Comment un régime présidentiel peut glisser en dictature 3

III – L’après deux guerres : Une défaite sur tous les fronts (§ I et II) suivie d’une débâcle de la France

Soutien du site via système de paiement 100% sécurisé : cliquer ICI

*** En cadeau, vous recevrez gratuitement, chaque samedi, pendant un an : Semaine du MENSONGE (Valeur 18€).


Le livre choc de Daniel Desurvire vient de paraître :

Comment un régime présidentiel peut glisser en dictature

Par Daniel Desurvire

III – L’après deux guerres : Une défaite sur tous les fronts (§ I et II) suivie d’une débâcle de la France

Revenant vers les dépenses exorbitantes, entre les commissions, les conseils et les investigations inquisitoriales de l’État-Macron, lequel transvase les fonds publics vers des intérêts privés, rappelons qu’il y a aussi conflit d’intérêts entre la campagne de vaccination orchestrée par le couple Macron/Véran qui traita en sous-main avec le fils de Laurent Fabius : Victor Fabius, Directeur associé du pôle de cette activité ad hoc de la multinationale US McKinsey & Company (Source : Gonzalo Fuentez/Reuters pour CheckNews). Soulignons à ce propos que Laurent Fabius est le président du Conseil constitutionnel, donc en situation de conflit d’intérêts. Or, ce fut précisément cette Cour des sages qui sanctifia, par sa décision n° 2021-824 DC, la loi scélérate n° 2021-2040 du 5 août 2021, car anticonstitutionnelle puisque contrevenant à la plupart des textes fondamentaux du droit positif français et des traités internationaux (Voir « L’antipatriotisme d’un chef d’État », p. 191 à 196, Édition de l’Observatoire du Mensonge*).

Mais comment exiger de cette illustre institution, issue de la Constitution du 4 octobre 1958, un minimum de probité et d’impartialité dès lors que deux de ses principaux protagonistes (Laurent Fabius et Alain Juppé) sont d’anciens repris de justice, puis un troisième imposteur (Jacques Mézard) qui a soutenu des propos révisionnistes, voire négationnistes ? (Voir « Histoire d’un Président qui n’aime pas la France », p. 83 à 89, même éditeur*). Concussion ou népotisme, qu’importe le grain, pourvu que ces conjurés aient l’ivraie ! Il semblerait plutôt que les ententes glauques, entre ces ténors de la République, la haute finance, les industries transnationales et la secte du World Economic Forum (WEF), fonctionnent dans une complicité douteuse, sinon suspecte de tractations glauques, eu égard aux milliards d’€ et de dollars qui s’amassent sur les comptes offshore des paradis fiscaux.

Sur les révélations autour du Mc Kinsey Gate, « La personne responsable au sein de McKinsey de contracter des marchés avec l’administration française est un proche d’Emmanuel Macron, jusqu’à hauteur de deux milliards d’euros dépensés » ! (Source : Europe Israël news, 22 mars 2022). Selon le chroniqueur de cette source, Matthieu Aron, le Sénat a dévoilé un système d’optimisation fiscale mis au point par McKinsey dans le Delaware aux États-Unis. Ce mécanisme, permet au groupe de s’exonérer d’impôts avec un chiffre d’affaire de 330 millions d’€. Ces combines furent même vantées par Emmanuel Macron dans une interview (Nice-Matin, AFP, 27 mars 2022), « Oui, je me suis battu pour instaurer un impôt minimal pour les grandes entreprises » ! Ce cabinet conseil, ainsi promu au rang de grande entreprise par le chef d’État moyennant zéro impôt sur ces dix dernières années (un négatif plutôt qu’un minima), offre donc ses incompétents dans les domaines de l’économie, la défense, la santé et l’éducation. L’un de ces marchés passé avec l’Administration se monte à 18 millions d’€ en 2021.

