Le courage ou la takkia ?


La France est en guerre face à un ennemi barbare

TRIBUNE

image

Le courage ou la takkia ?

Par François Celier

La France est en guerre contre un Daech tentaculaire formé de troupes opérationnelles positionnées sur plusieurs pays. Cette entité musulmane fanatique est animée par la volonté coranique d’un jihad planétaire.
L’affaire est sérieuse. Elle fit déjà couler des rivières de sang. Devant ce constat militariste, qui s’infiltre sur le sol français, des révisions politiques se posent, notamment à ceux qui postulent à la Présidence de la République. Elle se pose aussi à tout un vaste électorat citoyen, plus ou moins familier des réseaux sociaux.
Cette France-là espère que se dressera un candidat honnête, ardent à refuser les mensonges d’Etat et leurs médias inféodés pour lever à bout de bras l’étendard du courage.
En tant que patriote, mes interrogations sur cette attente sont partagées par un grand nombre d’autres compagnons qui se préparent à une résistance nationale, supplétive à nos trois corps d’Armée (Terre, Mer et Air), en s’inscrivant déjà sur les réseaux d’internet. Cette résistance est en rapport direct avec l’assaut invasif planifié qui nous est livrée par un ennemi dont l’idéologie mystique de « guerre sainte » est celle du Croissant de l’islam contre l’Occident chrétien du vingt-et-unième siècle.
Autrement dit, une reconquista musulmane, à rebours.
Mes 20 assertions permettent de mieux connaître les us et coutumes historiques d’une guerre civile à caractère religieux, impliquant les forces armées conventionnelles associées aux partisans patriotes.
Ces hommes de l’armée de l’ombre s’organisent à bon escient, dans le cadre des Volontaires Pour la France (1) et autres mouvements similaires.
La protection du pays, de nos familles et de nos enfants risque de faire couler à grande eau le sang de nos assaillants.
Si les candidats à la Présidence acceptent de revoir leurs idées parfois« courtes », inadaptées, couardes ou timorées de leurs programmes respectifs, voici des mesures que nous préconisons avant toutes autres.
Le candidat qui s’en rapprochera au plus près aura non seulement notre faveur, mais encore celle d’une grande partie des citoyens « d’en-bas », formant un vote populaire qui n’a que trop souffert de n’être jamais écouté, alors qu’il subit quotidiennement les menaces d’une islamisation rampante et arrogante qui teste sa future domination.
Tout prétendant à l’investiture Présidentielle devra se faire connaître comme un homme de courage, au parler vrai, parfaitement apte à défendre la souveraineté de la France.
Ci-après, voici les 20 « attendus » dont nous, les votants d’en-bas veulent obtenir des réponses franches, sans accommodement aucune sorte.
Electeurs anonymes de la grande forêt française des réseaux Internet, nous représentons des millions de votants… Aussi sommes-nous vivement intéressés par vos intentions écrites et l’esprit de vos réponses.
Etant sur le terrain de la vie vraie, nous savons mieux que l’intelligentsia parisienne qu’il s’agit de la sauver la France, dans l’honneur.
Pour être efficiente, la résistance patriotique se défie des médias
mainstream, des discoureurs fallacieux, des bateleurs de lucarnes, des lécheurs de babouches, des votants moutonneux et des indifférents.
L’armée de l’ombre qui se lève se contente de suivre son instinct de
résistance patriotiques. Nos convictions sont fermes et discrètes.
Nous sommes des soldats en civil, pour la France, l’Europe et la
civilisation occidentale qui sombrent peu à peu dans un chaos orchestré par deux stratégies concomitantes et antagonistes: le NOM (Nouvel Ordre Mondial) et le jihad (guerre sainte totalitaire).
Pour raison majeure d’entrer dans une guerre dans laquelle nous sommes tous embrigadés, tout candidat apte à la Présidence se doit de répondre aux 20 attendus suivants:
I / S’il y a lieu, se repentir d’avoir pactisé, encensé et soutenu l’islam.
II / Envisager de doubler le financement du Ministère de la Défense.
III / Promulguer impérativement la fermeture des frontières.
IV / Refouler les émigrants clandestins douteux et les ex-infiltrés.
V / A titre préventif, arrêter tous les « fichés S » ou suspectés tels.
VI / Mettre sous surveillance leurs familles et leurs relations.
VII / Refouler les familles polygames dans leur pays d’origine.
VIII / Endiguer sans état d’âme leur tactique de submersion migratoire.
IX / Réformer le code de la nationalité, revoir celle des double-nationaux.
X / Connaitre l’ennemi et leurs ruses de la Takkia (dissimulation).
XI / Rectifier l’assistanat social, les secours et les soins des profiteurs.
XII / Supprimer les organisations pro-islamistes: AME, UOIF et autres.
XIII / Arrêter la construction de mosquées-casernes (à double usage).
XIV / Détruire les mosquées salafistes, expulser tous les imams radicaux.
XV / Interdire tout prosélytisme islamique: scolarité, manif, prière de rue.
XVI / Déclarer hors-la-loi toutes les applications de la Charia.
XVII / Interdire l’abattage hälal (trafic d’armes et banques islamistes).
XVIII / Inviter les musulmans à signer une Charte de civisme français.
XIX / Abolir le Droit du sol et le regroupement familial.
XX / Exiger de rompre avec les pays d’engeance salafiste et jihadiste.
Afin d’affaiblir et vaincre ces fanatiques radicaux, ayant le culte de la mort et des atrocités qu’ils commettent, et en se référant aux guerres religieuses du passé, il faut admettre qu’ils se sont déshumanisés et qu’ils doivent être traités selon ce qu’ils sont: des assassins du genre humain.
Ces islamistes radicaux sont historiquement assimilables aux plus anciens ennemis d’Israël, sur le plan métaphysique, intemporel, et dans leurs stratégies.
En paraphrasant le livre biblique relatant les guerres de Josué (Deut 20,16):
« Dans les villes (de France) ces peuples que l’Éternel ton Dieu te donne(à combattre), tu ne laisseras pas subsister leur vie (leurs âmes étant vouées au culte de la mort), tu dois les vouer à l’anathème: le Héthéen et l’Amoréen, le Cananéen et le Phérézéen, le Hévéen et le Jébuséen, comme te l’a demandé l’Éternel ton Dieu afin qu’ils ne vous apprennent pas à imiter toutes les abominations commises par eux en l’honneur de leur dieu, et devenir à votre tour coupables envers l’Éternel, le Dieu de tous les hommes ».
Bien qu’il paraisse archaïque (plus de 3000 ans), ce texte matriciel nous instruit sur la source et l’horreur des guerres de religions, dans leurs dimensions spirituelles et leurs conséquences mortifère du genre humain.
François CELIER
Pasteur iconoclaste
Conseiller National de pilotage
Chargé des Relations Internationales des « Volontaires pour la France »
Citoyen français et ancien combattant.
*** Attention ce texte est une TRIBUNE LIBRE qui n’engage que son auteur ***
A Observatoire du MENSONGE, nous aimons la liberté de publier. Ce qui ne veut pas dire que nous approuvons.
Du même auteur: Des légions de l’enfer sont dans nos murs

