La liberté d’expression confisquée


Une conjuration de l’exécutif contre la Nation : la loi « Avia »

La liberté d’expression confisquée

Par Daniel Desurvire

Une conjuration de l’exécutif contre la Nation : la loi « Avia »

Partie I

Lorsqu’une proposition de loi (une émanation de l’Élysée) vise à éteindre une liberté fondamentale, ses protagonistes usent de moyens perfides pour mieux dissimuler la réalité de leurs intentions. Parmi ces procédés, il en est un que beaucoup de Français connaissent : faire voter une mesure législative dans le dos des vacanciers en pleine période estivale. Ce fut le cas notamment avec ladite « Loi relative au renseignement » (n° 2015-912) qui fut promulguée le 24 juillet 2015 sous la mandature présidentielle de François Hollande, donc entre le 14 juillet et le 15 août (voir infra, note 4). La loi dite « Avia », en est une autre, puisque ce texte, au contenu scélérat, fut en gestation dès le début de l’an 2019, discuté en séances parlementaires depuis fin 2019, puis adopté le 13 mai 2020 ; soit dit finalisé en période de crise sanitaire et de confinement pour mieux passer inaperçu.

Un autre subterfuge consiste à habiller le texte d’honorabilité, alors qu’en filigrane le pire à redouter s’inscrit précisément dans ce texte de loi : l’arbitraire sans contrôle judiciaire et/ou d’une Autorité administrative indépendante (AAI) sur la confiscation discrétionnaire du droit d’expression numérique. Moins visible mais tout aussi efficace, s’exerce la censure par le chantage fiscal[1] de la presse et du livre, les manipulations, mystifications et dissimulations de l’information, puis encore le viol de la vie privée des citoyens. Les fake news (fausses nouvelles, informations fallacieuses) seront traitées selon le profil de l’actualité revue et corrigée unilatéralement par le pouvoir exécutif qui l’instrumente. Le rédacteur du projet se sera même retranché derrière l’article 6 (2 du I) la loi n° 2004-575 du 21 juin 2004 (Voir infra, note 7) pour la confiance dans l’économie numérique, afin de dédouaner les censeurs ; nommément les opérateurs de personnes physiques et morales chargées d’opérer à titre privé pour le compte du pensionnaire de l’Élysée.


[1] D’où les violences économiques du ministère des finances, telles les suppressions d’exonérations catégorielles et de subventions corporatives, susceptibles de placer rapidement en cessation des paiements les éditeurs, la presse et autres distributeurs d’information, dont le fonctionnement est directement lié aux aides de l’État français interventionniste. En d’autres termes, il ne s’agit rien de moins que d’un berlusconisme fiscal.

Entrer une adresse mail valide dans la case dédiée.

Il en ressort que la responsabilité de ce personnel aux fonctions inquisitoriales n’est même pas engagée, nonobstant leurs manquements ou inaptitude présumée, comme d’agir promptement sans réfléchir ni vérifier le contenu faisant l’objet d’une sanction de retrait ou pas de la toile. Or ici, il ne s’agit plus seulement de signaler un contenu litigieux sur une communication en ligne, voire de restreindre l’accès à certains services, notamment avec le concours de prestataires techniques parfois bénévoles, car dès la mise en chantier de cette loi, il peut en découler la capture d’un droit d’auteur, la confiscation d’une liberté fondamentale, une spoliation intellectuelle pour les abonnés et les chercheurs, sans juge indépendant ni autorité de contrôle habilitée, ni droit de réponse véritablement accessible. Non, le référencement à la loi du 21 juin 2004 n’est pas seulement inadéquat, mais il constitue un grand écart d’interprétation abusif, contrefait, usurpé.

Afin de camoufler le déshonneur d’une intention présidentielle, un chef d’État qui cherche compulsivement à éliminer toute critique à son égard, d’où l’opposition légitime, puis de laminer les règles de la démocratie, rien de mieux que de parer ses projets d’un mérite inaltérable avec des expressions que tout citoyen respectueux des institutions aime à entendre. Sauf qu’à écouter toujours la même litanie sous couvert d’un pharisaïsme ostentatoire, certains leitmotive finissent par paraître révélateurs, pour ne pas dire suspects de desseins glauques. J’en veux pour exemple l’article 1er du projet de loi n° 1785 du 20 mars 2019 qui expose sa vertu immaculée à l’ingénuité de son public, mais en occultant dans les coulisses de ses intrigues la réalité de sa félonie. Sur le registre des motifs qui président à cette loi, le monde respectueux ne peut que s’accorder, sachant qu’en façade, il est question de lutter contre le terrorisme, la pédopornographie, l’incitation à la haine, la violence, le racisme, mais aussi les injures contre les discriminations de genre et de culte, d’orientation sexuelle, d’handicap etc. Rien de plus normal sur le plan éthique, rien que l’auteur de ces mobiles ne saurait autrement que d’y souscrire. Mais c’est à cet endroit que le piège se referme.

