«L’Occident répond à Daech par un robinet d’eau tiède»


“L’erreur est humaine. Persévérer est diabolique.”


Découvrez la nouvelle rubrique de l’Observatoire du MENSONGE :
binoculars

«L’Occident répond à Daech par un robinet d’eau tiède»

XVM5c0e7392-1060-11e6-98ee-0c2d08bd7176

Scott Atran: «Les volontaires de Daech n’ont rien de marginaux, paumés, victimes d’un lavage de cerveau. Et c’est bien ce qui m’intéresse: comprendre pourquoi des jeunes apparemment normaux sont prêts à tuer leurs congénères et à mourir.»

Par Marie-Amélie Lombard-Latune
INTERVIEW – Le chercheur estime que le camp occidental commet une erreur stratégique en sous-estimant le pouvoir d’attraction de l’État islamique, notamment auprès des jeunes.
Anthropologue, le Franco-Américain Scott Atran mène ses recherches pour les universités d’Oxford, du Michigan et le CNRS. Après des enquêtes de terrain en Irak, au Maghreb et en Europe, il publie ce mois-ci L’État islamique est une révolution, aux Éditions Les Liens qui libèrent.
LE FIGARO. – L’Occident se trompe, selon vous, en réduisant l’État islamique à un mouvement moyenâgeux, assoiffé de sang, de vengeance, et voué à être défait militairement. Ce serait sous-estimer la formidable capacité d’attraction de l’État islamique et, donc, se tromper de stratégie pour le combattre?
Scott ATRAN. – L’État islamique propose en effet un projet profondément «séduisant», qui vise à changer et à sauver le monde. Face à la longue hégémonie du modèle occidental, sur le déclin, c’est même le seul message contre-culturel qui réussit. Du Chiapas, au Mexique, aux Célèbes, en Indonésie, on parle de l’État islamique! La plupart du temps en mal, mais on en parle. Pourquoi cette force d’attraction? Parce qu’il est porteur d’une utopie: un changement total, une construction morale, religieuse et métaphysique pour parvenir à un monde nouveau, joyeux… C’est tout le contraire d’un programme nihiliste, comme certains le prétendent.
«Joyeux», quand ses émirs promettent aux jeunes recrues, à peine arrivées de France, de Belgique ou de Tunisie, de mourir dans un attentat suicide en causant le maximum de dégâts humains?
Oui, la joie de se battre jusqu’à la mort, de partager avec ses camarades une cause glorieuse. George Orwell a très bien posé la question: pourquoi Hitler a eu tant de succès et mis à ses pieds 80 millions de personnes? Parce qu’à l’inverse de nos sociétés qui proposent le confort, la sécurité, l’hygiène, l’absence de risque il offrait l’aventure, la révolution, la gloire et la transcendance. Selon Orwell, Hitler avait compris qu’existe, dans la nature humaine, ce besoin de se sacrifier pour quelque chose qui vous dépasse. Les volontaires de Daech n’ont rien de marginaux, paumés, victimes d’un lavage de cerveau. Et c’est bien ce qui m’intéresse: comprendre pourquoi des jeunes apparemment normaux sont prêts à tuer leurs congénères et à mourir.

————————————
«Selon Orwell, Hitler avait compris qu’existe, dans la nature humaine, ce besoin de se sacrifier pour quelque chose qui vous dépasse»
————————————

