Par Maxime Tandonnet

On aimerait oublier certaines images blessantes vues ici et là pendant les privations imposées parfois sans raison.

Abonnez-vous gratuitement pour recevoir directement chaque nouvel article par mail


Les langues commenceraient-elles à se délier? Ci-joint un bel article concernant les ravages des mesures contraignantes liées à l’épidémie de covid19 sur l’équilibre personnel des enfants. En Chine, le virus a été largement mis à profit pour servir les desseins d’un système totalitaire. Mais qu’en est-il en Europe et en France?

On aimerait oublier certaines images blessantes, comme celle des forces de l’ordre intervenant en hélicoptère pour s’en prendre à des familles isolées marchant sur des plages vides, désertes – interdites. On voudrait aussi se débarrasser de celles, obsédantes, de fonctionnaires verbalisant des personnes âgées pour avoir mal coché les cases de leurs laisser-passer. Ou tel maire interdisant de s’asseoir sur un banc isolé d’une place publique… Et ne plus jamais penser à ces formulaires bureaucratiques – d’une autre époque – à remplir pour être autorisé à quitter son domicile quelques minutes quand tout un pays fut assigné à résidence – enfermé à domicile.

Le virus fonctionne par vagues planétaires et l’efficacité des mesures de contrainte comme le confinement obligatoire – assortie d’un appareil de contrôle et de sanctions – n’a jamais été avérée tandis que le virus se propage essentiellement à l’intérieur des domiciles. [Le ratio du nombre de morts par habitants semble bien davantage corrélé à l’état des systèmes sanitaires qu’à l’intensité des mesures contraignantes adoptées par les gouvernements – exemple suédois ou allemand ou a contrario italien]. En revanche, ces mesures ont permis d’occulter le véritable drame qui tient à l’affaiblissement du service public hospitalier et les responsabilités politiques de ce phénomène.

En quelques jours, l’édifice de libertés et de l’Etat de droit s’est affaissé à la suite de la proclamation d’un prétendu état de guerre. La liberté la plus élémentaire, celle de circuler (aller-et-venir) a été suspendue par une succession de confinements et de couvre-feu. LAbsurdistan » (selon le terme utilisé par la presse européenne) a fait des ravages: commerces interdits, y compris les librairies, les restaurants, les bars, bannissement des spectacles, des plages, forêts, montagnes… Des dizaines de milliards d’€ ont été dilapidés, plongeant les comptes publics dans le rouge. La démocratie a été mise entre parenthèse à travers un état d’urgence qui marginalisait de facto le Parlement au profit d’un système de concentration autocratique et opaque du pouvoir. La quête de boucs émissaire (passe vaccinal destiné à « emmerder les non vaccinés ») se voyait banalisée (interdictions d’accès aux terrasses).

Sous l’effet de la peur panique entretenue par le martèlement quotidien de scientifiques ou prétendus tels, ses mesures faisaient en vérité l’objet d’un vaste consensus intouchable dans le peuple. Les intellectuels même les plus habituellement réfractaires, les médias même les plus libertaires s’y ralliaient sans discuter. Aux yeux des défenseurs traditionnels des droits de l’homme, le mal liberticide devenait le bien; et il était interdit de ne pas interdire. Tout esprit critique ou vision divergente sur ces questions était criminalisé. Les institutions chargées de la défense des libertés, conseil constitutionnel et conseil d’Etat validaient l’arsenal de mesures sans la moindre réserve. Fort peu de leaders politiques ont eu l’audace de les contester.

Alors qu’avons nous vécu? La preuve que sous l’effet d’une peur panique, ou d’une communication destinée à la répandre, l’Etat dit libéral ou démocratique peut à tout moment basculer en une sorte d’Etat policier – même provisoire. Cet épisode fut une parfaite illustration de la servilité volontaire de la Boétie. Le cauchemar est-il terminé? Bien sûr que non: un précédent a été ouvert. Il reviendra sous une forme ou sous une autre.

Maxime Tandonnet

max t

Ancien conseiller à la Présidence de la République sous Sarkozy, auteur de plusieurs essais, passionné d’histoire…
Copyright obligatoire en cas de citation ou de transmission de cet article, vous pouvez le copier: Maxime Tandonnet pour Maxime Tandonnet – Mon blog personnel

Nous aimons la liberté de publier : à vous de partager ! Ce texte est une Tribune Libre qui n’engage que son auteur donc en aucun cas Observatoire du MENSONGE

 

 


Abonnez-vous à notre chaîne YOUTUBE, c’est gratuit, en cliquant


♦ ♦ ♦ ♦ ♦

« L’ignorance est la nuit de l’esprit
et cette nuit n’a ni lune ni étoile. »

Ou vous pouvez nous soutenir en vous abonnant à Semaine du MENSONGE pour 12 €/an :

Vous voulez nous soutenir ? Rien de plus simple : abonnez-vous à Semaine du MENSONGE, parution chaque samedi.
L’abonnement est à 12 € par an. Remplissez le formulaire ci-dessous et pour le valider, réglez 12 €

Abonnement Semaine du MENSONGE

Envoi par mail chaque semaine pendant un an

12,00 €



By Observatoire du MENSONGE

Pour une opposition constructive et réelle, le site de l'opposition au marxisme et au fascisme, ni rouge ni noir mais bleu : L'info évitée par les médias est là sur Observatoire du MENSONGE

4 thoughts on “Réflexion post covid 19 sur la fragilité de l’Etat de droit et des libertés”
  1. Les Français sont tellement dans le déni de la réalité qu’ils ne sont plus capables de la voir. L’exemple de l’Ukraine est frappant puisque les médias sont à charge à % contre la Russie dans cette guerre. Or, les deux pays sont autant responsables dans cette guerre qui a commencé en 2014.

  2. L’objectif de Macron face au virus était de masquer l’état désastreux de nos hôpitaux et il a failli réussir. Mais la vérité finit toujours par triompher et aujourd’hui beaucoup le savent. Ce qui n’explique pas comment des citoyens ont pu réélire un aussi mauvais président.

  3. La gestion du Covid a été une catastrophe humanitaire mondiale. Elle s ‘est faite dans la précipitation et dans l’hérésie qui a ruiné les pays. On a pas fini de payer pour les erreurs des dirigeants.

  4. La vérité est dure à entendre pour beaucoup de Français, que l’on a habitués à la ouate et à la repentance.Quant aux politiques, ils vivent dans un monde irréel et ils sont incapables de se remettre en cause.

Ecrire ci-dessous votre commentaire, merci :