Les sénateurs ont cité des contrats comme celui de « près de 4 millions d’€ à McKinsey pour la réforme des APL, la création du baromètre de l’action publique pour laquelle Capgemini a perçu 3,12 millions d’€ ou le recours au cabinet EY, pour 2,4 millions d’€, pour la création de l’Agence nationale de la cohésion des territoires. McKinsey a aussi obtenu 496 800 € en 2020 pour éclairer les évolutions du métier d’enseignant et réalisé une étude sur leur rémunération au mérite ». Emmanuel Macron, comme à son habitude lorsqu’il doit répondre de forfaitures ou de conflits d’intérêts dans le cercle de ses ministères, il ment et/ou répond à côté en prétendant avoir bien travaillé en rédigeant des lois dont la lecture met pourtant en évidence ses mystifications. Ce pourquoi, dans le désordre de sa personnalité borderline, ce personnage qui refuse l’échec jusqu’à dénier l’évidence, a directement provoqué ses détracteurs en les invitant à engager une action en justice. S’il est élu il demeurera quasiment intouchable, s’il est éjecté, il trouvera une terre d’asile, à l’instar de DSK, ancien ministre des finances et ex-directeur général FMI, réfugié au Maroc.

Quid de la compétence d’une tel bureau de consultants, des infiltrés qui auraient davantage de moyens logistiques et d’expérience qu’une Académie ? Est-ce avec des process, une approche stylistique virtuelle et digitalisée sous une formule « 2.0 » que l’on doit transcender, voire gommer l’épistémologie d’une doxa universaliste, ainsi transposée à travers le prisme de fantasmes hallucinogènes ? Or, après cinq ans de mandat, malgré le soi-disant miraculeux chantier de rapports, de statistiques et de modélisations d’avant-garde apporté par ces bureaux d’études commissionnés à coût de millions d’€, jamais l’éducation nationale n’a touché le fond d’aussi près, avec des résultats dont la médiocrité n’a d’équivalent que dans le tiers-monde (Voir aux éditions de l’Observatoire du Mensonge, « L’antipatriotisme d’un chef d’État », p. 229 à 231, et « Overdose de vaccins et voyoucratie », p. 122 à 1233). Tout le monde peut rêver, mais pas avec des milliards d’€ prélevés sur le produit laborieux des contribuables français, à seule fin de gratifier les phantasmes de cabinets de droit privé, parce que nos dirigeants ne font pas leur travail ou qu’ils brillent par leur incompétence.

En échange de travaux bâclés, de copies calquées d’un pays à l’autre rendues contre des notes d’honoraires monstrueuses, la commission d’enquête du Sénat dédiée à cette affaire, fait état des résultats examinés en 2020 notamment. Retenons que sans verser la moindre obole au fisc, cette société aura réalisé 329 millions d’€ de CA durant cette année de crise sanitaire sur le territoire français, dont 17 millions d’argent public durant cette période de pandémie où les Français furent saignés à blanc. Le toutou de l’Élysée, le porte-parole Gabriel Attal, s’est tout de suite exprimé en assurant que « L’Exécutif allait réduire ces dépenses en la matière ». Paradoxalement à cette déclaration sans valeur, puisque venant d’un commissionnaire de l’État sans portefeuille, le recours aux consultants privés n’a jamais cessé de monter en puissance entre 2018 et 2021, pour attendre un milliard d’€ (Source : RMC, Caroline Michel-Aguire, grand reporter à l’Obs et co-autrice des Infiltrés ; « Une enquête sur l’influence des cabinets de conseil dans les lieux de pouvoir »).

Toujours pour Gabriel Attal (op. cit), « Il n’y a aucun tabou à faire appel à des compétences privées pour aiguiller des politiques publiques […] L’État n’est ni omniscient, ni omnipotent… » ; seulement « impotent » j’ose subodorer ! Mediapart révéla que « McKinsey a souvent été appelé à la rescousse pour finalement ne produire que des rapports comportant des informations déjà publiées ». La sénatrice Eliane Assassi ajouta « Que ledit cabinet a produit des copier/coller de documents qu’ils remettaient à d’autres pays que la France, comme en Australie. Ils changeaient simplement les chiffres » (in, Public Sénat). Au-delà de McKinsey, il se trouve d’autres sangsues accrochées aux deniers publics, tels Boston Consulting Groupe ou Roland Berger notamment, pour combler le tableau parmi les sept cabinets de conseil, dont David von der Leyen et Victor Fabius qui murmurent à l’oreille de Macron (cf) ; tous consultés par paquet de millions d’€ l’an – 2 milliards d’€ selon Matthieu Aron (cf), 1,5 Mds d’€ à 3 Mds d’€ selon l’enquête des « Infiltrés » – que déboursent des contribuables assez naïfs pour supporter le responsable au sommet de cette gabegie. Soulignons qu’un fonctionnaire coûte cinq fois moins cher qu’un consultant privé, et que rien ne prouve que l’un soit intellectuellement et professionnellement supérieur à l’autre, diplômé ou autodidacte.

