L’ENA contre l’État?


Le Président de la République ne doit plus être un Enarque: Hervé Azoulay l’explique dans cet article à partager

TRIBUNE

Hervé Azoulay décrit la situation dramatique de dépendance de la France vis-à-vis de l’ENA. Le pouvoir politique n’est plus en état d’agir, les politiques passent, les Enarques restent ! « On ne résout pas un problème avec le système qui l’a engendré » disait Albert Einstein. La situation restera encore figée des décennies et c’est au citoyen de prendre son destin en main en imposant par le vote des quotas d’Enarques dans les postes clés du pouvoir. Sur une période de 46 ans, un Enarque a été présent dans le couple Président de la République et Premier Ministre pendant 36 ans ! Le Président de la République ne doit plus être un Enarque, si vous avez aimé la promotion Voltaire, vous allez alors adorer la promotion Senghor pour encore cinq ans ! C’est votre vote qui décidera.

L’ENA contre l’État?

Par Hervé Azoulay

L’ENA a été fondée pour former une élite au service de l’Etat dont la mission première est d’enseigner aux hauts fonctionnaires le sens de l’Etat. Il existe trois couches étanches de fonctionnaires issus de l’ENA et tout sépare les Enarques supérieurs des Enarques ordinaires. Ils ont passé le même concours, fait les mêmes études, mais les carrières seront totalement différentes à la sortie. Les premiers classés à l’ENA entreront dans les Grands Corps : Conseil d’Etat, Inspection des Finances et Cour des Comptes. Ce sont les Corps les plus prestigieux et on se bouscule pour y entrer compte tenu des avantages exceptionnels procurés par ce titre. Le pouvoir les stimule car il devient alors facile de remporter un siège à l’Assemblée Nationale ou un portefeuille ministériel.
Dans ces écoles, tout ce qui est flou est rejeté, tout ce qui ne peut pas donner lieu à un classement est considéré comme inutile. Tout est basé sur des recettes et non sur des mécanismes de pensée. Les méthodes, les recettes n’ont aucune prise sans la connaissance des problèmes. La compétition est aussi intense pour y entrer mais aussi pour en sortir au meilleur rang possible. On n’apprend pas dans ces écoles à être des meneurs d’hommes, à gérer les conflits, à prendre des décisions, à guider et à animer une équipe, à déléguer et à partager. C’est toujours la sélection sur la seule capacité intellectuelle qui exclut le potentiel humain, l’imagination, l’altruisme, le partage, l’entreprenariat. On fabrique uniquement des bêtes à concours !
Le classement accompagne les élèves d’un bout à l’autre et crée une émulation polluante car toute leur carrière est régie par ce classement. Celui-ci constitue l’épine dorsale de ces écoles, il permet d’entrer dans un Corps envié et transforme ces écoles en machines à fabriquer des frustrés. L’élite qui en sort n’apprend pas à se connaître, à s’évaluer, à s’écouter. Nous sommes dans un monde où la notation pousse à plaire pour réussir et à répéter ce que l’on apprend plutôt que de le comprendre. Pour que notre élite ait la tête bien pleine, on aborde tous les sujets et à force d’apprendre à apprendre on ne fait qu’accumuler en désordre des connaissances qui se périment très rapidement.
Comment ont-ils eu tant de pouvoir ?
Pendant la période de croissance, après les années 50, nos « élites » ont cru avoir conçu le système idéal. A partir de ce moment, leurs certitudes dogmatiques sont devenues des règles intangibles enseignées à l’ENA qui n’ont jamais évolué et sont totalement découplées de l’évolution économique mondiale. Avec les successions des crises survenues à partir de 1974, la seule évolution de cette élite a été de considérer que sans elle la France était aveugle et sans guide !
Les nationalisations de 1981 ont permis à l’ENA et aux grands Corps de l’Etat de placer les siens à la tête d’entreprises contrôlées par l’Etat (banques, médias, énergie, grandes entreprises,…). Lorsque ces entreprises furent privatisées en 1986 et 1993, ils investirent de nouveaux bastions en prétextant la constitution de noyaux durs d’actionnariat pour se protéger de la concurrence internationale ! Toujours l’intérêt public mis en avant pour accroître ses territoires.
Bercés par leurs diplômes et leur rang, ils baignent dans un environnement qui ne favorise pas la variété des cultures. Dans le monde de la complexité, il est nécessaire de disposer de managers intuitifs d’origines diverses pour favoriser les différents points de vue. En France, cette élite adepte de la langue de bois, refuse le changement, fait de l’obstruction à la mutation, du conservatisme, du corporatisme et surtout manque de lucidité et de courage.


