Contrainte sanitaire ou dictature ?


Certes, aujourd’hui, nos institutions sont encore d’obédience démocratique, mais, comme dans une dictature, notre quotidien devient oppressant, suffocant et insupportable.

Contrainte sanitaire ou dictature ?

Par Claude Picard

La tentation totalitaire n’est jamais très loin dans l’esprit d’un homme ayant quelque autorité. Surtout quand celui-ci détient le plus haut poste gouvernemental d’un pays, d’une région ou d’une ville. Et d’autant plus quand la situation se dégrade au point que les institutions ne tiennent plus et que l’anarchie s’installe avec, fatalement, son lot de corruption et d’ensauvagement. Ce terreau est toujours favorable à la dictature !

Certes, aujourd’hui, nos institutions sont encore d’obédience démocratique, mais, comme dans une dictature, notre quotidien devient oppressant, suffocant et insupportable. Nous avons eu, depuis des décennies, la dictature de la pensée unique et maintenant, en plus, nous avons une dictature sanitaire qui exige une série d’obligations de comportements contrariants et anormaux. Toute notre vie sociale est soumise aux diktats du ministère de la Santé et à la répression de la force publique. Tout contrevenant devra payer une amende et en cas de récidive, il pourra faire de la prison. Tout cela, bien sûr, pour le bien-être de tous et pour protéger les plus fragiles… Une dictature a toujours de bons arguments, pour faire avaler sa pilule, une dictature avance toujours masquée et au début, elle n’est jamais bien brutale ! Cette fois, la pandémie au Covid-19 offre, sur un plateau d’argent, aux incapables congénitaux qui nous gouvernent, une excuse en or massif pour faire appliquer des contraintes, qui, ordinairement, auraient été inacceptables. Ils ne pouvaient pas rater ça ! Et si on nous muselait, comme des animaux de dressage, pour mieux nous faire ingurgiter, plus tard, des couleuvres bien pires ?

Entrer une adresse mail valide dans la case dédiée.

À part quelques voix qui s’élèvent contre cette dictature qui s’avance masquée – mais virulentes et pas des moindres comme celles de Michel Onfray, Charles Consigny ou Florian Philippot – peu de réactions politiques : la plupart des partis d’opposition laissent faire ou assurent le service minimum. La peur d’aborder la question sensible de la liberté individuelle et de déplaire aux électeurs ? Pourtant, il y a bien là, avec l’obligation de porter un masque et la répression autorisée qui s’en suit, un sujet crucial qui est posé : a-t-on encore le droit d’aller et venir, en toute liberté, en choisissant son destin, de respirer sans filtre et d’avoir les relations sociales que l’on désire ? Il faudra bien, à un moment donné, rappeler le droit et cette jurisprudence : « La liberté est la règle ; la restriction, l’exception.  » Et cette exception, dans une démocratie normale, doit être sérieusement ciblée et justifiée de façon imparable ! Dans le délire ambiant, tragiquement entretenu par un gouvernement aux abois, mort de trouille, qui installe la peur et des médias aux ordres et une démocratie en déliquescence, on est très loin de cette jurisprudence.

Un collectif de médecins l’affirme : imposer le port du masque à l’extérieur est une aberration, car aucune étude sérieuse n’a prouvé la dangerosité du virus à l’air libre. Bien évidemment, tous les médecins ne partagent pas cet avis, mais ils savent tous que les coronavirus ne circulent qu’en contact direct ou quand on est à moins d’un mètre ; encore faut-il postillonner, face à l’autre ou toucher un objet ayant reçu ces postillons. Jusqu’à ce jour, toutes les contaminations se sont transmises en milieu clos et principalement dans les familles, sous un même toit, où, là, effectivement, le virus peut rester en suspension, dans l’air, plus longtemps. Alors pourquoi tout cet alarmisme ?

Dans tous les cas, il faut faire confiance au bon sens de chacun et vite rétablir la responsabilité individuelle. Ou, alors, appelons un chat, un chat, et l’on peut dire, sans beaucoup se tromper, que nous sommes, effectivement, en dictature : il n’y a pas d’autre mot pour nommer la situation actuelle que nous subissons, contraints et forcés.

Qu’elle soit sanitaire ou non, une dictature reste une dictature.

Claude Picard


 Copyright obligatoire en cas de citation ou de transmission de cet article, vous pouvez le copier: Claude Picard pour Observatoire du MENSONGE

Nous aimons la liberté de publier : à vous de partager ! Ce texte est une Tribune Libre qui n’engage que son auteur et en aucun cas Observatoire du MENSONGE 


Signez et partagez la pétition : pas de masque à l’air libre !!! En cliquant ICI


Si vous ne voulez pas vivre dans une France libanisée en ruines, alors c’est le moment de s’engager et de rejoindre, le seul mouvement d’opposition !


Nous vous remercions de nous aider en vous abonnant à


parution chaque samedi

La Semaine du MENSONGE pour seulement 12 € par an. 

Validation sécurisée du formulaire de paiement en cliquant ICI

En cadeau, pour tout abonnement à Semaine du MENSONGE, vous recevrez mon dernier livre en PDF « à travers mes commentaires »(V2)

*****

NB : vérifiez que notre mail n’arrive pas dans vos indésirables…

 

Observatoire du MENSONGE est présent dans 178 pays, suivi par + 200.000 Lecteurs avec plus de 60 auteurs qui contribuent à son succès.  Merci à tous ceux qui nous suivent,  qui partagent et qui nous soutiennent. 


Pour vous abonner à notre chaîne YOUTUBE : cliquer ICI 

Un commentaire

  1. En France, comme dans le monde entier , depuuis que le monde est monde , l ‘esprit de dictature ne date pas d’Hier , il faut bien saisir que les libertés doivent se défendent chaque jour , et chaque nuit, face à ces « Natures prétendument humaines » , qui ne sont que des mauvais esprits dominateurs, dont nous serions bien inspirés de fuir, ou nous engager pour les neutraliser avant que le malheur tombe sur nos têtes. La réalité, est qu’ils ont gouverné la France et nous gouverne toujours aujourd’hui , soutenus par les « facteurs » du diable. Ils n’existent que pour satisfaire leur  » égo  » démesuré. Tous ces personnages de mauvaise composition devraient subir un suivi médical, je me souviens d’un livre dont le titre est : « Ces Malades qui nous gouvernent »… lequel a été censuré ….pourquoi ?
    Censure = Dictature.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.