Le néant venimeux


Macron ou le culte de la personnalité est au pouvoir!

TRIBUNE

Pourquoi le culte de la personnalité?

Par Maxime Tandonnet

L’euphorie gagne toujours plus fort les milieux de la France dite d’en haut, les médias, la presse, les éditoriaux, la haute administration, les dîners en ville… Elle est quasiment irrésistible, comme un torrent fou.
Nous sommes dans la « recomposition », le renouvellement, la révolution…
Il faut voir le bonheur qui se lit partout sur les visages de la France d’en haut, l’enthousiasme, la féérie.
Et pourtant, par-delà l’écran de fumée médiatique, le phénomène auquel nous assistons n’est rien d’autre que le paroxysme des plus affligeantes dérives du régime, sources de son impuissance: l’hyperprésidence absolue, avec cette illusion venimeuse du pouvoir concentré dans le visage d’un seul homme, l’écrasement du gouvernement, par un assemblage des plus hétéroclites et contradictoires destiné à brouiller les repères, une assemblée nationale en voie d’anéantissement, composée de néophytes sans expérience et d’une future majorité soumise, asservie, dont la seule légitimité sera l’étiquette « majorité présidentielle ».
L’actualité politique et dominée par les comportements les plus dégradants: trahisons, retournements de veste, calculs politiciens.
La politique, au sens noble du terme, le débat d’idées, achève de se désintégrer dans le culte de la personnalité, les manipulations, l’intoxication médiatique, les anecdotes, les polémiques. Sur le fond des sujets graves, tels l’autorité de l’Etat, la lutte contre la terreur, le redressement de l’économie, la sécurité, la maîtrise des frontières, la transformation de l’Europe, la réforme de l’éducation nationale, nous cherchons en vain, sur tout l’échiquier politique, une idée, un projet nouveau. L’esbroufe, la posture, les gesticulations et les scandales ont remplacé les partis politiques, les hommes d’Etat, les projets et les débats d’idées. Le néant s’est installé partout comme un poison. La France, une fois de plus est trahie par ses élites, intoxiquées à la bêtise, la vanité et l’ignorance. Nulle part ne se fait entendre la moindre voix de sagesse, de vision, d’espérance. Une grande vague de bêtise, de nihilisme et d’aveuglement est en train de submerger le pays. Nous roulons à l’abîme.

