C) Les exactions des brigades fascistes dans l’armée régulière et les services secrets ukrainiens

J’aime ce que vous écrivez !
Je fais un don


*** En cadeau , vous recevrez gratuitement chaque samedi, pendant la durée de votre abonnement, Semaine du MENSONGE, (Valeur du cadeau = 18€)

Le nouveau livre de Daniel Desurvire (existe aussi en format liseuse) :

Alerte, la République est en danger !

Par Daniel Desurvire

C) Les exactions des brigades fascistes dans l’armée régulière et les services secrets ukrainiens

Parmi les soldats de l’armée ukrainienne, dont la Présidence est favorable au mouvement euromaïdan, il s’il trouvent quelques milliers, 2 % (Voir supra)qui sont membres du régiment Azov, réputés de sensibilité néonazie. Ceux-là sont issus des bataillons de volontaires indépendants, dont beaucoup furent intégrés dans l’armée régulière après avril 2014. Ces extrémistes ne cachent pas leur idéologie fasciste, puisque sur leurs étendards flottent des symboles révélateurs de la croix gammée, dont la personnification ukrainienne ne trompe pas. Ce constat ostentatoire conforte l’action militaire engagée par Vladimir Poutine, lequel prétend ainsi vouloir nettoyer l’Ukraine de ces hordes de néonazis qui spolient, violent, torturent et assassinent des pire manières leurs concitoyens séparatistes prorusses dans le Donbass, alors même que des observateurs étrangers constatent que les Occidentaux qui soutiennent militairement l’armée légaliste d’Ukraine, arment du même coup ces ultranationalistes (Source, Le Monde du 23 mars 2022 par Romain Geoffroy).

Parmi ces bataillons armés, des « corps noirs » seront identifiés sous la dénomination de « bataillon Azov », dont la progression numérique s’intensifie au fil des mois. Ces unités combattantes révélatrices d’un hooliganisme paramilitaire, propagent une idéologie d’inquisition et d’extermination. L’instigateur de ce mouvement, Andreï Biletski, se distingue par ses discours xénophobes et antisémites, à travers une idéologie raciste dénommée Assemblée sociale-nationale. Autre indice qui ne trompe pas sur ce retour au National-Socialisme du IIIème Reich, le wolfsangel inversé jadis exhibé par la 2ème division SS. Beaucoup d’autres symboles nazis sont repris par ces nostalgiques d’Adolf Hitler, lesquels arborent le portrait de leur idole sur les tee-shirt Azov. Plus grave encore, à la faveur de l’accord de Minsk I de septembre 2014, ces bataillons paramilitaires furent deux mois plus tard intégrés dans une élite de la garde nationale, légitimant ainsi cette division de néonazis ainsi recrutés, sous la tutelle du ministère de l’intérieur de Kiev, dans l’armée ukrainienne, dont les rangs s’augmentèrent plus de 25 fois au fil des nouvelles conscriptions de volontaires civils fin 2017, séduits par cette ardeur ultranationaliste au timbre des claquements de botte.

Selon Amnesty International puis l’ONG Human Right Watch et d’autres nombreux rapports onusiens, il est fait état de crimes, de viols et de tortures perpétrés par les noyaux durs de ces brigades de la mort, animés de haine raciale et nourris de slogans suprématistes. Leur montée en charge en politique amenèrent le fondateur de ce corps de vétérans au sein du régiment Azov, Andreï Biletski, à accéder au siège de député aux élections législative de 2014 (bien que perdu en 2019). Dans un communiqué de l’ONU en date de juillet 2018, il est relaté : « De toutes les affaires suivies par Amnesty International, seule celle de l’attaque menée en août 2017 contre une manifestation LGBTI organisée à Zaporijjia a donné lieu à une enquête ayant débouché sur des poursuites judiciaires. Les enquêtes entamées sur plus d’une trentaine d’autres agressions ne s’acheminèrent pas au-delà du stade initial de l’enregistrement de la plainte. […] Aucun responsable des pouvoirs publics ukrainien n’a condamné publiquement la montée des violences perpétrées par les groupes extrémistes ».

