Ah ! l’immigration !


Macron nous prendrait-il pour des imbéciles ?

Pour l’instant, nous ne voyons que le pire de l’ancien.

Ah ! l’immigration !

Par Claude Picard

Emmanuel Macron a déclaré récemment, à propos de l’immigration : « Les bourgeois n’ont pas de problème avec cela : ils ne la croisent pas. Les classes populaires vivent avec (…). On est comme les trois petits singes : on ne veut pas regarder (…). En prétendant être humaniste, on est parfois trop laxiste ».
Bravo ! Quelle lucidité !
Mais notre président nous prendrait-il pour des imbéciles ?
N’a-t-il pas toujours, en tant que ministre du gouvernement Hollande et ensuite quand il est devenu président de la République, salué et félicité Angela Merkel pour son accueil généreux des migrants (plus d’un million) en précisant que la France avait, elle aussi, un devoir d’accueil ?
Et il découvre aujourd’hui qu’il y a là un problème, qui perdure depuis des décennies, et qui est dénoncé par toute une partie, de plus en plus croissante, d’observateurs patentés de tous bords.
Et pourquoi lancer ce débat aujourd’hui ? Étrange ! Nous ferait-il le coup de Sarkozy qui nous avez parlé beaucoup d’immigration, mais qui, lâchement, a laissé faire et n’a rien réglé ? Il avait, aussi, lancé un débat, vite avorté.
Se prenant pour un grand singe, plus malin que les trois petits singes de la « sagesse » et, surtout, sentant le vent tourner, Macron veut nous faire faire croire qu’il a enfin compris.
Il nous donne plutôt l’impression qu’il prend conscience qu’en restant muet sur le sujet, il risquait de perdre sa place, à la prochaine présidentielle. Évidemment, pour la conserver, il est prêt à tout, y compris remettre sur le tapis le dossier « immigration, intégration » qui, pourtant, a priori, n’est pas sa tasse de thé.
Mais il sait, tout de même, que les Français vivent un malaise identitaire lié à une immigration délirante et qu’il faudra bien préparer 2022 sur ce thème migratoire.
Il sait aussi que sa majorité, composée essentiellement de socialistes recyclés plutôt favorables à l’immigration – sous toutes ses formes – ne marchera pas comme un seul homme dans sa combine.
Déjà quelques voix s’élèvent, chez ces convertis, pour dénoncer les propos du chef de l’État dans lesquels « ils ne s’y reconnaissent pas ».
Tout cela n’est que postures et éléments de langage pour animer un débat, qui, comme les autres, est déjà pipé par un président qui découvre l’eau chaude à chaque événement particulier.
Là encore, Macron reste fidèle à lui-même : un apprenti président qui, dans l’opinion, ne dépassera jamais son statut et n’obtiendra jamais son contrat de travail. Par contre, au terme de son mandat, il pourra toujours essayer de « traverser la rue pour trouver un travail »…
Aux immigrés, on a envie de dire, nous aussi, « s’ils veulent vivre comme là-bas, s’habiller comme là-bas, s’appeler comme là-bas, parler comme là-bas, alors il vaut mieux qu’ils restent là-bas ! »
Pour l’instant, il est bon de rappeler certains chiffres : selon l’INSEE, il y a en France près de 5,7 millions d’immigrés, soit 8,9 % de la population contre 7,3 % en 2000 (et 2,8 % en 1911).
Sans compter tous les clandestins ! Qui restent à la charge des contribuables.
Par exemple, selon le rapport de la loi de finances 2018 du gouvernement, l’AME (aide médicale d’État) bénéficie à environ 300 000 personnes en situation irrégulière et d’autre part, 134 988 demandeurs d’asile perçoivent une allocation d’un peu plus de 400 € par mois, auxquels il faut rajouter le coût de leur hébergement pour 92 926 d’entre eux (19,50 € par personne et par jour dans les centres d’accueil des demandeurs d’asile, de 17 € par personne et par jour dans les hébergements d’urgence des demandeurs d’asile).
D’autres sont logés en hôtel pour un coût de 400 à 500 € par mois… Toujours aux frais des contribuables ! Et que dire du coût moral de la délinquance engendrée par des étrangers qui n’ont rien à faire sur notre sol ?
Le secrétaire d’État auprès du ministre de l’Intérieur, Laurent Nuñez, reconnaît, lui-même, qu’une grande partie d’entre eux ne devrait pas être là… En voilà un autre qui découvre l’eau chaude ! Bientôt, tout ce petit monde va nous sortir l’artillerie lourde pour résoudre le problème.
Dans ce domaine comme bien d’autres, le gouvernement ressemble, de plus en plus, à un voilier sans voiles qui s’en va à la dérive.

