Le dernier bastion de la démocratie vient de tomber


Emmanuel Macron orchestre une course au pouvoir absolu qui ne peut que faire sauter la démocratie.

Le dernier bastion de la démocratie vient de tomber

Par Daniel Desurvire

Dans un entretien emmené par Olivia Dufour pour le quotidien juridique et judiciaire « Les Petites Affiches » (aux éditions Lextenso : réf. n° 155h9, p. 4) du 22 juillet 2020 et Maître Olivier Bluche, avocat associé du cabinet Reinhart Marville Torre, avocat aux barreaux de Paris et New-York, ancien secrétaire de la conférence, j’ai été édifié par la tournure que prend le système judiciaire en France, en particulier depuis la crise sanitaire (Covid-19), qui aura servi de prétexte, certes inopportun, mais révélateur des intentions prédatrices du pouvoir exécutif sur l’ensemble des composantes démocratiques du pays.
Ce tremplin pour la course au pouvoir absolu, orchestré par le Président Emmanuel Macron, quoique déjà amorcé par son prédécesseur François Hollande, a pour objectif évident de galvauder le droit processuel. Le pouvoir judiciaire, désormais éconduit par la faconde autoritariste des oligarques, depuis le mandat échu de Nicole Belloubet (alors Garde des sceaux et courroie de transmission de Matignon), avait jusqu’ici réussi à échapper à l’emprise boulimique de l’establishment sis au 55 rue de Faubourg Saint-Honoré à Paris.
Par cet interview, mais aussi par décret (voir infra) et par la voie d’une ordonnance relative à l’état d’urgence sanitaire (n° 2020-304 du 25 mars 2020), nous réalisons que la justice judiciaire se détourne du passage obligé de l’audience, pour y rendre une justice sans procès. En laissant croire aux citoyens lambda, à travers les lignes du droit constitutionnel et des codes de procédures civile et pénale, que le socle processuel est en bonne marche, il s’avère dans les faits que les défendeurs ne disposent que d’une quinzaine de jours pour manifester leur désaccord et organiser leur plaidoirie : « Sur le papier, les droits fondamentaux des justiciables sont respectés puisqu’on leur laisse le choix entre une procédure avec ou sans audience ». Mais l’enfer, selon l’expression consacrée, est pavé de bonnes intentions. L’objectif que l’exécutif s’est fixé, consiste à étrangler la voie d’accès à une juridiction de première instance, puis d’appel, en semant sur le parcours du justiciable et de son avocat une cascade d’obstacles insurmontables d’où se déverse « Un formalisme pointilleux encadré par des délais-sanctions ». De sorte que « sans audience » vaut mieux que « pas de jugement » ?

Entrer une adresse mail valide dans la case dédiée.

