Macron : un désastre de dingue #3

La valse de l’en même temps. (Parodie)

Macron : un désastre de dingue.

Par Jean-Marie Pieri

Chapitre 3
La valse de l’en même temps. (Parodie)

C’est la guerre contre un ennemi invisible et pourtant bien visible, drôle de mise en bière, internement fatal ou lutte finale?
Pour l’accent gaullien c’est raté !
Progression ascensionnelle de l’ épouvantable épidémie déjà 20 mille, puis 30 mille, pourquoi pas 40 mille : qui veut gagner des millions, quand on joue avec les chiffres, les chiffes que nous sommes, jeu virtuel ou jeu de dupes que l’on offre quotidiennement au public, carnaval sans masques des pitres et des zombies?
Est-ce bien là, la verticalité du pouvoir tant vantée?
Fatigue, lassitude, dégoût devant une ignoble sauterie à laquelle nous sommes conviés malgré nous, confinés-cons finis prêts à cuire pour la crémation finale dans une usine à gaz « démoniacratique ».


Version moderne des camps de la mort, du goulag revisité chez bichon l’enfièvré du en même temps de la crèche mondialiste.
Heureusement il y a Findus disait la pub! (Rions un peu pour éviter le pire)
Valse apocalyptique en deux, trois mouvements, vague après vague le tsunami viendra-t-il étouffer nos atroces regrets des Ehpads, ça ne manque pas d’air cette moderne stratégie de l’univers concentrationnaire pendant que les victimes suffoquent (intubés-entubés).

Confinement dur, puis dé confinement mou, notre résilience n’arrive-t-elle pas à bout de ce tunnel d’hypocrisie et de sottise?
Faudra-t-il invoquer les mânes de nos ancêtres pour sortir de ce bourbier? Tempus fugit et il va nous manquer!

Jean-Marie Pieri


Copyright obligatoire en cas de citation ou de transmission de cet article, vous pouvez le copier: Jean-Marie Pieri pour Observatoire du MENSONGE


Nous aimons la liberté de publier : à vous de partager ! Ce texte est une Tribune Libre qui n’engage que son auteur et en aucun cas Observatoire du MENSONGE 


2 commentaires

  1. Le temps est fuyant comme chacune le sait mais il faut croire en quelque chose : donc croyons au réveil des Français.

Laisser un commentaire