SDF « par choix »?


Un député macroniste a dit que « l’immense majorité des SDF dorment dans la rue par choix. » Ce sont des propos scandaleux!

Nous aimons la liberté de publier.
Attention ce texte est une Tribune Libre qui n’engage que son auteur et en aucun cas
 
Observatoire du MENSONGE 

SDF « par choix »?

Par Maxime Tandonnet

Un député issu du « renouvellement » de 2017 déclare que « l’immense majorité des SDF dorment dans la rue par choix. » Il parle ainsi d’hommes et de femmes qui sont de grands naufragés de la vie, ont sombré à la suite d’un malheur personnel, perte de leur emploi, maladie, addiction, séparation, rupture familiale, ou deuil. Ces paroles sont le fidèle reflet d’une partie du monde politique, issue de la recomposition, des hommes et femmes qui s’ébattent dans un monde virtuel, celui où ils vivent, et ne cessent de s’enfoncer dans une logique de déni de la réalité. Ces mots ont un côté table rase. Ils ont pour effet d’évacuer des choses qu’ils ne veulent pas voir tant elles les terrifient, contrastent avec le petit cocon narcissique dont ils s’enrobent. Par choix, la solitude? Par choix, le froid et la faim? Par choix, les nuits glacées? Par choix, les matins sans espoir? Par choix, la violence de la nuit? De tels mots sont l’expression parfaite de la fuite d’une petite caste devant le monde des réalités. Ils m’ont fait penser à ce Monsieur de la soixantaine qui vivait sous une tente du bois de Vincennes, mort il y a quelques années par grand froid dans l’explosion de son réchaud à gaz. Ils illustrent à merveille la perte de sens de la politique, en principe au service des hommes et des femmes, du bien commun. Pour tout dire, ils ne sont pas dignes du Parlement français, ni de la démocratie. Ils sont le fruit d’un système à bout de souffle. La démocratie est censée faire émerger des hommes et des femmes de talent, de bon sens, dévoués à l’intérêt général. Détournée, dévoyée, elle produit tout le contraire, un mélange de nullité prétentieuse et de vanité stérile. La grande déflagration politique de 2017 aurait pu déboucher sur un progrès. Elle a engendré le pire. La démocratie française est à refonder, à repenser de fond en comble

Maxime Tandonnet

max tAncien conseiller à la Présidence de la République sous Sarkozy, auteur de plusieurs essais, passionné d’histoire…

Pour aider l’Observatoire


Et aussi:

Législatives partielles, l’euphorie est-elle de mise?

