspended) account UKPegida. It’s worth a detailed look at what the researchers say:
The tweet includes a video of an allegedly Muslim preacher shouting about an Islamic takeover in a city square. UKPegida posted the video with the following text: “Islamic cleric in Germany warns Germans at a city square: Sharia Law is coming. “Yr [your] daughters will marry Muslims.’” Reminiscent of Huntington’s theory of the Clash of Civilizations and by civilizationist understandings of national identities (Brubaker 2017), in this worldview the “West” is portrayed as vulnerable to the invading Muslims and their purported plan to institute Islamic law in Europe. Islam is described as being homogeneous, inherently fundamentalist, and as a “religion cum ideology.”’
Note this sleight of hand. Many critics of Islam attempt to defend themselves from the charge of “racism” or “xenophobia” by pointing out that Islam is an ideology, not a race. Yet these authors implicitly rule this out by stating that the claim that Islam is an ideology is an element of Islamophobia!
Unfortunately, and again reflecting rather poorly on the scholarship, there is no screenshot for the tweet and no link to the original video. A video on YouTube, however, could well be the video linked to the now unavailable tweet; it’s certainly typical of the kind of tweet an account like UKPegida would be likely to cite. There are English subtitles, which appear to be a largely accurate translation of the German, although the audio quality is poor. The seemingly Islamic cleric in question tells passers-by: “I bring you the words of peace — Allahu Akbar. You will be in a few years an Islamic state. Also your daughter will be married by (to?) a Muslim man. She will have Muslim teachers and learn Arabic. You can do nothing against it. In a few years will our Muslim parliament make the laws. Then will the sharia be in this country the law. Take the good, peaceful Islam for your religion. In a few generations will this country be Muslim. Your children will marriage Muslims (sic). You will all convert to Muslim and sharia will be the law.”
The comments by the authors of this peer-reviewed academic paper might be read as implying that it’s UKPediga who are “scaremongering” by claiming that “yr daughters will marry Muslims.” But it looks very much as if UKPegida’s tweet was simply citing this man as shouting out an intention to Islamize Germany.
Here’s another tweet the authors discuss: “Marine Le Pen provides an example of such a frame” of Islam as being homogeneous, inherently fundamentalist, and as a “religion cum ideology,” “tweeting a quote of herself: ‘I defend women’s rights in the face of fundamentalist Islam. I am, by the way, the only candidate to speak about this problem.’ #RTLMatin.” The authors conclude: “Such stereotypes are well documented in literature on far right discourse.”
The authors don’t include the dates of the tweets, another example of poor scholarship, as it’s then impossible to check context; this tweet presumably refers to the French Presidential election of 2017. And was Marine Le Pen the only candidate discussing the problem of women’s rights under fundamentalist Islam? We aren’t told, but it’s likely true, and the authors must know it. Is it a “stereotype” that fundamentalist Islam has a dim view of women’s rights? No, it’s an easily verifiable fact. The authors also didn’t notice that, having just whined that the “far right” had a monolithic homogenous notion of Islam, Marine Le Pen in this tweet specifically referred to “fundamentalist” Islam, thereby implicitly allowing that more moderate Islamic voices might take a better view of women’s rights.
The authors opine that “beyond culture-based prejudices, Tweets often relate Muslims to domestic security threats, most notably terrorism, but also as criminals and violent sexual deviants.” Perhaps that’s why the dates of Tweets were not given — it might have provided the critical context to understand and interpret them; necessary, too, would be screenshots showing any extended discussion online. This is appallingly poor scholarship. It actually means that there is no sensible or productive discussion of groups who might be genuinely hateful towards Muslims as individual people, who might be genuinely exaggerating threats, who might be genuinely racist, because any such groups or individuals are lumped in with those who are trying to have discussion based upon tangible evidence.
This is one of the major reasons for objecting to such work. Our critique of this scholarship in no way wishes to defend those who are genuinely racist and genuinely hateful towards groups or individuals. Quite the reverse.
Several of the UK accounts have now been suspended. Is this a coincidence or is the work of these Vox Populi researchers part of the reason behind these decisions? Twitter users who have retweeted any of these accounts more than five times should be aware that their tweets have been scrutinized by these researchers who have a distinct political agenda and ways of “analysing” and “interpreting” your activity on Twitter. The research, then, draped in the clothing of empirical and statistical analysis of tweets, is itself drenched to the skin in particular assumptions about politics, the nation, nationalism, and identities.
These academics are not simply doing impartial academic research, they are influencing governments and tech companies. Who’s the political activist here?
Pamela Geller is the President of the American Freedom Defense Initiative (AFDI), publisher of The Geller Report and author of the bestselling book, FATWA: Hunted in America, as well as The Post-American Presidency: The Obama Administration’s War on America and Stop the Islamization of America: A Practical Guide to the Resistance. Follow her on Twitter or Facebook.