Corporatisme et « pantouflage »
Le corporatisme génère deux phénomènes bien connus : la solidarité du corps et la technique du parachutage. L’appartenance au même clan et tout ce qui confère à l’ancienneté des traditions, la solidarité des anciens élèves, le réseau pour conquérir les places, contribuent à repousser les problèmes de société et le changement par l’existence et la cooptation au sein d’un même clan. Toujours cette logique de sélection qui pousse au corporatisme et qui élève des barrières intangibles entre les corps. L’individu n’est rien sans son corps : sa promotion, son prestige, ses marques de statuts, son pouvoir, ses réseaux.
Leurs membres ont tous été élevés dans le culte de la pyramide, bercés par leurs diplômes, ce sont des technocrates qui utilisent leurs armes suprêmes : la langue de bois, la norme, le règlement, l’ordre, la hiérarchie, le calibrage, le mensonge, le corporatisme. L’épreuve d’initiation subie, on appartient à jamais à un monde clos et on n’affrontera jamais la remise en cause de son statut. C’est le corporatisme dévastateur !
Quant au « pantouflage », il consiste à geler le poste pendant l’indisponibilité de l’un d’entre eux qui préfère momentanément faire de la politique ou administrer une grande entreprise. Même en cas d’échec dans ses nouvelles fonctions, celui-ci est sûr de retrouver son confortable poste avec son titre et ses attributions. Tous ces artifices ne suscitent pas une élite au courage à toute épreuve. Dans ce beau monde consanguin, de nombreux dirigeants issus de cette élite siègent dans plusieurs conseils d’administration, se répartissent les postes pour que personne ne soit lésé, postulent aux mêmes distinctions, où l’argent mesure les degrés de la réussite. Chacun se rend des petits services, se renvoie l’ascenseur et cela devient très vite une pratique courante.

 Les réseaux dévastateurs de l’ENA
L’ENA et ses Grands Corps bénéficient d’un véritable monopole en France et ont la mainmise sur les postes importants dans l’administration française. Les Enarques sont partout et sont nommés par les gouvernements, quelle que soit leur couleur politique. Les politiques passent, les Enarques restent et ce sont eux qui dirigent la France ! On les trouve dans les cabinets ministériels, les principales directions du ministère de l’Economie et des Finances, les administrations, les ambassades, les entreprises publiques et privées industrielles, les grands organismes financiers publics comme la Caisse des Dépôts et Consignations et également dans les grandes banques comme la BNP ou le Crédit lyonnais.
Cette élite est omniprésente dans les coulisses du pouvoir et rien ne l’arrête quand elle veut accroître son territoire en multipliant les solidarités de clans. Dès qu’un membre de l’élite est nommé, son premier réflexe n’est pas de mettre en place ses idées, mais d’élargir son territoire en privilégiant ses relations incestueuses au détriment de la performance. Autour de la caste, gravitent des collaborateurs, des conseillers, des confidents et dès qu’un poste de pouvoir est disponible, il est comblé très rapidement. C’est un cycle sans fin pour accroître sa sphère d’influence. Tout cela est révélateur de la crise et de l’urgence de la réforme de cette caste franco-française : sourde, figée, aveugle, fourbe, qui nous enfonce chaque jour un peu plus et qui confond l’intérêt général et son intérêt en général.
Toutes les grandes écoles ont, elles aussi, leurs réseaux d’influence, leurs amicales, leurs bureaux de placement, mais aucune n’a atteint le degré de perfectionnement et ne fait le poids devant ces réseaux franco-français, prédateurs, efficaces, fermés, que sont les réseaux de l’ENA et des grands Corps de l’État.
La seule solution pour changer la France : des quotas d’Enarques.
Pour réformer la France, l’ENA est devenue le premier problème auquel il faut s’attaquer pour casser la dynamique. Tant que l’on n’a pas compris que le poisson pourrit par la tête et que c’est par la tête qu’il faut le régénérer, on passe à côté de la solution. C’est du bon sens ! C’est la paire de lunettes que l’on porte sur le nez que l’on voit généralement le moins bien !
Notre système élitiste a fabriqué et raffiné de décennie en décennie des générations entières de non communicants et d’incompétents pour diriger la France. Il devient non seulement dépassé, mais en plus extrêmement dangereux. Une source unique de pouvoir est porteuse de danger et il semble évident que les talents venus d’horizons professionnels et culturels différents répondent mieux à la complexité du monde d’aujourd’hui.
Alors limitons le pouvoir de cette caste en cassant la dynamique d’influence en mettant des quotas d’Enarques dans les postes clés du pouvoir et en y introduisant des dirigeants issus du privé. Ces quotas d’Enarques devront alors tous abandonner leur statut de fonctionnaire.
Pour éviter que la situation reste encore figée des décennies, c’est au citoyen de prendre son destin en main en imposant par le vote sur le législatif des quotas d’Enarques dans les postes clés du pouvoir. Sur une période de 46 ans, un Enarque a été présent dans le couple Président de la République et Premier Ministre pendant 36 ans ! Le Président de la République ne doit plus être un Enarque, si vous avez aimé la promotion Voltaire, vous allez alors adorer la promotion Senghor pour encore cinq ans !
C’est votre vote qui décidera.
L’ENA contre l’État?