Ce jeu pernicieux où l’État confisque au citoyen l’accès à un vrai jugement, fait souvent l’objet d’une analyse glauque, où le tribunal est présenté comme frappé d’obsolescence, là où l’intelligence artificielle permet d’effacer, à l’aide de ses programmes intuitifs et chargés de jurisprudence, de balayer les délais d’investigation juridiques, puis d’arbitrer le procès selon une hypothétique décision relevant de processlogarithmiques. Quid de l’office du juge, son rôle de régulateur, sa dimension humaine ? Lorsque l’outil prend la place de celui qui le manipule, il devient le robot qui confisque l’initiative, le talent, le savoir, l’empathie. De sorte que l’IA doit rester l’outil, si l’on ne veut pas que cette intelligence glaciale soit programmée par des techniciens pour servir des intentions malveillantes sous la conduite de politiciens habités par l’obsession du pouvoir, plutôt qu’à servir la démocratie et le peuple.
Par ce dédale d’une sinuosité infernale, nous entrons dans le huitième défi herculéen parodié par René Goscinny et Albert Uderzo dans le satyre des « Douze travaux d’Astérix » ; autrement-dit dans la maison qui rend fou ; un labyrinthe bureaucratique sans logique, à dessein de décourager le demandeur comme le défendeur ! Ce formalisme dissuasif fait oublier la notion même de justice, un droit qui efface l’écoute et la compréhension, une démarche « plaquée sur le vécu » constitutive d’un droit prétorien « qui doit en passer par l’imperium de la justice ». À défaut d’une véritable rencontre tangible qui respecte le débat contradictoire, la justice se voie désincarnée, sans oralité, vidée de sa substance. Il ne s’agit plus alors que de décisions administratives kafkaïennes, en reprenant l’expression de l’auteur ; la formulation plutôt que le formulaire !
Il est rappelé l’article 6 de la Convention EDH où chacun a le droit à ce que sa cause soit entenduepubliquement, par un tribunal impartial et dans un délai raisonnable. Ce qui est proposé au lendemain du déconfinement, c’est une procédure désincarnée donc virtuelle, à juge unique ; cela en guise d’une justice impartiale dépouillée de la présence effective des parties. Ces réformes successives, pour répondre prétendument à une situation d’exception en raison d’un état d’urgence sanitaire, ne sont pas précisément nées de la pandémie virale, puisque ce naufrage avait déjà commencé à faire chavirer les fondamentaux du pouvoir judiciaire avec le décret n° 2019-1333 du 11 décembre 2019 réformant la procédure civile : unification des modes de saisine, simplification des exceptions d’incompétence, extension des pouvoirs du juge de la mise en état, et consécration du principe de l’exécution provisoire des décisions de justice.
En prétendant améliorer la qualité de la justice rendue sous le sceau de la simplification, toujours au motif de l’insuffisance des moyens, la ministre de la Justice susmentionnée a consacré au juge des pouvoirs exorbitants de juge et partie dans les affaires civiles. En reléguant aux avocats des parties l’obligation formelle de tentatives de règlement amiable, les professionnels de la plaidoirie et de la réquisition se voient relégués hors des salles d’audience. Par ce cheminement détourné, étroit et sélectif, les petits litiges ne seront plus traités en justice, mais seront relégués dans les coursives de la médiation. Et Maître Olivier Bluche d’ajouter : « Le repli sur soi des magistrats dans les tribunaux récemment transformés en bunker, qui refusent de voir les avocats et les justiciables, est en fait l’expression d’un profond mal-être ».
Ce jeu pernicieux où l’État confisque au citoyen l’accès à un vrai jugement est encouragé par une mésestime technocratique frisant la suffisance, où le tribunal est présenté comme frappé d’obsolescence. Là où l’intelligence artificielle permet d’effacer, à l’aide de sa logique computationnelle, ses programmes intuitifs et chargés de jurisprudence, de balayer les délais d’investigation juridiques, puis d’arbitrer le procès selon une hypothétique décision relevant de process logarithmiques, la magistrature aux fonctions pluridisciplinaires est cantonnée au rôle d’un huissier de séance. Quid de l’office du juge, son rôle de régulateur, sa dimension humaine ? Lorsque l’outil cybernétique prend la place de celui qui le manipule, il devient le robot qui confisque l’initiative, le talent, le savoir, l’empathie. De sorte que l’IA doit rester l’outil, si l’on ne veut pas que cette intelligence glaciale soit programmée par des techniciens pour servir des intentions malveillantes sous la conduite de politiciens habités par l’obsession du pouvoir, plutôt qu’à servir la démocratie et le peuple.
En conclusion, retenons principalement que l’absence d’une confrontation réelle, physique et orale en audience publique, remet en cause le principe d’une justice équitable et impartiale, le justiciable comme le plaignant faisant les frais de cette politique de raccourci, de mépris et d’altération des procédures. L’équilibre de l’autorité d’un juge ne peut se concevoir autour d’un seul magistrat du siège, fut-il honorable et compétent, sauf à en revenir à une justice seigneuriale, une féodalisation qui passe par un prévôt, un bailli ou un sénéchal, balisée par des poteaux de justice armoriés. En France, la délimitation lex fori se trouve ostensiblement ordonnancée depuis l’Élysée, via le Coronavirus qui dédouane l’arbitraire, via l’Hôtel de Bourvallais, courroie de transmission du huitième chef d’État de la cinquième République qui se moque de la séparation des pouvoirs, puisque devenu ipso facto censeur et césarien ; le plus inamovible des magistrats !

