T’AR TA GUEULE À LA RÉCRÉ


L’Europe est depuis toujours un processus plein de surprises, qui nous laisse parfois pantois, voire abasourdis.


T’AR TA GUEULE À LA RÉCRÉ

Par Jacques Myard

L’Europe est depuis toujours un processus plein de surprises, qui nous laisse parfois pantois, voire abasourdis. Tel est le cas lorsque l’on tombe sur les échanges acidulés entre Viktor Orban, Premier ministre hongrois, et Emmanuel Macron, Président de la République.
Rappelons les faits : Viktor Orban rend visite à Matteo Salvini à Rome le 28 août dernier et, sans doute encouragé par les vues communes qu’il partage avec le ministre italien de la Ligue sur la question des migrants, il désigne alors le Président français comme  » le chef du parti des pro-migrants  » en Europe.

Observatoire du MENSONGE

Faîtes un don

€5,00

Emmanuel Macron, piqué au vif,se considérant visiblement insulté, rétorque dès le lendemain : « S’ils ont vu en ma personne leur opposant principal, ils ont raison « , faisant ici monter de plusieurs crans la crise qui secoue l’Europe sur la question des migrants mais valorisant, par la même occasion, aux yeux de leur opinion publique, la position de la Hongrie et de l’Italie qui osent tenir tête à un « grand » de l’Europe.
La réalité saute aux yeux : que le Président Macron soit en désaccord avec les positions de V.Orban et M. Salvini n’est pas en soi une surprise et correspond à la position française établie par Hollande et les socialistes, mais l’art de la diplomatie, en Europe surtout, n’est pas de verser de l’huile sur le feu par des propos cinglants qui font penser à ces potaches qui se narguent et s’invectivent :  » T’ar ta gueule à la récré !  »
Jacques Chirac insulté parfois sur les marchés, répondait imperturbablement :  » Moi, c’est Jacques Chirac  » , et passait son chemin… sans autres formes de procès.
A l’évidence, Emmanuel Macron est incapable de comprendre que la vision de l’Europe qu’il souhaite – approfondir toujours plus la construction européenne – est une conception des années soixante qui est largement rejetée non seulement en Europe de l’Est mais aussi en France et même en Allemagne.
De plus, il met en avant une conception moralisante de l’Europe qui est bien loin des réalités; à ce titre est-il judicieux pour surmonter la crise d’accuser d’illibéralisme publiquement et à longueur de temps la Hongrie et la Pologne, dont les conceptions sur la justice interpellent notre propre conception ?
Est-il judicieux – comme le pensent certains, notamment à Bruxelles et aussi à Paris – d’envisager de prendre des sanctions contre ces Etats qui ne respecteraient pas les valeurs de l’Union européenne définies à l’article 2 duTraité sur l’Union européenne ?
En application de l’article 7 du traité susvisé, le Conseil européen à l’unanimité sur proposition d’un tiers des Etats membres ou de la Commission après approbation du Parlement peut constater l’existence d’une violation grave et persistante par un Etat des valeurs visées à l’article 2.
Ces sanctions peuvent aller jusqu’à la suspension des droits de vote au sein du Conseil. Il est manifeste que si une telle procédure est mise en oeuvre, on aura une crise majeure dont l’Union européenne ne se relèvera pas !
Est-il judicieux d’opposer les « progressistes »qu’Emmanuel Macron prétend incarner aux « souverainistes » qu’il qualifie de nationalistes et dont il dénonce de façon insultante  » la lèpre populiste  » alors que le souverainisme n’est pas le repli sur soi mais une autre forme d’organisation de l’Europe fondée sur les Etats-Nations ?
La France se pose en défenderesse de la démocratie libérale, mais elle ne doit pas oublier que la démocratie est en crise; elle est ,en effet, désormais synonyme pour beaucoup de nos concitoyens de laxisme et d’inefficacité face aux défis internes – la sécurité – et externes comme les flux migratoires.
Dès lors, s’ériger en permanence en défenseur de la démocratie apparaît à tort ou à raison comme une volonté moralisatrice de donneurs de leçons :  » je suis un démocrate et je détiens la vérité « , mais en l’occurence le fondement de la démocratie, c’est d’abord le suffrage universel, et ces gouvernements qui sont qualifiés de nationalistes sont eux-aussi issus du suffrage universel tout comme ceux qui se disent progressistes !
Certes, un régime démocratique est un régime qui est fondé sur la séparation des pouvoirs et le respect des oppositions, ainsi que sur l’indépendance de l’autorité judiciaire. Sur ce point, précis on peut s’interroger sur certaines dispositions des récentes lois adoptées en Pologne et en Hongrie.
Mais que dire de la révision constitutionnelle d’Emmanuel Macron qui encadre singulièrement le droit d’amendement des députés qui ne peut être exercé qu’en commission – du jamais vu -, qui affaiblit les députés en limitant le nombre de mandats, augmente la taille des circonscriptions – ce qui les empêche de se faire connaître physiquement de leurs électeurs et détruit le lien de proximité entre le député et ses électeurs ?
En réalité, Emmanuel Macron est en train de casser la démocratie représentative parlementaire au profit de la technocratie dont il est issu !
Ses leçons de démocratie et de progressisme sonnent faux, elles sont perçues comme de la pure arrogance et ne font qu’aggraver les relations avec nos partenaires européens !
Il existe une collection de livres intitulée  » Pour les Nuls « ; les afficionados de Jupiter pourraient lui offrir un ouvrage de ce type, il en existe un pour la diplomatie.
Cela évitera nombre de crispations qui enveniment les crises européennes !

