EXCLUSIF ! Ce que les médias ne vous montrent jamais : des textes au JORF* pour faire propre sur fond de dictature.

Investigation au coeur du pouvoir

Par Daniel Desurvire

Des textes au JORF* pour faire propre sur fond de dictature

TROISIEME PARTIE

II – Le « passe-discriminatoire » ; la clé d’une dictature en marche

Autre décret aux allures inoffensives, mais qui laisse voir comment fonctionne désormais l’inquisition en France, par le biais de la délation et la résurgence des commissaires du peuple d’antan ; des miliciens et collabos chargés de débusquer les initiatives de contournement et manifestations d’individualité des professionnels de santé, lesquels voudraient pratiquer leur art selon leur conscience et leur libre-arbitre professionnel. Le décret n° 2021-1613 du 9 décembre 2021 affiche en son titre des dispositions prétendument « relatives à l’amélioration de la qualité et de la sécurité des soins ». Or, la notice indique expressément qu’il s’agit de remettre en question les dotations financières par des incitations, et de renforcer ces objectifs par des pénalités financières selon un processus de contrôle qui recueille des indications afin de les adapter à la montée en charge du dispositif… de rétorsion de l’État-Macron.

Sans doute, au vu des milliers de licenciements opérés contre les personnels non vaccinés dans les hôpitaux et cliniques, par suite de la loi « discrimination » du 5 août 2021 susvisée, les directeurs d’établissement regimbent à jeter à la rue des agents et internes en regard de la pénurie de personnels soignants obligeant les administratifs à fermer plus d’un quart de leurs services hospitaliers. Même les écoles de médecine et d’infirmiers sont aujourd’hui désertées par plus d’un tiers des postulants et étudiants, devant l’incroyable nettoyage des emplois et les mauvais traitements infligés à ces spécialités médicales qui refusent de prêter allégeance à la dictature qui s’est installée dans cette corporation.

Qui mieux peut connaître de l’inutilité des vaccins et leur dangerosité dans ces services où une large majorité des malades en soins dans ces établissements sont précisément des personnes vaccinées et revaccinées (113 admissions de vaccinés contre 81 non vaccinées recensés le 7 novembre 2021 par la DREES), et certes pas 90 % de non vaccinées comme l’annonça récemment Oliver Véran qui n’est pas à un mensonge prêt devant l’ingénuité de ses concitoyens anesthésiés devant leur téléviseur ? Même en arguant que ce comptage est pipé au motif que le nombre de vaccinés serait très supérieur au nombre de non vaccinés, ce qui est faux en regard des enfants de moins de 12 ans, le nombre d’adultes réfractaires et les milliers de réfugiés clandestins qui déambulent sur le territoire, n’y a-t-il pas de quoi s’interroger sur ces arrivées massives de personnes vaccinées dans les hôpitaux, sinon de devoir admettre l’évidence de l’inanité des vaccins anti-Covid actuels ? À quand la logique, le sens du discernement et la vérité l’emporteront contre les canulars et la corruption de nos élus ?

Ce foisonnement de règlements insanes n’est qu’un prolongement de mesures arbitraires, une armada pénale de substitution et/ou de renforcement répressif adossé à la loi scélérate du 5 août 2021 relative à la gestion anxiogène de la crise (n° 2021-1040) qui stigmatise les Français par des contraintes et la psychose. Ces obligations – sans dire obligatoires – deviennent ipso facto incontournables, car assorties de privations, de droits essentiels voire vitaux, et de lourdes sanctions pécuniaires, sinon de mesures carcérales contre certains professionnels non alignés à la politique ségrégationniste de l’oligarchie élyséenne.

Notons la réintroduction en droit français de la discrimination par des ausweis (passe sanitaire pouvant déboucher sur des refus de soins – hors le sas des urgences – en CHU) et des licenciements sans indemnités assortis d’interdiction de professer dans certaines catégories corporatives, à l’instar du régime de Vichy sous l’occupation nazie (article 9 du statut des Juifs en octobre 1940 et l’article 11 du statut discriminatoire de juin 1941). D’aucun penseront que la comparaison est excessive, alors que le processus contraignant découle du même principe pour d’autres allégations pas davantage excusables. Toute dictature procède du même cheminement subreptice et insidieux, celui que le public profane refuse d’admettre. Pourtant, c’est en usant de telles pratiques sournoises que cette imprudente incrédulité, par absence de vigilance citoyenne, devient réalité, dès lors que le peuple abandonne la démocratie à des élus malveillants, cupides et infatués.

