Engrenage infernal


La démission de M. Philippe et son remplacement par M. Castex, présenté comme un « haut fonctionnaire », sont tout ce qu’il y a de plus logique. La politique française accélère sa conversion au grand spectacle narcissique. 

Engrenage infernal

Par Maxime Tandonnet

La démission de M. Philippe et son remplacement par M. Castex, présenté comme un « haut fonctionnaire », sont tout ce qu’il y a de plus logique. La politique française accélère sa conversion au grand spectacle narcissique. 

M. Philippe faisait de l’ombre à la magnificence élyséenne et sa cote de popularité écrasait celle du président. Il a été remercié. Le nouveau venu, méconnu, sans expérience du parlement ni d’une fonction ministérielle, haut fonctionnaire, ne devrait faire d’ombre à personne. Le naufrage présidentialiste du régime se poursuit, la concentration de l’illusion du pouvoir dans le visage d’un seul homme englobant à lui seul le Parlement, le Premier ministre, le gouvernement, l’administration, rayonnant sur les sphères d’influence médiatique et judiciaire. Les difficultés du pays s’accumulent: explosion de la dette publique, des faillites, du chômage de masse, de la pauvreté, de la violence, accélération phénoménale du déclin scolaire et intellectuel, de l’écroulement de l’autorité de l’Etat et fragmentation communautaire.

Entrer une adresse mail valide dans la case dédiée.

Mais le drame de la France s’efface derrière l’obsession de la réélection de 2022. Une seule chose compte: anéantir coûte que coûte l’opposition républicaine pour assurer le face-à-face tant attendu entre l’occupant actuel de l’Elysée et la candidate lepéniste, ne laissant de choix aux Français qu’entre « moi » ou le chaos. En vérité, ils n’auront le choix qu’entre le chaos et le chaos sur fond de vertigineux déclin. Cette stratégie du pire qui soumet le sort d’une nation à la dérive vaniteuse d’un individu pourrait nous indigner, nous révulser. Mais si les Français devaient tomber dans le piège – ce qui n’est pas certain – , à force de propagande éhontée, de magouilles, de mensonges, d’élections et de sondages truqués, d’abêtissement de long terme par l’écroulement du niveau scolaire, c’est qu’au fond, ils auront mérité leur triste sort; et alors tant pis pour nous.


Dans la Ve République, le changement de Premier ministre est toujours un événement politique. Le départ de M. Philippe correspond à un cas de figure particulier : celui du président de la République écartant de Matignon un chef de gouvernement dont la cote de popularité fait concurrence à la sienne ou la dépasse.

Deux exemples viennent à l’esprit. Le 5 juillet 1972, M. Pompidou limoge Jacques Chaban Delmas. Il reproche à ce dernier le succès, au Parlement comme dans l’opinion, de son discours sur la « nouvelle société ». Il nomme à sa place Pierre Messmer, un fidèle, dont l’austérité contraste avec la flamboyance de son prédécesseur. Le 16 mai 1991, François Mitterrand demande à Michel Rocard, Premier ministre populaire, créateur du RMI (l’ancien RSA) de lui remettre sa démission. Sa succession donne lieu à un coup politique : la nomination, avec Edith Cresson, de la première femme chef de gouvernement de l’histoire de France… Victime de ses maladresses et de manœuvres de déstabilisation des « éléphants » du parti socialiste, elle doit jeter l’éponge un an plus tard.

Dans ces deux cas de figure, le président de la République reprochait au Premier ministre de soigner sa popularité plutôt que de s’exposer, d’accomplir et d’assumer des réformes difficiles et de protéger le prestige de l’Elysée. Cette inversion des valeurs – un Premier ministre plus populaire que le chef de l’Etat – était considéré comme le signe d’une dérive de la Ve République dont l’esprit repose sur un chef de l’Etat souverain, au-dessus de la mêlée et un Premier ministre acceptant de prendre les risques et les coups.

