1938 à 2021 : il n’ y a qu’un pas !

Conseil constitutionnel et collabos

Chers Lecteurs, ne souhaitant pas être une presse aux ordres, nous ne recevons aucune subvention de l’État. Nous avons donc besoin de votre soutien pour poursuivre la réinformation. Votre apport quel que soit son montant est vital.

Soutenez Observatoire du MENSONGE pour que la réalité soit connue et perdure :

1938 à 2021 : il n’ y a qu’un pas !

Par Daniel Desurvire

Conseil constitutionnel et collabos

I – Petit rappel du climat orchestré par l’État-Macron

Le Conseil constitutionnel a validé une loi contraire à la Constitution, car liberticide, ségrégationniste et tyrannique. Pourquoi ! Devinons sans peine que l’auteur de cet incroyable camouflet à la démocratie ne saurait autrement qu’être l’œuvre d’un autocrate qui n’accepte que lui-même dans la hiérarchie des pouvoirs. En l’occurrence, cet exterminateur des libertés, en la personne d’Emmanuel Macron, aura réussi l’incroyable record d’annihiler quelques 230 ans d’histoire révolutionnaire, en massacrant les textes législatifs, en confisquant les audiences au deux chambres parlementaires et au système judiciaire, en plaçant les citoyens français en résidence surveillée comme s’il s’agissait de repris de justice.

Tout cela en usant d’un mobile fallacieux : un virus qui n’a rien fait de plus que la grippe dite de Hong Kong, la souche A(H3N2), laquelle provoquait des œdèmes pulmonaires et des expectorations de sang, causant en France 31 000 morts. À cette époque, entre décembre 1969 et janvier 1970, il n’y eut ni état d’urgence, ni confinement, ni couvre-feu, mais les services sanitaires français avaient les moyens de soigner les malades, disposait du personnel et du matériel nécessaire, dont des équipements en réanimation et des lits en soins intensifs.

Qu’en fut-il sous la législature présidentielle d’Emmanuel Macron ? Tout le contraire, puisque depuis la législature de son prédécesseur, des dizaines de milliers de lits en réa, de places et de matériels furent supprimés ainsi que de nombreux d’emplois dans les établissements hospitaliers, avec la purge drastique des séjours d’accueil en soins et l’étranglement des moyens sanitaires par la politique irresponsable de réduction des coûts de production. De sorte que le pays, en pleine crise épidémique durant la première moitié de l’année 2020, aura été contrainte d’envoyer ses malades se faire soigner dans les pays voisins, comme si la France était désormais devenu un pays du tiers-monde. Pire encore, pour ne pas encombrer les hôpitaux, les pensionnaires des Ehpad furent rivotrilisé à l’aide d’un décret facilitant l’accès à une molécule létale ; leur sédation sur place permettant de libérer des lits dans les CHU.

Tous les prétextes furent bons pour comptabiliser les morts, même ceux qui ne le furent pas de Covid-19, en trafiquant les certificats de décès par la corruption financière. Cette mascarade et ces crimes sur nos séniors taxés de vies résiduelles, ne furent fomentés que pour instaurer la peur et faire accepter au peuple français des mesures d’enfermement et d’éradication des libertés. Entre les patients souffrants de maladies diverses qui n’avaient plus accès aux CHU et les remises aux calendes grecques d’interventions chirurgicales, l’excuse captieuse de Covid était évoquée dans les médias et les textes du Gouvernement pour prétendre sauver des vies, et faire croire que l’Exécutif focalisait tous ses moyens dans un but sanitaire et à dessein honorable.

Seulement le tiers des décès annoncés par le coronavirus en France furent effectifs, la différence revenant aux tricheries comptables des services de l’État pour servir une propagande politique et instaurer un climat anxiogène. Cette psychose collective aura simultanément provoqué des pathologies psychiques et somatiques, des suicides, des divorces, des ruptures d’études estudiantines et des faillites professionnelles par cessation d’activité ou des paiements. Les ordonnances médicales de somnifères et les neuroleptiques faisaient pléthore, et les médecins libéraux constataient une fièvre de pathologies dépressives chez leurs patients. La débâcle économique, nonobstant des aides seulement retardataires, prélevées sur les caisses des cotisants et des contribuables, sonnent aujourd’hui la charge d’une catastrophe globale annoncées unanimement par les instituts socio-économiques indépendants.

