À propos du BREXIT


Le traitement du BREXIT dans la (des)information est symptomatique de l’état de délabrement de nos élites.

« Ceux qui luttent, ne sont pas sûrs de gagner, mais ceux qui ne luttent pas ont déjà perdu. » Berthold Brecht

À propos du BREXIT

Par Max Tango

Il est toujours curieux de constater comment nos médias, à la botte de la gauche, traitent l’information sur le BREXIT.
On se demande même comment est-ce possible d’avoir cette mauvaise foi et ce besoin de propagande pour justifier l’injustifiable.
Certains journalistes insultent les personnalités qui ne vont pas dans le sens de la gauche. Donald Trump, Matteo Salvini, Jair Bolsonaro, pour ne citer que les « meilleurs clients » de cet acharnement indécent et parfois totalement inepte, sont « les ennemis du peuple » médiatique. Avec Boris Johnson, lesdits journalistes ont trouvé un nouveau client à dénigrer. Au final cette attitude non professionnelle est méprisante et débile.
Car les médias procèdent toujours par amalgames pour mieux détruire leur cible et avec Boris Johnson, ils sont motivés comme jamais.
Il est vrai qu’il est facile de montrer les travers d’une personne via quelques montages ou coupes dans ce qu’elle a dit même si c’est bien avant d’obtenir sa nouvelle position.
Pensez-donc que ce Boris Johnson est considéré comme l’ami de Donald Trump et selon certaines chaînes, qui ne s’embarrassent pas vraiment de vous dire la vérité, Johnson serait même l’alter ego de Trump. C’est pour la gauche bien pensante et bien moralisatrice totalement interdit et dangereux.
Quoi ! Des leaders politiques qui aiment leur pays et qui veulent le bien de leurs concitoyens.
Ce n’est pas acceptable pour la gauche caviar.

 «Nous allons réaliser le Brexit le 31 octobre, nous allons tirer parti de toutes les opportunités que cela va apporter, dans un nouvel esprit du possible. Nous allons à nouveau croire en nous-mêmes et en ce que nous pouvons atteindre. Et, comme un géant endormi, nous allons nous relever et faire voler en éclats le doute de soi et la négativité» : telle est la première déclaration de Boris Johnson sitôt choisi pour diriger l’Angleterre. La date du 31 octobre lui laisse donc 3 mois pour prouver qu’il fera ce qu’il dit.

Peu importe que Johnson a triomphé pour obtenir le poste de Premier ministre de Sa Gracieuse Majesté.
Il a gagné avec plus de deux tiers des voix en finale contre Jeremy Hunt mais surtout pour en arriver là, il a gagné contre tous les autres prétendants.
Peu importe aussi que la majorité des Anglais soutiennent Johnson.
Cela n’intéresse pas notre caste trop occupée à cultiver ses prébendes.
C’est d’autant plus pénible qu’ici en France tout va mal. Alors que nous sommes par nos présidents successifs les leaders de cette Europe qui a foiré.
il s’agit évidemment de désigner le Satan américain comme toujours face aux gentils… Lesquels gentils nous préparent tranquillement qui la bombe atomique, qui notre envahissement… Un simple succès au football voit le déferlement d’une horde sauvage dont les médias refusent toujours le danger à terme.
Donc les alliés de Trump sont forcément nos ennemis et c’est ainsi, avec une parfaite mauvaise foi, que la caste politico-médiatique enfume les braves veaux que nous sommes devenus à force de gober leurs mensonges.
Ce parti pris systématique renvoie immanquablement à la célèbre phrase de Churchill : “Vous aviez à choisir entre la guerre et le déshonneur ; vous avez choisi le déshonneur et vous aurez la guerre.”
Le mensonge est-il devenu institutionnel en France ?
Question pertinente au vu des actualités et autres magazines qui ne font pas dans la dentelle question affabulation.
En France : dès que tu dis quelque chose contre la gauche, même justifié, tu es raciste ou populiste. Nadine Morano, qui n’a pas sa langue dans sa poche, en connait quelque chose…. L’essentiel c’est que la gauche doit forcément avoir le dernier mot !!
Remarquez comment les pays pro-européens ont confisqué la liberté de penser autrement.
Ils devraient méditer cette citation d’Aristote : “Le doute est le commencement de la sagesse.”.
Parce qu’à force de ne plus respecter leurs opinions publiques, les principaux dirigeants européens jouent avec le feu et le feu peut finir par tout brûler.
Les citoyens ne courberont pas l’échine éternellement.
Tant que les électeurs, ceux qui votent et pas les autres, n’auront pas le courage de virer tous ces politiciens de pacotille pour essayer une autre politique, il n’y aura ni amélioration ni développement possibles.
Au contraire ce sont des lendemains qui déchantent qui nous attendent avec plus d’insécurité et de chômage.
Dommage qu’il n’existe ni un Trump ni un Johnson ici.

Max Tango

« Il est libre Max »

Nous aimons la liberté de publier : à vous de partager !

 Copyright obligatoire en cas de citation ou de transmission de cet article, vous pouvez le copier:
Max Tango pour Observatoire du MENSONGE

 

5 commentaires

  1. J’espère bien que Boris Johnson va réussir et prouvera que l’Europe on peut la quitter. Vous verrez ensuite que ce sera très favorable pour l’Angleterre car c’est de cela que les dirigeants européens ont peur. Autre point le nouveau gouvernement, contrairement aux affirmations ici et là, protégera les étrangers dont les Français qui vivent et travaillent en Angleterre.

    J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.