Hervé AZOULAY

Azoulay*** Attention ce texte est une TRIBUNE LIBRE n’engageant que son auteur***

Ici à l’Observatoire du MENSONGE, nous aimons la liberté de publier. Ce qui ne veut pas dire que nous approuvons.

A lire :  La connaissance

  SUIVEZ ! PARTAGEZ !  

LOGO OBS

Image

Un grand merci à vous tous qui faites le succès de l’Observatoire du MENSONGE présent dans 178 pays et suivi par + 200.000 LECTEURS ! + 50 auteurs pour des tribunes libres vraiment libres

Copyright obligatoire en cas de citation ou de transmission de cet article, vous pouvez le copier: Hervé Azoulay pour Observatoiredumensonge ou http://observatoiredumensonge.com
Pour tous les mots ou phrases qui sont suivis de ce signe © vous devez également citer le copyright ci-dessus défini.

♣ ♣ ♣ ♣ ♣ ♣ ♣

Recevez gratuitement par mail les articles publiés chaque semaine avec

La Semaine du MENSONGE


NB : vérifier que notre mail n’arrive pas dans vos indésirables…

♣ ♣ ♣ ♣ ♣ ♣ ♣

COMMENTAIRES

Avertissement: Tous les commentaires sont de la responsabilité de leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de L’Observatoire du MENSONGE et le site se réserve le droit de ne pas publier un ou des commentaires sans avoir à justifier sa décision.
Evitez de mettre des liens car votre commentaire sera supprimé par le système.

Chères lectrices, chers lecteurs, Nous irons droit au but en vous demandant d’aider l’Observatoire du MENSONGE à préserver son indépendance.
Nous survivons grâce à des dons d’une valeur moyenne de 10 € mais seule une faible part de nos lecteurs nous fait un don. 
Si chaque personne lisant ce message donnait 2 €, notre levée de fonds serait achevée en cinq heures. Nous sommes une petite organisation à but non lucratif qui supporte les coûts du premier site d’opposition en France!
Alors OUI nous méritons votre contribution.
Merci.
Nous vous rappelons que nous sommes indépendants et que nous publions des tribunes libres vraiment libres.

Pour nous aider: Cliquez juste sur le coeur 

Pour contacter l’Observatoire du MENSONGE: Cliquez ICI

Publicités

37 réflexions sur “L’ENA contre l’État?

  1. Guillaume Besset

    Je comprends cet article, et suis d’accord avec le fond, il ne doit pas y avoir de monopole sur les postes importants. Mais mettre en place des quotas, est ce vraiment libéral ?

