E) La seconde uchronie martiale de l’État-Macron après le virion Covid (FIN)

Le nouveau livre de Daniel Desurvire (existe aussi en format liseuse) :

Alerte, la République est en danger !

Par Daniel Desurvire

E) La seconde uchronie martiale de l’État-Macron après le virion Covid

Selon Arnaud Benedetti (Marianne, 17 mars 2022), « Emmanuel Macron a fait le choix de la mise en fiction de sa communication ». En bravant la réalité de ses échecs, il fait dans une sorte de réalité virtuelle dont l’acteur ludique – ici le chef d’État – s’invente çà et là des réussites dans un imaginaire consternant. De fait, tous les résultats catastrophiques découlant de cette gestion présidentielle sont visitables sur les sites officiels du Gouvernement, mais peu ou prou de citoyens ne font la démarche d’aller y voir. En se regardant vivre, ce chef d’État soigne son égo et sombre dans un nombrilisme ubuesque qui l’exalte, souhaitant par-là restituer cette image sublimée vers un public qu’il croit sérieusement pouvoir fasciner.

L’artiste multidisciplinaire anglais, Peter Brook, donna le ton à ce paradigme qui scinde l’imaginaire d’un sujet partagé entre sa réalité perfectible qui alterne à sa fiction théâtralisée, non sous la classification « DSM-5 » d’un trouble dissociatif, mais par l’effet inversé d’une psyché ou depuis les angles anamorphosés où se pose le regard : « Dieu réunit ses anges et annonça dans les termes suivants : “Le théâtre sera le domaine où les gens pourront apprendre à comprendre les mystères sacrés de l’univers”. En même temps, ajouta-il avec une désinvolture trompeuse, “ce sera un réconfort pour l’ivrogne et le solitaire” ». N’y voyons ici aucune allégorie, mais une variable de réflexions qui ajuste des faits à la personne.

Si les planches de théâtre peuvent reproduire à l’infini pareille gestuelle, forfanteries et menteries d’un Narcisse bipolaire mais stratège, l’incompétence et l’irresponsabilité de ce dernier, dans un monde réel, auront raison de ces improvisations et acrobaties de saltimbanque. La dure vérité autour de la déconfiture de la Nation poussée dans les cordes par d’Emmanuel Macron, depuis toutes les sphères d’activité de sa législature quinquennale (finances, économie, emploi, santé, éducation nationale, recherche et politique internationale), aura mis à sac la France après cinq années de vide politique et social, que ce faux prophète mais authentique comédien ose encore encenser.

Dans une information signé « maury » parue dans les pages de l’Observatoire du Mensonge du 7 avril 2022, une information des plus étonnante s’est glissé en bas de l’un de mes articles intitulé : « Comment un régime présidentiel peut glisser en dictature » (3). À la première ligne de ce scoop, la nouvelle est titrée : « Une évacuation par hélicoptère manquée ». Pour résumer cette intervention, dont le sujet sensible relève quelque part du secret militaire, j’ai répondu à ce lanceur d’alerte par le commentaire suivant : « […] Je vous remercie d’un tel renseignement qui aurait pu fait la couverture d’un quotidien papier. Certes en France, l’information n’est plus libre, et la presse est sous contrôle de l’Exécutif qui pratique le berlusconisme fiscal pour verrouiller ce qui lui déplait ; de quoi décourager les reporters d’investigation de publier un commentaire d’événement susceptible de déboulonner un chef d’État ! Bravo pour votre courage patriotique. Peut-être votre intervention vient-elle au secours du Général Éric Vidaud limogé pour des motifs fabriqués. Votre témoignage vient également conforter le constat de son homologue chef d’état-major des Armées, le général Thierry Burkhard qui a vu juste […] ».

Voici en suivant le contenu de ce message :

Le 29 mars 2022, Emmanuel Macron a demandé par téléphone à Poutine la création de toute urgence d’un couloir d’évacuation pour raisons humanitaires avec l’appui de la Grèce et la Turquie.

Comme le dit Pierre Jovanovic, l’un des commentateurs bien informés de ces événements : « Pour que Macron collabore avec les services de son ennemi juré Erdogan, c’est que, forcément, il y a anguille sous roche ».

Selon Macron, les Ukrainiens appuyaient également la demande, et pour cause : la veille, 28 septembre, un hélicoptère avait réussi à déjouer la surveillance russe et permis d’extraire deux hauts gradés du bataillon Azov de Marioupol. Cela créait une nouvelle occasion.

Comme Vladimir Poutine oppose une fin de non-recevoir à Emmanuel Macron, les Ukrainiens montent une deuxième opération avec quatre hélicoptères qui se posent à Marioupol le 31 mars 2022.

