Par Frédéric Sirgant

Macron multiplie ses interventions médiatiques à n’en plus finir mais il est totalement hors de la réalité.


Effondrement de la popularité de Macron : juste un problème de carburant ?

Emmanuel Macron est-il en voie de chiraquisation ? La semaine qui vient de s’écouler pourrait le laisser croire. Le Président multiplie les prises de parole, il y a dix jours jours sur la pénurie d’essence, cette semaine sur le meurtre de la petite Lola. Mais toujours avec retard, et avec une parole en déconnection totale avec la réalité, la sienne – celle de ses promesses devenues mensonges, comme sur les OQTF – et celle que vivent les Français, sur le front des stations-service comme de l’immigration et de l’insécurité. C’est certainement ce cocktail redoutable pour un président de la République qui explique l’effondrement enregistré, cette semaine, par le couple exécutif dans un sondage BVA pour RTL et Orange publié ce vendredi 21 octobre : Emmanuel Macron perd 7 points, à 36 % seulement d’opinions positives, et Élisabeth Borne 10, à 41 %.

Cet effondrement de popularité est d’abord conjoncturel et s’explique par la crise des carburants qui n’en finit pas et que les Français jugent « mal » ou « très mal » gérée par l’exécutif, à 71 %. Le numéro d’artiste à la télévision n’a pas convaincu et c’est révélateur d’une communication et d’un verbe qui ne prennent plus. C’est surtout très handicapant au début d’un second quinquennat. Les Français semblent ne plus se faire d’illusion sur leur « plus jeune Président ».

D’ailleurs, le détail du sondage donne des indices de cette défiance plus structurelle des Français à l’égard d’Emmanuel Macron. Les Français sont désormais seulement 49 % à estimer qu’Emmanuel Macron a « des convictions profondes », contre 55 % en mars dernier, et 73 % en avril 2018. Une dégringolade continue. Les sincérités successives du personnage (il n’est jugé « sincère » que par 28 %…) dans toute une série de domaines – énergie nucléaire, immigration, insécurité – semblent éclater au grand jour : et comment en irait-il autrement ? Mais – tout aussi inquiétant pour un Président qui met systématiquement en avant sa capacité à agir et à trancher : seuls 41 % des Français le jugent « capable de prendre les décisions qui s’imposent », contre 53 %.

La cote d’Emmanuel Macron prend l’eau dans les secteurs qui constituaient son pré carré et qui ont joué dans ses deux élections contre Marine Le Pen : sa compétence (40 %, -8 points) et sa capacité à rassurer (27 %, -8 points). C’est un tournant majeur : désormais l’incompétence et l’angoisse, contre lesquelles il était censé nous préserver, c’est lui qui les incarne.

Politiquement, la situation s’annonce très difficile pour Emmanuel Macron : il ne dispose plus de majorité absolue, Élisabeth Borne n’a aucun espace politique et s’effondre avec lui. Elle pourra servir de fusible ponctuel, comme ses précédents Premiers ministres, si la période devenait vraiment critique, mais son remplacement ne ferait pas disparaître la lourde chape de défiance qui s’abat sur lui cet automne, et pas que pour une grève des raffineries. La dissolution serait aussi un pari risqué : quand on part avec une majorité absolue, il y a un risque de la perdre, comme l’expérimenta Chirac en 1997. Difficile d’imaginer une vague macroniste dans la situation actuelle.
Et l’on ne voit pas qui, à gauche ou chez les LR, aurait intérêt à s’allier à un pouvoir en bout de course.

Ce sondage est une nouvelle manifestation de la fin d’un grand cycle politique qu’Emmanuel Macron aura incarné avec un certain brio. Même la presse qui l’a soutenu sent que nous sommes à un tournant, que la com’ de Macron ne prend plus ni sur le réel ni sur les Français : le JDD fait sa une sur « la panne d’autorité » qu’il symbolise à présent.

Visiblement, les Français semblent désormais prêts à une grande alternance.

Copyright obligatoire en cas de citation ou de transmission de cet article, vous pouvez le copier :
Boulevard Voltaire

Nous aimons la liberté de publier : à vous de partager ! Ce texte est une Tribune Libre qui n’engage que son auteur et en aucun cas Observatoire du MENSONGE 

L’article à lire absolument :

La loi du mépris


Abonnez-vous à notre chaîne YOUTUBE, c’est gratuit, en cliquant

La liberté va fondre comme neige au soleil, sinon tout va mieux…

Peu importe les idées que l’on peut avoir, la seule certitude : la passivité ne rapportera jamais rien.

Commencer par réagir ne serait-ce que sur Observatoire du MENSONGE en commentant, en disant ce que vous pensez, en apportant votre contribution, votre aide, des idées, des suggestions, des critiques, des articles mais ne soyez plus passifs !

Pour nous suivre, c’est gratuit, idem pour nos vidéos sur You tube

By Observatoire du MENSONGE

Pour une opposition constructive et réelle, le site de l'opposition au marxisme et au fascisme, ni rouge ni noir mais bleu : L'info évitée par les médias est là sur Observatoire du MENSONGE

Ecrire ci-dessous votre commentaire, merci :