Six semaines et des questions


Sur le confinement : des questions quand même, nombreuses questions qu’un citoyen lambda est en droit – en devoir – de se poser.

Six semaines et des questions

Par Maxime Tandonnet

Le « conseil scientifique » propose une durée minimale de six semaines de confinement pour faire face à la tragédie de covid 19 et freiner l’explosion du nombre des victimes.

Aucune décision n’a encore été prise par la puissance publique.  Il est hors de question de soulever la moindre critique sur le bien-fondé de cette proposition, de cet avis, qui repose sur des données dont seuls les scientifiques disposent. Mais des questions quand même, nombreuses questions qu’un citoyen lambda est en droit – en devoir – de se poser.

Cet avis prend-il en compte toutes les conséquences concrètes d’un confinement de six semaines au regard de ses avantages? D’une part, certes, il va sauver des vies, peut-être de nombreuses vies. D’autre part, il va en exposer d’autres. Imagine-t-on ce qu’est le confinement d’un mois et demi, quasi intégral, d’une famille nombreuse vivant en appartement dans un réduit de trois pièces, 70 m2 avec de jeunes enfants : le risque de dépression, de suicide, d’alcoolisme, de boulimie, de chute dans la démence, d’addiction aux jeux vidéo, de violences familiales, d’enfants traumatisés à vie, de solitude absolue (personnes âgées). L’avis du conseil scientifique sur les six semaines minimum de confinement, procède-t-il d’un rapprochement entre les vies sauvées et les vies perdues?  Ce ne sont que des questions de citoyen lambda.

Ce même avis prend-il en compte l’impact économique et social de six semaines minimum de confinement: l’arrêt quasi total de l’économie d’une grande nation industrielle, l’effondrement de sa production, le risques évident de pénuries, la vertigineuse explosion du chômage et des faillites de petites et moyennes entreprises, les artisans, commerçants, salariés ruinés par millions et par millions, les vagues de suicide et de dépression, de désespoir qui en résulteront? Cela est-il pris en compte dans l’avis du conseil scientifique?

Cet avis prend-il en compte aussi la portée morale, politique et philosophique d’un confinement d’un mois et demi, le basculement soudain des démocraties, que nous pensions protégées par l’Etat de droit, sous l’effet de circonstances exceptionnelles, dans un système de contrainte autoritaire qui suspend pendant six semaines, un mois et demi, minimum, l’une des libertés les plus fondamentales, emblématique de toute liberté, celle d’aller et venir? Prend-il en compte la portée morale et éthique d’une telle situation, le retour du plus sombre de la nature humaine, tel le goût de la jalousie, de la délation, de la dénonciation et la surenchère obséquieuse du zèle répressif qui se révèle sur le terrain de la vie quotidienne?

Autre question, le conseil scientifique a-t-il, avant d’émettre cet avis, exploré toutes les autres solutions possibles, et quel qu’en soit le coût: distribution de masques de protection à toute la population, tests de dépistage systématiques et obligatoires, confinement total limité aux personnes les plus à risque, plan d’urgence de développement des capacités hospitalière de réanimation – pour atteindre un niveau de développement sanitaire équivalent à celui de l’Allemagne où le nombre de morts est infiniment moindre,  expérimentation à grande échelle des propositions du professeur Didier Raoult (dans les conditions qu’il a prescrites), meilleure prise en compte des situations individuelles et familiales dans les conditions de confinement en valorisant la confiance – dans les Français – plutôt que la sanction?

Ce ne sont que des questions. Peut-être de questions idiotes. A force de poser des questions, et même des questions idiotes, on suscite la haine et la méchanceté. Exemple de message reçu hier sur un réseau social de la part d’un inconnu: « Monsieur Tandonnet. Vous n’êtes pas un homme heureux. Vous passez votre temps à diffuser de mauvaises ondes. Je vous conseille l’amour, l’amitié, le grand air et du bon vin. Vous verrez : cela ira mieux pour vous. Par les temps qui courent, votre venin est particulièrement toxique. De grâce, gardez-le pour vous ! »  

Merci à vous pour vos conseils, cher Monsieur.

Maxime Tandonnet

max t

Ancien conseiller à la Présidence de la République sous Sarkozy, auteur de plusieurs essais, passionné d’histoire…
Copyright obligatoire en cas de citation ou de transmission de cet article, vous pouvez le copier: Maxime Tandonnet pour Maxime Tandonnet – Mon blog personnel

Nous aimons la liberté de publier : à vous de partager ! Ce texte est une Tribune Libre qui n’engage que son auteur donc en aucun cas Observatoire du MENSONGE


Aidez Observatoire du MENSONGE en vous abonnant simplement à


parution chaque samedi

La Semaine du MENSONGE pour 12 € par an.
Votre soutien est précieux et représente 1€ par mois 

Validation sécurisée du formulaire de paiement en cliquant ICI

En cadeau, pour tout abonnement à Semaine du MENSONGE, vous recevrez mon dernier livre en PDF « à travers mes commentaires »(V2)

NB : vérifier que notre mail n’arrive pas dans vos indésirables…

Observatoire du MENSONGE est présent dans 178 pays, suivi par + 200.000 Lecteurs avec plus de 50 auteurs qui contribuent à son succès.  Merci à tous ceux qui nous suivent,  qui partagent et qui nous soutiennent. 

Nous savons que vous êtes trop sollicités.
Mais un site comme Observatoire du MENSONGE dépend de votre soutien.
Alors, même modeste, à partir d’un Euro, votre don ne peut que nous aider.
Merci ! Alexandre Goldfarb

2 commentaires

  1. Réponse à Margueritte : Parce qu’il y a trop longtemps qu’on a privilégié en tout l’unique logique comptable !!! Il y a déjà pas mal de temps de ça, Mitterrand – que je n’aimais pas particulièrement mais qui était loin d’être un imbécile -, Mitterrand, donc, déclarait « Je suis le dernier président de la République. Après moi, il n’y aura plus que des avocats et des comptables… »
    On voit où l’on en est maintenant. J’espère que les français n’auront pas, une fois de plus, la mémoire courte lorsque le gros de la tempête sera passé ! Première chose à faire : dissoudre l’ENA et envoyer l’Armée – je dis bien l’Armée ! – nettoyer ces « zones de non-droit » que Sarkozy proposait de passer « à la Karcher » ! mais c’étaient des mots et du vent, comme d’habitude… Cependant, dans les conditions actuelles, prolonger le « confinement » jusque fin avril va déclencher dans ces pourrissoirs du 9-3 et d’ailleurs des explosions sociales dont une fois de plus, les « gens qui nous gouvernent » semblent n’avoir aucune idée, notamment à propos de l’approvisionnement en stupéfiants !
    Ou alors, ils s’en fichent, ce qui est autrement plus grave et ressortit de la Haute Trahison !!
    T.O.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.