    J'aime

  2. Denis Guillard

    quand les énarques ont remplacé les X à la tête des grandes direction de l’état nous avons changé de paradigme…les énarques , ces petits marquis croient en l’administration, les X , du moins à l’origine voulu par Monge étaient au service de l’état avec ce beau slogan « pour la Patrie, les sciences et la gloire »….pour eux la gloire n’était pas les stocks options!

    J'aime

  3. Denis Berthon

    Tout à fait d’accord ! La génétiques nous a appris que trop de consanguinité provoque la dégénérescence… les Énarques se sont empressés de nous faire oublier cette règle essentielle. Nous en subissons les conséquences

    J'aime

  4. J Carrade

    Oui effectivement l’ENA prépare à la grande fonction publique mais pas à gouverner. D’où les difficultés qui vont necessairement surgir avec le mariage de la carpe et du lapin .Le mieux est de ce préparer avec LR DE GAGNER LES ELECTIONS LÉGISLATIVES AVEC FRANÇOIS BAROUIN TOUTE LA DROITE RÉUNIES

    J'aime

  5. C Baptiste

    Je partage à 300% cette analyse qui remet en cause la démocratie lorsque des agents de l administration ne sont plus au service de l État mais tentent de la contrôler

    J'aime

  6. Janine

    Ce n’est pas avec tout ce ramassis que la France aura ne serait-ce qu’une seule chance de s’en remettre, bien au contraire…
    Ils sont pire que les rats, inutiles et très dangereux…
    L’ENA est a supprimer avant que ceux qui en sortent s’imaginent avoir le droit au Pouvoir comme ceux qui se mettent en place depuis quelques décennies et ne détruisent le peu de ce qui reste encore debout dans ce pays…!
    C’est lamentable, minable et terriblement triste…!
    Ces gens-là ne sont là que pour se remplir la panse et le compte en banque…
    C’est tout…!!!!!!!!!!!!!!!!
    Bien à vous

    J'aime

  7. Pieri

    un peu tard pour pleurer maintenant vous en avez 2 pour le prix d’un!! sans compter ceux qui vont arriver c parti pour 5 ans d’embrouilles à moins que…

    J'aime

  8. P bordier

    L’Ena est une école qui devrait être fermée depuis bien longtemps… elle coûte très chère à l’Etat et n’a aucune utilité pour la Nation !

    J'aime

  9. D Rabier

    Ben Hervé, il y avait une vieille blague, « de mon temps » : « Pourquoi il y a des énarques de gauche ? Parce qu’il n’y avait plus de place à droite !  » 😉

    J'aime

  10. JOSEPHINE

    Et c’est qui le premier ministre choisi par l’énarque MACRON ? L’énarque PHILIPPE… et quel énarque puisqu’il n’a brillé NULLE PART à tous les postes qu’il a occupé !

    Ces énarques représentent une sacrée bande de Salopards indignes qui se tiennent tous par la queue comme des rats.

    J'aime

  11. Jean Moreau

    Ecole Nationale d’Administration voulue par De Gaulle pour fournir à l’État des administrateurs, c’est à dire des hauts fonctionnaires de ministères et des territoires (préfets, TPG..etc) mais pas des élus politiques et qui plus est des gouvernants.
    La mission de cette école s’est trouvée dévoyée par le fait que de moins en moins d’élus nationaux sont issus de la société civile,(avocat, médecin, chef d’entreprise, enseignants, commerçant…etc) et que les énarques sont au sein de la représentation nationale une caste fonctionnant par adoubement dans les diverses promotions….! On est très loin de la conception gaulliste de cette école…..!