Maxime Tandonnet

max tAncien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d’histoire…

Trompeuse et dangereuse euphorie

Le passage de la déprime à l’euphorie collective, la béatitude, l’extase est une constante du caractère français et de l’histoire politique de la France contemporaine. Dans ces moments-là, toute manifestation de réserve ou de préoccupation pour l’avenir expose son auteur à l’opprobre, à l’exclusion et aux insultes. Au mieux, il est ringard, pessimiste, aigri, chagrin, jaloux, vieux, homme du passé, dépassé, rabougri, grincheux. Au pire, le voilà étiqueté de traître, réactionnaire, fasciste… Il est étrange de constater comment, de siècle en siècle, les mêmes phénomènes d’hystérie joyeuse se retrouvent avec constance. Mais bien souvent, les manifestations de joie, de bonheur retrouvé, d’allégresse nationale, forment un écran de fumée qui masque les désastres en train de germer. Faut-il se taire pour échapper à la vindicte, au risque de se voir traiter d’oiseau de malheur ?
14 juillet 1790 : la fête de la Fédération donne lieu à des scènes de liesse à Paris, de la part de délégations de patriotes venues de toute la France. Qui imagine la Terreur trois ans plus tard, la loi des Suspects, la grande Terreur, la guillotine, les massacres de Vendée, puis les guerres napoléoniennes, les centaines de milliers de morts et le désastre final?
Février 1848, la chute de Louis-Philippe après une brève révolution, donne lieu à de fabuleuses scènes d’allégresse, Lamartine proclame de la Seconde république, célèbre la bonté, la générosité, le progrès l’humanisme, « l’optimisme ». L’heure est à la plantation des «arbres de la liberté », une ère nouvelle s’ouvre pour la France. Quatre mois plus tard, la fermeture des Ateliers nationaux provoque un effroyable bain de sang à Paris et Louis-Napoléon Bonaparte, élu président de la République, se met en marche vers le coup d’Etat et l’abolition de la République.
3 août 1914, à l’aune de « l’Union sacrée », les politiques annoncent que la guerre « sera courte » et les cris de « à Berlin ! » retentissent dans les gares. Qui prévoyait que ce conflit allaient plonger l’Europe dans l’enfer des tranchées, l’atroce calvaire des Poilus, provoquer 15 millions de morts, combien de mutilés, de veuves et d’orphelins ? 11 novembre 1918, le vertige de la Victoire, après tant de souffrances submerge la France. La « Der des Der » n’était pourtant pas la dernière. Qui voyait alors que le triomphe recelait un siècle de malheur dominé par la montée des barbaries totalitaires, soviétique, fasciste et nazie.
29 et 30 septembre 1938, la signature des accords de Munich entre Daladier, Chamberlain, Mussolini et Hitler engendrent l’illusion que la « paix est sauvée ». La classe politique (à l’exception d’une infime poignée d’hommes politiques de droite et du parti communiste) et la presse dans son ensemble les approuvent. Paris-Soir lance une souscription pour offrir une maison de la paix à Biarritz au Premier ministre britannique. La foule est enthousiaste et des scènes d’hystérie enflamment les rues de la capitale. Rares étaient les hommes et femmes qui sentaient, par-delà l’enthousiasme collectif, se profiler l’apocalypse de la deuxième guerre mondiale et ses 50 millions de morts.
Les grandes scènes d’enthousiasme collectif de ces dernières années ne sont évidemment pas à la dimension de ces moments d’histoire. Pourtant, à une échelle minuscule, leur nature est ressemblante : l’extase qui rend aveugle et masque les dangers de l’avenir. 12 juillet 1998, la victoire de la France en coupe du monde de football provoque une gigantesque flambée de bonheur national autour de l’équipe de France, symbole de la nation réunifiée, que Jacques Chirac reçoit à l’Élysée. Qui imaginait alors les crises des banlieues, la révolte d’octobre 2005, la montée des haines, de la violence, des communautarismes, du repli identitaire et du vote extrémiste en France ?
Ces derniers jours, la France d’en haut, médiatisée, visible, officielle, communie dans un indescriptible enthousiasme, et quasi unanime, à propos de l’élection du plus jeune président de l’histoire, de la faillite des « vieux partis » et de la recomposition politique en marche… Après la déprime de ces dernières années, l’heure est de nouveau à l’optimisme et à l’allégresse médiatique. Il devient incongru de s’interroger sur les ambiguïtés de la situation politique actuelle :
Le danger pour la démocratie de l’émergence d’un vaste centre, absorbant les modérés de droite et de gauche, favorisant la démagogie et la tentation du recours aux extrémismes de droite comme de gauche.
Les inconvénients d’une « pensée unique », bruxelliste (plutôt qu’européenne), ultra-libérale, anti-frontières, qui ne peut qu’aggraver la fracture entre la France dite « d’en haut » et la France dite « d’en bas », réduite au silence, frappée par le crise sociale et le sentiment d’exclusion.
Les manipulations autour d’une fausse nouveauté, celle d’un gouvernement par un vaste centre aux contours indistincts, dominé par les calculs politiciens, qui renvoie au souvenir du parti radical sous la IIIe République, sombrant dans l’instabilité, l’impuissance et l’indécision face aux périls les plus effroyables.
La seule vraie nouveauté dans la vie politique de ce pays tiendrait à la réhabilitation d’un mot, désormais ringardisé : celui de vérité.

Maxime Tandonnet

*** Attention ce texte est une TRIBUNE LIBRE qui n’engage que son auteur***

Ici à l’Observatoire du MENSONGE, nous aimons la liberté de publier. Ce qui ne veut pas dire que nous approuvons.

Découvrez Minute du MENSONGE en cliquant ICI  

  SUIVEZ ! PARTAGEZ !  

LOGO OBS

Image

Un grand merci à vous tous qui faites le succès de l’Observatoire du MENSONGE présent dans 178 pays et suivi par + 200.000 LECTEURS ! + 50 auteurs pour des tribunes libres vraiment libres

Copyright obligatoire en cas de citation ou de transmission de cet article, vous pouvez le copier: Maxime Tandonnet pour https://maximetandonnet.wordpress.com
Pour tous les mots ou phrases qui sont suivis de ce signe © vous devez également citer le copyright ci-dessus défini.

♣ ♣ ♣ ♣ ♣ ♣ ♣

Recevez gratuitement par mail les articles publiés chaque semaine avec

La Semaine du MENSONGE


NB : vérifier que notre mail n’arrive pas dans vos indésirables…

♣ ♣ ♣ ♣ ♣ ♣ ♣

COMMENTAIRES

Avertissement: Tous les commentaires sont de la responsabilité de leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de L’Observatoire du MENSONGE et le site se réserve le droit de ne pas publier un ou des commentaires sans avoir à justifier sa décision.
Evitez de mettre des liens car votre commentaire sera supprimé par le système.

Chères lectrices, chers lecteurs, Nous irons droit au but en vous demandant d’aider l’Observatoire du MENSONGE à préserver son indépendance.
Nous survivons grâce à des dons d’une valeur moyenne de 10 € mais seule une faible part de nos lecteurs nous fait un don. 
Si chaque personne lisant ce message donnait 2 €, notre levée de fonds serait achevée en cinq heures. Nous sommes une petite organisation à but non lucratif qui supporte les coûts du premier site d’opposition en France!
Alors OUI nous méritons votre contribution.
Merci.
Nous vous rappelons que nous sommes indépendants et que nous publions des tribunes libres vraiment libres.

