Peut-on la dupliquer au management occidental ?

Par Hervé Azoulay

OBSERVATOIRE DU MENSONGE 2014 copie 

  La sagesse ancestrale chinoise  

Une civilisation ne peut pas se développer sans ses racines et très peu de civilisations aujourd’hui partagent une culture ancestrale depuis plusieurs millénaires. A l’époque, la philosophie mondiale était divisée en deux branches : l’orientale et l’occidentale. La branche orientale était constituée par l’Inde et la Chine, l’occidentale par la Grèce et la Judée. Dans la culture chinoise on peut distinguer trois philosophies importantes : le confucianisme, le bouddhisme et le taoïsme. Concrètement, trois approches, trois sagesses spécifiques se complètent : l’écoute, la réflexion et la méditation. Ainsi, l’écoute élimine l’ignorance, la réflexion réduit les doutes, la méditation intègre l’esprit. Cela a toujours été ainsi et l’est encore aujourd’hui, et c’est une donnée importante de la culture chinoise. Comment pouvons-nous expliquer que deux peuples, les Chinois et Israéliens, issus de cultures ancestrales plusieurs fois millénaires, se retrouvent dans les pays les plus avancés dans l’innovation ? Est-ce un hasard ?


Le livre aborde dans sa première partie les relations entre la culture traditionnelle chinoise portée par le confucianisme, le bouddhisme, le taoïsme et le monde du management moderne. La culture traditionnelle chinoise s’attache principalement à l’harmonie dans les relations interpersonnelles ainsi que dans les relations entre l’homme et l’environnement. Cette culture riche et fascinante, insiste sur d’importantes valeurs, telles que l’harmonie, la bienveillance, le travail, la justice, l’intelligence, la franchise, la simplicité, la responsabilité, etc…, mais lorsqu’elle est confrontée à notre système de valeurs et à des normes sociales occidentales, elle peut parfois paraître inappropriée. Une meilleure compréhension de l’occident de la culture chinoise pourrait apporter une contribution significative au management. Le management occidental est-il enfin prêt pour intégrer ces nouveaux concepts de la culture chinoise dans sa façon de considérer l’homme comme le vecteur essentiel ? En effet, les fondements de la culture traditionnelle chinoise définissent l’harmonie à partir de règles de vie : le confucianisme favorise la communication interpersonnelle, la relation entre l’homme et le social, le taoïsme met l’accent sur la communication entre la nature et l’homme, le bouddhisme, quant à lui, privilégie la communication entre l’esprit et le corps de l’homme. Pour imager ces trois philosophies on peut dire que le bouddhisme est comparable à un très grand magasin dans lequel on trouve tout : on y entre ou pas, pour faire des achats ou ne pas en faire. En tout état de cause, la présence du magasin est indispensable. Le taoïsme est une pharmacie dans laquelle on se rend lorsqu’on est malade. On fait appel au taoïsme en cas de conflit, pour trouver une issue favorable et sortir de la crise. Le confucianisme est un magasin d’alimentation qu’on fréquente tous les jours pour sa nourriture quotidienne. C’est la raison pour laquelle on analysera ensuite les différents types de management occidentaux, en fonction des structures, pour savoir lesquels sont compatibles avec cette culture ancestrale chinoise qui met l’homme au cœur du dispositif.

Une image qui en dit long sur la Chine d’aujourd’hui

La deuxième partie est une analyse détaillée de l’organisation en réseaux de la Chine, méconnue de l’occident et de son positionnement dans le monde qui contredit la vision caricaturale occidentale. Quelques éléments qui analysent la Chine, son organisation en réseau et sa culture, nous permettent de comprendre pourquoi l’Occident est en déclin alors que la Chine affiche sa capacité à devenir le leader mondial. En effet, les beaux discours sur les vertus de la démocratie ont fait apparaître au grand jour, que la démocratie n’est pas en panne seulement dans les pays sous-développés, mais aussi dans les pays développés occidentaux, c’est à dire ceux qui se targuaient de servir de guide et modèle et, surtout, d’imposer leur modèle à tous comme entre autres les droits de l’homme. La Chine est constamment attaquée par des associations multinationales, pilotées par des idéologues de gauche et financée en grande partie par l’ONU et par des mondialistes.  Les temps sont loin où le consensus international à leur égard était à son zénith et une telle vision du monde apparaît dorénavant remise en cause. Les droits de l’homme sont-ils devenus un impérialisme occidental ? Les critiques pointent aussi les écarts entre le discours sur les droits de l’homme et la réalité. L’occident devrait balayer devant sa porte avant d’imposer sa vision de la démocratie qui n’engendre que des guerres comme en Irak ou en Afghanistan dont on connaît le fiasco. Alors que l’Occident avait longtemps ignoré ces populations, il est désormais saisi par une angoisse d’une perte de son identité par la mise à l’écart des valeurs qui l’ont façonné. L’occident n’est plus le chef de file incontesté, il est dépassé par de nouvelles puissances comme la Chine qui entendent bien supplanter l’arrogance occidentale. En effet, la pluralité culturelle remet en cause la notion même de l’universalité des droits de l’homme. La tradition asiatique par exemple, fait prévaloir l’harmonie au sein de la société. La tradition africaine, quant à elle, repose sur un certain communautarisme qui préfère le groupe, la société à l’individu. Ainsi, la terre est collective et constitue une propriété des ancêtres.