Masques, lunettes, gants, médicaments… un simple conseil coûte un million d’€ par mois. Les ministres d’Emmanuel Macron ne sont même pas capables de procéder à un inventaire, de procéder à des soumissions, voire d’évaluer le prix d’une baguette de pain ou d’un ticket de métro. Même l’informatique n’est plus un domaine de compétence de l’État, puisque la plupart des secteurs du numérique a été abandonné à ces sociétés de droit privé, à l’exception des services des impôts encore capables de produire de vrais programmes de variables et de concevoir des logarithmes. À croire que pour savoir gouverner un pays, il vaut mieux s’entourer d’incapables pour que ceux-là ne puissent jamais mesurer l’étendue du désastre mental de leur chef. De là la nécessité de débourser des milliards d’€ pour se faire assister et sous-traiter en dessous de table avec des bureaux d’étude afin de combler un tel déficit cognitif…

Selon les sources visitées ci-dessus, les techniciens de l’informatique ne représentent que 0,68 % du personnel des ministères, et ceux-là n’assurent que 10 % du travail numérique en interne, ce qui sous-entend que c’est fatalement le secteur privé qui préside au destin du pays avec leurs logiciels, leurs personnels et leurs bureaux. Emmanuel Macron, apragmatique, préfère se claquemurer derrière la complicité arachnéenne de gens de l’ombre qui agissent sournoisement pour son compte ; de fidèles miliciens près à tous les errements moyennant de fortes rétributions, plutôt que de s’en remettre à des fonctionnaires qui risquent à tout moment de devenir des lanceurs d’alerte face aux abus de pouvoirs, déviances et manquements de leur patron. Quant à la firme, un sobriquet pour désigner McKinsey, elle fut secouée par la tourmente fiscale depuis Bercy, qui réclame désormais des arriérés d’impôts partiellement récupérables depuis dix années de défaut de déclaration et/ou de montages délictueux, selon les conclusions de la commission d’enquête sénatoriale rendues publique le 17 mars 2022, et publiées par le quotidien Le Monde.

Selon Arnaud Benedetti (Marianne, 17 mars 2022), « Emmanuel Macron a fait le choix de la mise en fiction de sa communication ». En bravant la réalité de ses échecs, il fait dans le virtuel, s’inventant çà et là des réussites dans un imaginaire consternant. En se regardant vivre, il soigne son égo et sombre dans un narcissisme ubuesque qui l’exalte, souhaitant par-là restituer cette image sublimée vers un public qu’il croit sérieusement pouvoir fasciner. Certes, cela fonctionne, mais de moins en moins bien, car cette mise en scène finit par user, interpeler et semer le doute même depuis ses plus fervents panégyristes. Si les planches de théâtre peuvent reproduire à l’infini pareille gestuelle d’un personnage bipolaire, l’incompétence et l’irresponsabilité de ce dernier, dans un monde réel, auront raison de ces improvisations et acrobaties de saltimbanque. La dure vérité de la déconfiture d’Emmanuel Macron, depuis toutes les sphères d’activité de sa législature (finances, économie, emploi, santé, éducation nationale, recherche et politique internationale), aura mis à sac la France après cinq années de vide politique et social.

FIN

Daniel Desurvire


Ancien directeur du Centre d’Étude juridique, économique et politique de Paris (CEJEP), correspondant de presse juridique et judiciaire. Daniel Desurvire est l’auteur de : « Le chaos culturel des civilisations » pointant du doigt les risques de fanatisme de certains cultes et de xénophobie de certaines civilisations, auxquels s’ajoutent les dangers du mal-être social, de la régression des valeurs morales et affectives ou de la médiocrité des productions culturelles, dont la polytoxicomanie en constitue l’un des corollaires. L’auteur choisit d’opposer le doute et le questionnement aux dérives dogmatiques et aux croyances délétères » (in, Les cahiers de Junius, tome III, “La culture situationniste et le trombinoscope de quelques intellectuels français” : Édilivre, 2016).


