Air France : le Fiasco des corporatistes


Par Hervé Azoulay

LOGO OBS

Premier site d’opposition en France

Vous aimez : alors suivez-nous !

TRIBUNE - copie
Ici à l’Observatoire du MENSONGE, nous aimons la liberté de publier. Ce qui ne veut pas dire que nous approuvons.

Air France : le Fiasco des corporatistes

Par Hervé Azoulay

air france

Air France vient de donner une image désastreuse du climat social en France! Le monde découvre l’exception française! Le citoyen français est hélas habitué aux conflits sociaux, lorsque ce n’est pas les pilotes d’Air France qui font grève, ce sont les contrôleurs du ciel ou la SNCF, la RATP, la POSTE…Comment peut- on accepter que ces 1% de la population salarié cumule 25% des jours de grève en France à cause de certains syndicats totalitaires refusant le changement. Un rapport confidentiel de juin 2010, rédigé par Corinne Desforges pour le Ministre de la fonction publique, a évalué que l’État et les collectivités locales verseraient près de 250 euros par fonctionnaire aux syndicats, soit plus d’un milliard d’euros. Encore une exception française que nos voisins européens n’ont pas imitée. Dans ces pays le montant des cotisations représente de 80% à 90% des recettes totales des syndicats, contre 20% en moyenne en France. En plus nos syndicats ne sont plus représentatifs avec à peine 8% de taux de syndicalisation en moyenne (chiffre divisé par deux en 25 ans) et 5% de taux de syndicalisation dans le privé. Ils ne sont pas non plus transparents sur leurs comptes et devraient les publier comme pour les syndicats privés ! Or, deux inconnues de taille subsistent toujours en termes de financement public : à combien se montent les subventions de l’état aux syndicats et combien de fonctionnaires sont mis à disposition des centrales syndicales ? La Fondation IFRAP évalue à deux fonctionnaires sur 1000 mis à disposition des centrales syndicales soit environ 14 000 personnes pour 7 millions de fonctionnaires. Toute cette force de frappe pour freiner le changement !

En France, les grèves, les barrages, précèdent toujours les négociations, c’est la faiblesse des hommes politiques de droite comme de gauche qui ne savent que ménager la chèvre et le chou. C’est par la négociation constructive que nous sortirons de cette société bloquée que le maintien des avantages acquis illustre si bien. Ces acquis ont été le compromis social qui était justifié à l’époque, mais maintenant il nous faut trouver de nouveaux compromis. La rue prend la parole parce qu’elle n’a pas eu les moyens de s’exprimer autrement, faute de l’énorme déficit d’explication, de dialogue, de concertation. La rue prend la parole parce que les français se sentent mal représentés et quand le dialogue n’existe plus, ce sont toujours les intérêts corporatistes et catégoriels qui l’emportent.

Les nationalisations de 1981 ont permis à l’ENA et aux grands Corps de l’Etat de placer les siens à la tête d’entreprises contrôlées par l’Etat et ce fut le cas pour Air France. Lorsque ces entreprises furent privatisées en 1986 et 1993, ils investissent de nouveaux bastions en prétextant la constitution de noyaux durs d’actionnariat pour se protéger de la concurrence internationale ! Toujours l’intérêt public mis en avant pour accroître ses territoires. Cette élite est omniprésente dans les coulisses du pouvoir et rien ne l’arrête quand elle veut accroître son territoire en multipliant les solidarités de clans. Dès qu’un membre de l’élite est nommé, son premier réflexe n’est pas de mettre en place ses idées, mais d’élargir son territoire. Un des drames de la France c’est qu’on met n’importe qui, même brillant, à n’importe quel poste qu’il n’est pas forcément capable d’assumer ! Un dirigeant très connu a fait quatre métiers en dix ans et probablement aucun de bien. Un sauteur en hauteur bien affiné dans sa discipline ne peut pas lancer le poids, il pourrait le faire, mais mal. On ne peut pas s’improviser dirigeant de toutes sortes d’activités. Ce modèle de parachutage a développé des comportements qui freinent l’innovation et le changement dans notre pays