  SUIVEZ ! PARTAGEZ !  

LOGO OBS

new-week-2

Recevez gratuitement par mail les articles publiés chaque semaine avec

La Semaine du MENSONGE


NB : vérifier que notre mail n’arrive pas dans vos indésirables…

LOGO OBS

Copyright obligatoire en cas de citation ou de transmission de cet article, vous pouvez le copier :
François Celier pour Observatoiredumensonge ou http://observatoiredumensonge.com
Pour tous les mots ou phrases qui sont suivis de ce signe © vous devez également citer le copyright ci-dessus défini.
Avertissement : Tous les commentaires sont de la responsabilité de leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de L’Observatoire du MENSONGE et le site se réserve le droit de ne pas publier un ou des commentaires sans avoir à justifier sa décision.
Evitez de mettre des liens car votre commentaire sera supprimé par le système.

LOGO OBS

♣ ♣ ♣ ♣ ♣ ♣ ♣

Un grand merci à vous tous qui faites le succès de l’Observatoire du MENSONGE présent dans 178 pays et suivi par + 200.000 LECTEURS ! + 50 auteurs pour des tribunes libres vraiment libres !

Pour contacter l’Observatoire du MENSONGE: Cliquez ICI

bleu-copie

Chères lectrices, chers lecteurs, Nous irons droit au but en vous demandant d’aider l’Observatoire du MENSONGE à préserver son indépendance.
Nous survivons grâce à des dons d’une valeur moyenne de 10 € mais seule une faible part de nos lecteurs nous fait un don. 
Si chaque personne lisant ce message donnait 2 €, notre levée de fonds serait achevée en cinq heures. Nous sommes une petite organisation à but non lucratif qui supporte les coûts du premier site d’opposition en France!
Alors OUI nous méritons votre contribution.
Merci.
Nous vous rappelons que nous sommes indépendants et que nous publions des tribunes libres vraiment libres.

Pour nous aider: Cliquez juste sur le coeur 

Advertisements

6 réflexions sur “Le courage ou la takkia ?