À ces nombreux textes imprimés au JORF par le Gouvernement, la duperie s’exprime aussi sous des mots habillés de bonnes intentions et d’honorabilité feinte, ainsi en va-t-il avec la loi n° 2021-646 du 25 mai 2021 : « Loi pour une sécurité globale préservant les libertés ». Mais à la lecture de ce long texte de dizaines de pages, il n’apparaît jamais, à aucun endroit, la moindre mesure qui préserve lesdites libertés où quelque évocation clairement désignée qui énoncerait l’étiologie de ce mal cultuel et criminel (le Coran, le communautarisme intolérant de l’islam…). Quant à la sécurité globale, il ne s’agit dans cette loi que de menaces et de représailles contre les citoyens nationaux qui font de la résistance contre la pensée unique de cette social-démocratie collectiviste. Cette bien-pensance que manipule les faiseurs d’opinion sous le rideau du politiquement correct, condamne subrepticement les libertés, brasse, dépèce et fiche la vie privée des citoyens dont le journal intime s’achemine en peau de chagrin. L’obligation de présenter son QR code « Tous-anti-Covid » pour accéder dans de nombreux lieux publics (Loi du 5 août 2021 susmentionnée) en constitue l’une des clés que détiennent les maîtres du pouvoir exécutif. Ce corridor d’accès aux propriétés géolocalisantes et de dissection existentielle, autorise ou confisque aux citoyens le droit de vivre, lequel devra laisser de côté son libre-arbitre, ses choix de société et toute la confidentialité de son intimité. Une fois piégé dans cette cellule collectiviste, le citoyen devra emprunter la file obligée des insectes sociaux, tels les chenilles processionnaires à la mode des régimes communistes d’antan, sinon la Chine, la Corée du Nord ou Cuba encore aujourd’hui. Puis encore fleurissent dans ce texte des verrouillages électroniques contre les libertés ; celles de la conscience dans la trappe des mots-clés, de la presse et du livre frappés de menaces fiscales confiscatoires, mais aussi de tous les instants et en tout lieu par une surveillance de masse (IA, 5G, caméras à reconnaissance faciale, le crédit social à la chinoise…) qui viennent grever le quotidien des Français.

À suivre

Daniel Desurvire


Ancien directeur du Centre d’Étude juridique, économique et politique de Paris (CEJEP), correspondant de presse juridique et judiciaire. Daniel Desurvire est l’auteur de : « Le chaos culturel des civilisations » pointant du doigt les risques de fanatisme de certains cultes et de xénophobie de certaines civilisations, auxquels s’ajoutent les dangers du mal-être social, de la régression des valeurs morales et affectives ou de la médiocrité des productions culturelles, dont la polytoxicomanie en constitue l’un des corollaires. L’auteur choisit d’opposer le doute et le questionnement aux dérives dogmatiques et aux croyances délétères » (in, Les cahiers de Junius, tome III, “La culture situationniste et le trombinoscope de quelques intellectuels français” : Édilivre, 2016).


♣ ♣ ♣

Copyright obligatoire en cas de citation ou de transmission de cet article, vous pouvez le copier: Daniel Desurvire pour Observatoire du MENSONGE


♣ ♣ ♣


*JORF : Journal Officiel de la République française

☆☆☆ Retrouver la première partie en cliquant ICI et la seconde

Retrouvez les livres de Daniel Desurvire en cliquant ICI

En savoir plus : cliquer


♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Abonnez-vous, c’est gratuit, à notre chaîne en cliquant sur YOUTUBE

Pour soutenir Observatoire du MENSONGE , abonnez-vous annuellement au tarif unique de 2 € par mois***, choisissez votre moyen de paiement sécurisé ci-dessous :


Autre moyen de paiement proposé :

♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Vous pouvez aussi vous abonner en un seul paiement, au prix exceptionnel et préférentiel de 20€ (au lieu de 24€) et recevoir chaque samedi Semaine du MENSONGE, en choisissant votre mode de paiement ci-dessous :

Abonnement annuel

Soutenir Observatoire du MENSONGE

20,00 €

*** En cadeau , vous recevrez chaque samedi, pendant la durée de votre abonnement, Semaine du MENSONGE, et ce gratuitement (Valeur du cadeau = 18€)

By Observatoire du MENSONGE

Pour une opposition constructive et réelle, le site de l'opposition au marxisme et au fascisme, ni rouge ni noir mais bleu : L'info évitée par les médias est là sur Observatoire du MENSONGE

3 thoughts on “Investigation au coeur du pouvoir III”
  1. Les errements de Macron lors de ses discours électoralistes révèlent sa grave inculture  » hors sol » , notamment, celui prononcé sur la guerre d’Algérie ..
    Personne n’est dupe, sa sincérité n’est que
     » captieuse ».
    Face à Poutine, il ne pourra lui dire tout et son contraire .
    C’est grave, il serait bien inspiré de ne point se représenter , ceci, dans l’ Intérêt Supérieur de la Nation . »

Ecrire ci-dessous votre commentaire, merci :