Pourquoi cette violence à Air France? Même si l’entreprise n’est pas un lieu de démocratie, beaucoup de décisions entraînent un consensus. Même certaines décisions qui n’entraînent pas le consensus sont comprises et acceptées sans violence par la base. Il y a des actes de violences quand on décide de vendre, de céder une entreprise et de licencier, mais en dehors de ces situations extrêmes, le consensus demeure la règle. Mais voilà, la direction générale d’Air France et son conseil d’administration constitué en grande partie d’élite issue de L’ENA et des grands Corps de l’Etat, a sa part de responsabilité. Les dirigeants n’ont pas sus transformer le système humain dans l’entreprise resté trop longtemps figé pour être capable de s’adapter à ce nouveau monde. C’est le rôle des dirigeants qui ne doivent pas se contenter de gérer les relations humaines, mais devront également gérer les relations interculturelles et transformer la résistance aux changements. Ils devront faire preuve de fermeté face à ceux qui ne veulent rien entendre : syndicalistes démagogues et cadres installés dans une rente de situation. Tout ce qui sépare, freine, bloque le changement et les relations entre les hommes et femmes doit « être éliminé d’urgence ».

Mais rien n’y fera, ces hommes géraient l’ordre, balisaient le temps, dressaient des frontières entre les niveaux hiérarchiques, séparaient les cadres des non cadres. Bercés par leurs diplômes et leur rang ils baignent dans un environnement qui ne favorise pas la variété des cultures. Dans le monde de la complexité, il est nécessaire de disposer de managers intuitifs d’origines diverses pour favoriser les différents points de vue. En France, cette élite refuse le changement, fait de l’obstruction à la mutation, du conservatisme, du corporatisme et surtout manque de lucidité et de courage.

L’Etat a également sa part de responsabilité, il doit comprendre que le protectionnisme des chasses gardées conduit à la destruction d’industries devenues obsolètes. Autant dans certains domaines régaliens l’Etat doit impérativement être présent, autant dans la gestion d’Air France il ne doit pas faire le DRH et recevoir les Syndicats de cette entreprise. Cette action incombe à la Direction Générale, ou à la limite au conseil d’administration. Ce conseil doit être un organe de contrôle mais en réalité il ne contrôle rien, cette élite siège évidemment dans plusieurs conseils d’administration, en se répartissant les postes. Entre gens du beau monde, on sait se comprendre et s’entendre pour contourner, biaiser, déformer les textes. Dans une société anonyme, si l’actionnaire, en l’occurrence l’Etat, se comporte en politique, le dirigeant n’a plus d’autonomie. Que l’Etat joue son rôle : nommer ou dénommer le président et approuver la stratégie. Mais ce n’est pas à lui d’entretenir les relations syndicales, faire pression sur l’entreprise et de mener des actions incohérentes sur les nominations. L’Etat est un très mauvais actionnaire et de surcroit un pitoyable gestionnaire. Dès que l’Etat s’en mêle dans tous les domaines, c’est la catastrophe!

L’Etat doit être au service de la nation mais surtout ne pas se prendre pour la nation ! La peur des manifestations et l’absence de dialogue semblent interdire toute réforme. Dès qu’une réforme est proposée, elle est immédiatement étouffée par de puissants lobbies ou par d’obscures querelles intestines mêlées à des rivalités de carrière. Le cybermonde court-circuite les modèles traditionnels, connecte les cultures et les économies, alors que, pendant ce temps, les hiérarchies formelles de nos institutions, qui sont rarement de réelles hiérarchies de compétences, verrouillent jalousement le système qui leur échappe en fabriquant toujours plus de règlements. Certes, les institutions sont nécessaires quand on les utilise en garde-fous mais si on les utilise en barrières infranchissables, elles deviennent nuisibles. D’autant plus que bien souvent, elles décident sans écouter ou, au mieux, elles écoutent sans décider.

Et le personnel dans tout cela! Il trinque à cause de la cécité de ses dirigeants appartenant à une caste, dont la vision est découplée de la réalité de l’évolution économique mondiale.

