Le virus du mépris

Dans l’approche générale qui préside au traitement politique et médiatique de la crise du covid 19, un mot s’impose avec force: celui de mépris.

Le virus du mépris

Par Maxime Tandonnet

Dans l’approche générale qui préside au traitement politique et médiatique de la crise du covid 19, un mot s’impose avec force: celui de mépris.

Il est une bonne vieille tradition idéologique française, à l’image du médecin de Molière, s’adressant à une servante: « vous êtes rétives aux remèdes, mais nous saurons vous imposer la raison »; puis Jean Jacques Rousseau, « Ils seront forcés d’être libres »; Saint Just, persécutant « les ennemis de la liberté »; jusqu’à Thiers qui voulait faire taire la « vile multitude » en supprimant le suffrage universel (1850).

Depuis hier, un sondage Ifop fait la une des médias radios télévision: 60% des Français ne respectent pas les règles du confinement! L’esprit de cette enquête et la diffusion gigantesque qui lui est donnée par les radios et télévisions en dehors de la moindre approche critique, est symptomatique de l’air du temps putride qui empoisonne l’atmosphère de ce pays. Cela recouvre ainsi des personnes qui ont dépassé de quelques minutes la limite d’une heure pour sortir de chez soi ou du kilomètre de rigueur, ou bien qui ont dû, dans une rue vide de toute passant, baisser 10 secondes leur masque pour respirer ou chasser la buée des lunettes. Ce sondage montre que le naufrage de la France dans l’asservissement bureaucratique, sous l’effet de la peur, ne se limite pas à des choix politiques mais qu’il a envahi la sphère mentale de la France d’en haut, politique, administrative, sondagière, médiatique, « intellectuelle ».

Ce sondage révèle un esprit de délation banalisé à grande échelle: frapper les gens du sceau de l’infamie. La France dite « d’en haut » politico-médiatique désigne ainsi sa victime émissaire: la populace, la vile multitude, coupable de ne pas respecter les règles. Elle fait du pays profond le responsable de cette calamité et elle en appelle à son châtiment exemplaire en le privant le cas échéant de « Noël et des fêtes de fin d’année » comme si la « fête » (bouffer la dinde), était aujourd’hui la préoccupation essentielle d’une nation en ruine et dévastée par le chômage, le désœuvrement et le désespoir d’une grande partie de ses jeunes.
Coupable Madame Michu ! Coupables les sans-dents! Coupables les Gaulois réfractaires!
Elle s’exonère ainsi de ses propres responsabilités et de turpitudes dans le traitement de ce dossier depuis un an.
Pardon de me répéter: le scandale absolu n’est pas l’existence de ce sondage, ni même sa large diffusion, ni même l’état d’esprit répugnant dont il témoigne, mais l’instinct grégaire, la tyrannie du troupeau, l’absence de toute espèce de vision critique d’une pareille ignominie.

Maxime Tandonnet

max t

Ancien conseiller à la Présidence de la République sous Sarkozy, auteur de plusieurs essais, passionné d’histoire…
Copyright obligatoire en cas de citation ou de transmission de cet article, vous pouvez le copier: Maxime Tandonnet pour Maxime Tandonnet – Mon blog personnel

Nous aimons la liberté de publier : à vous de partager ! Ce texte est une Tribune Libre qui n’engage que son auteur donc en aucun cas Observatoire du MENSONGE

* 20% au 1er tour avec 50% de participation. 



Abonnez-vous, c’est gratuit, à notre chaîne en cliquant sur YOUTUBE

Retrouvez Observatoire du MENSONGE sur Facebook en cliquant ICI

Un commentaire

  1. Merci M. Maxime TANDONNET.

    Pour un Pouvoir qui a peur de son peuple (lequel ne lui appartient pas), son mépris révélé n’est que la rhétorique d’une méthode de ridiculisation pour exclure tout Citoyen qui oserait s’exprimer librement contre lui, pour combattre ledit pouvoir entre les mains de très mauvais gestionnaires , lesquels n’ont su rétorqué qu’en avouant leur fragilité.et leur incompétence, ..tout simplement.

    Par le mépris, il espère « excommunier » celui qui résiste, puis le tuer, en l’ignorant, comme du temps de l’Union soviétique, mais, un jour, le « grain de sable » a fait sauter le mur de la honte et de la peur.

    Quiconque se heurte à un peuple considéré comme « sans dents », « inutile »,et « sans rien » , celui-ci n’aura plus qu’un désir : abattre le mur pour ouvrir son cœur et rayonner en toute liberté , de ses propres ailes, aucun être humain ne supporte longtemps l’asservissement , encore moins les Gaulois , « dits réfractaires. »..par un président « hors sol ».

    Ce jour là, une fois de plus, il s’est décrédibilisé , voulant ignorer , par son insolence, la « Grandeur du Peuple de France » , et sa Magnifique histoire, même si celle-ci a été , parfois, semée de tragédies et drames en tous genres. Personne ne peut effacer impunément le Passé, surtout en l’insultant …sans devoir rendre des comptes…à celles et ceux qui ont construit la France et construisent , encore, à ce jour, la Nation…de façon concrète, et non par des mots restés sans suite…

    Même disparus, leur passé glorieux ne cessera d’ « Être toujours présent »…dans les cœurs bienveillants de vrais Françaises et Français qui sauront faire face aux ennemis de la France, quels que soient leurs rangs, grades et qualités, ..quoiqu’il en coûte, ils sauront abattre les « méprisants » qui ridiculisent leur Pays..aux yeux du Monde…

    Ils paieront leurs fautes en s’étouffant de leur « propre » mépris…

    Le Redoutable

Laisser un commentaire