Le temps du boniment 10


Comprenons ici que l’État de droit s’effondre, le Gouvernement en détresse, croyant peut-être que les citoyens pourront récupérer ses égarements et corriger ses erreurs après avoir engrangé des centaines de milliers de réfugiés dont plus personne ne sait qu’en faire.

Le temps du boniment

Par Daniel Desurvire

Chapitre 10

Dès lors que l’on se souvient de la loi Alur[1] qui a réduit le délai de restitution du dépôt de garantie pour une location vide à un mois de loyer hors charges (au lieu de deux mois auparavant) et de deux mois hors charges pour le montant du dépôt de garantie des meublés (au lieu de trois), tout observateur avisé comprendra l’énormité de cette défaillance qui écrase les baux de location. Progressivement, l’exécutif social-démocrate étrangle les petits propriétaires dans le secteur locatif, considérés bien à tort comme des nantis, alors que la cash-flow réalisé sur leur investissement se réduit en peau de chagrin, auquel se greffe désormais une prise de risque aggravée avec l’arrivée d’un nouveau type de locataire ; insolvable, étranger mais efficacement protégé.

Lorsque l’article 22-2 de la loi du 6 juillet 1989 susvisée (modifiée par la loi Alur) explicite la liste des pièces justificatives pouvant être exigées du candidat à la location par le bailleur[2], c’est précisément parce que cette procédure est définie par décret en Conseil d’État qui garantit le droit de la propriété, pris après avis de la Commission de concertation. Ce pourquoi dans ce texte, le préalable à l’établissement dudit contrat exige la signature du cocontractant, seulement la sienne sans qu’il soit requis la cosignature d’un ascendant ou d’un descendant du candidat à la location.

L’absence d’une pièce d’identité ou d’un passeport non signé, tant sur les documents exigés au contrat que sur le contrat lui-même, ne procure aucune valeur juridique pour son titulaire. Ce pourquoi, cette acceptation implicite d’un droit d’usage ou de jouissance sur le bien immeuble d’autrui abandonne le bailleur aux risques inhérents aux dettes de charges et des loyers impayés, sans possibilité de recours, ni auprès d’un huissier, ni auprès du greffe de la juridiction judiciaire territoriale compétente. En effet, cette réglementation équivoque autorisant de facto la falsification et l’absence de preuve au contrat, tout recours en justice devient alors irrecevable.

Comprenons ici que l’État de droit s’effondre, le Gouvernement en détresse, croyant peut-être que les citoyens pourront récupérer ses égarements et corriger ses erreurs après avoir engrangé des centaines de milliers de réfugiés dont plus personne ne sait qu’en faire. Alors que des milliers de locataires impécunieux, issus de l’immigration des PMA africains et moyen-orientaux, sont hébergés dans des logements sociaux et autres possibilités d’hébergement, créant de facto des ghettos, les organismes de HLM se retrouvent dans l’incapacité pécuniaire de réhabiliter ces appartements loués, ascenseurs, halls d’entrée, caves et autres parties communes devenus insalubres, dangereux, recelant parfois des arsenaux d’armes de contrebande, de caches de stupéfiants et psychotropes.

Dans une réalité jamais médiatisée car jugé politiquement incorrect, ces organismes publics doivent gérer un budget inexécutable face aux nombreux loyers impayés sans réelle possibilité d’expulsion devant le lobbying des associations et des pressions politiques qui protègent ces réfugiés indigents. À cela s’ajoutent les déprédations considérables des appartements et des équipements des immeubles sans cesse vandalisés par les occupants, mais aussi après des effractions extérieures en bandes organisées. De sorte qu’il faut régulièrement faire appel à des prêts bancaires rémunérés et des augmentations de loyers envers ceux qui paient (surloyers ou supplément de loyer solidaire [SLS]), voire aux impôts des administrés de la commune et de la région.

Faut-il encore demander aux propriétaires particuliers, lesquels pour beaucoup ont épargné durant une existence entière de labeur et de privations pour se constituer une retraite descente, sous couvert d’une « Solidarité » dont seul le vocable fait illusion, de devoir se substituer à l’État inapte pour combler le déficit abyssal engouffré par les réfugiés islamiques pour la plupart ; tel un puits sans fonds ? Alors que le Premier ministre Édouard Philippe évoqua le 7 octobre 2019 à la tribune de l’Assemblée nationale l’idée timide d’un « quota » pour l’immigration en France, seul un « garrot »pour juguler l’hémorragie pourrait stopper cette maladie du cœur : une compassion gratuite et irresponsable uniquement assumée par des concitoyens contribuables à qui il ne faut pas demander l’avis.