Daniel Desurvire


Ancien directeur du Centre d’Étude juridique, économique et politique de Paris (CEJEP), correspondant de presse juridique et judiciaire. Daniel Desurvire est l’auteur de : « Le chaos culturel des civilisations » pointant du doigt les risques de fanatisme de certains cultes et de xénophobie de certaines civilisations, auxquels s’ajoutent les dangers du mal-être social, de la régression des valeurs morales et affectives ou de la médiocrité des productions culturelles, dont la polytoxicomanie en constitue l’un des corollaires. L’auteur choisit d’opposer le doute et le questionnement aux dérives dogmatiques et aux croyances délétères » (in, Les cahiers de Junius, tome III, “La culture situationniste et le trombinoscope de quelques intellectuels français” : Édilivre, 2016).


♣ ♣ ♣

Copyright obligatoire en cas de citation ou de transmission de cet article, vous pouvez le copier: Daniel Desurvire pour Observatoire du MENSONGE


♣ ♣ ♣


Nous aimons la liberté de publier : à vous de partager !

Ce texte est une Tribune Libre qui n’engage que son auteur et en aucun cas Observatoire du MENSONGE 


Si vous ne voulez pas vivre dans une France libanisée en ruines, alors c’est le moment de s’engager et de rejoindre, le seul mouvement d’opposition !


Achetez le livre Et la laïcité ? Bordel !!! en exclusivité sur AMAZON : en cliquant ICI (Disponible aussi en version numérique)


« La religion des quanta et des quasars »
Le nouveau livre de Daniel Desurvire en vente en exclusivité sur AMAZON
Format livre c’est ICI format KINDLE c’est
synopsis : dans une réalité alternative, ce voyage entre la Terre et Sagittarius A, le trou noir de la Voie lactée, met en exergue les conséquences de nos mentalités projetées dans le sombre devenir de la planète. On y découvre l’inexorable destin d’une civilisation insouciante quant aux pollutions anthropiques qui annihilent la planète, ou les dogmes réducteurs que la social-démocratie hésite à repenser sous le sceau de ses labels complaisants…

Nous vous remercions de nous aider en vous abonnant à


parution chaque samedi

La Semaine du MENSONGE pour seulement 12 € par an. 

Validation sécurisée du formulaire de paiement en cliquant ICI

En cadeau, pour tout abonnement à Semaine du MENSONGE, vous recevrez mon dernier livre en PDF « à travers mes commentaires »(V2)

*****

NB : vérifiez que notre mail n’arrive pas dans vos indésirables…

 

Observatoire du MENSONGE est présent dans 178 pays, suivi par + 200.000 Lecteurs avec plus de 60 auteurs qui contribuent à son succès.  Merci à tous ceux qui nous suivent,  qui partagent et qui nous soutiennent. 

Pour vous abonner à notre chaîne YOUTUBE : cliquer ICI 

Retrouvez Observatoire du MENSONGE sur Facebook en cliquant ICI

5 commentaires

  1. Bravo à Daniel Desurvire pour cette information que nos médias ignorent. Au moins, ici, on est ré-informé et c’est bien expliqué.

    J'aime

  2. L’analyse de M. Daniel DESURVIRE révèle un « Monsieur » doué d’une grande honnêteté intellectuelle , d’un solide bons sens et d’un excellent jugement .

    Pour ma part, pour avoir vécu très très proche du  » Système », ceci, en France et ailleurs, durant plusieurs décennies , auprès de tous les gouvernants successifs, lesquels , par malhonnêteté , démagogie, incompétence, ou idéologie , ont tous accumulé les erreurs , il ne faut donc point s’étonner si les finances publiques ressemblent au tonneau des Danaïdes. De même suite, par un récurrent manque de moyens, l’insécurité explose, l’immigration de « repeuplement » a transformé notre Identité nationale …en un grand mal être et le peuple vit dans un climat anxiogène devenu de plus en plus insupportable pour la grande majorité des Françaises et Français.

    Je l’affirme, suite à mon Tour de France de toute une population qui estime que la fin du système est proche, très proche,..et , ce n’est point une dictature qui réglera tous nos problèmes, financiers, sociétaux, sociaux, etc.