Sur les 4 hélicoptères, 2 réussissent à repartir avec d’autres officiers du bataillon néonazi ukrainien à leur bord. Et deux sont abattus. L’un s’est abîmé en mer. Et c’est dans les décombres de l’autre que les Russes auraient fait une découverte.

L’hélicoptère qui s’est écrasé dans un lieu-dit nommé Ribatskoïe, avait 17 passagers à bord avec seulement deux survivants. Toujours selon Pierre Jovanovic : « Ironie de l’histoire, l’hélicoptère a été abattu par un tube sol-air fourni par les Américains, et capturé par les Russes auprès d’un soldat ukrainien tué précédemment ». En effet, comme nous avons eu plusieurs fois l’occasion de le dire, l’armée russe se trouve en Ukraine avec relativement peu d’équipement lourd au sol. Ses objectifs sont limités et les soldats russes utilisent souvent du matériel pris aux Ukrainiens quand l’occasion fait le larron.

Dans ce qui reste de l’appareil du lieu de l’écrasement, les Russes identifient l’un des chefs d’Azov, le commandant Palamar (dit « Kalina »), deux autres officiers d’Azov, ainsi que trois autres personnes présentées comme deux instructeurs français de la DGSE ainsi qu’un gradé américain, le général des Marines Roger Cloutier.

Bien entendu, vous n’entendrez jamais de confirmation, ni même de dénégation officielle. Si les informations qui circulent sont vraies, c’est un coup terrible pour la France et aussi pour les États-Unis ! Alors, « Nous sommes en guerre » ?

Officiers américains et français auraient donc été évacués dans le même hélicoptère que des officiers du bataillon Azov ! « Précisons qu’on sait que l’un des survivants parle russe sans accent, ce qui ne laisse qu’un seul Français éventuellement survivant de l’appareil ».

La France aurait donc pris la décision d’envoyer des instructeurs aider le bataillon Azov ! Voilà qui éclaire singulièrement cet entretien des premiers jours de la guerre au cours duquel Emmanuel Macron avait essayé d’expliquer à Vladimir Poutine qu’il n’y avait pas de « nazis » en Ukraine !

Pierre Jovanovic dit avoir eu une confirmation de toute l’histoire. Lorsque j’ai moi-même posé la question à des gradés bien informés, l’un d’eux m’a répondu qu’on était par définition dans le domaine de ce qui ne serait jamais officiel. Ce qui ne voulait pas dire que cela n’était pas vérifiable !

Il y a donc une forte possibilité que deux officiers du renseignement français soient pris dans un crash de l’hélicoptère le 31 mars dernier. C’est-à-dire que la France est totalement exposée vis-à-vis de Vladimir Poutine, qui peut considérer – rien ne lui donnerait tort – que nous sommes en guerre avec son pays. Cela vaut aussi pour les États-Unis, pour lesquels la perte du Général Cloutier commandant des opérations terrestres de l’Otan basé en Turquie serait non seulement un coup terrible mais une exposition totale de leur double jeu dans la crise ukrainienne. Depuis sa disparition présumée, on a eu droit aux habituels factcheckers qui se contentent de répéter « ce n’est pas vrai, c’est du complotisme » et invoquent des posts sur Linkedin pour prouver qu’il n’est ni prisonnier ni mort.

Un dernier point : après vérification, contrairement à ce que suppose Pierre Jovanovic, le départ du Général Vidaud de la Direction du Renseignement Militaire n’est pas lié à l’affaire de Marioupol. Il s’agirait plutôt d’un différend important avec le Chef d’état-Major des Armées, le Général Thierry Burkhard.

Il n’empêche : internationalement, la réputation de notre pays et de nos services de renseignement est très amoindrie par ces épisodes, et on ne fait pas dans la nuance, en expliquant que la Direction du Renseignement Militaire aurait procuré de mauvaises informations au gouvernement qui aurait alors autorisé sur des bases erronées l’envoi d’agents de la DGSE à Marioupol.

Au fond ce qui caractérise l’actuelle politique française et occidentale vis-à-vis de la Russie, c’est un haut degré de duplicité. Ce n’est pas approprié pour construire la paix un jour. Car il le faudra bien.

°°°

Dans la confusion ou l’amalgame, entre les planches d’un théâtre et un fauteuil présidentiel qui confère au pensionnaire de l’Élysée l’autorité de chef des armées (article 15 de la Constitution), Emmanuel Macron, dès lors que cet ordre est vérifié, prend tous les risques d’ouvrir un véritable conflit franco-russe, là où les bombes résonnent beaucoup plus fort qu’un concert d’applaudissement ! De fait, introduire des militaires dans un pays en guerre, revient à ouvrir officiellement les hostilités contre l’un des belligérants. Irresponsable et/ou maladroit, la faute incombe de façon pleine et entière à cette Présidence qui n’aura même pas consulté la Parlement pour s’ouvrir à cette initiative les plus dangereuse pour la Nation, alors-même que le Congrès doit obligatoirement avaliser une telle initiative à caractère martiale, laquelle intéresse au premier chef les représentants élus du Peuple (article 35 de la Constitution du 4 octobre 1958).