Les principaux rédacteurs de ce texte, inspirés par Emmanuel Macron en mars 2018 lors d’une rencontre dinatoire au CRIF[1], dressèrent un rapport remis au Premier ministre le 20 septembre de la même année dans le but de renforcer la surveillance des plateformes sur internet, pour vraisemblablement mieux disséquer les intentions et agissements de ses détracteurs. Bien entendu en surface, il fallait travestir une telle opération inquisitoriale en lui donnant l’apparence des meilleures intentions, notamment contre « la haine » sans plus de détail. Or, ce vocable isolé fut par suite reconsidéré, car il ne constitue pas juridiquement une infraction, d’où l’ajout postérieur de l’attribut « incitation » pour induire une direction visible et acceptable à ce substantif en période d’attentats répétitifs commis au cri d’Allah akbar ; autrement dit l’aboutissement effroyable d’une haine raciale lorsqu’elle s’exprime au-delà de la discrimination, de la calomnie ou de l’injure.

Derrière cette mascarade de textes surabondants, se dresse un rempart dissuasif, sinon l’arbre qui cache la forêt. La redondance des clichés qu’enferme le foisonnement de textes législatifs et réglementaires depuis la loi cadre sur la liberté de la presse du 29 juillet 1881, dont un chapitre concerne les comportements et diffamations racistes que le code pénal réprime apparaît ambiguë, sinon étrange. De surcroît, la loi n° 72-546 du 1er juillet 1972 modificatrice de la loi de 1881 susdite, aura introduit un autre thème répréhensif, ainsi la provocation à la discrimination, à la haine et à la violence à l’égard d’une ethnie, d’une nation, d’une race ou d’une « religion déterminée* ». Cette obsession multiculturaliste, pour un melting pot harmonieux, coïncide dix années après la fin de la guerre d’Algérie, sous les vagues successives et massives de réfugiés maghrébins sur le territoire français, d’où les frictions de civilisation de cultures peu miscibles entre les nationaux patriotes, hébergeurs et terre d’accueil néanmoins présumés xénophobes, face aux ghettos de réfugiés communautaristes autoproclamés martyrs de la civilisation occidentale par ses prédicateurs.

Or, ce dernier volet de la loi susmentionnée* est déjà contestable, dès lors qu’une religion, précisément l’islam, inscrit moult fois dans son livre sacralisé et dans sa tradition orale (fiqh et shari’a) son intolérance envers toutes les idéologies et confessions qui ne sont pas musulmanes, en ordonnant à ses croyants d’éliminer physiquement les Juifs, les incroyants et les apostats, voire les torturer de la pire des manières, les spolier, asservir les filles à la condition d’esclave sexuelle et domestique, puis encore les marier et/ou les violer selon le désir de leur propriétaire[2] ; cela pour mériter les jardins d’Allah et ses houris. En l’occurrence, la loi Pleven se sera elle-même infirmée, en ce sens où cette mesure aurait dû, selon toute logique, se retourner contre les préceptes cultuels de l’islam, laquelle confession présente toutes les caractéristiques martiales, enseigne la haine et impose erga omnes sa ségrégation et ses codes. Les mesures législatives cumulées présentées ci-dessous sont propres à interdire le Coran en l’état et les hadîts pour les mêmes motifs prohibés, tels qu’énumérés ci-dessus.


[1] Il s’agit notamment de l’écrivain franco-algérien Karim Amellal et de la franco-togolaise Laetitia Avia (députée LREM de Paris) qui devînt rapporteur de cette loi.

[2] Voir de l’auteur, « Les pages noires du Coran à bannir du XXIe siècle » (www.edilivre.com/doc/241487 – « Et la laïcité ? Bordel ! » éditions de L’Observatoire du mensonge).


