La guerre souterraine 13


Renseignement contre libertés! Attention danger. Chapitre 13

Un document exclusif Observatoire du MENSONGE

Nous aimons la liberté de publier.
Attention ce texte est une Tribune Libre qui n’engage que son auteur et en aucun cas
 
Observatoire du MENSONGE 

La guerre souterraine

Par Daniel Desurvire

Chapitre 13

Quand le renseignement d’État, au motif de terrorisme, explose le secret de la vie privée des citoyens, faisant fi de la corruption financière qui sévit dans ses rangs.

La réalité de la subjugation forcée va bien au-delà de ce qui est perceptible ou attendu dans une société démocratique, car elle peut être insidieuse, donc sans indicateur de vigilance, d’où le défaut d’auto-défense pour les populations non averties, confiantes donc imprudentes, fragiles et/ou profanes. Selon la formule alors émergeante, empruntée à Vans Packard, La persuasion clandestine affiche toutes sortes de mercantilisme, comme vendre un chef d’État à travers une option électorale insinuée, consommer telle ou telle boisson ou confiserie dans un cinéma, faire changer subrepticement d’opinion des spectateurs, voire inciter un public choisi, toujours à son insu, à s’engager dans un parti politique ou décider les indécis à partir en guerre. Tout cela n’est pas le fruit de l’imaginaire mais d’une technique qui a déjà parfaitement fonctionnée et qui encore est à l’ordre du jour. Ces déviations comportementales suggérées sont individuellement dommageables et collectivement inquiétantes, car elles sont induites par des vecteurs apparemment inoffensifs et anodins, comme un poste de télévision dont tout le monde dispose.
La méthodologie radio-télévisuelle adoptée par les tenants d’une démocratie réinventée, pour fédérer ses électeurs ou inversement diaboliser une formation politique de façon insidieuse, amène le téléspectateur à ne percevoir que ce qui lui est injecté simultanément dans l’oreille et la rétine ; le deux sens de la perception de l’intellect. Le président François Mitterrand candidat à son propre renouvellement utilisa, dans le JT d’Antenne 2 à l’occasion des présidentielles de 1988, un procédé pour le moins idoine qui découle d’une technique subliminale vue plus haut par Vans Packard (du cinéma rapporté à la télévision), laquelle consiste à pénétrer le cortex cérébral et focaliser l’attention du prospect de poncifs publicitaires défilant très vite, donc invisibles à l’œil nu, néanmoins susceptibles d’influencer la partie consciente de son cerveau. Il s’agit d’un stimulus incorporé dans un message étranger au scénario mais indécelable pour l’entendement, pour être perçu juste au-dessous du niveau de conscience, puis réapparaître subrepticement à l’appel d’un signal.
Superposition de plusieurs effets optiques, simulation, stimulation par la synthèse d’images, pixilation, etc., tout est désormais possible pour obtenir du « faux réel » avec du « vrai trucage ». Les effets spéciaux mécaniques ainsi que les animatronics sont des techniques qui remontent aux années 1920, et font partie d’un storytelling propre aux images de processing. Ces traitements, désormais obsolètes, procèdent à présent de formules plus modernes s’y substituant, tels les infographies, les produits d’incrustations, de rotoscopie, de slit-scan, de travelling contrarié, d’anagrammes ou de distances hyperfocales qui fabriquent autant d’illusions que l’esprit peut confondre. Trois catégories de clients s’intéressent à ces happenings technologiques : primo l’industrie du jeu, du cinéma et de la publicité pour qui ces formules relèvent d’un art consumériste, secundo le monde politique qui y voit davantage un instrument de captation, de persuasion, de séduction ou de rejet, sachant qu’à ce niveau de duperie, il ne peut plus s’agir de communication, tertio les GAFAM ; (acronyme désignant les cinq entreprises les plus puissantes du monde de l’Internet, dont le pouvoir, financier et médiatique, est réputé supérieur aux États.
Il serait quelque part possible d’associer ce processus infraliminal induit par l’apparence en trompe-l’œil ou la chimère, à celui des apparitions mariales ou christiques d’une autre époque ; des visions ou autres phénomènes dits surnaturels ou hypnotiques, mais ayant pour origine une perturbation cérébrale ou sensorielle. Si l’anamorphose procède d’une volonté d’acheminer l’image vers une autre interprétation de celle-ci selon l’angle où le regard se pose, les procédés subliminaux sont des recettes insidieuses faites pour traverser la conscience de façon subreptice, en forçant la volonté des prospects et influencer leurs choix ou leur conduite. Cette tromperie de masse entre les mains de manipulateurs cérébraux, de gourous, de syndicalistes, de politiciens ou d’oligopoles, gagne l’intérêt des sphères d’influence, pour qui gruger l’esprit des électeurs, des adhérents ou des consommateurs est un autre jeu de persuasion ; celui de gagner en pouvoir et/ou en richesses.
Outre ces procédés machiavéliques, le mental du téléspectateur demeure trop souvent figé devant le petit écran, subjugué, somnolent et près à tout avaler sans aller chercher ailleurs un avis contradictoire, sinon y vérifier ailleurs ce qu’il se dit. L’effet d’endormissement et d’imprégnation d’un téléviseur convainc davantage qu’il ne suggère pour s’ouvrir à la réflexion car l’image est fugitive, soporifique, et les émissions rétiniennes injectées induisent la crédulité, donc anesthésie la vigilance, plus qu’elles n’éveillent l’esprit qui ne peut s’exprimer à défaut d’interaction extérieure à l’image injectée. C’est la paralysie de la conscience, un endormissement auquel s’ajoute la certitude du téléspectateur que ce qu’il se dit sur un plateau Tv est forcément vrai venant d’un présentateur de JT, d’un professeur émérite, un magistrat fonctionnarisé ou d’un sage institutionnel. Il en va ainsi de l’électeur qui se persuade de voter librement et d’avoir lui-même décidé de son choix, alors qu’il ne fait que se conduire ou obéir selon un processus d’inhibition ; une volition exogène qui le conditionne à son insu. Sauf que…
À suivre…