Faisant tache, cette réapparition des emblèmes nazies en Ukraine fait désormais des émules en Scandinavie, en Europe de l’Ouest et en Amérique du Nord, puisque des rencontres médiatisées ou furtives furent observées entre des leaders de mouvance néonazis venus depuis l’étranger pour rencontrer des chefs charismatiques d’ultra-droite comme Andreï Biletski. Le nombre d’adeptes accrochés à cette idéologie radicale s’étoffant ces cinq dernières années, les effectifs de ces brigades ne sont pas officiellement recensés eu égard au secret militaire entretenu par les autorités de Kiev, lesquelles ne tiennent pas à assombrir cet aspect négatif de leur profil politique, eu égard à leurs alliances avec les atlantistes qui les soutiennent.

Les exemples relatés par l’enquête impartiale établie par la Division de l’information de la documentation et des recherches de l’OFPRA susmentionné font pléthore, mais ne peuvent ici être reproduits eu égard à la protection des données en vertu de l’article L. 335-3 du Code de la propriété intellectuelle. Mais en toile de fond, car ces informations ne présentent aucun motif acceptable exigeant le secret, il s’agit plutôt de ne pas compromettre le bien-fondé d’une alliance glauque entre l’Otan et l’UE avec un chef d’État ukrainien pro-européen. Or, celui-ci est tout à la fois corrompu, d’une part à la lumière de ses relations mafieuses et de son enrichissement personnel aux dépends du patrimoine de l’État en raison des détournements de fonds d’une banque nationale, et d’autre part en regard de sa clémence suspecte vis à vis des bataillons extrémistes et suprématistes d’expression néonazie, que ce Président protège implicitement en les intégrant dans l’armée régulière et en l’absence de poursuites judiciaires.

Néanmoins, relevons que les partisans des unités paramilitaires Azov obtinrent le droit de patrouiller dans les rue pour prétendument y maintenir l’ordre sous l’enseigne d’un parti baptisé, « Corps national ». Mais dans une autre réalité, ces ultranationalistes agissant hors des zones de combat, commirent les pires atrocités contre des Roms, des militants pacifistes et d’obédience communiste, au motif de s’en prendre à des séparatistes (Source : examen du Conseil des droits de l’homme des Nations unies entre le 16 mai et le 15 août 2018 : « Report on the human rights situation in Ukraine »). J’attire l’intention du lecteur sur l’intérêt d’aller visiter ce qu’il se cache derrière le lien codé reproduit supra, car les informations recueillies par l’OFPRA sont quasiment toutes de source officielle, donc publique, provenant d’ONG, de la presse anglo-américaine et d’une organisation locale des droits de l’homme et des Nations unies. Alors, pourquoi en interdire la reproduction dès lors que l’OFPRA s’en approprie la paternité et l’exclusivité, sinon pour ne pas souiller une alliance glauque euro-ukrainienne ?

En remontant la piste de cette cachoterie en usant des méandres alambiqués d’un lien si peu accessible car produit sans publicité, mais en relation avec les services secrets ukrainiens du Président Volodymyr Zelensky, laissons ressortir que l’OFPRA est un établissement rattaché au ministère de l’Intérieur Français. Tout en se dédouanant furtivement en ligne, il s’agit en filigrane pour l’OFPRA, dont l’acronyme est indiscutablement lié à la cause des réfugiés, de ne pas compromettre la politique d’immigration irresponsable de l’État-Macron ! Dire les choses, seulement en les cryptant sur la toile, donc sans les porter aux médias et encore moins à la connaissance des électeurs à la veille des élections résidentielles, permet à la Chancellerie française de reléguer à huis clos la réalité des exactions des corps institués des milices Azov. Faire table rase des tortures assorties de privation de nourriture, d’usage de chocs électriques, de simulacre d’exécution avant la mise à mort des victimes, sans omettre les menaces pesant sur les familles de personnes capturées arbitrairement, les viols et spoliations de biens meubles ou immeubles, cela relève de la complicité. Tout cela rappelle évidemment les pratiques nazies d’une sombre époque.