  1. JOSEPHINE

    Bravo pour l’énumération de ces 20 « attendu » qui s’imposent. Il y va de notre survie.
    Honneur à ceux qui se sont indignés et qui ont le Courage de s’organiser.

    UNISSONS-NOUS pour éviter de lire dans la presse prochainement (de P. Henri) un texte que j’ai déjà déposé ici. Choquant mais tellement probable si rien ne vient stopper notre invasion programmée.

    « Nous avons per­du. Nos sol­dats sont morts, nos civils trop affai­blis pour pour­sui­vre le com­bat, nos enne­mis trop nom­breux pour être vain­cus. Pour pré­ser­ver la vie de nos com­pa­trio­tes, nous consen­tons à bais­ser pavillon et à aban­don­ner nos cou­leurs. Ceux qui lut­tent enco­re sont appe­lés à dépo­ser les armes et à se ren­dre sans oppo­ser de résis­tan­ce. La Hau­te Cour Isla­mi­que leur garan­ti­ra un pro­cès impar­tial et une jus­te pei­ne. Hom­ma­ge soit ren­du à nos com­bat­tants morts en défen­dant la patrie. Gloi­re à Allah et aux sol­dats de Son Cali­fat. »

    Dis­cours de capi­tu­la­tion, Paris, an I de la Répu­bli­que isla­mi­que de Fran­ce »

    Ami, entends-tu le vol noir des corbeaux sur nos plaines ?
    Ami, entends-tu les cris sourds du pays qu’on enchaîne ?
    Ohé, partisans, ouvriers et paysans, c’est l’alarme.
    Ce soir l’ennemi connaîtra le prix du sang et les larmes.

    Montez de la mine, descendez des collines, camarades !
    Sortez de la paille les fusils, la mitraille, les grenades.
    Ohé, les tueurs à la balle et au couteau, tuez vite !
    Ohé, saboteur, attention à ton fardeau : dynamite…

  2. Gérard COUTANT

    Cette France-là espère que se dressera un candidat honnête, ardent à refuser les mensonges d’Etat et leurs médias inféodés pour lever à bout de bras l’étendard du courage.
    Général Didier TAUZIN
    REBÂTIR LA FRANCE
    Le projet présidentiel
    D’abord nous donner les moyens de gagner cette guerre qui nous est imposée.
    Deux séries de décisions s’imposent.
    La première est de désigner clairement nos ennemis et leurs alliés, de nommer aussi nos amis et ceux qui hésitent, et d’en tirer toutes les conséquences diplomatiques, économiques et militaires. Car, n’en déplaise aux idéologues et aux idéalistes, dans une guerre, il y a des amis et des ennemis… et parfois quelques « neutres ».
    Le véritable ennemi, qui se cache derrière l’État islamique et arme les djihadistes, est le wahhabisme, idéologie musulmane qui règne en Arabie saoudite et au Qatar. C’est aussi de ces deux pays que partent les financements au profit d’AQMI (Al-Qaïda au Maghreb islamique) que combattent nos soldats au Mali, de Boko Haram, qui ravage le Nigéria, et d’autres mouvements encore.
    Il faut donc d’abord remettre de l’ordre dans nos relations diplomatiques pour sortir de la logique de guerre et de déstabilisation et entrer dans une logique de justice et de stabilité, donc de paix.
    Et cette remise en ordre commencera par la clarification de nos relations avec les pays qui, directement ou indirectement, soutiennent l’islamisme, en particulier l’Arabie saoudite et le Qatar, dont l’attitude est très équivoque.
    Il faut également amener la Turquie à clarifier sa position à l’égard de l’État islamique mais aussi à l’égard de l’Europe. La situation du Proche-Orient est beaucoup trop sensible, l’Europe est désormais beaucoup trop faible, pour qu’il soit possible d’accepter qu’Ankara poursuive son rêve inavoué de reconstitution de l’Empire ottoman, démantelé après la première guerre mondiale à la suite de la défaite turque face aux alliés. Les agissements de la Turquie sont particulièrement inquiétants depuis qu’elle a envahi Chypre, pays européen, en 1975 ; ambigus, comme actuellement en Syrie et en Irak ; et toujours agressifs à l’égard des Kurdes. De plus, la Turquie est, comme la France, membre de l’OTAN, dont les statuts prévoient que tous les membres doivent se porter au secours d’un membre agressé, mais elle n’a pas hésité devant le risque de déclencher une guerre entre la Russie et l’OTAN en abattant un avion militaire russe.
    Il faut aussi dénoncer une certaine duplicité américaine au Proche-Orient comme ailleurs, et quitter immédiatement le commandement militaire de l’OTAN, éventuellement l’organisation elle-même, car cette organisation n’a plus de justification défensive depuis la disparition de l’URSS en 1990, et elle n’est plus aujourd’hui qu’un moyen à la disposition des États-Unis pour justifier diplomatiquement leurs interventions et vassaliser leurs « alliés ».
    En revanche, il nous faut réintégrer la Russie dans le concert européen, car – faut-il le répéter ? – la Russie n’est plus l’URSS, elle n’est plus notre ennemie et elle est une nation européenne. L’Allemagne l’a compris et a entrepris ce rapprochement depuis plusieurs années déjà. Il faut aussi tisser des liens diplomatiques sérieux avec l’Iran, qui sort peu à peu des troubles où l’ont précipité la guerre froide d’abord, la réaction à une occidentalisation forcée et excessive ensuite, et qui redevient le grand pays qu’il fut si souvent pendant des siècles. Ces deux pays ont, au Proche-Orient et au Moyen-Orient, les mêmes intérêts que nous.

