Le vaccin Covid de tous les dangers

Le droit de circuler des migrants sous le sceau d’un visa humanitaire versus la mise en résidence surveillée des Français soumis à l’ausweis d’un passeport vert… Chapitre 1

Le vaccin Covid de tous les dangers

Par Daniel Desurvire

CHAPITRE 1

1°) Le droit de circuler des migrants sous le sceau d’un visa humanitaire versus la mise en résidence surveillée des Français soumis à l’ausweis d’un passeport vert

À la lumière des témoignages, des récits illustratifs et des édifiants essais publiés dans les pages de l’OdM, mais aussi dans beaucoup d’autres éditoriaux, nous avons compris ô combien Emmanuel Macron et sa bande de zélateurs sont coupables de menteries à répétition, de mystifications et de malhonnêtetés intellectuelles. Jamais encore un Président de la République, sous la Vème République, avait amoncelé autant de fautes de gestion, de délits contre ses concitoyens et même de forfaitures envers les institutions républicaines. Jamais un chef d’État s’était montré à ce point aussi arrogant et corrompu par son narcissisme et sa suffisance. Afin de ne pas entrer dans une énumération redondante autour de ce sombre individu, je me contenterai ici d’ajouter des preuves accablantes à ce profil de malhonnêteté politique, dont le processus de vaccination contre la covid-19.

Deux décrets viennent de paraître au JORF n° 312 du 26 décembre 2020. Le premier, portant le n° 2020-1690 du 25 décembre 2020, fait état d’une ahurissante contradiction entre d’une part ; la présentation facultative de cette vaccination, et d’autre part ; l’irrecevabilité d’un droit à l’effacement en vertu de dispositions réglementaires transposées de l’Union européenne. En d’autres termes, cela signifie qu’une personne ayant refusé de se faire vacciner sera fichée sans limite pour des motifs prétendument d’intérêt public. Le récalcitrant encourra le risque d’être traité tel un pestiféré, voire-même être sanctionné par un refus de voyager ou d’accéder à un lieu public en l’absence d’un ausweis (dit passeport vert***[1]). En l’occurrence, entre tout et son contraire, le pouvoir régalien pourra exercer ses prérogatives selon son bon plaisir, ses humeurs et ses intérêts privés.

Durant les périodes de confinement et d’État d’urgence sanitaire concernant les ressortissants nationaux, paradoxalement les migrants africains et moyen-orientaux connurent une liberté de voyager sans précédent sur tout l’Hexagone. À la faveur d’un rapport d’initiative législative en date du 11 décembre 2018***[2] , portant sur la mise en place d’un visa humanitaire européen, les réfugiés, quasiment tous musulmans, eurent toutes les libertés pour profiter de ce corridor politique, sans connaître de contrainte ni de reflux aux frontières. Étant pour la plupart indigents, valétudinaires, SDF, mineurs isolés donc insolvables mais bénéficiant d’un blanc-seing de l’UE, des Nations unies et du pacte de Marrakech signé par la France, ces migrants n’étaient même pas tenus de rédiger des attestations, ni porter de masque, ni d’être exposé à un contrôle de police et d’honorer une contravention pour non-respect des consignes sanitaires.

Par cet appel à la mobilisation, vu par le Forum réfugiés-Cosi, un processus marginal, mais authentique, fut engagé pour appeler les dirigeants européens à prendre des mesures favorables, afin de faciliter l’accès, même par des voies clandestines complémentaires, aux demandeurs d’asile de tout poil (essentiellement économiques et sanitaires). Ce pourquoi cette inégalité de traitement, des droits et d’obligations défavorables aux nationaux, aura créé une discrimination inique, sachant que les zones périurbaines de non-droit, constatées arabophones, échappaient aux contrôles des forces de l’ordre, tels des no man’s lands, voire des territoires conquis par l’islam où seule la shari’a a force de loi.
Le second décret portant le n° 2020-1691 de même date, se présente comme un renoncement de l’Exécutif au droit commun ; une gifle contre la République. Par onze fois, ce décret, qui ne contient que deux articles de fond (auxquels s’ajoute l’art. 3 désignant le ministre compétent), fonctionne systématiquement « par dérogation ». Autrement dit ce brûlot déchoit sans complexe les institutions du Code de la Santé publique et du Code de la Sécurité sociale. Le pensionnaire de l’Élysée, oligarque et satrape à ses heures, car hors des clous sinon hors-la-loi, n’en est certes pas à son coup d’essai, puisqu’il fit publier, au lendemain de son investiture une curiosité juridique en faisant paraître deux décrets sans le moindre texte***[3] .

