La France en 2019


Saisir l’opportunité de cette crise pour changer l’ordre établi défaillant. Chapitre 7


La vérité dérange souvent en politique mais nous devons la dire !

Pour cela votre contribution est essentielle. Sans votre aide financière, le site disparaitra. L’Observatoire du MENSONGE est le premier site de l’opposition en France : alors pensez-y et donnez…

€5,00

La France en 2019

Par Robert Coignard

Chapitre 7

3.1- Les vrais problèmes n’attendront pas
les pics du réchauffement
– Les rapports du GIEC mettent en lumière les hypothèses des prêcheurs de l’Apocalypse, négligeant les rétroactions aux effets rééquilibrants.
Par exemple, les masses de vapeur d’eau stagnant dans l’atmosphère arroseraient en pluies tropicales les zones sèches, transformant les déserts en jungles luxuriantes.
Or la végétation dense, aussi appelées « puit à carbone », absorbe le CO2 et réduit l’effet de serre.
→ Pour autant, le réchauffement ne sera pas une bénédiction du « ciel », car nous avons plus à craindre des réactions des hommes et de leurs activités que du phénomène en lui-même.
14
– Si l’économie mondiale ne retrouve pas la croissance, les investissements promis au développement durable seront sacrifiés aux urgences d’une économie de survie.
– Le premier effet sensible du réchauffement sera la baisse des rendements agricoles dans les zones tempérées. Produire à tout prix, avec n’importe quelle source d’énergie disponible (propre ou sale), deviendra l’unique priorité.
– Avant que les glaciers ne fondent, l’humanité va manquer d’eau douce. Durant l’été 2050, on s’inquiétera moins des 40° à l’ombre en région parisienne que des coupures d’eau du robinet.
→ La géopolitique de la soif peut dégénérer en conflits pour l’eau potable plus dévastateurs que les guerres pour le pétrole.
Déjà en 2012, l’Inde envisageait le projet d’un barrage afin de compenser la baisse inquiétante du débit de l’Indus.
Aussitôt le Pakistan réagissait en arguant que ce barrage le priverait d’un accès vital à l’eau. Rappelons que ces deux pays sont des puissances nucléaires.
3.2- L’espèce humaine, ultime variable d’ajustement
(Thèse chère aux « écologistes du monde entier :
réduire le nombre d’humains (les autres, bien sûr !)
afin de réduire leur « empreinte écologique nocive » évidemment !)
→ Comment donner à boire et à manger aux 15 milliards d’êtres humains attendus sur Terre en 2050 ?
L’équation de la démographie galopante reste négligée, y compris par le discours écologiste qui s’interdit de placer le contrôle de la natalité comme une priorité du développement durable.
Un monde sans croissance économique, frappé par l’épuisement des ressources subvenant aux besoins fondamentaux, peut-il accepter un doublement de sa population programmé pour les 35 prochaines années ?
Quand se posera la question vitale résultant de cette simple donnée, la stigmatisation des OGM, de la qualité de l’air, ou des deux degrés supplémentaires apparaîtront comme des angoisses obsolètes.
→ En attendant la guerre de l’eau, une autre guerre climatologique a déjà commencé, celle des espèces vivantes.
Sur la terre, dans les airs et sous les mers, la biodiversité connaît des bouleversements majeurs.
Les écosystèmes se déplacent provoquant des flux migratoires inédits, des extinctions ou des apparitions imprévisibles d’espèces invasives.
Des algues tueuses, des poissons en surnombre et des insectes inconnus colonisent de nouvelles latitudes…
15
→ La déforestation pousse vers les zones peuplées des espèces jusque-là confinées.
Ces modifications discrètes de notre environnement immédiat ne seront pas sans conséquences à court terme.
La maladie de Lyme, la bilharziose, le paludisme et la dengue ont déjà franchi les frontières avec leurs parasites propagateurs…
Une épidémie inconnue d’origine animale est prise au sérieux par les virologues, et sa mutation vers l’organisme humain est peut-être déjà en cours…
En raison son caractère inédit et soudain, une telle contagion pourrait être incontrôlable.
La guerre et la peste se présentent en apéritif des changements climatiques modélisés par les experts.
La facture se paiera en dizaines de millions de morts.
C’est le paradoxe cynique du réchauffement
qui rétablira les équilibres écologiques de la planète
utilisant notre espèce comme variable d’ajustement.
(Notre espèce, elle-même, étant bien capable d’holocaustes
sélectifs significatifs pour en sauver quelques-uns !)
En savoir plus sur http://www.planet.fr/high-tech-et-si-lapocalypse-venait-dailleurs.750157.1506.html?xtor=ES-1-754106%5BPlanet-a-la-Une%5D-20141228#tJcmy2z7BiDbJHGe.99
« Croire st infini si l’on oublie la raison,
le raisonnable et ce qui le sépare du déraisonnable ! »
(Michel Onfray)
« Quand on croit détenir une vérité, il faut savoir qu’on la croit
et non pas croire qu’on la sait ! »
(Avertissement de Léquier)

