« Le vrai scandale, c’est de n’avoir créé aucune place de réanimation »


Si la situation des réanimations est présentée comme « inquiétante » pour justifier l’annonce de nouvelles mesures restrictives elle est, en réalité, la même qu’en période hors-Covid.

« Le vrai scandale, c’est de n’avoir créé aucune place de réanimation »

Par Bas les masques

Si la situation des réanimations est présentée comme « inquiétante » pour justifier l’annonce de nouvelles mesures restrictives elle est, en réalité, la même qu’en période hors-Covid. Et la coopération désormais efficace entre les hôpitaux publics et le secteur privé ne doit pas faire oublier qu’une amélioration de la prise en charge des malades est possible mais ne dépend que d’une volonté politique, comme l’indique à Bas les Masques le docteur Marc Fitoussi, chirurgien vasculaire.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

BLM : Vous exercez dans plusieurs établissements privés, que pensez-vous de la situation actuelle ?

Marc Fitoussi : Il faut avoir avoir à l’esprit l’historique de cette situation. En mars 2020, lors du premier pic épidémique, les pouvoirs publics avaient donné la consigne de garder les malades dans le secteur public et de ne pas les transférer dans des structures privées. Quand les personnels administratifs sont partis des hôpitaux, ce sont les médecins qui ont pris le pouvoir. À ce moment-là, les hôpitaux publics n’ont jamais aussi bien tourné. Puis le secteur privé s’est mis a accueillir des patients, et les médecins du privé ont travaillé bénévolement (à l’heure actuelle, pas un centime ne leur a été versé). Et maintenant on voit que le gouvernement veut à l’inverse réquisitionner les lits du secteur privé.

En période hors-Covid, il y a un pourcentage très important de lits de soins aigus (soins de courte durée) dans l’hôpital public qui pourraient être transformés en lits de soins long séjour ou de psychiatrie, deux secteurs qui en manquent cruellement. Concernant les lits de réanimation, le manque est déjà criant. Même en temps normal, hors période de Covid, il n’est pas rare qu’un patient tourne sur le périphérique parisien pendant deux heures en attendant de trouver une place…

À présent, la coopération entre le public et le privé est-elle fluide ?

Dans la période actuelle Covid, la coopération entre public et privé fonctionne désormais correctement, bien que ce soit toujours le public qui donne les ordres. Le privé et le public sont tout à fait complémentaires et ont toujours travaillé, si ce n’est ensemble, en tout cas dans la même direction. Le vrai scandale de cette période est de n’avoir créé aucune nouvelle place de réanimation en un an. Et contrairement à ce qui est souvent dit, ce n’est pas un problème de ressources humaines.

Les hôpitaux privés pourraient accueillir davantage de patients ?

D’une manière générale, il n’y a pas de lits vacants dans les établissements privés à l’heure actuelle. Le gouvernement a demandé un état des lieux des places de réanimation dans le privé. Nous avons tout ce qu’il faut, nous avons des respirateurs, du matériel, etc. Le privé pourrait sortir plus de lits de réanimation, mais n’en a pas l’autorisation. Ce sont les Agences régionales de Santé qui décident.

Proposer une information sérieuse, de qualité et libre est devenue un enjeu démocratique

Copyright obligatoire en cas de citation ou de transmission de cet article, vous pouvez le copier : Bas les masques

★ ★ ★ ★ ★

Autre article de Bas les masques à lire :

QR code dans les restaurants : « On va nous stigmatiser ! »

Abonnez-vous gratuitement à notre chaîne


Pour savoir ce qui se passe en 🇫🇷 Lire Observatoire du MENSONGE


Vous aimez ? Merci de nous aider !

L’ignorance est la nuit de l’esprit
et cette nuit n’a ni lune ni étoiles.

Un commentaire

  1. Mieux, comme je viens de le découvrir sur ce site, article Réelle info, le gouvernement ferme deux grands hôpitaux parisiens : Bichat et Beaujon ! Cela va encore appauvrir les capacités d’accueil des hôpitaux et cela n’a pas empêché le présidnet Macron de déclarer qu’il y aurait 10.000 lits en réa. Qui peut encore croire à ses balivernes ?

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.