Cette générosité dispensée par des directeurs de conscience, enrobée de circonlocutions larmoyantes, étreint les finances du pays sans résultat probant, étrangle les citoyens à qui la Solidarité confisque leurs droits pourtant légitimes, puis met en danger les communautés endogènes et exogènes entre-elles. De façon plus pragmatique et raisonnée, il s’agit plutôt de savoir combien de temps la Nation pourra-elle résister au chaos provoqué par ces pionniers encartés par des passeurs khalifiens. Ces pauvres hères venus des PMA, nonobstant à l’assaut de l’Occident, ne feront que survivre avant que ne survienne un crash social, économique et budgétaire, avant de rejoindre les armées de djihadistes, une nouvelle fois en guerre contre la terre des Croisées.

Vraisemblablement, à l’horizon de quelques décennies, une guerre civile menace, syndrome d’une libanisation du pays, non pas à cause du présumé racisme des patriotes allogènes vilipendés sous l’antienne du populisme, alors que beaucoup sont issus des nations européennes, de l’ex-URSS, de Chine et du Triangle d’or, mais de la responsabilité des socio-démocrates depuis la mandature de François Mitterrand jusqu’à Emmanuel Macron. Ceux-là auront suscité ce conflit de civilisation par leur degré d’inconséquence, leur avidité de pouvoir, leur cupidité voire leur corruption avérée par leurs fortunes thésaurisées dissimulée sous des comptes numérotés aux îles Caïmans ou à Bahreïn ; puis encore pour avoir abandonné la France à l’islam intolérant et prédateur, puis encore de donner ce que l’on n’a pas ou qui fut honteusement gaspillé[3] ?

À ce moment venu, si tragique de notre histoire contemporaine, donc dans un futur proche, persister à avaler encore et encore toute cette détresse migratoire par dizaines de millions de têtes en attente aux frontières de l’Europe[4], dont une part aura déjà purgé les finances de laFrance, imposé sa shari’a au lieu et place de la démocratie, ruiné son système social et d’entraide humanitaire, ne sera plus à l’ordre du jour.5°) Épilogue : La chute n’est pas glorieuse, mais elle s’avère programmée par le grand remplacement de ceux qui gouvernent la France, puis d’autres qui la convoite en vue d’y étendre un khalifat vassal des émirs du Golfe

J’ajoute au titre de cette conclusion, que si l’on connaît les conséquences de ses actes, la responsabilité des dirigeants de ce pays est entière, sachant qu’un tel axe de conduite du pays dissimule nécessairement, outre la négligence ou la prévarication, l’incapacité de conduire une nation. Cette irresponsabilité se trouve parfois doublée de cupidité, voire de corruption directe avec des consortiums financiers, des laboratoires pharmaceutiques, l’industrie lourde de l’armement et les monarchies pétrolières du Golfe. Ce manquement au devoir d’un chef d’État peut être la conséquence d’une veulerie, mais aussi d’intérêts obscurs impardonnables, auxquels ce dernier devra un jour ou l’autre y répondre de son vivant.

De sorte que lorsque le président d’une nation en exercice persiste dans son erreur, comme de mener son pays à sa perte en prodiguant ses bonnes intentions auprès des ressortissants des PMA qu’il accueille d’un côté, mais en détournant l’argent public à des fins inavouables de l’autre[5], celui-là, face aux générations à venir, s’exposera à la flétrissure de l’histoire. Des accusations de détournement des biens sociaux et de trahison envers le peuple qui leur a fait confiance, n’est jamais à écarter après un changement de régime. Si à ce jour, l’histoire donne raison à la politique d’immigration de la social-démocratie qui profite de l’endormissement du peuple français sous le couvercle d’une prétendue action charitable, il pourrait en être autrement une fois le pays sorti de cette logique autodestructrice de la gouvernance de la Nation française, de l’Allemagne et de l’Union européenne.


[1] Loi n° 214-366 du 24 mars 2014 pour l’accès au logement et un urbanisme rénové.

[2] Hormis les pièces d’identité pour les étrangers, un document justifiant un droit de séjour est requis, de même qu’une attestation d’élection de domicile établissant le lien avec un organisme agréé au titre de l’article L 264-2 du Code de l’action sociale. Cinq documents sont exigibles… mais pas la signature !