Les Républicains viennent de remporter les deux élections législatives partielles de Belfort, et du Val d’Oise, avec respectivement 59% ds voix et 51,5%, contre le candidat de LREM. « Une belle victoire pour notre famille politique » déclare l’un des nouveaux députés LR.
Le résultat de dimanche est en effet révélateur de plusieurs phénomènes. Il consacre l’effondrement du PS et la chute du FN, permettant ainsi à LR de se positionner en première force d’opposition. Il souligne également la situation précaire de l’équipe au pouvoir. Dans un contexte officiel et médiatique dominé par l’optimisme, le culte du renouveau, de la recomposition, ces résultats tombent comme un pavé dans la mare. Ils expriment, ni plus ni moins, une lassitude prématurée de l’opinion envers la fuite du politique dans le virtuel – culte de la personnalité, postures, images, annonces, fausses réformes tonitruantes dans tous les domaines – au détriment du monde des réalités, du quotidien et de la préoccupation – ou la souffrance – des Français. A ce rythme d’usure du pouvoir, la glissade des 4 années et demi à venir s’annonce vertigineuse et lourde de menaces d’explosion.
Pour autant, nul ne saurait jubiler. De longues séries de victoires aux législatives partielles, de 2012 à 2017, n’ont pas empêché les Républicains de se fracasser en 2017. Avec le système du présidentialisme à outrance, la vie démocratique est asservie au moindre scandale, manœuvre, manipulation et autre coup médiatique. Mais surtout, ces résultats, s’ils dénotent le rejet du pouvoir en place, ne manifestent guère d’enthousiasme pour une solution de recours. Le taux d’abstention est considérable: 74% à Belfort et 80% dans le Val d’Oise. Comment le nier et fermer les yeux sur la faiblesse de la participation? Ce taux d’abstention dénote que la défiance des Français envers la politique ne cesse de s’aggraver. Le vrai vainqueur, c’est l’indifférence: 80%!
Le sondage CEVIPOF sur la confiance des Français, vague 9, janvier 2018, en témoigne. A l’issue d’une année électorale à l’aune de la « transformation », il souligne que rien n’a changé en profondeur: le matraquage généralisé autour de « l’optimisme » et de la « table rase » laisse les Français de marbre. 33% d’entre eux font confiance à « l’institution présidentielle » (-1); 29% à l’Assemblée nationale (-13); 32% à l’Union européenne (-6). L’image des partis politiques ne cesse de se dégrader. Ils sont l’institution la plus impopulaire: 9% de confiance (-2)! Moins de 10% des Français font aujourd’hui confiance aux partis! 83% des Français pensent que les responsables politiques « ne se préoccupent pas de ce que pensent les gens comme eux » (économie, social, autorité, immigration, sécurité…) La politique inspire aux Français : 39%, de la méfiance; 25% du dégoût; 11% de l’intérêt, 9% de l’ennui… Au total, 76% de perception négative et 22% de positive.
La fracture démocratique, le fossé entre la nation et ses milieux dirigeants, continue à s’aggraver par delà le « séisme » politicien de 2017. Le fond du sujet ne tient pas à telle ou telle performance électoraliste du jour. Il est tout entier dans la nature même de la politique et de la démocratie telle qu’elle est pratiquée. La personnalisation médiatique du pouvoir à outrance, la plongée de la vie politique dans l’ivresse de la communication, le carriérisme narcissique sous toutes ses formes, le mépris des gens, du peuple – de ce qu’il pense et de ce qu’il veut – l’hallucinante débauche du « faire-croire et laisser-penser », la négation permanente du monde des réalités, l’obsession de la réélection et de l’image personnelle, au détriment de l’intérêt public, voilà tout ce que les Français, au-delà des hommes et des majorités, ne supportent plus.
La politique est à réinventer de A à Z, autour du Bien public, de la vérité, du rejet viscéral de tout excès de personnalisation du pouvoir, de la modestie, de la discrétion, de la mobilisation des énergies autour d’une ambition collective, de la volonté et de la fermeté dans la mise en oeuvre des décisions démocratiques, de la supériorité de la chose publique – res publica – sur toute forme d’intérêt personnel, matériel ou de vanité. La question n’est pas de « transformer » la France, formule excessive qui dénote une fuite du monde des réalités dans l’esbroufe, mais de substituer l’action en faveur de l’intérêt général à la provocation, aux calculs intéressés et à la manipulation. Et tant que cette prise de conscience du profond malaise politique de la France ne viendra pas, comme enfouie dans les sables de l’aveuglement, rien de solide ne se fera jamais, quels que soient les hommes et les majorités.

Maxime Tandonnet

max tAncien conseiller à la Présidence de la République sous Sarkozy, auteur de plusieurs essais, passionné d’histoire…

 
Un grand merci à vous tous qui faites le succès de l’Observatoire du MENSONGE présent dans 178 pays, suivi par + 200.000 LECTEURS + 50 auteurs pour des tribunes libres vraiment libres et aussi 1er site de l’opposition en France!

Copyright obligatoire en cas de citation ou de transmission de cet article, vous pouvez le copier: Maxime Tandonnet pour https://maximetandonnet.wordpress.com

Avec La Semaine du MENSONGE: recevez gratuitement chaque samedi matin par mail les articles publiés dans la semaine


NB: vérifier que notre mail n’arrive pas dans vos indésirables…

COMMENTAIRES:

Avertissement: Tous les commentaires sont de la responsabilité de leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de L’Observatoire du MENSONGE qui se réserve le droit de ne pas publier un ou des commentaires sans avoir à justifier sa décision.
Ne pas mettre de liens vers d’autres sites car votre commentaire sera supprimé par le système.
Votre adresse mail ne sera pas publiée et vous pouvez signer de votre nom ou d’un pseudo.