    J'aime

  12. Jacques Rossignol

    Tant que le peuple ne dira pas STOP rien ne changera. Il a suffit que les médias nous disent que macron c’est la nouveauté pour voir 66% des exprimés le mettre sur un piédestal. Macron c’est le maître d’oeuvre de la politique d’hollande que le peuple a vomi pendant 5 ans et il suffit de dire « c’est nouveau » pour en reprendre pour 5 ans. Qui peut m’expliquer où c’est nouveau? Même le PM est un ancien socialo passé par opportunisme chez juppé

    J'aime

  13. Hahmid Nahla

    Faute de pouvoir démocratiser l’accès à ces établissements de production d’élites, et après avoir échoué sa décentralisation après la tentative de sa délocalisation à Strasbourg sous Mitterrand du temps d’Edith Cresson, l’ENA continueta la « fabrication » de ses élites régnantes et gouvernantes… quand un système marche, on ne l’abandonne pas, on le réaménage, on l’accomode pour mieux l’adapter aux exigences du moment, mais jamais le déstabiliser et encore moins le détruire…

    J'aime

  14. Géraldine T

    Macron est bien Énarque… il a certainement même fini pas trop mal noté puisqu’il a pu choisir l’une des administrations les plus courues en sortant de l’Ena… les finances !
    A moins qu’il ai deja eu à l’epoque quelques copains socialistes ou Franc Maçon bien placés pour le pistonner ! 😉

    J'aime

  15. Patrick Gontard

    Les fonctionnaires ont pris la place des vrais politiques l’ENA devient une maffia dangereuse pour les Français on doit interdire aux fonctionnaires de faire de la politique c’est contraire à leurs engagements ! Aujourd’hui les fonctionnaires sont aussi les dirigeants du pays alors que normalement ils doivent mettre en application les décisions des politiques ceux sont eux qui prennent le pouvoir

    J'aime

  16. Ping : L’ENA contre l’État? ON 8 AVRIL 2017 | Francaisdefrance's Blog

  17. O.Collin

    voila surtout une école a abattre pour instituer une vraie démocratie en France -celle qui existe ailleurs- . Mais plus globalement c’est le système des Grandes Ecoles qui est complètement a revoir. Toutefois, dans le contexte de nivellement par le bas institutionnalisé depuis presque 3 décennies maintenant au cœur même de l’Education Nationale hyper-idéologisée dans un esprit de relativisme érigé en norme institutionnelle dans l’acquisition du savoir, c’est tout le système éducatif qui doit être réorienté dans le sens du devoir envers le Bien-fondé de la Nation. Et non de la République qui est avant tout une idéologie puisqu’elle est une utopie de gauche issue de l’esprit d’une philosophie tout aussi décalée par rapport a la réalité de la vie telle qu’observée; l’humanisme du XVIII ème siècle.

    J'aime

  18. D.Juvet

    Je crois savoir que Macron sort de l’ENA…. quand on fait le compte de toutes les conneries qu’il peut sortir, il ne dépare pas le tableau !

    J'aime

  19. Devianne

    Il suffit qu’un mec mette sur sa carte de visite, « ancien de l’ENA » promotion « jules du gaz » pour que le commun de mortels se marre. Quand on voit le résultat, avouez on peut avoir des raisons d’être sceptiques. Ah si, placer les copains à la bonne place ! : . tous ces mecs qui ont fait capoter le Crédit Lyonnais, Vivendi, France Telecom, Carrefour, ANPE etc…sans parler de ceux qui ont géré notre cher Pays. Une bande de copain, une amicale, ça d’accord mais le reste !!! Vraiment l’école des ANEs

    J'aime

  20. Nicolas Thibert

    IL est inutile de faire un article juste d expliquer en 2 lignes
    ENA = Ecole Nationale de l’Administration
    Administrer = gerer en contradiction avec diriger / décider.

    J'aime

    1. Hazout

      La redondance est importante pour comprendre que les élèves de L’ENA sont incompétents pour diriger et décider! C’est l’ENA qui dirige la France avec tous les privilèges accordés à ses membres! C’est un réseau prédateur qu’il faut anéantir

      J'aime

  21. Bargnier jean claude

    C’est pourquoi ils doivent démissionner s’ils veulent se lancer dans la politique (ou pantoufler) en remboursant ce qu’ils ont réellement coûté pour leurs études,quel que soit le moment de leur démission du service public!D’ailleurs l’engagement de ne jamais faire de politique devrait être pris dès l’inscription au concours/ils sont là pour accompagner et assister,conseiller techniquement et obéir,pas pour exercer le pouvoir à la place des élus!.En cela,s’ils sont sincères et objectifs,ils sont indispensables.Servir l’ETAT n’est pas se servir et servir les copains.