Hervé Azoulay

Azoulay

Hervé AZOULAY a été dirigeant dans de grands groupes internationaux, co-fondateur de plusieurs entreprises innovantes, Business Angel, fondateur d’un des premiers réseaux de Business Angels en France, Président d’un fonds d’investissement, intervenant dans de grandes écoles et à l’université en France et à l’étranger, auteur de nombreux ouvrages et de tribunes dans la Presse.

*** Attention ce texte est une TRIBUNE LIBRE qui n’engage que son auteur ***

Article conseillé d’Hervé Azoulay : Sciences Po : mort programmée 

OBSERVATOIRE DU MENSONGE 2014 copie

Premier site d’opposition en France

♣ ♣ ♣ ♣ ♣ ♣ ♣

Copyright obligatoire en cas de citation ou de transmission de cet article, vous pouvez le copier :
Hervé Azoulay pour Observatoiredumensonge ou http://observatoiredumensonge.com
Pour tous les mots ou phrases qui sont suivis de ce signe © vous devez également citer le copyright ci-dessus défini.

Avertissement : Tous les commentaires sont de la responsabilité de leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de L’Observatoire du MENSONGE et le site se réserve le droit de ne pas publier un ou des commentaires sans avoir à justifier sa décision.
Evitez de mettre des liens car votre commentaire sera supprimé par le système.

Vous avez le droit de soutenir l’Observatoire du MENSONGE en devenant suiveur. C’est un service gratuit en plus…! Mode d’emploi cliquez ICI

LOGO OBS

Recevez gratuitement par mail les articles publiés chaque semaine avec

La Semaine du MENSONGE

OBSERVATOIRE DU MENSONGE 2014 copie

Alors diffusons ! Soyons des acteurs concrets ! Que chacun renvoie cet article à au moins cinq personnes, qui le partageront ensuite. Ainsi ce que les médias nous refusent sera une bombe à retardement pour eux. Prenez quelques secondes de votre précieux temps et vous vous sentirez ensuite bien mieux et libérés.
Cela contribuera sûrement à ouvrir les yeux de nos propres gouvernants incapables d’agir et de faire quoique ce soit. Envoyez nos articles à vos élus parce qu’ils le VEAU bien…
N’oubliez pas pas que nous avons le pouvoir ultime avec notre bulletin de vote !

♥ ♥ ♥ ♥ ♥

clouds-208000_640 - copie

Retrouvez tous nos articles sur Facebook en cliquant ICI

L’article à lire absolument : Les contes de l’étable

L’article le plus lu : La connaissance

L’Observatoire du MENSONGE est un site d’opposition qui ne perçoit aucune aide. Vous pouvez donc faire un geste pour que l’Observatoire garde son indépendance. Merci !

Cliquez juste sur le logo ci-dessous et laissez-vous guider sur notre plate forme totalement sécurisée

Un grand merci à vous tous qui faites le succès de

l’Observatoire du MENSONGE présent dans 178 pays

et suivi par + 150.000 LECTEURS !

Avec 40 auteurs pour des tribunes libres vraiment libres !

logo Ob dum

Pour contacter l’Observatoire du MENSONGE:

Cliquez ICI

♣ ♣ ♣ ♣ ♣ ♣ ♣

;

Publicités

23 commentaires

  1. ça me rappelle avec Sous France , mes dernières années à la Varig , pour des motifs semblables … Fini la plus importante cie non seulement brésilienne mais aussi de toute l’Amérique du sud … plus ancienne que AF , née en 1927 !

    J'aime

  2. L’Etat doit être au service de la nation, mais surtout ne pas se prendre pour la nation ! La peur des manifestations et l’absence de dialogue semblent interdire toute réforme. Dès qu’une réforme est proposée, elle est immédiatement étouffée par de puissants lobbies ou par d’obscures querelles intestines mêlées à des rivalités de carrière.

    Bravo c’est excellent !!!!!!!!