Pour nous aider: Cliquez juste sur le coeur 

Pour contacter l’Observatoire du MENSONGE: Cliquez ICI

Publicités

10 réflexions sur “Le néant venimeux

  1. MAXE

    Comment peut on parler d’HONNEUR dans ce pays qu’est la France ??
    L’honneur n’existe plus elle a été enterrée avec ceux qui l’avaient et sont morts au front
    Depuis, je n’ai pas de mot suffisamment fort pour réveiller les  » morts qui nous dirigent !  »
    Comment puis je encore m’exprimer ici, lisant certains commentaires déplacés
    Le bateau FRANCE coule irrémédiablement dans une indifférence et couardise totale
    Mais sachez qu’en ce 1° jour de ramadan …. nous avons la Fête des mères !
    Bises à toutes

    J'aime

      1. JOSEPHINE

        Ah … on peut aussi rajouter qu’en cherchant la gloire on perd souvent l’honneur.
        Citation de William Shakespeare ; Macbeth (1605)

        J'aime

  2. En ce moment, les « masses médias journalistiques » en font tout un plat autour de la « main de Macron à Trump  » juste avant la « la non-main de Meliana  » . Ils doivent penser qu’en se « focalisant » dessus ,les français ne verront rien , ni plus ni moins qu’un « alignement renforcé » autour de l’OTAN et des thèmes chères à l’ OTAN …. le terrorisme crée de toute pièces par des « services de renseignement particulièrement malveillants  » , la guerre et la lutte contre le terrorisme à l’intérieur du pays en mettant l’accent sur des « directives anti-démocratiques » (style : TES pour tous …)sous le prétexte fallacieux de lutte « anti-terrorisme » , on fiche tout un chacun et on « fouille » à tout va … ont-ils le « choix » ? je suis allergique aux « mesures ultra sécuritaires » à « long terme » , mes pensées n’engage que son auteur …

    J'aime

  3. JOSEPHINE

    « Ces derniers jours, la France d’en haut, médiatisée, visible, officielle, COMMUNIE dans un indescriptible enthousiasme, et quasi unanime, à propos de l’élection du plus jeune président de l’histoire ».

    Ces derniers jours, la FRANCE d’en bas PRIE à GENOUX pour que les racailles de ce nouveau gouvernement dirigé par le plus jeune mais INFAME et INDIGNE président de l’histoire, un jeune DICTATEUR capricieux et pervers, soit viré dans les plus brefs délais.

    Monsieur Maxime Tandonnet, étant donné que vous avez été un proche et fidèle « serviteur » de Sarko, est-il toujours votre « ami » après qu’il ait appelé à voter Macron ? Où vous situez-vous politiquement aujourd’hui ?

    Et pour conclure je reprendrai vos mots de la fin de votre article :  » La seule vraie nouveauté dans la vie politique de ce pays tiendrait à la réhabilitation d’un mot, désormais ringardisé : celui de vérité. »

    Je tiens à la réhabilitation d’un autre mot : L’HONNEUR !

    J'aime

    1. L’honneur de nos jours ,ça ne veut plus rien dire alors, qu’ils aillent déjà au bout de leur « programme de moralisation de la scène politique » , de la transparence pour tous (?) et ça seras déjà bien . La vérité ? de MACHIAVEL A MEDICIS ? l’homme se complait dans son « mensonge » et la « femme » le rejoint joyeusement .

      J'aime

    2. limon

      je ne vous critique pas Mr Tandonnet , mais je pose aussi une question : oui Mr sarkozy a appelé à voter Macron et Mr Fillon aussi ! oui même si les compromis en politique sont nécessaire, tout de même ! 10 minutes après sa défaite , appeler Mr Macron à la Présidence c’est plus qu’indécent ! Mr Tandonnet , la raison pour laquelle je n’ai pas voté Sarkozy c’est que dans une vidéo datant de 2008 , il a dit  » le multiculturalisme est nécessaire et si les français ne le veulent pas , je les y contraindrais  » ! je crois qu’à ce jour les français ont compris , on ne contraint pas un peuple ! j' »espère qu’il l’a compris aussi !

      J'aime

      1. JOSEPHINE

        Et le fameux referendum, Qui peut l’oublier parmi celles et ceux qui avaient voté NON ?

        l y a 10 ans jour pour jour, le 29 mai 2005, 55% des électeurs français (54,87% exactement) votaient non au référendum sur le projet de traité dit « de Constitution européenne ».

        En ce 10ème anniversaire, il est intéressant – et poignant – de revoir l’annonce faite à la télévision française de cette victoire sans appel du Non et les scènes de liesse qui s’ensuivirent chez les partisans du Non :

        Comme on le sait, ce Non massif fut ensuite considéré comme nul et non avenu par les dictateurs de la prétendue « construction européenne ».

        Nicolas Sarkozy, en pleine connivence avec François Hollande et les principaux dirigeants du PS, du MODEM et de EELV, décidèrent de soutenir et de signer le traité de Lisbonne qui reprend la quasi-intégralité du projet de « Constitution européenne » rejeté par le peuple souverain.

        J'aime

Laisser votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s