L’État islamique maîtrise parfaitement les techniques de propagande modernes. Pourquoi ne savons-nous pas y répondre?
Nous y répondons par un robinet d’eau tiède, des appels à pratiquer un «islam modéré», guère séduisant pour des jeunes qui cherchent à se bâtir une identité sociale en rupture avec ce monde «global» qu’ils rejettent.
En août 2014, selon un sondage ICM (1), un quart des jeunes en France âgés de 8 à 24 ans avaient une opinion positive de l’État islamique. Et même si ce chiffre se révèle être plus modeste en réalité, l’État islamique réussit à retourner à son avantage notre propre propagande, maîtrisant les outils d’une guerre asymétrique. Les images des attentats, des populations en proie à la panique lui servent de combustible.
C’est méconnaître Daech que de penser que le recrutement se fait essentiellement via Internet, sans «ciblage» particulier?
L’État islamique ne néglige rien. Une jeune volontaire en Syrie va, par exemple, contacter une «sœur» en France et lui dire que, même si elle aime sa famille, une mission bien plus importante l’attend dans le «califat» et donnera du sens à sa vie. Elle insistera: «En France, vous n’avez plus de valeurs morales, ni de principes religieux. Ici, les choses sont claires, justes. Un homme est un homme, une femme, une femme», etc. La recruteuse pourra passer des centaines d’heures à la convaincre. Et chaque message sera personnalisé, à la différence des campagnes de prévention occidentales. Selon certaines estimations, l’État islamique a ouvert 70. 000 comptes Twitter et Facebook et envoie quelque 90. 000 messages par jour…
Lors de vos enquêtes, notamment en Irak, vous avez été frappé par la combativité des soldats de l’État islamique, faits prisonniers, que vous avez rencontrés. Même les combattants kurdes étaient impressionnés?
Oui, les Kurdes, qui eux-mêmes sont prêts à se battre jusqu’à la mort, à endurer des pertes importantes, évoquaient ces «faits d’arme» non sans une certaine admiration. Or, quand on essaie de mesurer la volonté de défendre les valeurs démocratiques dans les sociétés occidentales, elle apparaît beaucoup plus faible. Avant les attentats de janvier 2015, nos enquêtes montraient que 30 % des gens étaient prêts à «se sacrifier», c’est-à-dire à perdre leur travail, à aller en prison. On ne parlait même pas de tortures… Ce taux est ensuite monté à 60 % pour retomber à 30 %.
«La défaite soi-disant prochaine de l’État islamique ne s’est pas encore produite. Il est enraciné profondément dans les territoires et étend son influence en Asie centrale et en Afrique»
À vous écouter, l’Occident ferait donc totalement fausse route dans sa stratégie contre Daech. N’est-ce pas minimiser la supériorité militaire de la coalition, les territoires reconquis?
La défaite soi-disant prochaine de l’État islamique ne s’est pas encore produite. Il est enraciné profondément dans les territoires et étend son influence en Asie centrale et en Afrique. Dans les zones qu’il contrôle, les réactions des populations peuvent être ambivalentes: rejet de sa violence meurtrière, mais fierté pour ce nouveau califat musulman qui s’oppose aux anciennes grandes puissances et balaie le concept d’État-nation. En Irak, beaucoup de cheikhs, à la tête de tribus arabes sunnites, ont ainsi bien accueilli la phase de conquête de l’État islamique, qui faisait pièce au pouvoir chiite de Bagdad, avant de déchanter par la suite… Mais, globalement, la plupart des Arabes sunnites préfèrent vivre sous la domination de Daech que sous celle d’une coalition menée par les Américains et le gouvernement irakien.
Le seul survivant des attaques du 13 novembre dernier à Paris, Salah Abdeslam, est désormais incarcéré en France. Que peut-on attendre de ses interrogatoires?
Difficile de répondre. Sans doute des informations sur les réseaux terroristes qui sont beaucoup plus vastes et connectés entre eux qu’on ne l’imagine. Et qui parviennent à passer entre les mailles du filet, car la population, qui certes n’est pas impliquée dans l’action violente, les tolère, comme on a pu le voir à Molenbeek. Ce qui m’intéresserait également serait de comprendre pourquoi le frère de Salah et Brahim (qui s’est fait exploser au Comptoir Voltaire, NDLR) Abdeslam, Mohamed Abdeslam, n’a pas suivi le même chemin, de déterminer ce qui peut faire barrage aux idées radicales socialement contagieuses.
Vous critiquez les erreurs de l’Occident, mais quelles solutions préconisez-vous?
Le camp occidental se concentre trop sur les questions de sécurité et les réponses militaires, et néglige les mécanismes psychologiques et sociaux. Il lui faut réadapter toute sa stratégie. Miser notamment sur les groupes de jeunes capables de diffuser un discours mobilisateur, et pas seulement un plaidoyer pour la société de consommation. Car, même vaincu militairement, l’État islamique continuera de «séduire». Et ce pour longtemps. D’autant que rien n’existe aujourd’hui dans le monde musulman pour contrecarrer efficacement son pouvoir d’attraction.