Daniel Desurvire


Ancien directeur du Centre d’Étude juridique, économique et politique de Paris (CEJEP), correspondant de presse juridique et judiciaire. Daniel Desurvire est l’auteur de : « Le chaos culturel des civilisations » pointant du doigt les risques de fanatisme de certains cultes et de xénophobie de certaines civilisations, auxquels s’ajoutent les dangers du mal-être social, de la régression des valeurs morales et affectives ou de la médiocrité des productions culturelles, dont la polytoxicomanie en constitue l’un des corollaires. L’auteur choisit d’opposer le doute et le questionnement aux dérives dogmatiques et aux croyances délétères » (in, Les cahiers de Junius, tome III, “La culture situationniste et le trombinoscope de quelques intellectuels français” : Édilivre, 2016).


♣ ♣ ♣

Copyright obligatoire en cas de citation ou de transmission de cet article, vous pouvez le copier: Daniel Desurvire pour Observatoire du MENSONGE


♣ ♣ ♣


*** notes :

[1] Passeport sanitaire lié au vaccin covid-19 où s’y inscrit la preuve de l’injection aboutissant in fine à une discrimination privative de liberté, d’où la remise en cause vraisemblable du droit de circuler librement.

[2] Droit de circulation illimité dans l’espace Schengen des migrants avec ou sans carte de séjour : art. 5-1-a du Code communautaire des visas et art. 6-5-c du Code frontières Schengen pour motif humanitaire, même en l’absence d’un cadre juridique dédié à ce type de visas. Ce passeport virtuel n’a aucune consistance contraignante, sinon qu’il comporte un message politique facultatif mais incitatif de l’UNHCR, pour être transposé en droit local des États membres, ce que n’a pas manqué de faire, mais de façon discrète la Chancellerie française sous l’appellation de « visa pour asile ».

De l’auteur, « Décrets non publiés : un noumène réglementaire qui fait résurgence depuis l’époque régalienne » : deux décrets du 2 août 2017 relatifs aux traitement automatisés de données à caractère personnel et autres fichiers, dits CAR, CRISTINA et FSPRT. Cette pratique, inédite en démocratie, préludait déjà des comportements glauques de cette présidence (Voir sur Agoravox, le 24 février 2018).

[3] De l’auteur : « Quand le candidat à la location se voit exonéré de signature… » Lextenso-LPA du 6 janv. 2020, n° 149r1, p. 6.

Quelques livres de Daniel Desurvire à voir sur AMAZON.FR




7 commentaires

  1. Le gouvernement est dans le déni, il prend les gens pour des imbéciles ou des ignares et il les traite en conséquence. Les bobos parisiens soutiennent Macron, chef de leur secte et l’opposition est dans la politique de l’autruche. Il va falloir en sortir.

  2. Effectivement constatons nous une discrimination négative envers les nationaux sur le terrain de la liberté de circulation,,et raison de plus pour ,,se comporter avec une plus grande indépendance d’esprit à l’occasion d’un prochain confinement !! ,,,peut on prévoir également la mise en place d’une vaccination obligatoire,,,mais pour qui véritablement ? car bien évidemment migrants rebels et racailles islamisées de banlieue ,,pourront aisément se soustraire à cette besogne aux conséquences biologiquement périlleuses,,,tandis que les franchouillards , démunis de moyens de défense et de bénéficiant pas du pognon de dingue de la drogue,,,seront entiérement soumis à l’autorité de l’administration ,,les envoyant tous à la mort par milliers !!! conjointement avec les autres populations européennes blanches ;;;finalement ne restera vivant sur terre que les africains et arabes rebels à toute forme de pouvoir étatique ,,et bien sur tous ultra islamisés,,,une réussite !

    1. Vous avez raison, même que dans les reportages télévisuels, on constate que dans les banlieues, le masque n’est même pas porté et pas de PV pour eux. Nous, la police nous guette pour nous verbaliser. ce deux poids deux mesures est scandaleux. Espérons qu’en mai 2022, le tyran soit viré dès le premier tour.

  3. à la lecture d’un article aussi réussi, la question qui vient immédiatement est : jusqu’où ce pouvoir maléfique ira-t-il ?

  4. Comme c’est vrai et je cite l’auteur, Daniel Desurvire : « Jamais encore un Président de la République, sous la Vème République, avait amoncelé autant de fautes de gestion, de délits contre ses concitoyens et même de forfaitures envers les institutions républicaines. » C’est délirant d’assister à pareil spectacle avec en prime le silence coupable d’une opposition qui ne s’oppose jamais.

  5. Très grand article qui les points sur les i et rétablit certains faits avérés. Partagé.

    1. Je confirme et cet article est dans la catégorie haut de gamme, bien loin de la désinformation habituelle et ne nous prend pas pour des cons comme le fait actuellement le gouvernement des nazes à la télé.

Laisser un commentaire