À suivre

Daniel Desurvire


Ancien directeur du Centre d’Étude juridique, économique et politique de Paris (CEJEP), correspondant de presse juridique et judiciaire. Daniel Desurvire est l’auteur de : « Le chaos culturel des civilisations » pointant du doigt les risques de fanatisme de certains cultes et de xénophobie de certaines civilisations, auxquels s’ajoutent les dangers du mal-être social, de la régression des valeurs morales et affectives ou de la médiocrité des productions culturelles, dont la polytoxicomanie en constitue l’un des corollaires. L’auteur choisit d’opposer le doute et le questionnement aux dérives dogmatiques et aux croyances délétères » (in, Les cahiers de Junius, tome III, “La culture situationniste et le trombinoscope de quelques intellectuels français” : Édilivre, 2016).


♣ ♣ ♣

Copyright obligatoire en cas de citation ou de transmission de cet article, vous pouvez le copier: Daniel Desurvire pour Observatoire du MENSONGE


♣ ♣ ♣


Nous aimons la liberté de publier : à vous de partager !

Ce texte est une Tribune Libre qui n’engage que son auteur et en aucun cas Observatoire du MENSONGE 

A lire sur le même sujet : Liberté : départ quai AVIA



Achetez le livre Et la laïcité ? Bordel !!! en exclusivité sur AMAZON : en cliquant ICI (Disponible aussi en version numérique)


« La religion des quanta et des quasars »
Le nouveau livre de Daniel Desurvire en vente en exclusivité sur AMAZON
Format livre c’est ICI format KINDLE c’est
synopsis : dans une réalité alternative, ce voyage entre la Terre et Sagittarius A, le trou noir de la Voie lactée, met en exergue les conséquences de nos mentalités projetées dans le sombre devenir de la planète. On y découvre l’inexorable destin d’une civilisation insouciante quant aux pollutions anthropiques qui annihilent la planète, ou les dogmes réducteurs que la social-démocratie hésite à repenser sous le sceau de ses labels complaisants…

Vous avez le droit de nous soutenir en vous abonnant simplement à :

parution chaque samedi

La Semaine du MENSONGE pour 12 € par an. Votre aide nous est précieuse  !

Validation sécurisée du formulaire de paiement en cliquant ICI

En cadeau, pour tout abonnement à Semaine du MENSONGE, vous recevrez mon dernier livre en PDF « à travers mes commentaires »(V2)

*****

NB : vérifiez que notre mail n’arrive pas dans vos indésirables…

Observatoire du MENSONGE est présent dans 178 pays, suivi par + 200.000 Lecteurs avec plus de 60 auteurs qui contribuent à son succès.  Merci à tous ceux qui nous suivent,  qui partagent et qui nous soutiennent. 

La vérité dérange souvent en politique : mais nous devons la dire !
Pour cela votre contribution est essentielle.
Sans votre aide financière, le site disparaitra.
Observatoire du MENSONGE est le premier site de l’opposition en France et vaut bien votre contribution..

N’hésitez pas à commenter après cet article ! Vous pouvez utiliser un pseudo et votre adresse mail n’apparaitra pas…