♣ ♣ ♣

Copyright obligatoire en cas de citation ou de transmission de cet article, vous pouvez le copier: Daniel Desurvire pour Observatoire du MENSONGE


♣ ♣ ♣


Découvrez ICI le nouveau livre, c’est du très lourd, de Daniel Desurvire

Le livre à ne pas manquer :

Pour en savoir plus et l’acheter, existe aussi en format KINDLE,
cliquer ICI ou sur l’image

Retrouvez les livres de Daniel Desurvire en cliquant ICI

En savoir plus : cliquer


♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Abonnez-vous à notre chaîne YOUTUBE, c’est gratuit, en cliquant

J’aime ce que vous écrivez !
Je fais un don


*** En cadeau , vous recevrez gratuitement chaque samedi, pendant un an à partir de votre don, Semaine du MENSONGE, (Valeur du cadeau = 18€)

5 commentaires

  1. Une évacuation par hélicoptère manquée

    Le 29 mars 2022, Emmanuel Macron a demandé par téléphone à Poutine la création de toute urgence d’un couloir d’évacuation “pour raisons humanitaires” avec l’appui de la Grèce et la Turquie.

    Comme le dit Pierre Jovanovic, l’un des commentateurs bien informés de ces événements: “Pour que Macron collabore avec les services de son ennemi juré Erdogan, c’est que, forcément, il y a anguille sous roche”

    Selon Macron, les Ukrainiens appuyaient également la demande, et pour cause : la veille, 28 septembre, un hélicoptère avait réussi à déjouer la surveillance russe et permis d’extraire deux hauts gradés du bataillon Azov de Marioupol. Cela créait une nouvelle occasion.

    Comme Vladimir Poutine oppose une fin de non recevoir à Emmanuel Macron, les Ukrainiens montent une deuxième opération avec quatre hélicoptères qui se posent à Marioupol le 31 mars 2022.

    Sur les quatre hélicoptères, deux réussissent à repartir avec d’autres officiers du bataillon néonazi ukrainien à leur bord. Et deux sont abattus. L’un s’est abîmé en mer. Et c’est dans les décombres de l’autre que les Russes auraient fait une découverte.

    L’hélicoptère qui s’est écrasé dans un lieu-dit nommé Ribatskoïe, avait 17 passagers – avec seulement deux survivants. Toujours selon Pierre Jovanovic: “Ironie de l’histoire, l’hélicoptère a été abattu par un tube sol-air fourni par les Américains, et capturé par les Russes auprès d’un soldat ukrainien tué précédemment“. En effet, comme nous avons eu plusieurs fois l’occasion de le dire, l’armée russe se trouve en Ukraine avec relativement peu d’équipement lourd au sol. Ses objectifs sont limités et les soldats russes utilisent souvent du matériel pris aux Ukrainiens quand l’occasion fait le larron.
    Trois officiers des services occidentaux dont deux Français?

    Dans ce qui reste de l’appareil du lieu de l’écrasement, les Russes identifient- l’un des chefs d’Azov, le commandant Palamar (dit “Kalina”), deux autres officiers d’Azov,, ainsi que trois autres personnes présentées comme deux instructeurs français de la DGSE ainsi qu’un gradé américain, le général des Marines Roger Cloutier.

    Bien entendu, vous n’entendrez jamais de confirmation – ni même de dénégation officielle. Si les informations qui circulent sont vraies, c’est un coup terrible pour la France et aussi pour les Etats-Unis!
    Alors, “Nous sommes en guerre”?

    Officiers américains et français auraient donc été évacués dans le même hélicoptère que des officiers du bataillon Azov! . “Précisons qu’on sait que l’un des survivants parle russe sans accent, ce qui ne laisse qu’un seul Français éventuellement survivant de l’appareil,“

    La France aurait donc pris la décision d’envoyer des instructeurs aider le bataillon Azov ! Voilà qui éclaire singulièrement cet entretien des premiers jours de la guerre au cours duquel Emmanuel Macron avait essayé d’expliquer à Vladimir Poutine qu’il n’y avait pas de “nazis” en Ukraine!

    Pierre Jovanovic dit avoir eu une confirmation de toute l’histoire. Lorsque j’ai moi-même posé la question à des gradés bien informés, l’un d’eux m’a répondu qu’on était par définition dans le domaine de ce qui ne serait jamais officiel. Ce qui ne voulait pas dire que cela n’était pas vérifiable!