Jamais une telle calamité sociale, économique et financière n’aura brisé la France aussi vite et autant que la politique de destruction de l’État-Macron depuis la dernière Guerre mondiale. Puis vînt le vaccin miracle, sorti des laboratoires d’apprentis-sorciers, qui donna corps à l’excuse de cette gabegie nationale, mais aussi mondiale eu égard aux lobbyisme du Big Pharma, du Big Data d’où les Gafam, des marionnettistes de la haute finance mondiale, dont la grande confrérie du Word Economic Forum de Davos (WEF, Great Reset) et du Centers for Disease Control and Prevention (CDC). Dans cette vaste conjuration, la réalité, pour les citoyens, est enfouie dans les strates de la corruption politique et de la prévarication à tous les étages de ces mises en scène macabres, où se conjuguent le pouvoir et le profit.

Derrière l’excuse de cette pandémie, la Covid, qui aura quasiment cessé de tuer dès le mois de novembre 2020, ne laisse que de présumés malades dès lors que ceux-ci sont testés positifs, afin de perpétuer le plus longtemps possible la peur d’un virus, dont la contamination a été désactivée, au fil de ses mutations, de son agressivité pathogène. Vraisemblablement surpris par la survenance brutale de cette pandémie qui traversé tous les continents, il est raisonnable d’admettre que les mesures de confinements prises au départ, dès le premier trimestre 2020, aient été animées par la peur de l’inconnu. Or, dans le semestre qui suivit, il aura paru évident que la Covid-19 n’était ni le virus Ébola, ni autre peste dévastatrice, en tout état de cause bien moins que la grippe dite espagnole et pas davantage que la grippe dite de Hong Kong vue plus haut.

Ce pourquoi, les prolongements drastiques et liberticides qui suivirent furent fatalement animés par d’autres intentions, davantage liées à des profits autour de contrats opaques donc juteux, qu’à de prétendues mesures prophylactiques annoncées avec fracas par des dirigeants politiques possiblement en affaire avec les industries pharmaceutiques. Tel est le cas notamment avec Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne, l’épouse du directeur Heiko Echter van der Leyen directeur médical d’Orgenesis Inc. ; Société de biotechnologie spécialisée dans les thérapies cellulaires et génétiques (Source, Alexandre Goldfarb, OdM du 4 août 2021). De tels liens suspects ne sauraient être innocents, sachant qu’il existe une relation avec les décisions judiciaires de bioéthique et de santé, ainsi le jugement rendu par la CEDH du 20 mai 2021 (n° 49933/20), où les mesures de confinement furent comparées à des mesures d’assignation à résidence par les plaignants, à l’appui de l’article 5, § 1 de la Convention des 1950 qui protège le droit et à la sûreté (Convention de sauvegarde des droits de l’homme et des libertés fondamentales, Rome, 1950).

Mais la Cour aura bizarrement statué en faveur d’une prétendue préservation de la vie humaine, alors même qu’à cette date, la mortalité par suite d’infections à Covid-19 était réduite à presque rien en Roumanie où la procédure fut lancée, comme en France et dans l’espace Schengen. En échange, EudraVigilance (réseau européen des études cliniques sur les médicaments dans l’EEE) annonçait 11 000 décès dus aux vaccins anti-Covid sur le vieux continent (ex. : vaccination Vaxzevria d’où le syndrome thrombopénique [STT]) ! Comprenons bien que si l’Exécutif ne peut plus annoncer de mortalité, même sous le manteau de comorbidité et de tricheries aux certificats de décès, cela constitue la preuve que le virus n’a plus d’effet gravement nocif sur la santé des populations, à quelques exceptions près qui ne font pas la règle. Or, il faut néanmoins écouler les vaccins – corruption oblige, – voire surdoser les prescriptions de deux à trois injections par individu, pour liquider les commandes massives orchestrées par les lobbies du Big Pharma. Même si les recettes vaccinales deviennent obsolètes, cash-flow, bakchichs et passe-sanitaires sont toujours en embuscade !

Rien ne semble pouvoir stopper les ardeurs calamiteuses de dirigeants, tels Emmanuel Macron et sa cour de catéchumènes exaltés. Ce chef d’État se trouve doublement servis par l’inertie de nos compatriotes, pour inventer de nouveaux scénarii mortifères, afin de maintenir la psychose et peaufiner sa dictature présidentielle. Durant ce carnavalesque chantier de vaccinations à l’aide de formules rapidement obsolètes, sans essais cliniques ni principes de précaution observés, ces prétendus antidotes n’empêchent nullement la propagation du virus, voire en augmente la contagion par le processus-même des vaccinations qui favorisent les mutations virales (les variants de l’alpha à l’oméga). De sorte qu’il faudra déjà un troisième rappel, puis des renouvellements de séries vaccinales tous les ans, voire tous les semestres. Puis un passe-sanitaire fut légiféré et réglementé, obligeant tous les citoyens à le présenter pour les choses de la vie courante et à le mettre sans cesse à jour, autorisant la ségrégation et les licenciements arbitraires. Comme si cela n’y suffisait pas, un passeport fut introduit pour les salariés et les demandeurs d’emploi, dit de prévention, avec en filigrane les mêmes motifs et les mêmes sanctions civiles et pénales, toujours pour contraindre et asservir.