Claude Picard

Auteur de Un colonialisme qui ne dit pas son nom
La politique de l’autruche
Politiquement pervers
La France avachie

 Copyright obligatoire en cas de citation ou de transmission de cet article, vous pouvez le copier:
Claude Picard pour Observatoire du MENSONGE

Nous aimons la liberté de publier : à vous de partager !
Ce texte est une Tribune Libre qui n’engage que son auteur et en aucun cas 
Observatoire du MENSONGE 

Dessin de couverture par MUTIO pour URTIKAN

♣   ♣   ♣   ♣   ♣

parution chaque samedi

Ne manquer plus aucun article de l’opposition qui s’oppose et soutenez-nous en vous inscrivant  ci-dessous à La Semaine du MENSONGE pour 12 € par an.

Abonnement Semaine du MENSONGE

Pour soutenir Observatoire du MENSONGE, je m'abonne un an à Semaine du MENSONGE

€12,00

NB : vérifier que notre mail n’arrive pas dans vos indésirables…

Observatoire du MENSONGE est présent dans 178 pays, suivi par + 200.000 Lecteurs avec plus de 50 auteurs qui contribuent à son succès.  Merci à tous ceux qui nous suivent,  qui partagent et qui nous soutiennent. 

Vous pouvez nous soutenir car nous le méritons en achetant ou en téléchargeant nos livres uniquement sur AMAZON en cliquant sur le titre choisi.

Découvrez en exclusivité mondiale sur AMAZON, le nouveau livre de Daniel Desurvire en cliquant ICI
↓   ↓   ↓  
Version E BOOK en cliquant

Autres livres disponibles sur AMAZON, commander en cliquant sur le titre :

Entrez votre adresse mail pour nous suivre et être notifié des nouvelles publications.

N’hésitez pas à commenter dans la rubrique « LAISSER UN COMMENTAIRE » après cet article

4 commentaires

  1. Que macron découvre maintenant le problème de l’immigration démontre, à l’évidence, qu’il n’était pas préparé à son rôle de président…..ou qu’il voulait l’ignorer.Quant à organiser un  »GRAND DEBAT »sur le sujet en réunissant une centaine de personnes par réunion pour écouter son monologue est un leurre. Pourquoi ne pas organiser un référendum où chacun pourra s’exprimer librement sur la question?
    Un  »Grand Débat » a déjà eu lieu ces mois derniers;;;;;;;;;.Silence total sur ses conclusions et les décisions à prendre pour y répondre.

    J'aime

  2. Aucun politique n’a jamais voulu prendre le problème pour ce qu’il est et la France est en train de crever. Alors quand Macron se ramène genre agneau pour en parler, on nage là en plein délire car c’est sous Hollande et Macron que le problème a gravement empiré.

    J'aime

    1. Le problème perdure depuis Giscard quand il a autorisé le regroupement familial……et bien avant, Jean-Marie le Pen en dénonçait les dangers tandis que de Gaulle craignait que sa ville s’appelle Colonbé les Deux Mosquées, ce qui est à craindre sans une réaction salutaire des Français.

      J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.