    J'aime

  22. Jean PAUL Ros

    Je ne suis pas le seul à le dire que l’ENA. et une fabrique d’âne au sens figuré , mais ces ânes prennent des postes clés dans les administrations et les grandes entreprises. Ce sont des carriéristes, qui n’ont aucun risque à prendre de mauvaise décisions lesquelles ruinent notre nations. Quand vous entendez ces énarques dire ( je prend mes responsabilités) a vrais dire il s’en fout complètement il s’ait que rien ne lui sera ni reproché ni retiré de ses revenus ou de leurs fonctions 🤡🇫🇷

    J'aime

  23. mc gyver

    Article édifiant ! puisse-t-il ouvrir les yeux, de nos concitoyens atteints de cécité grave ,depuis plusieurs décennies. La décision qu’ils prendront, sera ni plus ni moins, que le devenir de la Nation…….et de leurs propres progénitures.

    J'aime

  24. Janine

    Bravo Monsieur Azoulay, pour toutes ces vérités qui finalement sont dîtes, CLAIREMENT.

    L’ECOLE NATIONALE des ÂNES de la RIPOUXBLIQUE…!

    Une certaine partie du peuple l’avait compris depuis longtemps, dont mon beau-père qui le disait au début des années 80. Il avait tout compris, et pourtant, il avait juste son Certificat d’Etudes, qu’il a eu en 1943 je crois et qui, comparé au Bac actuel, serait bien supérieur à ce Bac d’aujourd’hui…, vu la dégradation de l’Education Nationale et qui d’années en années devient une stupidité incroyable, du jamais vu, puisque la France à ce niveau, est déjà la dernière de l’U.E., mais sera bientôt la dernière de toutes les Nations qui existent sur cette terre, car cette élite prétentieuse la pire de toutes, devrait, comme le dit si bien JM Pieri, être éradiquée comme CASTE INUTILE ET DANGEREUSE très préjudiciable à la vie de la cité…

    Notre avenir à tous en dépend…
    Aux Armes Citoyens…!
    Avant que ça ne devienne :
    Aux Larmes Citoyens
    Bien à vous

    J'aime

    1. Vous faites rire ! vous comptez faire « ça » comment ? avec le « fichier TES » digne de la « guerre froide » ou seule la LITUANIE avait adoptée un tel procédé et puis le « français » qui s’emporte est bien trop préoccupé à regarder dans l’assiette de son « voisin » pour offrir aux « services de renseignement » le travail supplémentaire qu’ils espèrent pour couvrir au passage le fait « indubitable » que nos services n’avaient pas « bossés » en amont pour anticiper et intercepter les « terroristes » et le pire , c’est qu’ils ne seront jamais inquiétés par nos politiques alors, qu’ailleurs en TUNISIE , le gouvernement avait pris soin de « limoger » des têtes à la sécurité nationale au lendemain de l’attentat du Cardo. Je vois là un « alignement » sans précédent avec des « services outre-manche » qui savent allier le « faire et laissez faire… »

      J'aime

  25. JOSEPHINE

    Je rejoins PIERI.

    Ces énarques doivent subir un classement vertical dans une poubelle à ordures.
    Il faut fermer définitivement cette école à NUISIBLES !
    Attention DANGER ! Attention fabrication intensive d’individus programmés qui se sont que des pièges à « cons » mortifères !

    Je n’ose dire qu’ils sont tous à abattre…non…bien que certains d’entre eux ont n’ont pas hésité à abattre certains responsables politiques qui n’étaient point énarques. Via de faux suicides, de fausses « noyades », de faux accidents d’avions, de faux accidents de la route, etc….etc…etc.

    Je ne suis pas parano.

    Merci à vous Hervé Azoulay pour ces énarques qui nous tuent.

    J'aime

  26. Pieri

    Bilan apocalyptique du cancer et de la lèpre énarchique, des ânes qu’il faudrait renvoyer pâturer au pré avec les cochons dans leur souille, ce n’est pas les réduire qu’il faut, mais plutôt les éradiquer comme caste inutile et dangereuse très préjudiciable à la vie de la cité!
    Enarque nouvelle forme des clients et des parasites institutionnels depuis Rome!

    J'aime

Laisser votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s