16
3.3- POEME HINDOU A MEDITER
Ils étaient six savants hindous,
Aveugles et sages ,face à un éléphant
Qu’ils ne pouvaient voir de leurs yeux,
Mais avec soin ils l’explorèrent.
Le premier tâtant de ses mains
Les défenses d’ivoire, dit :
« Cet éléphant, cette merveille,
Me semble bien être une lance »
Le deuxième, explorant de la bête les flancs,
Larges, immenses, s’écria « Aha »
Et conclut que l’animal n’était autre qu’un mur.
Le troisième, ayant atteint une des pattes,
Dit : « Mais c’est très simple,
Cette créature, sans aucun doute,
Ressemble à un arbre ».
Le quatrième, ayant trouvé la trompe,
La saisit, la secoua,
Certain, disait-il, que ce prétendu éléphant
Etait tout simplement un serpent.
Le cinquième, ayant palpé l’oreille,
Et l’ayant parcourue de ses doigts,
S’écria : « J’ai trouvé la réponse, amis,
Un éléphant, c’est comme un éventail ! ».
Le sixième ayant découvert la queue
De l’animal,
S’y étant agrippé, dit sa conviction
Que son avis était le bon :
La créature ressemblait à une corde .
Ainsi ces hommes, sans vue ni horizon,
Démontrèrent haut et fort
Que chacun avait, en partie, raison
Mais aussi , que tous avaient tort.

Charles Hampden Turner (Librement traduit de « Maps of the mind »)
– Même ce conte simplifie le problème en considérant comme acquise la réalité
à trois dimensions de l’énorme animal.
– Mais la réalité est encore plus insaisissable car celui qui perçoit d’une part,
et l’objet perçu, d’autre part, sont intimement dépendants l’un de l’autre…

À suivre

Robert Coignard

 Copyright obligatoire en cas de citation ou de transmission de cet article, vous pouvez le copier:
Robert Coignard pour Observatoire du MENSONGE

**************

  Les experts de la Cour des Comptes, de l’Ifrap et de Contribuables Associés
analysent la « réalité » de la gestion de l’Etat français depuis des décennies de façon factuelle et fournissent des « audits » pertinents sans suite !
Car, ces structures ne pouvant ester en Justice, ces rapports restent « lettres mortes » ?

**************

Nous aimons la liberté de publier : à vous de partager !
Ce texte est une Tribune Libre qui n’engage que son auteur et en aucun cas 
Observatoire du MENSONGE 

♣   ♣   ♣   ♣   ♣

Entrez votre adresse mail pour nous suivre et être notifié des nouvelles publications.

Observatoire du MENSONGE est présent dans 178 pays, suivi par + 200.000 Lecteurs avec plus de 50 auteurs qui contribuent à son succès.  Merci à tous ceux qui nous suivent,  qui partagent et qui nous soutiennent. 

Nous soutenir

€5,00

parution chaque samedi

Ne manquer aucun article d’Observatoire du MENSONGE inscrivez-vous GRATUITEMENT :

NB : vérifier que notre mail n’arrive pas dans vos indésirables…

Ecrivez vos suggestions pour sauver la France dans la rubrique « LAISSER UN COMMENTAIRE » après cet article

Vous pouvez nous soutenir car nous le méritons en achetant ou en téléchargeant nos livres uniquement sur AMAZON en cliquant sur le titre choisi.

Nous vous en remercions !

Publicités

Un commentaire

  1. Robert Coignard, vous avez écrit: « « Comment donner à boire et à manger aux 15 milliards d’êtres humains attendus sur Terre en 2050 ?
    L’équation de la démographie galopante reste négligée, y compris par le discours écologiste qui s’interdit de placer le contrôle de la natalité comme une priorité du développement durable.
    Un monde sans croissance économique, frappé par l’épuisement des ressources subvenant aux besoins fondamentaux, peut-il accepter un doublement de sa population programmé pour les 35 prochaines années ? ».

    J’ai déjà écrit ici, qu’en 1963 ou 64 (je n’avais pas encore 15 ans), à la radio, un démographe avait annoncé ceci :
    « La terre ne peut nourrir que 5 milliards d’habitant ». À cette époque, la population du globe était près de 3,5 milliards.
    Déjà vers 2010, la population mondiale était de près de 7 milliards (le double de 1964) et les démographes annonçaient que pour nourrir la population mondiale, il faudrait l’équivalent d’une terre et demi. Enfin…
    Aujourd’hui, la population mondiale est estimée à tout près de 7,8 milliards et les démographes annoncent qu’en cette fin de juillet 2019, elle commence à vivre à crédit pour les 5 prochains mois. Ceci veut dire que dans très peu de temps, ce n’est pas une demie terre de plus qu’il faudra… Mais une autre au complet. Conclusion…
    Une catastrophe humanitaire est inévitable dans un avenir, malheureusement rapproché (il faudrait une solution miracle). D’ailleurs, ce qui se passe au point de vu politique dans le monde; les pays riches mettent l’accent sur la fabrication d’armes de plus en plus puissantes et… nucléaires… Il y a tout à craindre, car chacune des grandes puissances, va agir dans le but de protéger sa population. L’homme n’est encore pas rendu assez sage… Il agira par instinct plutôt que par intelligence.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.