La vox populi face à un chef d’État en perdition

Emmanuel Macron s’est ouvertement insurgé contre les Français, qu’il semble ne pas aimer depuis la fronde des Gilets jaunes, lesquels auraient blessé son orgueil.

La vox populi face à un chef d’État en perdition

Par Daniel Desurvire

Le 21 janvier 2021, devant un parterre de journaliste, Emmanuel Macron s’est ouvertement insurgé contre les Français, qu’il semble ne pas aimer depuis la fronde des Gilets jaunes, lesquels auraient blessé son orgueil. Ce dernier a fustigé ses compatriotes en ces termes : « Nous sommes une Nation de 66 millions de procureurs » ! Son agacement, voire son hostilité contre la Nation va encore plus loin, lorsque qu’un horticulteur de 25 ans au chômage, l’avait interpelé, lors des journées du Patrimoine le 16 septembre 2018, pour lui expliquer les difficultés de sa situation, à laquelle le chef d’État lui aurait répondu : « Je traverse la rue et je vous en trouve du travail » ! Ce 25ème président de la République aura réussi à devenir le plus méprisant des dirigeants français, devançant certes d’un poil son prédécesseur pour son persiflage contre les « Sans dents » ; les vieux ou les pauvres qui n’ont pas les moyens de réhabiliter leur mâchoire ; une anecdote que produisit Valérie Trierweiler dans son ouvrage « Merci pour ce moment ».

Quant à François Mitterrand, jamais ce chef d’État saluait sa garde, hors caméras, ni ne donnait de poignées de main à son petit personnel à l’Élysée, voire esquissait un sourire complaisant, même un regard gratifiant vers les gendarmes qui assuraient sa sécurité à Latche, sa bergerie landaise. Ce n’était que devant les médias qu’il daignait saluer les foules qui l’acclamaient. Hormis ce vernis à son personnage glacial et distant, c’était plutôt sur la tombe du maréchal Pétain qu’il livrait un soupir de nostalgie du temps où il servait la France de la collaboration nazie à Vichy. Qu’attendent donc les électeurs de gauche en choisissant de voter socialiste ? De la compassion, du patriotisme importé de l’islam, une gestion sociale favorable au Peuple français ? Que nenni, car c’est précisément du côté du cœur des hémicycles parlementaires que les citoyens auront été les plus bernés et les plus saignés !
S’agissant de cette allusion désignant les procureurs comme des inquisiteurs contre sa gestion catastrophique, Emmanuel Macron aura renouvelé son incapacité à faire son mea culpa devant son incurie récurrente adoubée de mensonges eu égard à moult promesses jamais tenues, notamment depuis l’épidémie du Coronavirus. Si nous pouvons comprendre qu’il est normal de trébucher devant le maquis de l’inconnu, faut-il encore avoir l’honnêteté de le reconnaître ; l’humilité étant mieux perçue que la morgue ! Or, ce pensionnaire de l’Élysée s’est contenté de se retrancher derrière l’adage : « Celui qui ne fait pas d’erreur, c’est celui qui ne cherche pas ». Nous aurions plutôt envie de lui répondre qu’il vaudrait mieux qu’il ne fasse rien, car tout ce qu’il produit, jusqu’à ce jour, ne fait qu’ajouter aux turlupinades qu’il jouait jadis sur scène sous la direction artistique de sa professeure Brigitte.
Une précision pourrait apporter un quelque savoir à ce chef d’État, sinon le sortir de son narcissisme dont l’arrogance frise l’outrage, sachant que ses discours empesés et ses apostrophes pathétiques finissent par excéder les citoyens. Pour ce faire, rappelons à ce prélat du pouvoir régalien que le procureur de la République est habillé de la robe d’un avocat du corps social. De sorte que ce dédain affiché contre la vox populi n’est pas une posture digne d’un patron de l’Exécutif. En réponse, du berger à la bergère, ses requérants disposent du droit légitime de le renvoyer, le moment venu, dans ses foyers amiénois aux prochaines présidentielles, si tant est que, dans l’intervalle, il ne subisse pas l’humiliation d’une destitution certes méritée.

Daniel Desurvire


Ancien directeur du Centre d’Étude juridique, économique et politique de Paris (CEJEP), correspondant de presse juridique et judiciaire. Daniel Desurvire est l’auteur de : « Le chaos culturel des civilisations » pointant du doigt les risques de fanatisme de certains cultes et de xénophobie de certaines civilisations, auxquels s’ajoutent les dangers du mal-être social, de la régression des valeurs morales et affectives ou de la médiocrité des productions culturelles, dont la polytoxicomanie en constitue l’un des corollaires. L’auteur choisit d’opposer le doute et le questionnement aux dérives dogmatiques et aux croyances délétères » (in, Les cahiers de Junius, tome III, “La culture situationniste et le trombinoscope de quelques intellectuels français” : Édilivre, 2016).