À suivre

Daniel Desurvire


Ancien directeur du Centre d’Étude juridique, économique et politique de Paris (CEJEP), correspondant de presse juridique et judiciaire. Daniel Desurvire est l’auteur de : « Le chaos culturel des civilisations » pointant du doigt les risques de fanatisme de certains cultes et de xénophobie de certaines civilisations, auxquels s’ajoutent les dangers du mal-être social, de la régression des valeurs morales et affectives ou de la médiocrité des productions culturelles, dont la polytoxicomanie en constitue l’un des corollaires. L’auteur choisit d’opposer le doute et le questionnement aux dérives dogmatiques et aux croyances délétères » (in, Les cahiers de Junius, tome III, “La culture situationniste et le trombinoscope de quelques intellectuels français” : Édilivre, 2016).


♣ ♣ ♣

Copyright obligatoire en cas de citation ou de transmission de cet article, vous pouvez le copier: Daniel Desurvire pour Observatoire du MENSONGE


♣ ♣ ♣


SOMMAIRE :

Introduction sur les objectifs recelés du World Economic Forum et ses prolongements dans le fil de l’État-Macron
A) Un rapport politique tronqué d’Est en Ouest, avec en tête de proue une Présidence française aussi malhabile que malintentionnée
B) Petite piqure de rappel avant de condamner les uns ou les autres au regard des réalités de terrain
C) Les exactions des brigades fascistes dans l’armée régulière et les services secrets ukrainiens
D) La diplomatie française en marche vers la voyoucratie présidentielle d’Ukraine
E) La seconde uchronie martiale de l’État-Macron après le virion Covid
°°°

Retrouvez les livres de Daniel Desurvire en cliquant ICI


♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Abonnez-vous à notre chaîne YOUTUBE, c’est gratuit, en cliquant

J’aime ce que vous écrivez !
Je fais un don


Quel que soit le montant de votre don, vous recevrez pendant un an gratuitement
Semaine du MENSONGE

By Observatoire du MENSONGE

Pour une opposition constructive et réelle, le site de l'opposition au marxisme et au fascisme, ni rouge ni noir mais bleu : L'info évitée par les médias est là sur Observatoire du MENSONGE

6 thoughts on “Alerte, la République est en danger ! C”
    1. Toujours avec M. Desurvire qui détaille bien en plus les réalités de cette Macronie qui ruine le pays.

  1. Comme durant la guerre des Balkans, nos médias sont inféodés au pouvoir « menteur » , par conséquent, ils ne peuvent rien dire qui déplairait à leurs patrons financiers, ils oublient, cependant , qu’ils perçoivent des subventions très importantes provenant de l’Etat, et l’Etat c’est le Peuple des contribuables qui financent les désinformations, propagandes et tromperies , en tout genre…quel sale boulot !
    Pourvu que cela dure ….. n’est-ce-pas Daniel DESURVIRE ?
    Merci pour votre excellent article qui devrait faire réfléchir les « zombies » en sommeil. …

  2. Hier les médias français montrent le témoignage de deux femmes ukrainiennes « échappées » du conflit dont les maris sont dans la brigade AZOV, néo nazie, et qui disent que leurs époux ne sont pas du tout nazis. Pourquoi pas, mais les journalistes sont informés et ils savent que c’est faux ne serait-ce que par l’écusson porté sur le bras de ces braves soldats et cet écusson est un symbole nazi… Les journalistes devaient le dire et ils n’ont rien dit : c’est donc bien de la propagande!

    1. Oui je les ai vues et c’était surréaliste. Les journalistes ne font plus leur métier hélas.

Laisser votre commentaire