    Nous savons que nos gouvernants veulent conserver le pouvoir ,non point dans l’intérêt collectif , mais pour eux et leur caste.politico -médiatico- adminsitrative ..méprisant les vraies élites qui ont travaillé vraiment et travaillent encore, pour que la France ne sombre pas…trop vite dans la « Décadence Profonde » dans laquelle nos gouvernants, de tous rangs, grades et défauts, nous entrainent ..depuis 1972…surtout le  » der des der » (qui ne sait rien ), sauf d’ajouter des dettes aux dettes. Ce n’est sûrement pas la meilleure façon d’assainir les finances publiques..
    Point n’est besoin d’être un anarchiste de génie pour gouverner comme un nul…le précédent était stupide, celui-ci, selon M. Charles GAVE , je le cite : « est idiot ! « . Fin de citation…

    C’est du lourd, convenons-en.., une bonne fois pour toute, il est urgent que le peuple de France se réveille, enfin, avant 2022.

    Partout dans le monde , y compris les plus grandes puissances économiques se moquent de Nous et s’interrogent sur l’esprit français. En effet, Il fut un temps , notamment, aux États -Unis , où le symbole de la France était Alexis de Tocqueville , et aujourd’hui : règne un esprit nommé « RIEN « , que soutiennent et célèbrent des médias de gauche et d’ultra gauche, rémunérés par huit milliardaires…un non sens ? Pas vraiment…Quant au parti dit « républicain », il brille pas son absence, pis encore, s’entendant fort bien avec le gouvernant, il va même jusqu’à voter des lois anti-constitutionnelles pour ne pas lui déplaire…(loi AVIA).
    Le comportement de ces hiérarques est très proche de celui des mandarins de la dynastie décadente des « Quing » qui voulaient toujours croire que leur pays était le plus grand et la plus puissante de toutes les Nations… provoquant la stupéfaction ironique de tous les observateurs étrangers, nous savons ce qu’il en est advenu…avec tous les graves effets collatéraux qu’ont du subir cinquante millions de victimes…suite à une  » Longue Marche « .
    Il va sans dire qu’aujourd’hui, de tels constats ne sont pas acceptables ni acceptés par la majorité de nos compatriotes en France , la réalité est que: face à dix millions de Français qui vivent sous le seuil de la pauvreté, et à quinze millions d’assistés qui ne survivent que grâce aux aides sociales , les contribuables paieront toujours davantage pour faire face aux dépenses d’une république toujours plus Pauvre , ainsi que la Justice, la Sécurité, Police et Gendarmerie, lesquelles Institutions seront débordés , par faute de moyens…comme toujours, si nos gouvernants continuent à vouloir imiter le précepte MACHIAVEL, dans le seul objectif de rester au pouvoir, oubliant l’intérêt collectif qui devrait être le seul et unique objectif : celui de travailler ensemble au service de la France.

    J'aime

  3. C’est un article bien documenté comme toujours avec Daniel Desurvire, qui a le mérite d’être un vrai lanceur d’alertes.

    J'aime

  4. Merci Daniel Desurvire pour cet excellent écrit qui démontre une fois de plus la main mise du pouvoir sur le juridique, on peut se rendre compte que la séparation des pouvoirs est bien jetée dans le caniveau…Comment faire confiance en une justice qui n’est pas rendue « au nom du peuple  » mais plutôt une justice de complaisance….
    En effet de victime on passe à voyou et inversement….
    Une question : Que ferions-nous si demain l’autorité publique, déjà fissurée, venait à s’effondrer ? N’oublions pas que cela était près de se produire en début d’année 2019 avec la révolte des Gilets jaunes qui a failli se transformer en mouvement insurrectionnel.
    « La chienlit règne aujourd’hui en France, les Français étant pris en otage, agressés – certains y laissant la vie – spoliés par les corporatismes, les communautarismes et les factions politiques. C’est ainsi que chacun manie le chantage pour faire prévaloir son intérêt particulier au détriment de l’intérêt général…
    Une citation :
    « Pour illustrer les conséquences calamiteuses de cette soi-disant religion, le TGI de Paris détenait, rien qu’en décembre 2016, 384 dossiers brûlants mettant en cause 1 236 islamistes. 134 magistrats, dont 13 affectés à la lutte anti-terroriste sont mobilisés, indiqua le procureur François Molins le 23 janvier 2017. Dans les couloirs du Palais, on y évoqua un contentieux insondable avec, pour épée de Damoclès, 693 djihâdistes aux ordres de Daesh ayant nationalité française de retour de Syrie, dont presque 300 femmes. Plus de 250 de ces combattants sont morts sur zone. Selon un bilan en date du 12 mai 2017, 213 de ces individus sont revenus sur le territoire national depuis 2015. »
    Daniel Desurvire

    J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.