Le Valet des coeurs 9

Par Jean-Marie PIERI

+ 120.000 lecteurs, vu dans 178 pays, 40 écrivains et de nombreuses personnalités qui suivent l’information autrement

OBSERVATOIRE DU MENSONGE 2014 copie

Premier site d’opposition en France

TRIBUNE - copie *** Attention ce texte est une TRIBUNE LIBRE qui n’engage que son auteur ***

Ici à l’Observatoire du MENSONGE, nous aimons la liberté de publier.

Ce qui ne veut pas dire que nous approuvons.

pieri

  LE VALET DES COEURS 9  

Par Jean-Marie Pieri

chapitre 9

La derniere croisade.

Jours tranquilles au château me direz-vous, les oiseaux gazouillent sous les fenêtres du roi bien avant que l’aurore n’ose bouger un seul doigt de rose.

Dans la douceur de ce printemps estival le roi est à la peine et se démène comme un beau diable: les commémorations ne suffisent plus à redresser l’image du monarque qui se veut éclairé, progressiste, proche des gens ( on voudrait bien savoir lesquels sans rire!) proche de la jeunesse (laquelle?).

Le roi écrasé par les responsabilités, se retire dans ses appartements privés ou déambule dans l’orangerie du palais, où le jardin des roses a été transplanté, drôle d’endroit pour un conciliabule.

Cette forme de pouvoir le rassure, même si les roses sont bien mal en point, ne s’acclimatent pas au désespoir du nouveau jardinier qui peine à les maîtriser et s’arrache les derniers cheveux de la tonsure camembert, car elles sont toujours aussi vindicatives et jalouses de leurs prérogatives.

Le roi n’a cure de leurs jérémiades incessantes, de leur arrogance, de leur indiscipline qu’il traite avec le plus grand mépris et poursuit un dialogue imaginaire avec son double, le « daimon » des grecs, l’adversaire insaisissable qui le perturbe et l’inquiète, c’est une véritable obsession, il se surprend à parler à la troisième personne. Le roi a dit…

A toute chose malheur est bon, le roi a réussi à faire rentrer dans le rang l’opposition qui mine son parti de l’intérieur. Les récalcitrants (ou si peu) sont matés et votent comme un seul homme dès qu’il s’agit de la survie de l’espèce au pouvoir et les adeptes de la chlorophylle ne vont pas tarder à se soumettre, car les gamelles sont déjà prêtes à les accueillir.

Aux extrêmes la guerre parentale fait rage, la dynastie joue un Shakespeare bucolique, qui fleure la tragédie et le meurtre des anciens revisités par tonton Freud, avec sabre et goupillon en carton, pauvre Jehanne, sang et bave à gros bouillon en prime: hilarant!

Le centre brille par son absence c’est la démesure de l’inexistence et de la médiocrité servile, le centre mou c’est mon nombril de substitution (le roi rit de sa bonne blague) le lapin que je vais sortir de mon chapeau en temps utile (quinte de toux).

Enfin tout n’irait pas si mal, si tout allait bien, ce qui n’est pas le cas hélas; le peuple aphone à force de gronder, la populace énervée, la plèbe des sans dents redresse la tête, trois ans de crises et d’erreurs c’est long et faut-il que celà dure encore et combien de temps?

Comment redresser la situation, comment échapper à la crise (perplexe il se grattait le sommet du crâne), comment retrouver la prospérité perdue et avec elle l’assentiment de ce peuple si versatile, si ingrat, si rapide à se rebeller contre le pouvoir.

Indiscipline, ironie et désordre sont sa marque de fabrique, pourtant si l’on en croit les commentaires de l’illustre César, ce peuple reste psychologiquement fragile, très malléable, aussi prompt à s’enthousiasmer, que prompt à se décourager. (le roi jeta un coup d’oeil amusé sur la forêt de roses, têtes légèrement inclinées, elles l’écoutaient pour une fois, la curiosité les maintenait en haleine, il gloussa l’air satisfait et prit la pause).

⁃ Eh bien que faut-il faire pour sortir de cette impasse, mes amies, vous avez une idée peut-être …
Le ton moqueur intimidait, les roses se taisaient flairant le piège, la provocation paraissait inouïe, inacceptable.
Une brise légère indignait les orgueilleuses, qui prises au dépourvu, courbaient le front dissimulant mal une rancune accumulée. Le roi buvait du petit lait devant cet aveu d’impuissance, marquait des points, savourait l’humiliation et jouissait de l’instant!

⁃ J’ai trouvé… (regard froid du prédateur amusé) il faut organiser une croisade citoyenne inversée! (il s’esclaffa)

Silence haletant, les roses se penchaient sur leurs tiges au risque de les briser.