Publicités

32 commentaires

  1. Quand on voit des « pauvres » à la TV , on préfère penser qu’ils l’ont cherché !Quand on voit des « pauvres » dans la rue , on ne les regarde pas (mépris) !

    On se rassure à croire que ça n’arrive qu’aux autres ! (Moi? je donne quand je peux donner car, je sais que le jour ou on donne plus , c’est « foutu » ! La part d’humanité !).

    J'aime

  2. Vous avez pas compris ! N’importe qui peut faire une dépression et toucher le fond ! Divorce , faillite …SAUF qu’on ne parlait jamais d’états dépressifs et maintenant on parle de « burnout  » dans la profession . (Les sujets « tabous » qui rejaillissent de temps en temps sous forme de « faits divers » …).

    J'aime

  3. C’est comme l’affaire du chômage dans ce pays de « cols blancs » qui as longtemps plafonné alors que maintenant on nous parle de « baisse  » ??? Le nombre de gens qui vivent la DANS rue est recensé au moins ?! Non ! (les statistiques qui fâchent !).

    J'aime

    1. Vous avez raison. J’en ai connu un il y a quelques années. Il se promenait avec une poussette d’enfant et deux petits chiens à l’intérieur et des sacs plastiques avec ses affaires. Il vivait dans un terrain vague. Quand il est décédé, on a retrouvé dans ses affaires des titres de propriété d’appartements à Paris. C’était un ancien chef d’entreprise. Il était marié, avait des enfants et il a tout quitté pour vivre dans la rue.
      Bizarre, n’est-ce pas ?

      J'aime

  4. La vérité ,c’est qu’ils ,elles ne peuvent comprendre ce monde qui vit dans la rue car ils ,elles font les bonnes écoles (sans tirage au sort ) , ils, elles n’aiment que la « réussite » et l’ascension sociale avec affichage des richesses car ils ,elles adorent les privilèges , c’est un fait .

    J'aime

  5. On n’est jamais SDF par choix, mais par « accident ». Accident de la vie, bien sûr. La « descente aux enfers » est rapide.
    Je suis bénévole dans une association et des situations dramatiques, j’en connais pas mal. Je ne vais pas vous raconter, chacun peut imaginer.
    Des SDF qui préfèrent rester dans la rue plutôt que d’aller en hébergement de nuit, j’en connais pas mal aussi. Il y a plusieurs raisons à cela. La 1ère, c’est que les hébergements de nuit n’acceptent pas les chiens. Et beaucoup ont un chien. Le chien est un fidèle compagnon pour les SDF.
    Une autre raison, c’est qu’il y a des agressions et des vols dans ces hébergements. Ces pauvres gens n’ont quasiment rien mais se volent entre eux.
    Et on les met dehors le matin de bonne heure. Les centres sont fermés dans la journée.
    Alors certains se regroupent et forment une petite « famille ». J’en connais qui vivent sous les ponts de Paris.
    La vie dans la rue est difficile. On est vite desocialisé. Si la descente est rapide, plus le temps passe et plus la remontée est difficile, voire impossible.
    Je trouve que ce qu’a dit ce député est idiot. Il parle de ce qu’il ne connaît pas. E. Philippe à fait une maraude et il « connait » le problème maintenant…..
    Je connais des SDF qui arrivent à rester propres, qui connaissent les endroits où on peut prendre une douche, laver ses vêtements. La journée d’un SDF, c’est le parcours d’un combattant. Trouver à manger, se tenir propre, et marcher pour avoir moins froid. Attendre la nuit et essayer de trouver un endroit où on aura moins froid.
    Un député bien rémunéré, bien logé, bien nourri, ne peut pas comprendre ce problème. Qu’il fasse des permanences dans des associations, qu’il parle avec des SDF, cela lui évitera de dire des bêtises. C’est indécent de parler ainsi.