[3] Il s’agit précisément du train de vie de l’État français (12 % plus élevé que l’Allemagne), où Bercy crache 280 Milliards d’€ par an de dépenses supplémentaires en rapport à son voisin d’outre-Rhin, dont la population est d’un million d’âmes plus nombreuse. Source : COE-Recordex, 25 juin 2018), Ce train de vie, aussi dispendieux qu’irresponsable, accuse également un manque à gagner fiscal qui grève le budget l’État, donc celui les contribuables, au travers les transactions exonérées des sociétés extraterritoriales (les paradis fiscaux). Ces institutions financières opaques, légalement instituées car constituées par des banques nationales, sont protégées par le pouvoir régalien qui se gave du produit de contrats juteux assortis de bakchichs. Voir de l’auteur, « La conquête de l’Occident », chapitre V, § 5°, a] et b] (mars 2019, édité par L’Observatoire du mensonge, distribué par Amazon).

[4] ± 60 millions de réfugiés dans le monde en 2014, 21,3 millions en Afrique, 5 millions provenant de Syrie, puis davantage d’Irak, du Yémen, de Lybie, de Palestine, d’Afghanistan, de Tchétchénie etc. (Source : UNHCR, Le Monde avec l’AFP, 18 juin 2015).

[5] Les marionnettes politiques que manipulent les marionnettistes du vrai pouvoir des possédants. Dans ce cas de figure, il s’agit d’accueillir des réfugiés en nombre incessant pour répondre à un panislamisme conquérant, une conspiration khalifienne tramée par des émirs pour le commerce du pétrole et des armes. 

À suivre

Daniel Desurvire


Ancien directeur du Centre d’Étude juridique, économique et politique de Paris (CEJEP), correspondant de presse juridique et judiciaire. Daniel Desurvire est l’auteur de : « Le chaos culturel des civilisations » pointant du doigt les risques de fanatisme de certains cultes et de xénophobie de certaines civilisations, auxquels s’ajoutent les dangers du mal-être social, de la régression des valeurs morales et affectives ou de la médiocrité des productions culturelles, dont la polytoxicomanie en constitue l’un des corollaires. L’auteur choisit d’opposer le doute et le questionnement aux dérives dogmatiques et aux croyances délétères » (in, Les cahiers de Junius, tome III, “La culture situationniste et le trombinoscope de quelques intellectuels français” : Édilivre, 2016).


♣ ♣ ♣

Copyright obligatoire en cas de citation ou de transmission de cet article, vous pouvez le copier: Daniel Desurvire pour Observatoire du MENSONGE


♣ ♣ ♣


Nous aimons la liberté de publier : à vous de partager !

Ce texte est une Tribune Libre qui n’engage que son auteur et en aucun cas Observatoire du MENSONGE 

Abonnement Semaine du MENSONGE en remplissant le questionnaire ci-dessous :

parution chaque samedi

Ne manquer plus aucun article de l’opposition qui s’oppose en vous inscrivant  ci-dessous à La Semaine du MENSONGE pour 12 € par an. Nous avons besoin de votre aide qui représente 1€ par mois !!!

Le but, c’est de soutenir notre travail… Merci !

 

En cadeau, pour tout abonnement à Semaine du MENSONGE, vous recevrez mon dernier livre en PDF « à travers mes commentaires »(V2)

 

Validation sécurisée du formulaire de paiement en cliquant ICI

NB : vérifier que notre mail n’arrive pas dans vos indésirables…

Autre choix du mode de paiement sécurisé :

Observatoire du MENSONGE est présent dans 178 pays, suivi par + 200.000 Lecteurs avec plus de 50 auteurs qui contribuent à son succès.  Merci à tous ceux qui nous suivent,  qui partagent et qui nous soutiennent. 

Pour nous suivre : il faut remplir « Adresse mail » puis cliquer sur Suivre ci- dessous, ce service gratuit vise à nous soutenir

Voici les livres et Ebook que nous éditons en exclusivité via AMAZON, pour les visualiser et les acheter sur AMAZON, cliquer sur le titre :

Le temps du boniment
La conquête de l’Occident  
L’histoire vraie sur Israël
À travers mes commentaires
Et la laïcité ? Bordel !!!
Nouveau : à travers mes commentaires V2

Chers lecteurs, D’abord nous vous remercions de venir lire nos articles sur Observatoire du MENSONGE. Nous avons besoin de votre soutien car notre survie dépend des dons (à partir de 2€). Alors nous comptons sur vous ! Cliquersurleboutonci-dessous : c’est simple et sécurisé!

 

N’hésitez pas à commenter après cet article ! Vous pouvez utiliser un pseudo et votre adresse mail n’apparaitra pas…

2 commentaires

  1. La France est un pays communiste qui ne veut pas le dire. Et en bon pays communiste, son fonds de commerce ce sont les migrants, immigrés, clandestins et autres…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.