Hypocrisie et mensonges des socialistes

L’info évitée par les médias est là sur Observatoire du MENSONGE

Voici un article de Bruno de La Palme à propos du mariage gay appelé pudiquement mariage pour tous.

Vous aimez ? Vous transmettez !

  TRIBUNE LIBRE  

100 ANS...

A Bruno de La Palme

Hypocrisie et mensonges des socialistes

Hypocrisie, mensonges et irresponsabilité socialiste. Bergé et Guigou les deux faces d’une même farce : un peu d’histoire pour éclairer le présent !

Les manifestions pour le mariage gay de ce week-end nous ont donné l’opportunité de connaitre les véritables motifs des militants homosexuels.

Comme je l’ai démontré dans mon livre « 100 ans d’erreurs de la gauche française », on avait depuis longtemps compris que la procréation médicale assistée, la PMA allait immanquablement se retrouver  dans les fourgons de cette loi malgré les dénégations molles du gouvernement.

Voici ce qu’a tranquillement affirmé devant les journalistes l’emblématique défenseur de la cause gay et représentant de la gauche caviar.

« Nous ne pouvons pas faire de distinction dans les droits, que ce soit la PMA, la GPA ou l’adoption, souligne Pierre Bergé, président du Sidaction et fondateur de Têtu. Moi je suis pour toutes les libertés. Louer son ventre pour faire un enfant ou louer ses bras pour travailler à l’usine, quelle différence? C’est faire un distinguo qui est choquant»

Grâce à Pierre Bergé, avant-garde pensante de cette minorité agissante, nous connaissons leurs véritables intentions.

Désormais pour une femme il sera équivalent de travailler à mi temps dans une usine et de louer son ventre durant neuf mois pour vendre ensuite son nouveau né comme une vulgaire  « pièce détachée »  de son corps.

Et pourquoi ? Pour combler les besoins de parentalité d’un couple d’homosexuels qui n’auraient, fort logiquement, jamais pu en avoir.

Comment ne pas frémir d’horreur devant cette régression absolue, cette déchéance (la vraie, pas celle que Michel Sapin veut faire endosser à Gérard Depardieu).

Voilà donc la morale de ceux qui méprisent la société et ses valeurs qualifiées de « bourgeoises ».

Pour ce lobby ultra actif, notre société serait prétendument rétrograde parce qu’elle ne permet pas tout . Ils  veulent donc à tout prix la réformer au nom du camp du Bien et du progrès de l’Humanité que la gauche, selon eux, incarne pour toujours. C’est beau sur le papier mais leur notion du progrès de l’homme doit nous faire réfléchir  et nous réveiller avant qu’il ne soit trop tard.

Avant de se faire traiter d’homophobe, le seul argument qu’ils vous opposent pour vous interdire d’en parler, il faut énoncer cette évidence : la plupart des homosexuels ne veulent à aucun prix d’un mariage qui leur parait ridicule, et encore moins avoir des enfants avec leur conjoint du même sexe.

Tout le monde le sait parfaitement et chacun a autant d’exemples autour  de lui pour en témoigner.

Mais les socialistes, impuissants chroniques en matière d’économie, et qui le prouvent chaque jour face à la crise qu’ils aggravent, ont toujours couru après le symbole « sociétal » en général tenu par l’extrême gauche, les minorités libertaires et les Verts.

Il est frappant d’analyser les chiffes du PACS créé en 1999 pour mieux comprendre ce qui arrive aujourd’hui.

Rappelons qu’en 2010, 205 558 PACS ont été contractés, dix fois plus qu’au tout début, mais sur ce total seulement 4,5% soit 9143 étaient le fait de couples homosexuels.

On a donc fait une loi pour satisfaire aux désirs d’une minorité, comme on veut le faire aujourd’hui.

A l’époque,  la gauche offusquée disait : il n’y a aucune raison pour que l’institution du mariage sorte  affaibli par le PACS,  il ne pouvait en être que grandi….

Or, aujourd’hui il y a 3 PACS pour 4 mariages et les deux courbes finiront pas se croiser.

La droite, à l’époque, et notamment Christine Boutin, arguait du fait que ce PACS était un danger : elle y voyait le cheval de Troie de la minorité militante gay. Cette première étape allait leur permettre de s’engouffrer dans la brèche pour passer aux suivantes :  le mariage gay et l’ultime revendication , le droit à l’enfant pour les couples homosexuels.