6 commentaires

  1. Comme toujours, lorsque Daniel DE SURVIRE exprime sa pensée, elle « sonne » toujours juste et sans tâche.
    Il nous offre un cours magistral d’histoire géopolitique de notre société française plein de bon sens, une pensée, comme nous aimerions l’ entendre en nos Institutions officielles qui naviguent depuis trois ans et plus…avec une opiniâtreté Malsaine , et de façon très nocive , contaminant la morale , notre Histoire, et nos vies intellectuelles , en imposant au peuple de France, la pensée unique qui est source de guerre fratricide entre diverses ethnies.
    Affrontements qui deviennent inéluctables lorsque la HAINE couve depuis trop longtemps , elle surgit , sous de faux prétextes, parce que mensongers, fallacieux, et malhonnêtes , mais Haine toujours fomentée par le pouvoir, lui-même, pour mieux atteindre l’objectif final imposé par une engeance qui impose les fondations d’un régime qui deviendra totalitaire en fin de parcours après avoir suivi le chemin tortueux et de pensée criminelle qui résulte d’une dictature née sous la loi et ses corollaires que nous savons …
    Ainsi, sous l’incitation d’un prétentieux incompétent en tout et en rien , puisque son bilan est catastrophique pour le peuple de France, mais excellent pour les très très riches et celui de ses courtisans connus et reconnus pour tels, ils guident nos choix qui ne sont pas ceux du peuple de France , peu importe, grâce au subterfuge bien connu de la Manipulation dite machiavélique des peuples enseignée par des ânes-perroquets voulant croire que les Citoyens qui semblent devenus des moutons accepteront d’être asservis, toujours plus, sans se rebeller.
    Grave et fatale erreur, les peuples ne sont pas dupes et Daniel de SURVIRE l’a compris brillamment comme toujours , et en a fait la très Respective Dénonciation avec sa lucidité habituelle.
    Son esprit est hautement recommandable à tous les Citoyens du monde devenus esclaves, malgré eux, d’une idéologie en marche qui épouse les formes d’un régime pensé dans les années les plus sombres de notre histoire .
    Ces idéologues ont pour mission de laminer toutes les classes MOYENNES, qui survivent encore sur Terre, en outre, de briser notre sécurité sociale, nos libertés publiques et individuelles, pour en finir , enfin, avec notre république qui doit mourir, selon cette infecte et ignoble idéologie en marche contre les peuples qui dérangent leur odieux et criminel dessein .
    En vérité , sur notre planète, je croyais que nous n’ entendrionrions plus jamais prononcer de paroles haineuses envers tous les êtres exemplaires qui sont restés des « SANS RIEN » , ceci, par la faute de
     » représentants » élus , de mauvaise composition , à la botte d’ oligarchies troubles qui sèment toutes les formes de terrorisme et de peur sur la Terre en maltraitant les populations qui sont humaines et non des robots.
    Par leurs actions infectieuses , ils se sont rendus responsables et coupables
    d’ alimenter la HAINE , en semant volontairement le désespoir parmi plusieurs milliards d’êtres humains sur notre planète.
    Planète magnifique devenue très malade, en se gavant éhontément, indécemment face à un enfant qui meurt de FAIM , toutes les quinze secondes, dans ce monde infâme adepte du veau d’ or, ces dirigeants….dans le monde… qui se nourrissent de grand homard, des pommes , fruits, légumes des meilleurs vergers de France , pourrissent. Tout ce qui ‘ils touchent.
    Ils auront construit égoïstement, par leur arrogance , leur suffisance : le sentiment de HAINE que commencent à ressentir toutes celles et tous ceux qui ne sont pas de leur caste.. les « enfoirés »..comme ils déclarent à voix haute dorénavant et comme dirait notre regretté humoriste Coluche , s’il était encore auprès de tous les déshérités…et victimes de cette caste indigne de diriger …
    Que ces politiques de dingue se rappellent que dans l’histoire du monde, lorsque les peuples ne subissent plus que Misère, et que Désespérance, ils contribuent à nourrir la HAINE qui se retournera contre eux.
    Tout simplement..mais cruellement…
    J’espère que tous les êtres qui ont encore un peu d’humanité en leurs cœurs, quelle que soit leur rang, grade et qualité sauront choisir leur vraie famille de cœur le moment venu…
    De leur choix dépendra l’Avenir de ce monde en danger de mort….
    Lorsqu’ils auront vaincu la peur , ils retrouveront la Liberté pour vaincre ..
    la barbarie…et les terrorismes.
    LE. REDOUTABLE..

    J'aime

  2. C’est un article qu’il faut lire car il restera comme un signal fort de la dictature qui s’installe en France. les naïfs vont finir par comprendre dans quoi ils se sont embarqués avec Macron.

    Aimé par 1 personne

  3. La liberté d’expression confisquée, en d’autres termes « ferme ta gueule et tais toi ??? » Il est vrai que depuis le début de cette mandature, nous sommes liés par ce que l’on appelle DICTATURE sous un régime de république de voyous et ou bananière….Vous le dite si bien et je vous cite : « Afin de camoufler le déshonneur d’une intention présidentielle, un chef d’État qui cherche compulsivement à éliminer toute critique à son égard, d’où l’opposition légitime, puis de laminer les règles de la démocratie, rien de mieux que de parer ses projets d’un mérite inaltérable avec des expressions que tout citoyen respectueux des institutions aime à entendre. »
    Le peuple est muselé , il ne lui reste plus que la rue pour exprimer son dégoût….

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.