Le changement de Premier ministre, dans ce genre de circonstances, est lié à plusieurs objectifs : provoquer un électrochoc dans l’opinion, symboliser un changement d’orientation de la politique, écarter un chef de gouvernement jugé insuffisamment efficace. Un effet « bouc émissaire » est à l’œuvre : le Premier ministre démissionnaire, même s’il est populaire, est censé porter, dans l’inconscient collectif, le poids des déceptions ou des échecs passés. Les seconds chefs de gouvernement d’un mandat présidentiel sont généralement des hommes de confiance ou des proches désignés pour ne pas faire de l’ombre au chef de l’Etat. Toutes ces caractéristiques se retrouvent bel et bien dans le remplacement de M. Edouard Philippe. Son départ est censé exprimer l’avènement du « monde d’après », ou du « nouveau chemin » qui succède ainsi à la « transformation de la France » formule clé des trois premières années du quinquennat.

Ce changement de Premier ministre comporte cependant une différence notable avec les précédents de 1972 et de 1991. Ni Georges Pompidou, ni Mitterrand en cours de second mandat, ne songeaient à leur réélection mais plutôt à fonder une politique sur des nouvelles bases. Le départ de M. Philippe intervient dans un contexte dramatique : tsunami du chômage, fragmentation de la société française et sa violence croissante, calamiteux déclin scolaire du pays. Il s’inscrit avant tout dans la logique d’un calcul politique : la réélection de 2022. Réalisé en dehors de l’implication du Parlement et de la volonté populaire – plébiscitant le maintien de M. Philippe –, il souligne donc toute la tragédie du système politique français. Il est dans la logique d’une mutation profonde du sens même de la vie politique, de plus en plus tournée vers le destin personnel d’un personnage, le chef de l’Etat, nonobstant les grands enjeux nationaux de long terme. Il reflète une fois encore un climat de déconnexion de la sphère dirigeante et de la réalité de la France. Il souligne une fois encore que la refondation de la démocratie française devrait être la grande priorité de l’heure.

Maxime Tandonnet

max t

Ancien conseiller à la Présidence de la République sous Sarkozy, auteur de plusieurs essais, passionné d’histoire…
Copyright obligatoire en cas de citation ou de transmission de cet article, vous pouvez le copier: Maxime Tandonnet pour Maxime Tandonnet – Mon blog personnel

Nous aimons la liberté de publier : à vous de partager ! Ce texte est une Tribune Libre qui n’engage que son auteur donc en aucun cas Observatoire du MENSONGE

Dessin de couverture par BERTH pour URTIKAN



Vous voulez nous soutenir ? Alors abonnez-vous maintenant !

parution chaque samedi – 12 € par an 

Validation sécurisée du formulaire de paiement en cliquant ICI

En cadeau, pour tout abonnement à Semaine du MENSONGE, vous recevrez mon dernier livre en PDF « à travers mes commentaires »(V2)

*****

NB : vérifiez que notre mail n’arrive pas dans vos indésirables…

Observatoire du MENSONGE est présent dans 178 pays, suivi par + 200.000 Lecteurs avec plus de 60 auteurs qui contribuent à son succès.  Merci à tous ceux qui nous suivent,  qui partagent et qui nous soutiennent. 

La vérité dérange souvent en politique : mais nous devons la dire !
Pour cela votre contribution est essentielle.
Sans votre aide financière, le site disparaitra.
Observatoire du MENSONGE est le premier site de l’opposition en France et vaut bien votre contribution..

N’hésitez pas à commenter après cet article ! Vous pouvez utiliser un pseudo et votre adresse mail n’apparaitra pas…

Retrouvez Observatoire du MENSONGE sur Facebook en cliquant ICI

3 commentaires

  1. Ne croyez- vous que ce sont les Français les vrais responsables : ils s’agenouillent face à des gens haineux et se moquent bien des blancs assassinés par la racaille. Ils sont murs pour une nouvelle occupation, en cours.

    Aimé par 1 personne

  2. La droite ? Quelle droite, elle n’existe plus ou pas, question de rhétorique. LR est devenu un petit parti de notables, qui ne veut surtout pas faire de vague et se tait lamentablement. Le vote de Marseille est une ignominie qu’il faudra bien faire payer à LR au prix fort. Ne l’oublions pas lors des prochaines élections.

    Aimé par 1 personne

  3. Macron a choisi Castex parce qu’il provient de l’ENA, qu’il sera corvéable à souhait et en prime, le Président lui a choisi son directeur de cabinet et son chef de cabinet. La France est bien devenue rapidement une république de pacotille.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.