    J'aime

  3. Rentabilité inférieure de 30% à celle des pilotes de Lufthansa et de British Airways ….
    Je le redis à l’envi : même scénario qu’à la SNCM !!! Voir article dans Le Point « exclusif les vraies conditions de travail des pilotes d’air france du 2& octobre 2015…

    J'aime

  4. Rappelez vous le syndrome Manufrance …700 licenciements annules par les communistes avec en plus 1300 embauches ! Cherchez la Compagnie aujourd’hui …

    J'aime

  5. C’est exact ce que vous dites » les institutions sont utiles quand on les utilise en garde-fous mais si on les utilise en barrières infranchissables, elles deviennent nuisibles. D’autant plus que bien souvent, elles décident sans écouter ou, au mieux, elles écoutent sans décider. »

    J'aime

  6. Les syndicats d’extrême gauche sont le fléau de nos industries. Margaret Thatcher a su les ré cadrer, on pourrait peut être en tirer une lesson salutaire.

    J'aime

  7. Déposons définitivement le bilan de cette entreprise qui se dit privée pour les bénéfices et d’état pour les déficits, mais dans tous les cas sous statut de droit public et tout son cortège de privilèges !
    Elle nous a déjà coûté suffisamment cher depuis de nombreuses décennies.
    Je n’ai pas les moyens et le temps de partir en avion tous les 4 matins : donc à qui s’adresse-t-on ?
    On crève tous les jours en France de tous ces déficits chronique.

    J'aime

    1. Le grand problème en France c’est les syndicats surtout la CGT qui veut que rien ne change! Notre élite est incompétente et ne fais rien de peur du climat social! C’est exactement le même problème pour air France

      J'aime

  8. Le problème est bien celui des corporatismes, en concurrence frontale au sein de la même entreprise.
    Et si, dans les entreprises, les élections des délégués se faisaient sur une seule liste alphabétique (ou par tirage au sort), chacun se présentant individuellement moyennant une seule condition d’ancienneté dans l’entreprise, afin d’être connu des collègues ?

    J'aime

  9. Air france est pour les compagnies aériennes, ce que la sécu est pour les assurances santé, UN GOUFFRE. Avec ses 200 milliards de déficits cumulés, ça représente le fleuron de l’économie française en termes de pertes. Et pourtant tout le monde croit le contraire, quel beau mensonge. La sainte trinité ( sécu, éna, syndicats) est l’âme de la France qui quitte son corps, le peuple.

    J'aime

  10. C’est évident, Mon commentaire du 11/10/15: LES VIOLENCES, LORS DU COMITES CENTRAL D’ENTREPRISE SONT SYMPTOMATIQUES DU COMPORTEMENT DES SYNDICATS ET D’UNE GRANDE PARTIE DU PERSONNEL D’UNE EX SOCIETE D’ETAT MONOPOLISTIQUE. ILS NE VEULENT PAS ET NE PEUVENT PAS ACCEPTER LES CONSEQUENCES D’UNE PRIVATISATION. Pour eux COMME DANS TOUTES LES SOCIETES COMMUNISTES LE TRAVAIL EST UN DROIT, UN DU, UN POSTE INAMOVIBLE, ILS SONT COMPLEMENT ETRANGER AUX ADAPTATIONS INDISPENSABLES et à la concurrence mondiale, L’ETAT LEUR DOIT UNE RENTE DE SITUATION Payée, évidement par toujours les même réels travailleurs productifs « cochons » de payant.

    J'aime

  11. Oui, l’Etat a également sa part de responsabilité, mais il est également blâmable pour sa mauvaise gestion, étant donné qu’il est actionnaire de Air France…
    Un jour ou l’autre interviendra des licenciements obligatoire !!!.
    Cet article est plein de sincérités….

    J'aime

  12. Bravo monsieur Azoulay! Vous décrivez de façon trés claire les vrais problèmes qui mine la France: l’ENA et les grands corps de l’état

    J'aime

  13. C’est un très bon article et il faut rappeler que les syndicats prennent toujours le public en otage avec des grèves comme par hasard au moment des vacances : combien cela coute-t-il à la compagnie ? Personne ne le dit mais cela doit être pharamineux…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s