Manifeste pour le rétablissement de la démocratie en France – 8 –

EXCLUSIF : Si les Français ne se réveillent pas en 2022, la Constitution finira comme un trophée de chasse après être passée entre les mains des taxidermistes de l’Élysée... Chapitre 8

Vient de paraître :

En savoir plus : cliquer

Manifeste pour le rétablissement de la démocratie en France

Par Daniel Desurvire

Chapitre 8

L’Organisation mondiale du commerce (OMC), née le 1er janvier 1995, en conserva l’esprit, mais dissimulé derrière une administration et de lourds moyens commerciaux transnationaux, où s’échangent des accords entre États qui laissent moins transpirer l’atmosphère ténébreuse d’une conjuration. Ce qui pourrait paraître un non-événement, rappelle celui des complots dans la République des provinces-unies néerlandaises au XIIe siècle, alors que personne n’y croyait et que tout semblait exagéré (in, Actes du colloque de Rome, 1993, Rudolf Dekker). La plupart des révolutions furent le produit inattendu de pareilles conspirations, dont l’impact fut sous-estimé par le pouvoir dominant pourtant puissamment armé, comme il en fut avec la révolution bolchevik en 1917 qui aura surpris le dernier Tsar Romanov de toutes les Russies, ou de la Révolution chinoise en 1911 qui paracheva le déclin de la dynastie des Qing qui se résuma à celle d’un enfant. Tout est une affaire d’opportunité, de ralliement et de clandestinité, ainsi en fut-il avec la Révolution du Rio de la Plata en 1810 et même de la Révolution française, où Louis XVI était davantage occupé à bricoler des serrures plutôt qu’à éteindre les incendies du peuple exsangue. En ces temps, les droits essentiels, dits naturels, n’étaient souvent qu’alibi, alors que l’urgent à ce jour est de préserver ce que nous légua la Ve République du 4 octobre 1958 sous la plume de Michel Debré.

C’est précisément dans le fil de ce scénario pourtant usé mais résurgent que se répète l’histoire, dans le secret d’une sphère privée peu remarquée car discrète, mais économiquement et financièrement très influente sur les marchés. Cette tentative de prise de contrôle mondiale aspire à une position géopolitique supérieure aux puissances nationales (Word economic Forum ou FEM), où il est question de transhumanisme, d’intelligence artificielle (l’IA) ; une cybernétique dématérialiséeque boostentl’instantanéité et la boulimie de la 5G, puisde caméras à reconnaissance facialepour servir la quatrième révolution industrielle en 2017. Quant à la Coronavirus, le lobby du Great Reset considéra que l’apparition soudaine de cette pandémie constituait une « fenêtre d’opportunité », selon sa propre analyse, pour remettre de l’ordre dans la cacophonie des décisions et de la gestion des problèmes nationaux jugés incompatibles avec les intérêts globaux de la planète.

Comprenons qu’un conciliabule mystérieux de protagonistes, réunissant des fortunes colossales de multinationales et d’empires financiers, la révolution technologique par le Big Data et quelques personnages influents dans les domaines de la recherche et des sciences, dispose de la dimension nécessaire pour gérer, arbitrer et décider au lieu et place de toutes les formes de pouvoirs, y compris au sein des démocraties les plus évoluées. Ici, l’auteur n’agite pas l’étendard rouge de la lutte des classes, car il ne s’agit plus de donner le ton au dogme suranné du collectivisme prolétarien contre les méchants capitalistes. La fracture sociale se situe désormais au-delà de cet antagonisme politique, puisque les extrêmes à ce jour tendent à se rejoindre en conciliant le totalitarisme, qu’il soit communiste ou fasciste. Par ce paradigme d’inclusion, l’homme devient un citoyen du monde, un humanoïde dépouillé de toute appartenance qui revendiquerait la liberté d’opinion et le droit à une vie privée, puisque réinitialisé (reset) et standardisé dans le moule d’une intégration numérique ; une créature neutre qui n’appartiendrait même plus à elle-même.

Si l’on ajoute à la mondialisation des économies, des industries lourdes, des hautes finances et le Big Data planétaire dont l’IA au sombre projet consistant à réinventer en laboratoire un génome humain bricolé, puis de l’ensemencer sur la planète à la vitesse industrielle d’une 5G, la perspective existentielle de l’individu s’effacera au nom de la multitude déshumanisée au seul profit de quelques-uns. Est-ce donc par le raccourci du court-termisme, qui privilégie les gains immédiats au détriment du futur, que l’État français aborde des lendemains ? Même les vaccins que commercialise le Big Pharma seront eux-mêmes plutôt génétiques (l’ARNm de Pfizer/BioTech, Moderna, Curevac…). N’est-ce pas quelque part, en acceptant sa dose, de risquer de vendre son âme à quelques démiurges qui déjà se prennent pour Dieu ? (Voir in fine en bibliographie, « L’absurde traitement du Covid-19 », pp. 21 à 23 et 68 à 73, et « Les mensonges entre l’avoir et le pouvoir », pp. 100 à 14).

À suivre

Daniel Desurvire


Ancien directeur du Centre d’Étude juridique, économique et politique de Paris (CEJEP), correspondant de presse juridique et judiciaire. Daniel Desurvire est l’auteur de : « Le chaos culturel des civilisations » pointant du doigt les risques de fanatisme de certains cultes et de xénophobie de certaines civilisations, auxquels s’ajoutent les dangers du mal-être social, de la régression des valeurs morales et affectives ou de la médiocrité des productions culturelles, dont la polytoxicomanie en constitue l’un des corollaires. L’auteur choisit d’opposer le doute et le questionnement aux dérives dogmatiques et aux croyances délétères » (in, Les cahiers de Junius, tome III, “La culture situationniste et le trombinoscope de quelques intellectuels français” : Édilivre, 2016).


♣ ♣ ♣

Copyright obligatoire en cas de citation ou de transmission de cet article, vous pouvez le copier: Daniel Desurvire pour Observatoire du MENSONGE


♣ ♣ ♣


Retrouvez les livres de Daniel Desurvire en cliquant ICI


Abonnez-vous, c’est gratuit, à notre chaîne en cliquant sur YOUTUBE

♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Pour soutenir Observatoire du MENSONGE , abonnez-vous annuellement au tarif unique de 2 € par mois***, choisissez votre moyen de paiement sécurisé ci-dessous :


Autre moyen de paiement proposé :

♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Vous pouvez aussi vous abonner en un seul paiement, au prix exceptionnel et préférentiel de 20€ (au lieu de 24€) et recevoir chaque samedi Semaine du MENSONGE, en choisissant votre mode de paiement ci-dessous :

Abonnement annuel

Soutenir Observatoire du MENSONGE

20,00 €

*** En cadeau , vous recevrez chaque samedi, pendant la durée de votre abonnement, Semaine du MENSONGE, et ce gratuitement (Valeur du cadeau = 18€)

Un commentaire

Laisser votre commentaire