Sombre anniversaire au royaume de la peur

La crise du covid-19 célèbre son premier anniversaire. A quelque chose malheur est bon. Une année aura suffit à balayer bien des croyances et des convictions et à réviser nos manuels de philosophie politique.

Sombre anniversaire au royaume de la peur

Par Maxime Tandonnet

La crise du covid-19 célèbre son premier anniversaire. A quelque chose malheur est bon. Une année aura suffit à balayer bien des croyances et des convictions et à réviser nos manuels de philosophie politique.

Par habitude, nous pensions la liberté et la démocratie profondément enracinées dans l’histoire et la pensée française. Nous avons appris, nous savons désormais qu’elles ne tiennent qu’à un fil. Sous l’effet d’une peur collective, les repères de la civilisation s’effondrent comme un château de carte. Il est désormais prouvé que dans la peur, n’importe quel pouvoir peut abolir sans vergogne la démocratie parlementaire (état d’urgence permanent), assigner les populations à résidence, abroger la liberté d’aller-et-venir, mère de toutes les libertés, imposer des couvre-feu nocturnes, interdire les déplacement et les voyages, fermer les bars et les restaurants – où se fomentent les résistances – cadenasser les librairies, les cinémas, les théâtres et les salles de concert…

Le passage au nouveau monde s’effectue naturellement dans la soumission volontaire du troupeau bêlant de peur, la béatitude médiatique, l’anéantissement des voix de l’opposition et la neutralisation des institutions protectrices de la liberté et des droits individuels (juridictions). Un vertigineux tournant a été pris. Le pouvoir de la peur impose désormais son joug. Après cette peur, d’autres peurs viendront, et les vagues de peur déferleront, aussi terrifiantes ou voire pires, justifiées ou factices. La liberté et la démocratie libérale ou parlementaire, elles, ne reviendront hélas pas de sitôt. En un an, nous avons changé de monde.

Maxime Tandonnet

max t

Ancien conseiller à la Présidence de la République sous Sarkozy, auteur de plusieurs essais, passionné d’histoire…
Copyright obligatoire en cas de citation ou de transmission de cet article, vous pouvez le copier: Maxime Tandonnet pour Maxime Tandonnet – Mon blog personnel

Nous aimons la liberté de publier : à vous de partager ! Ce texte est une Tribune Libre qui n’engage que son auteur donc en aucun cas Observatoire du MENSONGE


Pour savoir ce qui se passe en 🇫🇷
Lire Observatoire du MENSONGE


Abonnez-vous, c’est gratuit, à notre chaîne

♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Pour savoir ce qui se passe en 🇫🇷 Lire Observatoire du MENSONGE

♦ ♦ ♦ ♦ ♦

SUIVRE gratuitement Observatoire du MENSONGE

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Reprenez votre liberté de penser : ne regardez plus les médias !

♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Nous vous remercions de nous soutenir par un petit geste financier.

OU sinon


Nouvelle formule d’abonnement à 1,50 € par mois

Vous aimez nos articles ? Vous aussi vous voulez vous opposer ?

Soutenez notre travail en vous abonnant à Semaine du MENSONGE pour recevoir chaque samedi par mail le récapitulatif de nos articles.

Tarif 1,50 € par mois – minimum un an

NB : vérifiez que notre mail n’arrive pas dans vos indésirables

♦ ♦ ♦ ♦ ♦

♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Le livre sur  » L’absurde traitement du Covid-19 » Pourquoi une campagne anxiogène est menée par l’Exécutif, où le virus est devenu l’arme des industriels pharmaceutiques pour effrayer le peuple ? Pourquoi un vaccin ARNm, qui pourrait altérer le génome humain, fut-il imposé sans recul ni randomisation, en foulant les règles de la pharmacovigilance ? Pourquoi les Ehpad sont-ils devenus des laboratoires de cobayes, où il s’y pratique la sédation par le Rivotril® pour libérer des places dans les CHU, là où l’État y a confisqué des milliers de lits en soins intensifs ? Par Daniel Desurvire en exclusivité sur amazon.fr

L’ignorance est la nuit de l’esprit
et cette nuit n’a ni lune ni étoiles.

Un commentaire

  1. Bonjour,
    Je comprend que nos libertés fondamentales sont bafouées, que notre démocratie a été piétinée, que le libéralisme progressiste a vécu, que tous les acquis sont tombés.
    Mais!! qu’aurait il fallu faire pour endiguer cette contagion? qu’elles auraient été les solutions?
    J’entend tout cela (comme disait Flamby), mais nous opposition, que proposons nous de concret?
    Cordialement

Laisser un commentaire