Voici dressé un tour d’horizon de cette chute en avant, ici dénommée le péril de l’État-Macron, non spécifiquement virale mais politiquement organisée, dont le lecteur trouvera moult détails informatifs dans mes précédents articles et ouvrages publiés par l’Observatoire du Mensonge. Cette sinistre ambiance maintient le noir décor tissé de fake news par ces élus, lesquels profitent du désarroi et du chaos qu’ils organisent à l’aide des médias serviles, tout en censurant les informations qui mettraient en défaut leurs inquiétants projets. Pour ce faire, la liberté d’expression se mue en délit d’opinion, les sanctions civiles et pénales rôdent autour des opposants, intellectuels et autres patriotes actifs. L’inquisition fomentée par le pouvoir régalien est organisée d’un côté entre des légions de mercenaires médicaux, soutenus par des miliciens collaborateurs fidèles au régime sous l’empire d’une nouvelle ségrégation, et par ailleurs combattue par les citoyens qui refusent de servir de cobaye et de receleurs de dirigeants corrompus, puis de se prêter à cette stratégie de passe sanitaire conçue pour ficher chaque profil, manipuler les opinions et neutraliser le libre-arbitre des électeurs.

Suite et fin demain

Daniel Desurvire


Ancien directeur du Centre d’Étude juridique, économique et politique de Paris (CEJEP), correspondant de presse juridique et judiciaire. Daniel Desurvire est l’auteur de : « Le chaos culturel des civilisations » pointant du doigt les risques de fanatisme de certains cultes et de xénophobie de certaines civilisations, auxquels s’ajoutent les dangers du mal-être social, de la régression des valeurs morales et affectives ou de la médiocrité des productions culturelles, dont la polytoxicomanie en constitue l’un des corollaires. L’auteur choisit d’opposer le doute et le questionnement aux dérives dogmatiques et aux croyances délétères » (in, Les cahiers de Junius, tome III, “La culture situationniste et le trombinoscope de quelques intellectuels français” : Édilivre, 2016).


♣ ♣ ♣

Copyright obligatoire en cas de citation ou de transmission de cet article, vous pouvez le copier: Daniel Desurvire pour Observatoire du MENSONGE


♣ ♣ ♣


Le quinquennat 2017-2022 entre psychose et délation

Le dernier soupir de la démocratie française résonne comme une oraison funèbre sur l’histoire des Lumières. Tandis que l’oligarchie la plus autoritaire d’Europe confisque les libertés et brandit la menace de répressions avec le passe-sanitaire, au motif de poursuivre une guerre pathétique contre un virion qui contamine certes, mais ne fait plus grand mal, tous les fondements de la vie privée et du libre-arbitre s’effondrent dans le silence glaçant d’un peuple qui ignore les vrais motifs de cette gabegie. La politique discriminatoire de cette législature sanctionne, par le délit d’opinion, procède à l’inquisition en se servant des citoyens pour les mettre dos à dos selon la formule machiavélique divide ut regnes, cela après avoir tué l’emploi, asséché l’économie et les finances nationales, puis encore foulé du pied la Constitution.

✎ Retrouvez tous les livres de Daniel Desurvire sur amazon.fr en cliquant ICI


Article à lire :

Haro sur les médecins non alignés derrière l’État-Macron ! #scoop 

Une ordonnance puis un décret, passés inaperçus dans les médias et aussi dans l’opposition, auront suffi pour la Macronie à prendre le contrôle du corps médical. 

Abonnez-vous, c’est gratuit, à notre chaîne en cliquant sur YOUTUBE

♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Pour soutenir Observatoire du MENSONGE , abonnez-vous annuellement au tarif unique de 2 € par mois***, choisissez votre moyen de paiement sécurisé ci-dessous :


Autre moyen de paiement proposé :

*** En cadeau , vous recevrez chaque samedi, pendant la durée de votre abonnement, Semaine du MENSONGE, et ce gratuitement (Valeur du cadeau = 18€)

♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Vous pouvez aussi vous abonner en un seul paiement, au prix exceptionnel et préférentiel de 20€ (au lieu de 24€) et recevoir chaque samedi Semaine du MENSONGE, en choisissant votre mode de paiement ci-dessous :

Abonnement annuel

Soutenir Observatoire du MENSONGE

20,00 €

9 commentaires

  1. C’est toujours avec grand plaisir que je vous lis M. Daniel DESURVIRE, et , bientôt octogénaire, c’est avec joie que je reprend mes études de Droit sous votre « Houlette « .

    Un régal , un vrai, je n’en dirai pas autant de ces mauvais juges inconditionnels envers un pouvoir fourbe, félon qui n’aime pas la France.

