Journée de M. d’un Français en 2021

“Pour vivre, laissez vivre.” (Citation de  Baltasar Gracian y Morales). Autant dire que depuis un an, la vie est devenue impossible.
#CouvreFeu = maintien du #confinement !

Journée de M. d’un Français en 2021

Par Alex Blingbling

Une fable d’aujourd’hui…

Préambule : disons-le tout net, le gouvernement nous a encore enfumé avec son faux déconfinement car le maintien du couvre-feu c’est bien le maintien du confinement !

Cinq heures du matin, le réveil sonne et je me lève pas comme d’habitude. Le gouvernement a changé ma vie avec son état d’urgence et surtout son couvre-feu.
Je vais déjeuner les céréales autorisées par le ministère de l’Écologie qui m’a supprimé le beurre et le lait. C’est tout juste si je peux boire un bon café.

Six heures trente, c’est l’heure du départ et je mets mon masque que je porterai toute cette putain de journée.
Je prends mon train de banlieue bondé pour arriver à la gare de Lyon et là presque machinalement je m’engouffre dans un métro plein à craquer.
Les mesures barrières, c’est pour les médias pas pour nous les travailleurs.
Là, ce sont des mesures fantômes.

Enfin, j’arrive vers sept heures à ma destination finale du jour : mon travail !
Je pensais, en essayant de respirer dans les transports, à mon grand-père, pétainiste avant l’heure en 1936 et gaulliste après l’heure en 1946 qui me disait toujours « la vie est belle ».
Je me surpris à lui dire :
« Pépé, ne revient pas sur terre, car la vie est devenue pourrie : on n’est juste là pour survivre et encore, on ne sait pas pour combien de temps. »

Arrivé au bureau, je me plante, comme tous les jours devant la machine à café, lieu de rencontre et de détente par excellence. Un petit express et hop la journée de travail peut démarrer.
Sauf que du fait des confinements et du couvre-feu, il ne reste pas grand chose à faire.
Mais bon, ainsi, j’ai l’impression d’exister.
Charlie Chaplin, avec son fameux film « Les temps modernes », serait bien ennuyé aujourd’hui.
Notre société tourne au ralenti, à vide, et malgré un semblant de vie ici ou là, quelle tristesse.
Et le pire est encore à venir avec ce nouveau confinement qui viendra doubler le couvre-feu tant que le pays n’aura pas été vacciné que déjà on évoque une nouvelle vague donc un possible re-confinement. Ce n’est plus un gouvernement mais un bateau ivre !

Là, avec les pitres au pouvoir, pas de souci, la France ne sera pas vaccinée de sitôt, puisqu’à peine a-t-elle commencé la vaccination, qu’elle n’a déjà plus de doses.
L’excuse donnée par le ministre de la Santé m’a littéralement laissé baba : « Pfizer doit faire des travaux dans son usine et suspend les livraisons ».

D’après un de mes amis, comme on dit bien informé, la réalité serait, comme pour les masques, une simple histoire de paiements que la France n’arriverait pas à honorer.
Mais ne le répétez pas car cela me vaudrait de sérieux ennuis.
On est en liberté ? Hein !

Que penser également de ce vaccin anglo-suédois suspect d’être dangereux et que certains pays ont purement et simplement stoppé ?

Heureusement il y a la cantine, où je peux quand même déjeuner et voir quelques collègues.

L’après-midi se déroule sans souci et après la sieste réparatrice, quelques coups de téléphones c’est ensuite retour à la casa.

Sitôt arrivé au bercail, j’ai pris rendez-vous pour mon fils avec un psy puisque c’est Macron qui paiera la note.
J’aime bien quand le Président dit vouloir « l’introduction d’un forfait psy pour les enfants et adolescents déprimés en raison de la crise du coronavirus ».
Sauf que celui qui paie au final ce ne sera ni Macron ni ses ministres ni les médias donneurs de leçon ou plutôt de propagande mais bien le « con-tribuable ». Et quand il faudra payer, il y en beaucoup qui ne rigoleront plus.
Parce qu’il faudra payer !
Dix séances seront prépayées comment et quand, faudrait peut-être pas trop en demander.
Une seule séance aurait suffi en séminaire pour ce gouvernement où règnent l’incompétence et la plus totale gabegie.
Il leur faudrait aussi quelques cours sur le réalisme et la réalité, le concret quoi !
En attendant, j’ai aussi appris que l’on aurait une commémoration pour CENT MILLE morts du COVID (Déclaration du ministre Attal, porte-parole de Macron) et même à Paris, la Reine-maire Anne Hidalgo veut « construire un lieu de mémoire active« , au point où en est la France, une connerie de plus ou de moins ne devrait même pas se remarquer… Et, cela fera des sorties à faire en famille sans autorisation…

Je vais pour me coucher quand j’apprends que, vraisemblablement, il faudra une troisième dose du vaccin Pfizer au bout de six mois : c’est pas gagné cette histoire.

Le mur du con a été franchi désormais à vitesse supersonique.

Alex Blingbling de La Rolex,

Comte de Fouquet par ma cousine

“J’ai divisé la société en deux catégories : mes amis ou mes cons à moi et les cons des autres que je ne supporte pas.” Michel Audiard
Auteur, entre autres de:  Vous avez voté socialistes ? Payez maintenant ! Et de Vous avez voté Macron? Payez maintenant ! De Bienvenue chez nous… ou Le marquis du Touquet devenu roi
 Copyright obligatoire en cas de citation ou de transmission de cet article, vous pouvez le copier: Alex Blingbling de La Rolex pour Observatoire du MENSONGE

Abonnez-vous, c’est gratuit, à notre chaîne

14 commentaires

  1. Article bien vu et bien écrit aussi. C’est très amusant et plein de trouvailles.

  2. Super la phrase avec votre pépé ! Sinon d’accord sur toute la ligne de votre édito. Au gouvernement, ils ont vraiment pété les plombs et pris les Français pour de braves cons.

    1. Oui Dorothée et maintenant, ils ne s’en cachent même plus : c’est en direct et tous les jours. Quand Castex s’adresse aux Français, il apparait comme surexcité et nerveux, ce sont des signes cliniques sérieux.

  3. Article exceptionnel, humour et réalisme sont au rendez-vous : je partage !!!!

    1. C’est éclatant de réalisme et nous montre notre vie aujourd’hui : une vie de m…

    2. Des phrases drôles, du bon sens, mais aussi notre vie quotidienne bien dépeinte à travers cet artciel que je qualifie de génial.

Laisser un commentaire