Ajoutons que nous voyons mal comment un commando, même sous couverture humanitaire, pourrait prendre seul pareille initiative sans l’aval des plus hautes sphères hiérarchiques, dont le chef d’État lui-même. Enfin, à la lumière de ce commentaire, les autorités russes n’ont jamais, à ce moment du conflit, autorisé une pénétration de l’Ukraine par un convoi militaire héliporté de ressortissants étrangers, ce qui explique pourquoi la moitié de ces équipages fut abattue par l’armée russe. S’il s’était agi d’une erreur, des plaintes de la France et des États-Unis auraient été déposées auprès des Nations unies, et des excuses probables auraient été adressées par la voie diplomatique par Vladimir Poutine. Or dans cette affaire, un silence embarrassant des intervenants et des plénipotentiaires occidentaux fait office d’aveu coupable depuis les instigateurs de cette expédition. D’ailleurs, ni les médias et a fortiori les citoyens furent réellement informés sur la nature et les corollaires de cette intervention à l’initiative plausible des présidences respectives américaines et française.

FIN

Daniel Desurvire


Ancien directeur du Centre d’Étude juridique, économique et politique de Paris (CEJEP), correspondant de presse juridique et judiciaire. Daniel Desurvire est l’auteur de : « Le chaos culturel des civilisations » pointant du doigt les risques de fanatisme de certains cultes et de xénophobie de certaines civilisations, auxquels s’ajoutent les dangers du mal-être social, de la régression des valeurs morales et affectives ou de la médiocrité des productions culturelles, dont la polytoxicomanie en constitue l’un des corollaires. L’auteur choisit d’opposer le doute et le questionnement aux dérives dogmatiques et aux croyances délétères » (in, Les cahiers de Junius, tome III, “La culture situationniste et le trombinoscope de quelques intellectuels français” : Édilivre, 2016).


♣ ♣ ♣

Copyright obligatoire en cas de citation ou de transmission de cet article, vous pouvez le copier: Daniel Desurvire pour Observatoire du MENSONGE


♣ ♣ ♣


SOMMAIRE :

Introduction sur les objectifs recelés du World Economic Forum et ses prolongements dans le fil de l’État-Macron
A) Un rapport politique tronqué d’Est en Ouest, avec en tête de proue une Présidence française aussi malhabile que malintentionnée
B) Petite piqure de rappel avant de condamner les uns ou les autres au regard des réalités de terrain
C) Les exactions des brigades fascistes dans l’armée régulière et les services secrets ukrainiens
D) La diplomatie française en marche vers la voyoucratie présidentielle d’Ukraine
E) La seconde uchronie martiale de l’État-Macron après le virion Covid
°°°

Retrouvez les livres de Daniel Desurvire en cliquant ICI


♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Abonnez-vous à notre chaîne YOUTUBE, c’est gratuit, en cliquant


Pour soutenir Observatoire du MENSONGE : formulaire d’abonnement Semaine du MENSONGE

By Observatoire du MENSONGE

Pour une opposition constructive et réelle, le site de l'opposition au marxisme et au fascisme, ni rouge ni noir mais bleu : L'info évitée par les médias est là sur Observatoire du MENSONGE

2 thoughts on “Alerte, la République est en danger ! E”
  1. Le bataillon AZOV est bien nazi comme on a pu le voir et le constater sur des reportages qui depuis comme par hasard ont disparu. Macron commet une politique multiculturelle qui a terme détruira la France.

  2. C’est tellement vrai ce que vous écrivez Daniel DESURVIRE, que nous n’avons plus qu’à nous préparer pour  » l’arrivée  » des soldats Russes à Paris, gageons que Macron et ses amis auront pris la fuite aux Etats-Unis , bien avant, non ?
    Sur l’ensemble du territoire national , la grande majorité des Français ressentent une totale perte de confiance envers ce vil personnage , ainsi qu’envers presque tous nos politicards laxistes et incompétents.
    Aujourd’hui, plus que jamais, notre économie survit, mais au ralenti.
    Le peuple français attend les résultats des prochaines élections législatives .
    Attendons-nous, toutefois, à une abstention massive , comme jamais .
    Les grands menteurs et manipulateurs au pouvoir sont ignobles , ce sont eux les comploteurs qui ont trahi la France.
     » Gouverner c’est mentir » … écrivait Jean GIONO.  »
    Mais trahir son Pays et son Peuple est vomissant punissable de la peine capitale.
    Et ce sera justice !

Ecrire ci-dessous votre commentaire, merci :