    J'aime

    1. Bonjour Alienor,
      Vous écrivez: « J’en connais qui vivent sous les ponts de Paris. ». En décembre 2005 (il y a 12 ans!), j’ai pris un bateau-mouche sur la Seine à Paris. Je suis sorti de cette « croisière » totalement horrifié! Il n’y avait pas un pont qui n’avait pas, rive droite ou gauche, des installations de fortune, pour permettre à une ou plusieurs personnes d’y vivre et de dormir! (si cela peut s’appeler « vivre »). Pour faire suite à M. Tandonnet….
      Quel être humain pourrait faire le choix « consciemment », de vivre et de « rester », dans le niveau le plus élémentaire des besoins fondamentaux du premier niveau de la pyramide de Maslow: Soit des besoins de sécurité physique et morale. Ils se traduisent entre autres, à notre époque par :
      sécurité d’un abri (logement, maison, tente, grotte, etc.) ;
      sécurité des revenus et des ressources (très présent dans nos sociétés modernes) ;
      sécurité physique contre la violence, délinquance, agressions, etc. ;
      sécurité morale et psychologique ;
      sécurité et stabilité familiale ou, du moins, affective ;
      sécurité médicale, sociale et de santé…. ????
      Advenant le cas… Comment cette personne serait-elle « classée » comme membre de la communauté humaine? Qui tenterait de faire en sorte de la comprendre?… Fort à parier, qu’elle serait jugée très sévèrement, avec des jugements de valeurs, empreints de suffisance! De là…
      La France ne pourra se relever, tant et aussi longtemps que les Énarques (malheureusement) à la tête du pays, n’auront pas la décence d’aller vivre, dans les mêmes conditions de « clochards » (ne serait-ce qu’une semaine), le quotidien de ces malheureux. Peut-être que de retour, s’ils ont une sensibilité vraiment humaine, ils comprendraient un peu plus les besoins fondamentaux des êtres humains (le PEUPLE) dont ils sont REPONSABLES!!! Mais bon…
      Un voeu pieu, Je les imagine, pris en otages, sans espoir de secours: promettre l’impossible, appeler papa et maman, pour enfin, faire pipi et caca avant leur exécution….
      Ce n’est pas ainsi que les vrais humains, celles et ceux qui triment et sont « égorgés » par les gouvernements réagissent! Ils continuent à garder l’espoir illusoire (anesthésiés) que les magiciens de l’information des gouvernants, leur font miroiter, comme les miroirs aux alouettes des chasseurs.

      J'aime

      1. Bonjour Christian

        Il y a toujours des SDF sous les ponts. Et en plus nous avons maintenant des migrants…. Le long du canal Saint Martin, il sont plusieurs centaines. On leur donne des tentes, des duvets, des repas, etc … Mais nos Français SDF, eux n’ont droit à rien. Alors, dans les associations, nous leur donnons des duvets, des vêtements propres, des articles d’hygiène, quelques produits alimentaires.
        Quelle tristesse de voir ça.

        J'aime

    2. Au Canada, dans les grandes écoles et facultés du Canada, est organisée chaque année « 5 days for homeless » qui consistent à passer les nuits dehors et tenir compagnie aux SDF, qui auront lieu du 11 au 16 mars 2018. Eh bien ma fille m’a confirmé qu’il y avait des sans abri qui avaient volontairement choisi ce mode de vie. Souvent il s’agit de personnes qui ont décidé de rompre avec la société pour diverses raisons qu’il ne m’appartient pas d’expliquer.

      J'aime

      1. on peut vouloir rompre avec la société , et laisser à disposition obligatoirement une pièce pour dormir pour une personne ! en effet il y a les chiens, il y a aussi que certains ne veulent pas dormir avec des migrants , je’ l’ai lu , et ne veulent se lever tôt .; je ne vois pas non plus ce que cela apporte de vouloir passer une nuit, pour voir, avec eux ! ON NE LES LAISSENT PAS , POINT ! et de toutes façons quand Macron augmentent la CSG à plus de 1200 E , ne vous inquiétez pas , il y aura encore plus de pauvres , comme d’ailleurs on en remarque depuis un moment ..quelqu’un qui a réussi , en travaillant à se payer une petite maison ne peut plus s’en sortir à la retraite surtout au train où cela va..
        J’ai un certain âge , il y a 10 ans je n’ai jamais vu de très grand pauvres même si les gens ne roulaient pas sur l’or ! aujourd’hui même des enfants vivent sous le seuil de pauvreté , d’après des statistiques ! évidemment qu’on le veuille ou non, je parle , moi , de français ! qui cotisent, qui travaillent , ou qui ONT COTISE , OU QUI ONT TRAVAILLE !! pour les autres personnes c’est aux pays de s’occuper de leurs ressortissants, pas à la FRance !