La contestation hors de l’Occident oppose le langage des droits au langage des cultures. Tout d’abord, loin d’être universels, les droits de l’homme et la démocratie sont l’apanage d’une construction des sociétés occidentales qui n’a pas à être imposée à l’Asie et à la Chine particulièrement. Ensuite, les sociétés asiatiques placent les valeurs communautaires et l’autorité au-dessus de l’individualisme et de la liberté de pensée et d’action. Enfin, l’état et la société sont des composantes d’une seule unité holistique et les implications d’une telle philosophie politique sont simples : les droits de l’homme et la démocratie sont des obstacles à la stabilité collective et au développement national. L’impunité occidentale, accompagnée de son discours moralisateur, pousse les autres cultures à voir l’occident comme un système profondément impérialiste.

En fin d’ouvrage, 198 dictons et citations originaux de la sagesse ancestrale chinoise destinés au management occidental seront développés.

 Hervé Azoulay

Hervé AZOULAY : Ingénieur du Conservatoire National des Arts et Métiers, DBA (Doctorate of Business Administration) PROPEDIA, a été dirigeant dans de grands groupes internationaux (dont INTEL et SCHNEIDER ELECTRIC),  co-fondateur de plusieurs entreprises innovantes, Business Angels, fondateur d’un des premiers réseau de Business Angels en France, Président d’un fonds d’investissement, Administrateur d’entreprises, Membre du Conseil de Surveillance, Président de sociétés et fondateur de plusieurs associations, intervenant dans de grandes écoles (dont Sciences Po et HEC),  à l’université en France et à l’étranger (dont à Genève et à l’université de Renmin et X’ian en Chine), auteur de nombreux ouvrages (dont un en Chinois « Les réseaux pour conquérir le monde » Ed. Du Peuple Pékin) et de nombreuses Tribunes dans la Presse. Il est actuellement Président de la société ATHES Finance et Participation.

Son dernier livre paru :

Le livre est en vente ICI

♣ ♣ ♣ ♣ ♣ ♣ ♣

L’article à lire du même auteur :

♣ ♣ ♣ ♣ ♣ ♣ ♣

    SUIVEZ ! PARTAGEZ !   

LOGO OBS

Abonnez-vous à notre chaîne YOUTUBE, c’est gratuit, en cliquant


Pour nous soutenir, montant de votre choix : cliquer ICI


By Observatoire du MENSONGE

Pour une opposition constructive et réelle, le site de l'opposition au marxisme et au fascisme, ni rouge ni noir mais bleu : L'info évitée par les médias est là sur Observatoire du MENSONGE

9 thoughts on “La sagesse ancestrale chinoise”
  1. L’annonce de ce livre est-elle une avant-première ? Je ne le trouve à acheter sur aucun site ! Merci de me dire (ou de me vendre le livre !)

  2. Bravo monsieur Azoulay, vous avez raison les dirigeants français ne veulent pas voir le danger en face. Vous expliquer ce qu’aucun média n’explique !!!!

  3. Laa Chine n’est pas une démocratie donc elle peut faire ce qu’elle veut sans contrainte. ceci explique cela.

  4. Très intéressante présentation de votre ouvrage sur la Chine.
    Nous nous sommes rencontrés lors de conférences, il y a plusieurs années, au commencement, nous avons reçu presque la même formation, mais pas à la même époque .
    Je vais aimer dévorer votre livre très instructif.
    Donc, préparons-nous à nous sustenter d’un bol de riz : Merci Hervé Azoulay.

    1. Merci Le Redoutable, je présume que c’est le CNAM ? Donnez moi plus d’indices pour vous reconnaître !
      Bonne lecture et laissez moi vos coordonnées en message privé.

  5. Pour ceux qui ont lu « Quand la Chine s’éveillera… le monde tremblera » de Peyrefitte en 1973, rien d’étonnant et pour les autres ils le découvrent ici avec cet article très intéressant aussi.

    1. Exact, ce livre il y a presque trente ans, prévenait de ce péril et maintenant nous y sommes.

  6. C’est un article très instructif et intéressant pour comprendre ce qui se passe réellement dans ce monde.

Ecrire ci-dessous votre commentaire, merci :