♣ ♣ ♣

Copyright obligatoire en cas de citation ou de transmission de cet article, vous pouvez le copier: Daniel Desurvire pour Observatoire du MENSONGE


♣ ♣ ♣


Quelques livres de Daniel Desurvire à acheter sur AMAZON.FR




Abonnez-vous, c’est gratuit, à notre chaîne

♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Pour savoir ce qui se passe en 🇫🇷 Lire Observatoire du MENSONGE

♦ ♦ ♦ ♦ ♦

SUIVRE gratuitement Observatoire du MENSONGE

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Reprenez votre liberté de penser : ne regardez plus les médias !

♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Nous vous remercions de nous soutenir par un petit geste financier.

OU sinon

Vous aimez nos articles ? Vous aussi vous voulez vous opposer ?

Soutenez notre travail en vous abonnant à Semaine du MENSONGE pour recevoir chaque samedi par mail le récapitulatif de nos articles.

Tarif 1,50 € par mois – minimum un an

NB : vérifiez que notre mail n’arrive pas dans vos indésirables

♦ ♦ ♦ ♦ ♦

♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Le livre sur  » L’absurde traitement du Covid-19 » Pourquoi une campagne anxiogène est menée par l’Exécutif, où le virus est devenu l’arme des industriels pharmaceutiques pour effrayer le peuple ? Pourquoi un vaccin ARNm, qui pourrait altérer le génome humain, fut-il imposé sans recul ni randomisation, en foulant les règles de la pharmacovigilance ? Pourquoi les Ehpad sont-ils devenus des laboratoires de cobayes, où il s’y pratique la sédation par le Rivotril® pour libérer des places dans les CHU, là où l’État y a confisqué des milliers de lits en soins intensifs ? Par Daniel Desurvire en exclusivité sur amazon.fr

L’ignorance est la nuit de l’esprit
et cette nuit n’a ni lune ni étoiles.

8 commentaires

  1. Bonjour M. Collinet,

    Je viens d’écrire une réponse où je souligne la nécessité de soutenir le mouvement génération identitaire. J’ai de l’impression qu’il y a eu un blocage car j’ai reçu un message disant qu’il était impossible d’envoyer ce message. Je vais voir si celui-ci va passer.

      1. En aucun cas, la possibilité de censure par l’OBservatoire m’est passée par la tête. Mon idée de base a été qu’il y avait la possibilité quelque part qu’il y a une censure provenant d’un organisme (possiblement gouvernemental) qui a la possibilité d’agir comme ce fut le cas pour mon premier texte.

        1. Je partage vos doutes. Il se passe des choses étranges sur nos correspondances en ligne dont je subodore l’intervention illégale de l’Etat barbouze. N’ayant pas le courage d’agir légalement devant des tribunaux pour censurer les auteurs qui dérange leur combines et mystifications malfaisantes, ceux-là agissent exactement comme des hackers, sachant qu’ils ont le contrôle partout sur nos communications et sur l’information, profitant d’un public novice et perméable aux propagandes de l’Élysée. Certes, l’OdM en est affecté et ses auteurs piratés. Gageons que nous sommes les derniers résistants d’un régime autoritaire devenant subrepticement collectiviste. Solidairement et admiratif pour vos interventions courageuses et patriotes. Daniel Desurvire.

          1. Bonjour Monsieur Desurvire,

            Ces mots que vous avez écrits pour moi:
            « Solidairement et admiratif pour vos interventions courageuses et patriotes. Daniel Desurvire. »…
            Venant de Vous… me touchent profondément.
            Ils vont continuer à me donner le courage d’être toujours vrai, dans l’écriture toujours respectueuse d’autrui, dans l’expression de mes pensées et mes opinions.

            Encore un grand MERCI…

            Bien cordialement

            Christian Michel

  2. Macron est définitivement une caricature vivante d’une catégorie bien identifiée par les psychiatres : et psychanalystes : les pervers narcissiques. Pour ceux que cela intéresse, je renvoie à l’ouvrage de Paul-Claude RACAMIER (1924-1996) « Les perversions narcissiques » Paris 2012 – Ed. Payot et Rivages – où l’auteur nous donne l’impression de décrire le fanfaron de l ‘Elysée, comme s’il l’avait suivi en consultation.

  3. Macron est sans nul doute le plus mauvais président que la France a connu. En plus, il est dangereux et compromet l’avenir de nos enfants. Malheureusement en face, il n’y a plus personne pour s’opposer. Ce défaut d’opposition conduira à la catastrophe. L’avenir est entre nos mains par le bulletin de vote, pensez-y !

  4. Bonjour, je ne crois pas à la possibilité de destituer le président. Les Français n’ont pas la culture d’agir en politique, ils sont passifs, laissent faire et osons l’écrire trouillards. Quand un ministre, en l’occurrence Darmanin, va supprimer un mouvement, Génération Identitaire, parce qu’il défend les Français, nous devrions tous réagir. D’autant que le même ministre laisse les flics se faire attaquer, laisse les voyous agir en toute impunité à chaque manifestation. Dommage mais c’est ainsi.

Laisser un commentaire