        J'aime

      2. Bonjour Monsieur Gagnon,
        Je ne vis pas au Canada, mais au Québec, depuis plus de 50 ans. Je ne veux signifier que ce que vous dites n’est pas vrai. Simplement exprimer ma surprise de n’avoir jamais entendu parler de cette habitude (louable si elle existe) du Canada (symbole de l’éjection, militairement barbare, de la France par les anglais entre 1760 et 1763). Au cas où vous auriez des doutes… Je suis Français de souche, élevé, éduqué et instruit dans nos écoles et traditions toutes françaises.
        Cordialement.

        J'aime

        1. Bon Monsieur Michel puisque vous me dîtes que ce n’est pas vrai bien que ma fille a participé à cela : vous n’avez qu’à aller sur le site officiel où vous verrez entre autres les participants comme Concordia, Mc Gill ou University of Alberta pour n’en citer que trois. Comme vous le constaterez par vous-même il y a des écoles de tout le Canada y compris du Québec. Le site est : 5 days for the homeless et sinon en tapant ce titre il y aura d’autres sites qui en parlent, ainsi que Facebook et quelques médias que nous connaissons bien au Canada… Heureusement le ridicule ne tue plus!

          J'aime

          1. Bonjour à nouveau M. Gagnon,

            Vous dites:  » puisque vous me dîtes que ce n’est pas vrai bien que ma fille a participé à cela « . Permettez que je vous suggère une petite correction… Je n’ai jamais dit que ce n’était pas vrai. Simplement: « Je ne veux signifier que ce que vous dites n’est pas vrai. Simplement exprimer ma surprise de n’avoir jamais entendu parler de cette habitude (louable si elle existe) du Canada ». Plus encore, j’ai fait presque toutes mes études universitaires à Montréal et ai côtoyé des étudiants de McGill et de Concordia. Mais cela ne veut pas dire que cette habitude des 5 jours avec des SDF n’existait pas!
            Cordialement

            J'aime

            1. Oui elle existe bel et bien M. Michel et pas comme vous avez écrit « (louable si elle existe) »… Parce que vous ne saviez pas alors c’était donc douteux. Allez donc sur le site vous verrez que c’est même une grosse affaire chaque année.

              J'aime

              1. Bonjour Monsieur Gagnon.

                Avant de conclure ma réponse face à votre dernier commentaire, permettez-moi de vous faire part de ceci:

                Dans son discours de la méthode, Descartes a mentionné 4 étapes à suivre. Je vais me contenter de vous faire part de la première, la prémisse à tout raisonnement logique:
                 » Ne recevoir aucune chose pour vraie que je ne la connusse évidemment être telle « .

                Voyez-vous, comme mes collègues physiciens et autres scientifiques (biologie, médecine, chimie, etc.), le doute est notre moteur de recherche. Nous continuons à douter, tant et aussi longtemps que nous n’avons pas acquis la certitude; cette dernière étant la réponse au doute. C’est par l’expérimentation que nous faisons en sorte d’aller chercher cette certitude (Il arrive aussi que nos conclusions soient erronées!) Ainsi…

                Pour obtenir la certitude, je suis allé sur le site que vous m’avez suggéré. Effectivement, il apparaîtrait que cette habitude existe depuis 2005. Enfin…

                Grâce à vous, j’ai appris et acquis une nouvelle connaissance; et je vous en remercie.

                Cordialement

                Christian Michel

                J'aime

                1. Merci pour votre aimable commentaire, M. Michel. Et vous avez pu constater que beaucoup d’universités canadiennes parmi le splus réputées participent à cette action.

                  J'aime

            2. c’est vrai , c’est pas vrai !! bref j’avais compris moi aussi que ce n’était pas vrai ..le mieux , pour que l’on vous comprenne , c’est d’écrire simplement ..

              J'aime

              1. Bonjour Limon…

                Je crois que vous pourriez peut-être lire ma réponse à Monsieur Gagnon et faire vôtre, ÉCRIT SIMPLEMENT, la règle d’évidence de Descartes:  » Ne recevoir aucune chose pour vraie que je ne la connusse évidemment être telle « .