    Il y a donc une forte possibilité que deux officiers du renseignement français soient pris dans un crash de l’hélicoptère le 31 mars dernier.
    C’est-à-dire que la France est totalement exposée vis-à-vis de Vladimir Poutine, qui peut considérer – rien ne lui donnerait tort – que nous sommes en guerre avec son pays. Cela vaut aussi pour les Etats-Unis, pour lesquels la perte du Général Cloutier commandant des opérations terrestres de l’OTAN basé en Turquie serait non seulement un coup terrible mais une exposition totale de leur double jeu dans la crise ukrainienne. Depuis sa disparition présumée, on a eu droit aux habituels “factcheckers” qui se contentent de répéter “ce n’est pas vrai, c’est du complotisme” et invoquent des posts sur Linkedin pour prouver qu’il n’est ni prisonnier ni mort.

    Un dernier point: après vérification, contrairement à ce que suppose Pierre Jovanovic, le départ du Général Vidaud de la Direction du Renseignement Militaire n’est pas lié à l’affaire de Marioupol. Il s’agirait plutôt d’un différend important avec le Chef d’Etat Major des Armées, le Général Thierry Burkhard.

    Il n’empêche: internationalement, la réputation de notre pays et de nos services de renseignement est très amoindrie par ces épisodes – et on ne fait pas dans la nuance, en expliquant que la Direction du Renseignement Militaire aurait procuré de mauvaises informations au gouvernement qui aurait alors autorisé sur des bases erronées l’envoi d’agents de la DGSE à Marioupol.

    Au fond ce qui caractérise l’actuelle politique française et occidentale vis-à-vis de la Russie, c’est un haut degré de duplicité. Ce n’est pas approprié pour construire la paix un jour. Car il le faudra bien.

    1. Je suis flatté que vous ayez choisi l’un de mes derniers articles de presse en ligne pour vous exprimer sur un sujet aussi sensible, pour ne pas dire relevant du secret militaire (ou lanceur d’alerte !). Mais pourquoi donc n’avez-vous pas expédié cette source d’information aussi cruciale directement à Alexandre Goldfarb pour en faire la une de l’Observatoire du Mensonge, précisément dans ce numéro à la veille des élections ? Je ne peux que vous remercier par la qualité, et dans le détail, d’un tel renseignement qui aurait fait la couverture d’un quotidien français et/ou étranger. Certes, je sais qu’en France, l’information n’est désormais plus libre, et la presse sous contrôle de l’État-Macron qui pratique le berlusconisme fiscal pour verrouiller ce qui lui déplait ; de quoi décourager les reporters d’investigation de publier un commentaire d’événement susceptible de déboulonner un chef d’État ! Bravo pour votre courage patriotique et généreux. Peut-être votre intervention viendra-t-elle au secours du Général Éric Vidaud limogé pour des motifs fabriqués. Votre témoignage vient également conforter le constat de son homologue chef d’état-major des Armées, le général Thierry Burkhard qui a vu juste. Oui, mais l’affaire en restera-là, sauf si votre communiqué venait à exploser au bon moment. Très admiratif et avec mes remerciements renouvelés, Daniel Desurvire.

    2. addendum :
      Infiltrer de hauts gradés militaires dans un convoi héliporté dit humanitaire depuis un pays en guerre, cela revient à une déclaration de guerre contre l’un des belligérants. Cette expédition ayant été sollicitée par le chef d’État français auprès de Vladimir Poutine, en fournit la preuve indiscutable. Rappelons que le Président de la République française, en droit constitutionnel est de jure et facto le chef des armées. Soit ce corridor humanitaire ne fut pas autorisé, ce qui appelle à une ingérence militaire, soit ce Président est un inconscient et un plénipotentiaire ignorant et incapable qui se moque du droit onusien, alors c’est la France qui est en grand danger. Mais dans l’un ou l’autre cas – déclaration de guerre ou tentative de détournement du droit international, – rappelons que le parlement n’a pas été consulté, et que de ce fait, Emmanuel Macron aura agi tel un autocrate immature et hautement préjudiciable pour la Nation, comme il en fut dans le fil de sa conduite fourbe et marginale depuis son intronisation à l’Élysée depuis 2017.

  2. Sans vous dire qui je suis, je vous confirme que, si Macron est réélu, ce qui adviendra de la France sera terrible non seulement d’un point de vue économique mais aussi d’un point de vue humain. Certes on pourra se consoler en voyant autour de nous quelques pays s’écrouler mais ce sera vraiment une maigre consolation. Certaines villes sont déjà hors France. les médias le savent, les politques le savent mais personne ne veut en parler de peur d’être traité de raciste.

Laisser votre commentaire