Inscrivez-vous gratuitement pour nous SUIVRE

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 12 025 autres abonnés

Observatoire du MENSONGE est présent dans 178 pays, suivi par + 200.000 LECTEURS et plus de 50 auteurs qui contribuent au succès du 1er site de l’opposition en France 

Avec La Semaine du MENSONGE: recevez gratuitement chaque samedi matin par mail les articles publiés dans la semaine

NB : vérifier que notre mail n’arrive pas dans vos indésirables…

COMMENTAIRES:

Avertissement: Tous les commentaires sont de la responsabilité de leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de L’Observatoire du MENSONGE qui se réserve le droit de ne pas publier un ou des commentaires sans avoir à justifier sa décision.
Ne pas mettre de liens vers d’autres sites car votre commentaire sera supprimé par le système.
Votre adresse mail ne sera pas publiée et vous pouvez signer de votre nom ou d’un pseudo.

Merci à tous ceux qui nous suivent, partagent et nous soutiennent !

Faire un don pour soutenir Observatoire du MENSONGE

Nous vous remercions pour votre aide précieuse et indispensable...

€5,00

Publicités

7 commentaires

  1. Il fallait pas prendre les migrants dans un pays ou les chômeurs sont traités en parias dans un système à bout de souffle et qui peine à recruter . Tout ces migrants auraient due suivre la voie légale par le passage obligé aux consulats sauf cas de « guerre » ou persécutions avérées auxquelles cas , il faut le prouver . La FRANCE est victime de son succès humanitaire et droits fondamentaux humains à l’étranger . Au lieu d’ouvrir des usines ou des entreprises pour embaucher et former tout ce beau monde en Afrique . La FRANCE préfère se regarder le nombril (nombreuses affaires peu glorieuses ) et laissez les chinois prendre le monopole en AFRIQUE . nIn .

    J'aime

  2. les chasseurs d’islamophobes imaginaires sont les collabos contemporains bien réels de l’envahisseur.
    la chasse a déjà commencé ave la mise à l’écart des portes-paroles, et ils peuvent s’inspirer des méthodes des « heures les plus sombres de notre histoire » :faire porter un signe distinctif, organiser des rafles, rassembler dans les stades, évacuer par train vers des camps…
    il n’y a plus de limites puisqu’ils tiennent le pouvoir et les médias sont acquis à cette cause.
    prétendus démocrates, ils n’appliquent jamais le programme proposé.
    confiscation du pouvoir, chasse aux opposants, le totalitarisme n’est pas loin.

    J'aime

    1. Vous inquiétez pas ! Il en est question dans le quatrain de NOSTRADAMUS -1654 :Dans la cité de Dieu, il y aura un grand tonnerre .
      -Deux frères seront séparés par le chaos pendant que la forteresse endure.
      -Le grand meneur succombera , la troisième grande guerre commencera quand la grande cité brulera . ****************************************************************************

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.