50 nuances de Macron XVII


Renouer avec l’ordre

Nous aimons la liberté de publier.
Attention ce texte est une Tribune Libre qui n’engage que son auteur et en aucun cas
 
Observatoire du MENSONGE 

50 nuances de Macron

Par Jean-Marie Pieri

Chapitre XVII

Renouer avec l’ordre

Comment se donner les moyens de la réussite et renouer avec l’ordre dans ce « foutoir franco-français », voilà qui devient urgent, en premier lieu dans les rangs du parti « En Marche » trop de faits divers se produisent et nuisent à l’image, les insanités réitérées à maintes reprises à l’Assemblée Nationale par certains élus, « trop fraîchement élus »morsures, simagrées, postures, horions en tout genre font tâche et n’honorent pas la représentation nationale; non contents de proférer des tonnes d’absurdités indignes dans les médias, sur les plateaux (repas) service public gratuit radios-télés l’indigestion nous guette! Indigestion virtuelle, quand nos élus se gavent! Une république malade de ses élus qui maltraite ses citoyens!
Est-ce du racisme que de traiter d’imbécile un imbécile fieffé, un opportuniste qui fait acte de nuisance, d’incivilité, d’absence de respect de l’institution qui le nourrit sous prétexte qu’il appartient à la diversité! Le conflit du vive et de la vertu n’est pas nouveau, mais rien de pire que les tartuffes!
L’histoire des pansements blancs ayant des connotations racistes pour un africain noir pourrait prêter à rire si elle n’était l’illustration aveuglante d’un crétinisme sournois et très malsain, allons nous mettre le soleil en examen sous prétexte qu’il diffuse une lumière blanche donc raciste, faut-il vivre dans les ténèbres et privilégier le noir absolu pour justifier notre condamnation du colonialisme!
Le récent passage à tabac d’un élu dans un lieu public, dont les propos n’ont pas l’heur de plaire à la mouvance casquée-voilée et bottée de groupuscules violents souligne un malaise de société récurrent. Déni de démocratie et non respect d’un opposant molesté par des voyous dans l’indifférence générale! A quoi bon donner des leçons de démocratie à la terre entière quand elle n’est pas respectée sur notre propre sol! La liberté d’expression est bafouée et l’ordre public a été piétiné, n’est-ce pas une grave défaillance au niveau de la hiérarchie, le ministre par faiblesse aurait-il fermé les yeux? Garantir Liberté-Egalité-Fraternité pour tous semble acquis, faut-il encore ajouter traitement « équitable » pour tous et obtenir un minimum de respect?
Notre histoire a démontré dans le passé que le flou est un piège mortel qui conduit assez vite à l’échec et au déshonneur, la politique à horreur du vide et le citoyen aussi ne pardonne ni la lâcheté, ni les tergiversations, ni les compromissions de celui qui navigue à vue, les exemples d’une catastrophe récente en font la preuve et en tirer les leçons serait salutaire sans se payer de mots!
La complaisance, les mots creux, les faux-semblants donnent un signal de faiblesse, car ils encouragent les brutes à persévérer dans l’erreur et engendrent la haine, l’incompréhension, la montée en puissance des violences, des conflits!
Comment lutter, sinon avec vigueur, pour redresser une situation corrompue quand les appels au désordre se multiplient, quand la rébellion communautarisme s’envenime dans les territoires qui échappent à l’ordre républicain, une clarification radicale avec un programme clair et accessible à tout le monde s’impose en premier lieu.
Ne pas se tromper d’objectif en proposant un plan fumeux, irréalisable et frisant le délire ou la démagogie qui sèmerait le trouble et la division(en privilégiant certains au détriment des autres considérés comme des sous citoyens d’où l’absurdité), mais au contraire renouer avec le succès par « nouveau contrat social » qui prenne en compte tous les citoyens sans privilégier, ni écarter quiconque, par un accord de confiance et de sincérité mutuels.
Un esprit de bonne volonté, de justice et d’équité, de parler vrai énergique reste l’unique solution pour contrecarrer la contestation brutale, pour faire disparaître les ambiguïtés.
A trop laisser faire, l’immobilisme est un crime. Ces dérives ne sont pas des vertus républicaines et mettent en péril l’institution, l’Etat de droit certes oblige et permet de préserver l’équilibre des pouvoirs, mais le Président doit avoir à coeur de défendre l’ordre public, de garantir la paix civile (protection des biens et des personnes aux yeux de la loi unique et indivisible pour tous) en montrant l’exemple de sa bonne volonté, de son écoute et de sa bienveillance!
Peut-être n’est-il pas encore trop tard?
à suivre

Jean-Marie Pieri

Copyright obligatoire en cas de citation ou de transmission de cet article, vous pouvez le copier:
Jean-Marie Pieri pour Observatoire du MENSONGE

Suivre Observatoire du MENSONGE 

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 12 654 autres abonnés

 
Un grand merci à vous tous qui faites le succès de l’Observatoire du MENSONGE présent dans 178 pays, suivi par + 200.000 LECTEURS + 50 auteurs pour des tribunes libres vraiment libres et aussi 1er site de l’opposition en France!

Avec La Semaine du MENSONGE: recevez gratuitement chaque samedi matin par mail les articles publiés dans la semaine

NB: vérifier que notre mail n’arrive pas dans vos indésirables…

COMMENTAIRES:

Avertissement: Tous les commentaires sont de la responsabilité de leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de L’Observatoire du MENSONGE qui se réserve le droit de ne pas publier un ou des commentaires sans avoir à justifier sa décision.
Ne pas mettre de liens vers d’autres sites car votre commentaire sera supprimé par le système.
Votre adresse mail ne sera pas publiée et vous pouvez signer de votre nom ou d’un pseudo.

Pour soutenir l’opposition indépendante***

***A partir de 2 €uro cela nous permettra de continuer à nous opposer, alors n’hésitez pas…

Publicités

2 commentaires

  1. C’est tout a fait exacte Jean-Marie Pieri, « à trop laisser faire, l’immobilisme est un crime. »
    Retenons l’attentat rue Monsigny à Paris : Et maintenant ? La consternation et les indignations légitimes et générales post-attentat ne sont pas suffisantes. Il y a pire que l’horreur, c’est l’accoutumance à l’horreur…

    J'aime

  2. La complaisance vous avez trouvé le mot qui convient le mieux à cette société pervertie qui court à sa perte en toute quiétude.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.