                Bonne réflexion!

                J'aime

                1. Bonsoir CHristian Michel , peut être pouvez vous regarder les dates de parution des messages , le mien en particulier datant du 16 , le votre du 17 , je ne pouvais donc pas connaitre la réponse que vous faites à Mr Gagnon ! je ne relie pas pour autant la règle de Descartes à ce que vous exprimiez plus haut, je trouvais que votre phrase n’était pas simplement écrite et pouvait nous amener à erreur de compréhension ! visiblement je n’étais pas la seule .. » j’avais compris , dans la façon d’écrire, que ce n’était pas vrai « ..c’est tout ..je ne rentre pas dans la petite polémique que vous avez avec Mr Gagnon , ça ne m’intéresse pas vraiment ce qui se fait au Canada , pour ce sujet précis, je suis pragmatique et des SDF n’ont pas à coucher dehors, pour moi ! si il y a une raison suicidaire,on peut aussi mourir dans un « intérieur  » plus convenable ( chaud ) , en arrêtant de s’alimenter par exemple ..

                  J'aime

                  1. limon, Vous avez raison… il serait très facile de rentrer dans une polémique remplie d’échanges épistolaires stériles, autour des dates. Ce serait, et de loin, contre productif, pour nous qui tentons de réveiller les Français, face au drame qui se dessine… Si rien n’est fait.

                    Cordialement

                    Christian Michel

                    J'aime

    3. E Philippe a fait une maraude dites vous , alors « il  » connait ! c’est une plaisanterie ! parce que on fait UNE maraude avec présence des caméras , on connait ?

      J'aime

      1. J’ai mis le mot « connait » entre guillemets… C’était donc ironique ! Évidemment je ne vois pas comment il pourrait connaître avec une maraude !!

        J'aime

  6. Pour tout dire, comme vous dites Maxime Tandonnet : « ils ne sont pas dignes du Parlement français, ni de la démocratie. Ils sont le fruit d’un système à bout de souffle. La démocratie française est à refonder, à repenser de fond en comble ».
    Malheureusement la France est engagée depuis près de quatre décennies dans un chemin qui la mène à sa propre disparition. Malgré deux mille ans d’histoire, malgré un fort ciment fait de ses racines chrétiennes et de sa culture gréco-latine, il n’aura fallu que deux générations d’hommes pour en saper les fondations de façon quasi-irréversible. La nation française se sent désormais condamnée à s’adapter aux civilisations extérieures plutôt qu’à promouvoir son identité pourtant admirée et louée au-delà de ses frontières.
    Ce sentiment de déchéance est largement partagé au sein de la population française mais celle-ci finit peu à peu par sombrer dans la fatalité. Comme le disait le Général de Gaulle : « Il n’y a qu’une fatalité, celle des peuples qui n’ont plus de force pour se tenir debout et qui se couchent pour mourir ». On en est là ! et la droite est aux abonnés absents…..
    COURAGE FUYONS…

    J'aime

    1. je partage malheureusement tout ce que vous dites ainsi que vos mots .. je ne peux croire malgré tout mais plus pour longtemps, que les citoyens , réunis ne puissent faire quelque chose contre ces politicards ! j’entends de la part d’une association bien connue que malheureusement il y a aussi des français qui n’aiment pas , par dessus tout, la France et les français et donc nous avons aussi ces ennemis de l’intérieur ( comme en 1940 d’ailleurs )

      J'aime

  7. Et oui Monsieur Tandonnet , pour les deux articles , mais à priori nous ne pouvons agir que pour le premier ! il n’y a pas de lieder pour amener une manifestation d’ampleur pour/contre tous les sujets : CSG ,au dessus de 1200E qui si la droite l’avait mise en place serait mise au ban de la société et aurait emmener des manifestations , des délinquants dehors y compris des sans papiers et droit de séjour qui ont tués nos jeunes , et qui ne sont pas reconduits dans leur pays soit disant parce que leur pays mettent un véto !! j’ai des exemples, il y a fort à faire dans ce pays , à refaire , et la Droite ne dit mot ! QUI ? Monsieur !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s