    Le réalisme politique nous commande de nous rapprocher de la Syrie, qui a le même ennemi que nous, et dont la stabilité est essentielle à celle de tout le Proche-Orient.
    Il faut aussi impliquer l’Égypte dans cette nouvelle diplomatie de pacification, ainsi que la Tunisie et le Maroc.
    Il est nécessaire et urgent d’apaiser les relations franco-algériennes par l’apurement définitif du passé. Il est inadmissible que, 60 ans bientôt après la fin de la guerre d’Algérie, nous n’ayons pas encore de relations sereines avec ce pays, qui peut très vite basculer dans une grande instabilité à la mort du président Bouteflika. L’État islamique ne manquerait pas d’en tirer profit. Comme nous l’avons fait avec l’Allemagne, nous devons mettre définitivement fin aux rancœurs et aux ressentiments relatifs au passé, et créer une commission de réconciliation pour ce travail.
    Enfin, il faut entraîner le plus grand nombre possible de pays européens dans ce processus qui n’a pour but que d’initier une nouvelle politique dont l’objectif sera de rétablir et maintenir la paix dans toute la région.
    La deuxième décision est de redonner les moyens indispensables à nos armées pour faire face à la situation que nous connaissons.
    Bien que de grande qualité, nos forces militaires sont très insuffisantes et suremployées. Cette situation est le résultat de 40 ans de démagogie entraînant des choix budgétaires systématiquement défavorables aux armées. Est-il normal qu’au Mali certains de nos soldats conduisent des véhicules dont l’âge est le double du leur ? Est-il normal, pour un pays comme le nôtre, de ne disposer que de 65 000 hommes opérationnels dans l’armée de terre ? Une armée de terre qui logerait tout entière dans le stade de France…
    La France consacre aujourd’hui 1,5 % de son PIB à sa défense. Il faut doubler ces dépenses en quelques années. Nous ferons alors pour notre défense le même effort (en pourcentage du PIB) que les États-Unis, la Russie, la Chine et bien d’autres.
    Nous devons participer, je le répète, à la destruction complète de l’État islamique, sans oublier que cet effort durera sans doute très longtemps, car le djihadisme renaît sans cesse, et il est plus virulent dans des périodes où ses adversaires désignés sont ou paraissent affaiblis, comme nous le sommes aujourd’hui.
    Mais il faut aussi viser à créer les conditions d’un retour chez eux de tous les migrants arrivés en Europe du fait des conflits. S’ils constituent un risque de déstabilisation des sociétés européennes, les migrants, pour l’immense majorité très jeunes, vont cruellement manquer au développement de leurs pays d’origine. Il est possible d’imaginer, après tarissement du flux évidemment, de dispenser une formation professionnelle au plus grand nombre avant de les réinstaller chez eux. Cette politique, à la fois ferme et humaine, fera d’eux des amis de la France.
    On peut aussi envisager d’engager, dans les opérations militaires à venir, des Syriens, des Irakiens, des Libyens, etc., réfugiés en France, incorporés dans des unités militaires créées pour l’occasion et encadrés par des officiers français. Leur patrie est en danger, il est de leur devoir de la défendre.
    Ces premières mesures aideront la France à sortir de son immobilisme, à retrouver une dynamique. Tous les pays européens qui la suivront dans ce projet au service de la paix sur le sol européen et sur le pourtour méditerranéen en ressentiront les mêmes effets bénéfiques.
    « Le monde est dangereux non à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire. »
    Citation de Albert Einstein(1)

    1. Robert Cerantola

      Allez tout en bas, laisser un commentaire ! laissez vos coordonnées et cliquez sur laisser un commentaire ! C’est tout et vous laissez faire il s’affiche en premier .

Laisser votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s