Marie-Amélie Lombard-Latune

(1) Institut de sondage britannique.
Source Le Figaro
Scott Atran (né le 6 février 1952 à New York aux États-Unis) est un anthropologue franco-américain et directeur de recherche en anthropologie au Centre National de la Recherche Scientifique à Paris, chercheur à l’université d’Oxford , boursier du John Jay College of Criminal Justice de New York.

♥ ♥ ♥ ♥ ♥

SUIVEZ ! PARTAGEZ !

LOGO OBS

Recevez gratuitement par mail les articles publiés chaque semaine avec

La Semaine du MENSONGE


NB : vérifier que notre mail n’arrive pas dans vos indésirables…OBSERVATOIRE DU MENSONGE 2014 copie
Copyright obligatoire en cas de citation ou de transmission de cet article, vous pouvez le copier :
Marie-Amélie Lombard-Latune pour LE FIGARO
Pour tous les mots ou phrases qui sont suivis de ce signe © vous devez également citer le copyright ci-dessus défini.
Avertissement : Tous les commentaires sont de la responsabilité de leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de L’Observatoire du MENSONGE et le site se réserve le droit de ne pas publier un ou des commentaires sans avoir à justifier sa décision.
Evitez de mettre des liens car votre commentaire sera supprimé par le système.

Observatoire du MENSONGE est un site d’opposition qui ne perçoit aucune aide. Vous voulez soutenir notre action ? C’est simple devenez gratuitement SUIVEUR du site : pour cela cliquez en haut à droite du site sur la case SUIVRE et laissez-vous guider…
Vous pouvez aussi nous aider en faisant un don : cliquez juste sur le coeur ci-dessous (notre plate forme est totalement sécurisée). MERCI !

LOGO OBS

♣ ♣ ♣ ♣ ♣ ♣ ♣

Un grand merci à vous tous qui faites le succès de l’Observatoire du MENSONGE présent dans 178 pays et suivi par + 180.000 LECTEURS ! + 40 auteurs pour des tribunes libres vraiment libres !

Pour contacter l’Observatoire du MENSONGE: Cliquez ICI

Publicités

4 réflexions sur “«L’Occident répond à Daech par un robinet d’eau tiède»

  1. Ping : «L’Occident répond à ...

  2. Roland Pasquali

    Quand va-t-on cesser de nous mentir sur le bien vivre ensemble ? Je ne voterai que pour un ou une candidate qui s’engagera fermement et clairement sur ce point sinon je ne me déplacerais même plus.

    J'aime

  3. Marianne Proudhon

    Les occidentaux ont juste oublié le passé d’Erdogan bel et bien nazi… La France encore une fois en politique étrangère est dramatiquement nulle comme toujours avec ces gens-là. Quant à savoir qui a commis l’attentat et si des Français seraient touches, je trouve cela lamentable. Mais bon tout le monde s’en fout donc que la fête continue…

    J'aime

  4. Catherine Rozières

    Voilà un très bon article bien que désespérant tellement la réalité est dramatique. A se demander comment nos médias peuvent garder leur conscience tranquille ? Quant à nos politicards ils ne méritent même plus nos voix tellement sur ce sujet ils sont lamentables.

    J'aime

Laisser votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s