Souvent sournois, les inconstants de la politique ne sont pas nécessairement les gagnants de leur fourberie.


Les inconstants

Par Claude Picard

Souvent sournois, les inconstants de la politique ne sont pas nécessairement les gagnants de leur fourberie. Cherchant, toujours, le meilleur point de chute ou le meilleur cheval de bataille, ils se trompent fréquemment. À part quelques issues bienheureuses, parce que de bon aloi, l’instabilité de leurs convictions ne les prédisposent pas à réussir leurs conversions. Car l’inconstant est, par définition, très instable. Même s’il peut, quelques fois, être loyal ; tout au moins, tant que dure l’arrangement. S’il dure !

Toute idéologie est fluctuante et c’est normal. Elle évolue au gré des aléas de la vie en société. Tel dogme ou certitude peut être de mise à une époque et ne plus être en équation avec une autre période. C’est une évolution salutaire qui prouve que rien ne se fige dans l’éternité. Tout est dépassable. Même les idées sont périssables et les confréries qui vont avec, aussi. Mais trop de femmes et d’hommes politiques, naïvement ou pas, oublient les principes moraux qui doivent accompagner leurs conversions. C’est là où, souvent, le bât blesse ! Mais, bien entendu, chacun fait ce qu’il peut et si, quelquefois, il trompe son monde, il ne faut, surtout pas, qu’il se trompe soi-même. Ça, c’est plus compliqué !

La bonne réputation se forge sur un long parcours, pas toujours confortable. La politique n’est pas un long fleuve tranquille sur lequel on se laisse porter paisiblement. On a, plutôt, l’impression de naviguer sur un torrent : c’est fortement chaotique, plein de vagues et de remous. De ce fait, les inconstants méritent une certaine indulgence. Sauf les plus perfides, qui ne sont que des rebuts d’une politique mal comprise et qui n’obligent qu’au mépris. Ils leur manqueront, toujours, l’essentiel : la probité. 

Si les inconstants en politique sont légion, c’est qu’il y a de nombreux privilèges à être, toujours, dans le bon camp, le camp qui gagne. D’abord, le pouvoir, qui est sans commune mesure, selon que l’on soit dans la majorité ou dans l’opposition. Les avantages que procure cette autorité sont multiples et rendent l’intéressé, non seulement presque intouchable, mais il lui apporte un sentiment d’orgueil et de plénitude. Il faut être très fort dans ses convictions pour ne pas succomber à la tentation. Seuls, les idéalistes et les altruistes résistent. Et puis il y a les avantages pécuniaires, non négligeables, qui fournissent un confort d’action, souvent nécessaire, à toute mise en œuvre d’un chantier idéologique. Les perfides inconstants ne voient là que les avantages personnels qu’ils peuvent en tirer. 

La politique a été, depuis trop longtemps, dévoyée par des inconstants. Elle mérite beaucoup mieux. S’intéresser à la société dans son ensemble, aimer les gens qui la composent, œuvrer, toujours, à son amélioration, est un engagement exaltant et qui peut être gratifiant pour ceux qui ne voient là que leur devoir de citoyen éclairé. Avoir la sensation d’être un maillon d’un ensemble heureux et cohérent et d’en être, en partie, responsable, apporte plus que des prébendes douceâtres, forcément fugaces. Mais cela n’est qu’un point de vue particulier et qui n’engage personne. Chacun fait ce qu’il peut, avec ses moyens intellectuels ou, plus simplement, moraux. 

L’éthique en politique s’est un peu perdue dans les méandres du mondialisme. Et ce système considère l’action politique comme une banale marchandise où l’inconstant, en libre-échange, ne se prive pas de se vendre au plus offrant. Il devient une marchandise comme une autre. Ses convictions n’ont plus aucune épaisseur, mais elles ont un prix, dicté par le marché européen ou international, selon la logique de la braderie des idées.