⁃ Pour vaincre le mal, il faut l’attaquer à la racine! Je m’explique, prendre l’argent là où il se trouve, ne pas faire de sentiment, mon maître, disciple de Machiavel, n’aurait pas hésité une seconde, tous les moyens sont bons pour réussir: tromper, flatter, filouter en affaires c’est la règle, vendre et se vendre, ne reculer devant rien aucun scrupule, mettre sa fierté dans sa poche avec son mouchoir par-dessus, mentir le pays ne manque pas d’atouts et nous avons des cartes à jouer pour commercer. (il rit)

⁃ Oui parfaitement il faut faire des courbettes, s’humilier devant ceux qui détiennent les richesses, le pétrole, le gaz, toutes les ressources monnayables, sans vergogne, Paris vaut bien une messe, nous leur vendrons tout ce qu’ils désirent, même ce qu’ils ne veulent pas, immense vente aux enchères, vente à la découpe: notre âme, notre culture, notre histoire, notre mémoire et celà sans le moindre regret, je signe avec mon sang, cela vous pose un problème (regard perçant) c’est le seul moyen de garder la paix civile, d’éviter les désordres, de nous maintenir et de durer en les acceptant! C’est ça le progrès du changement!!

Un silence contraint accueillit ce discours étonnant, une page venait d’être tournée au royaume de la fantaisie!

Jean-Marie Pieri

*** Attention ce texte est une TRIBUNE LIBRE qui n’engage que son auteur*** 

♥ ♥ ♥ ♥ ♥

L’article à lire absolumentLa Marine coule Le Pen©

♥ ♥ ♥ ♥ ♥

OBSERVATOIRE DU MENSONGE 2014 copie

Premier site d’opposition en France !

Recevez gratuitement par mail les articles publiés chaque semaine avec

La semaine de l’Observatoire

* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *

Retrouvez tous nos articles sur Facebook en cliquant ICI

  SUIVEZ ! PARTICIPEZ !  

L’article le plus lu : Etroite surveillance

# # # # # # # # # #

Copyright obligatoire en cas de citation ou de transmission de cet article, vous pouvez le copier : Jean-Marie Pieri pour Observatoiredumensonge ou http://observatoiredumensonge.com Pour tous les mots ou phrases qui sont suivis de ce signe © vous devez également citer le copyright ci-dessus défini. Avertissement : Tous les commentaires sont de la responsabilité de leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de L’Observatoire du MENSONGE et le site se réserve le droit de ne pas publier un ou des commentaires sans avoir à justifier sa décision. Evitez de mettre des liens car votre commentaire sera supprimé par le système.

Mode emploi

# # # # # # # # # #

L’Observatoire du MENSONGE est un site d’opposition qui ne perçoit aucune aide. Vous pouvez donc faire un geste pour que l’Observatoire garde son indépendance. Merci !

Cliquez juste sur le logo ci-dessous et laissez-vous guider sur notre plate forme totalement sécurisée

OU

Offrez-vous Le Best de l’Observatoire bouton Paypal don → Le don est de 9,90 !!! Téléchargement inclus du livre (105 pages).

Paiement sécurisé !

Un grand merci à vous tous qui faites le succès de

l’Observatoire du MENSONGE présent dans 178 pays

et suivi par + 120.000 LECTEURS !

Avec 40 auteurs pour des tribunes libres vraiment libres !

logo Ob dum

Pour contacter l’Observatoire du MENSONGE:

Cliquez ICI

♥ ♥ ♥ ♥ ♥

Un grand merci à celles et à ceux qui nous suivent, commentent et participent.

Nous suivre, service gratuit, vous permet de recevoir par mail chaque article publié.

♥ ♥ ♥ ♥ ♥

3 commentaires

  1. A reblogué ceci sur Boycottet a ajouté:
    Cette forme de pouvoir le rassure, même si les roses sont bien mal en point, ne s’acclimatent pas au désespoir du nouveau jardinier qui peine à les maîtriser et s’arrache les derniers cheveux de la tonsure camembert, car elles sont toujours aussi vindicatives et jalouses de leurs prérogatives.

    Silence haletant, les roses se penchaient sur leurs tiges au risque de les briser.

  2. OUI, une Histoire, notre Histoire ho il y a bien eu du Bien et du Mal..pendant ces siecles..Mais aujourd hui elle est arriver notre France a etre lapider…Mais comme tout citoyen, nous attendons le reveil de la Nation et nous la sentons…

  3. J’aime bien ce royaume de la fantaisie, pour ma part dans mon imagination j’y mets des visages, ce qui me permets de moquer cette dernière croisade du roi……

Laisser votre commentaire