Manifeste pour le rétablissement de la démocratie en France

EXCLUSIF : Si les Français ne se réveillent pas en 2022, la Constitution finira comme un trophée de chasse après être passée entre les mains des taxidermistes de l’Élysée... Chapitre 1

Pour soutenir Observatoire du MENSONGE, abonnez-vous annuellement au tarif unique de 2 € par mois***, choisissez votre moyen de paiement sécurisé ci-dessous :

*** En cadeau, pendant la durée de l’abonnement, vous recevrez gratuitement, chaque samedi, Semaine du MENSONGE (Valeur 18 €)

Manifeste pour le rétablissement de la démocratie en France

Par Daniel Desurvire

Chapitre 1

A – Comment une dictature peut s’insinuer dans l’inconscient collectif, aveuglé dans le brouillard d’une confiance molle qui rend le public inoffensif donc vulnérable, car affaibli par son absence de discernement et de lucidité, d’où l’insuffisance de recul pour comprendre le sens de l’évolution de l’histoire

1°) Une part de notre patrimoine culturel qu’il faut transmettre pour la postérité

La démocratie et la Constitution sont les prémices d’un paradigme civilisateur tellement évident et inaliénable pour notre culture occidentale, que peu d’observateurs n’ont le loisir d’en inventorier ce qui l’en reste vraiment, passé les estocades législatives et réglementaires passé les deux dernières mandatures présidentielles. De fait, nos libertés se consument de façon presque imperceptible mais inexorablement, dans le brouillard d’évènements qui masquent les réalités dissimulées sous des faits d’actualité placés en exergue, lesquels prennent toute la place dans notre quotidien. Nous en voulons pour exemple les attentats perpétrés par des terroristes musulmans, ou d’une pandémie comme la Covid-19. Le juriste observera qu’à l’occasion de chacun de ces drames, le pouvoir régalien, incarné en France par l’oligarchie sociale-démocrate, en profite pour laminer à chaque fois un morceau des droits naturels, soit au nom de la sécurité, soit au nom de la santé publique, respectivement pour chacun de ces mobiles qui dédouanent le législateur.

Or, l’incroyable se produit, dès lors que le public accepte – sans rechercher, vérifier ni suspecter l’existence de motifs sous-jacents – l’opportunité et la loyauté de décisions d’un chef de Gouvernement ou du chef d’État, conférant ipso facto à l’Exécutif un blanc-seing. Sans garde-fou, ce pouvoir politique, ainsi pourvu d’un champ d’action exorbitant, prend alors toutes les audaces devant l’absence d’une prise de conscience et du contrôle des représentants du peuple, puis de la censure électorale de la vox populi. Pour appréhender le relief délétère de ces manœuvres politiques liberticides, subreptices et sournoises, lesquelles tendent irrésistiblement vers la tentation d’un régime jupitérien sous les dehors lénifiants d’un État providence, laissons-nous transporter quelques décennies auparavant, à une époque où l’expansion économique et sociale ne laissait que peu de place à l’établissement d’une souveraineté interventionniste aux plus hautes marches du pouvoir.

Dans les années 60, une période dominée par le baby-boom, les mouvements féministes, l’expansion et la reconstruction de la France avec encore les effets bénéfiques du plan Marshall, des certitudes s’étaient figées quant à l’idée que nul ne pouvait remettre en cause les acquis sociaux et les droits naturels. Une telle éventualité paraissait insoutenable, nonobstant les désastres humains des régimes maoïstes et soviétiques à l’Est du vieux continent, dont l’édification du mur de Berlin le 12 août 1961. Or, la France, encore bercée par l’allégresse patriotique de la fin du règne nazi, de la révolution sexuelle puis de la délivrance de la condition féminine, n’aurait jamais cédé d’un iota les postulats qui présidaient aux libertés inaliénables de la Constitution. L’ascension du pouvoir d’achat dans une société de loisirs nouveaux, de consommation en progression exponentielle et le droit de manifester, furent marqués par les évènements de mai 1968.

À suivre

Daniel Desurvire


Ancien directeur du Centre d’Étude juridique, économique et politique de Paris (CEJEP), correspondant de presse juridique et judiciaire. Daniel Desurvire est l’auteur de : « Le chaos culturel des civilisations » pointant du doigt les risques de fanatisme de certains cultes et de xénophobie de certaines civilisations, auxquels s’ajoutent les dangers du mal-être social, de la régression des valeurs morales et affectives ou de la médiocrité des productions culturelles, dont la polytoxicomanie en constitue l’un des corollaires. L’auteur choisit d’opposer le doute et le questionnement aux dérives dogmatiques et aux croyances délétères » (in, Les cahiers de Junius, tome III, “La culture situationniste et le trombinoscope de quelques intellectuels français” : Édilivre, 2016).


♣ ♣ ♣

Copyright obligatoire en cas de citation ou de transmission de cet article, vous pouvez le copier: Daniel Desurvire pour Observatoire du MENSONGE


♣ ♣ ♣


Les mensonges entre l’avoir et le pouvoir. Une oeuvre magistrale de Daniel Desurvire pour comprendre ce qui se passe en France en temps de pandémie…
Un livre à lire et aussi à offrir. Disponible également en format Kindle.

Achat sur AMAZON en cliquant ICI

                                                                    Une exclusivité

Découvrez le dernier livre publié par Daniel Desurvire qui dérange considérablement le pouvoir et les médias de la caste :

Pour acheter le livre sur AMAZON.fr c’est ICI

Existe aussi en format « KINDLE » :

Quelques livres de Daniel Desurvire à voir sur AMAZON.FR




♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Le livre sur  » L’absurde traitement du Covid-19 » Pourquoi une campagne anxiogène est menée par l’Exécutif, où le virus est devenu l’arme des industriels pharmaceutiques pour effrayer le peuple ? Pourquoi un vaccin ARNm, qui pourrait altérer le génome humain, fut-il imposé sans recul ni randomisation, en foulant les règles de la pharmacovigilance ? Pourquoi les Ehpad sont-ils devenus des laboratoires de cobayes, où il s’y pratique la sédation par le Rivotril® pour libérer des places dans les CHU, là où l’État y a confisqué des milliers de lits en soins intensifs ? Par Daniel Desurvire en exclusivité sur amazon.fr

Abonnez-vous, c’est gratuit, à notre chaîne en cliquant sur YOUTUBE

5 commentaires

  1. La démocratie n’existe plus parce que les citoyens ne sont plus concernés que par les vacances… Pas par la liberté !

  2. Magnifique article superbement illustré mais mon commentaire ne va pas vous rassurer : en effet, les Français ont déjà montré qu’ils étaient soumis et qu’ils re-voteraient en 2022 comme en 2017. L’affrontement est déjà mis en place depuis janvier 2021 par les médias et dans ce pays, c’est la télé qui décide.

  3. J’ai vraiment aimé cette prise de position franche et nette qui sort du blabla des médias.

  4. C’est franchement un bel article et quelle belle trouvaille que de qualifier le gouvernement de « taxidermiste », j’adore!

Laisser un commentaire