Claude Picard


 Copyright obligatoire en cas de citation ou de transmission de cet article, vous pouvez le copier: Claude Picard pour Observatoire du MENSONGE

Nous aimons la liberté de publier : à vous de partager ! Ce texte est une Tribune Libre qui n’engage que son auteur et en aucun cas Observatoire du MENSONGE 

La technique de Macron est très simple : occuper en permanence les médias et faire de la provocation ciblée. Cela comporte l’énorme avantage d’éviter de parler des sujets qui fâchent et l’opposition s’y laisse prendre à chaque fois.


🔦 🔦 🔦 🔦 🔦 🔦 🔦

♛ Article à lire :

Pour savoir ce qui se passe en 🇫🇷 Lire Observatoire du MENSONGE

Abonnez-vous à notre chaîne YOUTUBE, c’est gratuit, en cliquant


C’est parce que « nous sommes en guerre » et que « en même temps » on fait des règlements à la noix et contraignants « quoiqu’il en coute » parce que « c’est notre combat »…
Et surtout c’est qu’ils sont incompétents et incapables de gouverner !


Un site comme le notre ne peut pas survivre sans votre aide !
Vous pouvez nous aider de diverses façons : 

  • nous suivre gratuitement, lien disponible sur chaque article,
  • partager nos articles au maximum,
  • commenter,
  • acheter des livres que nous publions, c’est ICI

Ou vous pouvez nous soutenir en vous abonnant à Semaine du MENSONGE pour 12 €/an :

Vous voulez nous soutenir ? Rien de plus simple : abonnez-vous à Semaine du MENSONGE, parution chaque samedi.
L’abonnement est à 12 € par an. Remplissez le formulaire ci-dessous et pour le valider, réglez 12 €

Abonnement Semaine du MENSONGE

Envoi par mail chaque semaine pendant un an

12,00 €



« Nous vous remercions d’avoir lu cet article sur Observatoire du MENSONGE.
Vous pouvez le commenter ci-après, soyez courtois, évitez de mettre un lien.
Seul votre nom ou pseudo apparaitra sur votre commentaire une fois publié.

By Observatoire du MENSONGE

Pour une opposition constructive et réelle, le site de l'opposition au marxisme et au fascisme, ni rouge ni noir mais bleu : L'info évitée par les médias est là sur Observatoire du MENSONGE

2 thoughts on “Les inconstants”
  1. La gauche socialiste caviar a réussi son coup : de moins en moins de votants pour lui assurer le pouvoir et en contrepartie de plus en plus d’assistés…

  2. Vous avez , Claude PICARD, parfaitement analysé les  » Inconstants » , toujours versatiles capricieux souvent, changeant trop vite d’opinion, ils sont instables , et pour finir pas fiables, victimes nous sommes devenus par leur comportement maladif, qui est l’âme diabolique de ces individus sans aucune moralité , sans aucune conviction réelle, ils ne comptent , autour d’eux ,que de faux amis ( ies) intéressés à recevoir des hochets pour les sortir de leur nullité, comme les Courtisans de l’Ancien Régime, et puisqu’ils sont tous pleins de contradictions , incompétents notoires , ils n’ont aucune qualité , ne sachant point ce que veut dire :  » Loyauté  » , finalement ils nous deviennent invivables , et devenus « dingues » avec leur entourage , ils finissent détestés, sans amour, et seuls avec leurs faux amis (es), qui les trahiront aussi, ils ne laisseront dans l’ Histoire, sans cesse revisitée, ils ne subiront , à leur tour, que des critiques sarcastiques, amères, et acerbes.
    Nous souvenant de leur insolence, et leur « constant » mépris envers Nous  » lesdits réfractaires », qui avons du les supporter par la faute d’inconscients électeurs « inconstants et récurrents » qui ont voulu nier toutes leurs trahisons (volontaires ou non), ces « Inconstants – récurrents  » n’existeront plus dans aucun cœur altruiste et loyal, sauf parmi les éternels « fanatiques fans » de charlatans illusionnistes .

Ecrire ci-dessous votre commentaire, merci :