Jacques Myard

Maire de Maisons-Laffitte
Membre Honoraire du Parlement
President du Cercle Nation et République

BILLET D’AUJOURD’HUI POUR UNE POLITIQUE ÉCONOMIQUE ET SOCIALE D’HIER !

Par Jacques Myard

La lecture de l’entretien du Premier Ministre accordé à un hebdomadaire dominical laisse un sentiment de grande incohérence face à la réalité économique de la France.
L’économie française connait un trou d’air – 1,7 % de croissance contre 2% dans l’UE – qui n’est en rien une divine surprise, il est en réalité le résultat direct d’une série de décisions du gouvernement qui a réduit la consommation des ménages : CSG, hausses diverses dont les produits pétroliers,le tabac, les cartes grises, auxquelles il faut ajouter les transferts de charges aux collectivités locales sans les ressources correspondantes, à charge pour elles de lever une nouvelle taxe pour assurer leurs nouvelles obligations, c’est le cas de le gestion des inondations « GEMAPI » dont la taxe peut s’élever jusqu’à 40 € par habitant !
De plus et surtout la monnaie unique s’est raffermie vis à vis du dollar qui conformément au « benign neglect » des Américains s’est dévalué, ce qui a freiné les exportations et creusé un déficit de 33 milliards € pour le premier semestre 2018 .
Enfin en raison des incertitudes internationales le prix du pétrole est passé à 60 $ le baril en moyenne.
Face à cette situation caractérisée par l’atonie de la demande intérieure et extérieure les annonces du gouvernement interpellent et ne permettront pas la reprise économique, pire elles vont accentuer le matraquage fiscal des classes moyennes et populaires :
– C’est la poursuite de la politique du rabot sur les retraités, les familles, les plus modestes des Français avec la hausse prévue de 0,3 % pour les retraites, les APL et les prestations sociales, alors que l’inflation dépasse les 2,3 %. C’est une perte très sensible de pouvoir d’achat pour des catégories sociales qui ont déjà subi la hausse de la CSG et la baisse des APL !
La suppression des cotisations sociales sur la part salariale pour les heures supplémentaires, mais le maintien de leur fiscalisation ne compensera pas la diminution globale de la demande intérieure.Le gouvernement donne d’une main pour le reprendre de l’autre !
– En matière d’investissement les réductions budgétaires prévues vont également réduire les commandes des entreprises auxquelles il faut ajouter la suppression de la taxe d’habitation ( TH ) des communes qui réalisent 70% des investissements publics.
Il est piquant de relever que le gouvernement présente la suppression de la TH comme un gain de pouvoir d’achat alors qu’il doit en application de la décision du Constitutionnel du 28 Décembre 2017 ( décision 2017-758 DC ) compenser la perte de recettes des collectivités, oui mais comment, par un nouvel impôt, ou par une obligation de réduction de leurs dépenses pour 13 milliards d’euros comme le gouvernement l’exige ?
-Enfin et surtout il n’y a dans les arbitrages du gouvernement Macron-Philippe aucun projet de réforme structurelle qui serait capable de dégager des marges de manœuvre pour investir .
Cette politique obsédée par le dogme de la règle des 3% est une politique récessionniste telle qu’elle a été pratiquée depuis des années, c’est une politique d’hier dont les effets vont créer des tensions sociales et politiques très fortes !
Il existe une autre politique, celle de la baisse des impôts pour redonner du pouvoir d’achat aux Français et permettre aux entreprises d’investir même si les dogmes bruxellois en seront malmenées dans un premier temps ! C’est la politique que Trump pratique avec succès .
J’ai d’ailleurs proposé que le système des avances à taux zéro de la Banque de France soit rétabli pour financer les investissements publics ! N’en déplaise aux doctrinaires de l’orthodoxie .
Les choses sont en réalité très simples : entre les dogmes de Bruxelles qui comme hier nous conduisent à toujours plus d’austérité, au démantèlement des services publics et la relance de la croissance , il faut choisir !
On se souvient de la fanfaronnade de Jupiter  » Qu’ils viennent me chercher !  »
Inutile, il viendra de lui même, la mine déconfite !

Jacques Myard

Maire de Maisons-Laffitte
Membre Honoraire du Parlement
President du Cercle Nation et République

  SUIVEZ ! PARTAGEZ !  

LOGO OBS

Image

Copyright obligatoire en cas de citation ou de transmission de cet article, vous pouvez le copier: Jacques Myard

Inscrivez-vous gratuitement pour nous SUIVRE

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 11 805 autres abonnés

Observatoire du MENSONGE est présent dans 178 pays, suivi par + 200.000 LECTEURS et plus de 50 auteurs qui contribuent au succès du 1er site de l’opposition en France 

Avec La Semaine du MENSONGE: recevez gratuitement chaque samedi matin par mail les articles publiés dans la semaine

NB : vérifier que notre mail n’arrive pas dans vos indésirables…

COMMENTAIRES:

Avertissement: Tous les commentaires sont de la responsabilité de leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de L’Observatoire du MENSONGE qui se réserve le droit de ne pas publier un ou des commentaires sans avoir à justifier sa décision.
Ne pas mettre de liens vers d’autres sites car votre commentaire sera supprimé par le système.
Votre adresse mail ne sera pas publiée et vous pouvez signer de votre nom ou d’un pseudo.

Merci à tous ceux qui nous suivent, partagent et nous soutiennent !

Merci pour votre aide

sans laquelle nous ne pourrions pas continuer à publier !

€5,00

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.