Daniel Desurvire

Ancien directeur du Centre d’Étude juridique, économique et politique de Paris (CEJEP), correspondant de presse juridique et judiciaire.

♥️ Relire les chapitres précédents en cliquant sur le chiffre du chapitre:                   12 3 4 5 6 – 7891011 – 12 –

Observatoire du MENSONGE est un site gratuit : vous pourriez au moins nous SUIVRE pour nous soutenir!  

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 11 955 autres abonnés

 
Un grand merci à vous tous qui faites le succès de l’Observatoire du MENSONGE présent dans 178 pays, suivi par + 200.000 LECTEURS + 50 auteurs pour des tribunes libres vraiment libres et aussi 1er site de l’opposition en France!
 Copyright obligatoire en cas de citation ou de transmission de cet article, vous pouvez le copier:
Daniel Desurvire pour Observatoire du MENSONGE

Avec La Semaine du MENSONGE: recevez gratuitement chaque samedi matin par mail les articles publiés dans la semaine


NB: vérifier que notre mail n’arrive pas dans vos indésirables…

COMMENTAIRES:

Avertissement: Tous les commentaires sont de la responsabilité de leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de L’Observatoire du MENSONGE qui se réserve le droit de ne pas publier un ou des commentaires sans avoir à justifier sa décision.
Ne pas mettre de liens vers d’autres sites car votre commentaire sera supprimé par le système.
Votre adresse mail ne sera pas publiée et vous pouvez signer de votre nom ou d’un pseudo.

Pour aider l’Observatoire

Publicités

5 commentaires

  1. Cela m’étonnerais que la révolution viendrait des « banlieues  » ??? Comment voulez vous qu’ils fassent avec l’état d’urgence et la surveillance permanente ??? (Sans soutien politique ,tu va pas loin !).

    J'aime

  2. Daniel Desurvire, votre dernier paragraphe est éloquent et mets en valeur l’abrutissement des français dans toute sa splendeur, je vous cite :
    « Outre ces procédés machiavéliques, le mental du téléspectateur demeure trop souvent figé devant le petit écran, subjugué, somnolent et près à tout avaler sans aller chercher ailleurs un avis contradictoire, sinon y vérifier ailleurs ce qu’il se dit. L’effet d’endormissement et d’imprégnation d’un téléviseur convainc davantage qu’il ne suggère pour s’ouvrir à la réflexion car l’image est fugitive, soporifique, et les émissions rétiniennes injectées induisent la crédulité, donc anesthésie la vigilance, plus qu’elles n’éveillent l’esprit qui ne peut s’exprimer à défaut d’interaction extérieure à l’image injectée. C’est la paralysie de la conscience, un endormissement auquel s’ajoute la certitude du téléspectateur que ce qu’il se dit sur un plateau Tv est forcément vrai venant d’un présentateur de JT, d’un professeur émérite, un magistrat fonctionnarisé ou d’un sage institutionnel. Il en va ainsi de l’électeur qui se persuade de voter librement et d’avoir lui-même décidé de son choix, alors qu’il ne fait que se conduire ou obéir selon un processus d’inhibition ; une volition exogène qui le conditionne à son insu. Sauf que… »
    Conclusion : Comment les français peuvent-ils faire une révolution pour inverser la vapeur ? Sous les dehors de la revendication sociale, l’Islam en phase de conquête annonce la couleur : désobéissance civile. En d’autres termes, appel à l’insurrection de Yasser Louati, ancien porte-parole du CCIF…
    La révolution viendra des banlieues…
    La république Française, elle, dort. Ne la réveiller surtout pas.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.