    A lire ces zélateurs , je dira même plus : Ces « Séides » qui « déconstruisent « la France pour la faire mourir…en 2025…me font vomir..

    Nombreux sont celles et ceux qui ne peuvent plus les supporter , je le dis haut et fort.

    Sauf , de ci-de là, cahin -caha..quelques ignares qui parlent que , je cite : « Nous vivons en Europe, comme en Allemagne ! « , ( fin de citation), j’aurai tout entendu…tout vécu, bientôt, à entendre les « veaux » bêler…

    Pauvre France..!

    Tant de Morts Illustres qui aimaient notre Beau Pays . Pour que Vive une France LIBRE.

    Tant de sacrifices suprêmes : POUR RIEN !

    Je ne peux que vous remercier M. DESURVIRE à vous efforcer , toujours et encore…de « Réveiller » des consciences citoyennes endormies et DEVENUES INCULTES .

    L’Europe ne se construira pas , sans  » Une FRANCE LIBRE » et donc: Souveraine …

    En revanche, soulèvements, émeutes, et le pire ..pour clôturer …notre Belle Histoire de France…

    Devenu notre LOT QUOTIDIEN , effectivement, les années à venir ressembleront davantage aux années trente ,

    En conséquence, nous connaissons déjà la suite…
    Le Tigre

  2. C’est un article exceptionnel comme souvent avec M. Desurvire. Il faut lire cet article que je viens de partager.

  3. On s’aperçoit que les Français acceptent tout sans rechigner, c’est triste et décourageant.

  4. L’air de la macronie c’est celui de Vichy des années quarante, ni plus ni moins. On a la délation, la privation des libertés, la censure, etc. Tout pareil!!!

    1. vous oubliez la collaboration, et la déportation des juifs par le gouvernement de Pétain! Vous êtes en plein délire comme ce mr Survive qui parle aussi de collaboration, de prévarication, qui compare ce qui n’est pas comparable et qui vous abreuve de contre vérités. Et qui parle du vaccin comme l’invention du diable, n’est-ce pas plutôt lui le diable qui vous manipule et vous ment.

      1. Personne n’oublie rien mais il faut vivre avec votre temps : l’ennemi a changé aujourd’hui. Vous êtes grotesque avec vos insinuations. Je suis petit-fils de déportés donc je suis autant qualifié sinon plus que vous pour prendre position.

        1. Donc vous acceptez ces amalgames ignobles, cet antisémitisme larvé, ces étoiles jaunes sur les antivax, et ces comparaisons ignobles qui font passer un gouvernement démocratiquement élu pour une dictature. Et qui est l’ennemi, à part ceux qui répandent leurs mensonges et qui n’hésitent pas à accuser ceux qui se battent pour sauver des vies. Rappelez vous, en 33 ce sont les intellectuels qu’on a accusés, et notamment les scientifiques, alors si vous avez de la mémoire, vous devriez vous en servir et ne pas rester dans le sillage de ces apprentis sorciers, de ces bonimenteurs nauséabonds qui ne servent qu’une extrême droite à cours d’arguments.

          1. Votre commentaire confirme que vous êtes bien ignare parce que si vous connaissiez Monsieur Desurvire, vous sauriez qu’il est l’auteur de « L’histoire vraie sur Israël » un livre majeur reconnu mondialement et notamment en Israël pour sa véracité. Quant à votre façon de falsifier l’Histoire, elle est plus que bizarre. Par contre, je suppose que tous les politiques et intellectuels de gauche antisémites ne vous dérangent pas comme Esther Ben Bassa photographiée avec une écharpe tricolore, vous pouvez trouvez l’image sur Internet, en compagnie d’une arabe arborant l’étoile jaune avec ce texte : « muslim ». Manifestation où des slogans contre les Juifs ont été dits haut et fort…Ou quelques élus de la nation du parti socialiste pris en flagrant délit dans leur défilé où les manifestants en plein Paris scandaient « mort aux Juifs ». Dans cette manifestation, Jean-Luc Mélenchon avait déclaré qu’il n’avait rien entendu… Il doit être un peu sourd.
            Donc n’accusez ceux qui n’ont pas votre avis d’être antisémites quand ils ne le sont absolument pas.

          2. Je vis en banlieue de Paris, en attendant les racistes ne sont pas ceux que vous dîtes et dans ma ville , il n’y a plus aucun Juif, ils sont tous partis parce que véritablement en danger avec ce bien vivre ensemble. Alors, venez voir par vous même, cette France en guenilles que nous laisse la gauche. C’est vous qui pratiquez l’amalgame et qui utilisez la dialectique pour diaboliser l’Autre et c’est petit.

Laisser votre commentaire