Et la laïcité ? Bordel ! N°14


Le point sur les prolepses du Coran, le prétendu aniconisme et le non moins avéré hénothéisme de l’Islam : tout ce qui procède d’une incurie cultuelle.

Et la laïcité ? Bordel !!!

Par Daniel Desurvire

Chapitre 14

c) Le point sur les prolepses du Coran, le prétendu aniconisme et le non moins avéré hénothéisme de l’Islam : tout ce qui procède d’une incurie cultuelle.

Sans agiter obstinément l’épouvantail accablant de l’esclavagisme et du ségrégationnisme des euro-américains d’antan, d’où l’abolitionnisme du 27 avril 1848 sur l’initiative de l’Abbé Henri Grégoire et de Victor Schœlcher, explorons, dans la misère tiers-mondiste, les sources explicatives à cette violence persistante qui préside encore aujourd’hui à la déstabilisation géopolitique des XXe et XXIe siècles. Examinons corrélativement la réalité et les sources de l’exorde d’un conflit éthico-cultuel et sociétal d’une religion inassimilable, agressive, expansionniste et non moins esclavagiste ; un statu quo ante chargé de préceptes antithétiques, provocateurs et malveillants dans son interprétation coranique, qui à ce jour laisse perdurer l’esclavagisme en terre d’Islam. L’excitabilité exacerbée des précepteurs obscurantistes cloisonne l’Islam, ce culte atypique (fausse religion ou secte dangereuse), lequel, dans sa rhétorique ombrageuse, refuse tout débat contradictoire, toutes les valeurs sociales et artistiques, refusant de se conformer aux standards juridiques ou moraux autres que les siens.

Puis encore, arrêtons-nous sur les conséquences dévastatrices d’une migration de réfugiés musulmans qui se déverse de façon anarchique, miséreuse et foisonnante, du malaise social, économique et insécuritaire résultant d’un assistanat permanent et résultant de la démographie bondissante d’un Islam conflictuel, faisant basculer la souveraineté de leur pays d’accueil. Bien des Mahométans s’arcboutent dès que l’on évoque les inadéquations et les digressions morales de leurs traditions, puis la détresse que suscite la pratique du Coran à l’intérieur de la société occidentale, peu réceptive aux accusations de mœurs inappropriés et à sa conscience anéthique délétère.

Contre toute formulation critique à l’égard de l’Islam et de ses préceptes coraniques, derechef, les leaders musulmans opposent la censure des tabous cultuels ; un mysticisme de façade qui invoque la profanation ou le sacrilège à tout bout de champ pour mieux cacher les inepties de leur religion. Ceux-là se retranchent invariablement derrière la martyrologie, l’outrage et le blasphème, s’excluent du dialogue et dénient tout compromis ou médiation avec les prétendus idolâtres et mécréants qui peuplent nonobstant le reste de la planète, mais que convoitent les Musulmans en quête d’une vie meilleure.

Si la migration musulmane ne manque jamais de profiter des richesses d’autrui, puis des droits fondamentaux que l’Occident lui accorde (égalité des chances, discrimination positive), dont l’hospitalité, l’adéquation des traitements sociojuridiques avec les citoyens des pays d’accueil, rappelons que la Constitution de l’Arabie saoudite, fondée sur le Coran et la sunnah, ne tolère aucune autre religion publique sur le sol du Royaume. Tout autre initiateur de dogme étranger, ne portant pas allégeance au Prophète, est jugé apostat et passible de la peine de mort s’il n’est pas expressément ordonnancé par l’émir ou le cadi local. Quant aux autres monarchies mahométanes, les républiques islamiques théocratiques de type iranien ou afghan, voire prétendument modérées comme la Turquie, soyons prévenus, au-devant même des évidences, que les droits des Chrétiens, des Juifs et des confessions tantriques ne sont guère mieux admis.

Parmi les derniers présidents iraniens, Hassan Rohani inscrivit, le vendredi 2 août 2013, son premier discours officiel contre Israël. À la veille de son investiture, il déclara tout de go devant un parterre de journalistes, que l’État hébreu était « un corps étranger qui doit être extirpé (de la région) […] Le régime sioniste est une blessure infligée depuis des années au corps du monde musulman, qui doit être nettoyé », a poursuivi le prédicateur à l’occasion de la journée annuelle de Jérusalem pour soutenir la cause palestinienne.

« Je vous informe et Dieu m’est témoin, qu’une tempête dévastatrice va déraciner la base du sionisme », a prédit le président sortant avant la prise de fonctions le samedi suivant du nouvel élu Hassan Rohani. Les deux acolytes se sont entendus pour déclarer devant une foule rassemblée à Téhéran : « Israël n’a pas de place dans cette région ». En Iran, le Coran y est une lecture raciste plus qu’ailleurs, un fait avéré qui ne soulève même pas l’émotion ou la désapprobation publique des politiciens occidentaux, ni n’aura fait l’objet d’une quelque publication médiatique plutôt phagocytée par la question palestinienne ; un prétexte opportun sur le dos des ennemis sunnites, tout au plus une menace à peine voilée, un détonateur shî’ite déjà amorcé.

Élu le 14 juin 2013, Hassan Rohani est un religieux sexagénaire, dit réputé pour sa modération et son attachement aux droits de l’homme … mais vus et corrigés à la mode islamique. Il s’affirme être ouvert au dialogue avec l’Occident, tout en souhaitant infliger à la civilisation judéo-chrétienne les pires cauchemars, cela dans l’attente de son anéantissement avec la sortie imminente de la future bombe sale iranienne, aux composants chimiques et nucléaires de destruction massive, qui prélude l’instauration d’une sharî’a mondiale. Petite information, vu sous le spectre d’un isotope ionisant qui menace cette portion de la planète, ce barbu fanatique était précédemment en charge du dossier nucléaire iranien au titre de négociateur avec les inspecteurs de l’AIEA avant son intronisation.

Juste avant, le président iranien sortant, Mahmoud Ahmadinejad qui ne voulait pas être en reste, avait affirmé vouloir rayer Israël de la carte du mondeDe façon prémonitoire en Iran, Israël n’existe déjà pas dans les manuels scolaires. Ses prêches furent acclamés devant une foule de groupies rassemblée à Téhéran. Quant à cet imâm fraichement élu, ancien clerc affidé à la personne de Ruhollah Khomeiny, il n’eut aucune difficulté à composer avec Ali Khamenei, le guide suprême de la Révolution et le Parlement conservateur. La modération en Islam, c’est comme la tolérance, une taqiyya déguisée en miséricorde.

À suivre

Daniel Desurvire


Ancien directeur du Centre d’Étude juridique, économique et politique de Paris (CEJEP), correspondant de presse juridique et judiciaire. Daniel Desurvire est l’auteur de : « Le chaos culturel des civilisations » pointant du doigt les risques de fanatisme de certains cultes et de xénophobie de certaines civilisations, auxquels s’ajoutent les dangers du mal-être social, de la régression des valeurs morales et affectives ou de la médiocrité des productions culturelles, dont la polytoxicomanie en constitue l’un des corollaires. L’auteur choisit d’opposer le doute et le questionnement aux dérives dogmatiques et aux croyances délétères » (in, Les cahiers de Junius, tome III, “La culture situationniste et le trombinoscope de quelques intellectuels français” : Édilivre, 2016).


♣ ♣ ♣

Copyright obligatoire en cas de citation ou de transmission de cet article, vous pouvez le copier: Daniel Desurvire pour Observatoire du MENSONGE


♣ ♣ ♣


Achetez le livre Et la laïcité ? Bordel !!! en exclusivité sur AMAZON : en cliquant ICI (Disponible aussi en version numérique)


Nous vous remercions de nous aider en vous abonnant à


parution chaque samedi

La Semaine du MENSONGE pour seulement 12 € par an. 

Validation sécurisée du formulaire de paiement en cliquant ICI

En cadeau, pour tout abonnement à Semaine du MENSONGE, vous recevrez mon dernier livre en PDF « à travers mes commentaires »(V2)

*****

NB : vérifiez que notre mail n’arrive pas dans vos indésirables…

 

Observatoire du MENSONGE est présent dans 178 pays, suivi par + 200.000 Lecteurs avec plus de 60 auteurs qui contribuent à son succès.  Merci à tous ceux qui nous suivent,  qui partagent et qui nous soutiennent. 

Nous avons besoin de votre soutien ! Comment ?
Soit vous nous suivez, c’est gratuit, soit vous vous abonnez (12€ par an) à Semaine du MENSONGE, soit en faisant un don. – voir ci dessous –

Même modeste, à partir 1 Euro, votre don ne peut que nous aider. Merci ! Alexandre Goldfarb

Un commentaire

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.