Regardons maintenant  ce que disaient les socialistes lors du débat de 1999

Cris d’orfraies de la gauche et notamment d’Elisabeth Guigou qui défendait le PACS

Après avoir lu ce texte, on pourra désormais la surnommer : « la valise à double Fond. »

Car, lisez bien ce qui suit : La garde des Sceaux socialiste de l’époque s’indigne de ses « ignobles » insinuations d’une droite forcément réactionnaire

Elle  avance pourtant  des arguments qui sont très exactement les nôtres aujourd’hui, à savoir :

1/ le mariage est une union sacrée – qu’il soit seulement laïc ou en plus, religieux- entre un homme et une femme en vue de la procréation, et ce pour la survie même d’une civilisation et d’une société.

2/  l’enfant a évidemment besoin d’un père et d’une mère, les deux étant indissociables.  

J’ai laissé de larges extraits des échanges entre Elisabeth Guigou et ses détracteurs pour comprendre les enjeux et l’attitude des socialistes aujourd’hui.

Voici la SÉANCE DU MARDI 3 NOVEMBRE 1998 à 17H à l’Assemblée Nationale  sous la PRÉSIDENCE DE M. Laurent FABIUS

(COMPTE RENDU ANALYTIQUE OFFICIEL Session ordinaire de 1998-1999 – 22ème jour de séance, 56ème séance Assemblée Nationale  N° CRA 98110315 )

Mme Elisabeth Guigou, garde des sceaux, ministre de la justice  (extraits)

« Pourquoi avoir dissocié le pacte de la famille ?

Une famille ce n’est pas simplement deux individus qui contractent pour organiser leur vie commune. C’est l’articulation et l’institutionnalisation de la différence des sexes. C’est la construction des rapports entre les générations qui nous précèdent et celles qui vont nous suivre. C’est aussi la promesse et la venue de l’enfant, lequel nous inscrit dans une histoire qui n’a pas commencé avec nous et ne se terminera pas avec nous.

Un député RPR – Elle enfonce des portes ouvertes !

Mme la Garde des Sceaux 

« En revanche, le pacte civil de solidarité est un contrat qui concerne deux personnes qui vivent ensemble sans être mariées. Il a pour objet l’organisation de leur vie commune. Nous reconnaissons, sans discrimination aucune, une même valeur à l’engagement de ces deux personnes, hétérosexuelles, homosexuelles ou qui n’ont pas de lien charnel. Il fallait trouver une formule qui traduise cet engagement et le gratifie de nouveaux droits.

Mais il fallait aussi bien marquer qu’au regard de l’enfant, couples homosexuels et hétérosexuels sont dans des situations différentes. La non-discrimination n’est pas l’indifférenciation. Le domaine dans lequel la différence entre hommes et femmes est fondatrice, et d’ailleurs constitutive de l’humanité, c’est bien celui de la filiation. Voilà pourquoi le PACS ne légifère pas sur l’enfant et la famille. Voilà pourquoi le pacte concerne le couple et lui seul (Applaudissements sur les bancs du groupe socialiste).

Les opposants au PACS prétendent que celui-ci serait dangereux pour le mariage. (…) Reconnaître un engagement différent de celui du mariage conduira-t-il les jeunes à délaisser encore plus celui-ci ? Je ne le crois pas. (…) Je suis en outre convaincue que beaucoup de ceux qui, ne voulant pas se marier, adopteront le pacte vont constater qu’un lien juridique est tout à fait supportable et que le mariage est à leur portée. D’un engagement limité, certains pourront passer plus facilement à un engagement plus fort (Protestations sur les bancs du groupe UDF, du groupe DL et du groupe du RPR).

Le pacte civil de solidarité serait en deuxième lieu dangereux pour la famille et pour la société !

Mais le choix a été fait de dissocier pacte et famille car lorsqu’on légifère sur la famille, on légifère aussi forcément sur l’enfant. Le PACS ne change rien au droit actuel de la famille car la seule cohabitation de deux individus, pacte ou non, ne fait pas une famille. Le pacte civil de solidarité est sans effet sur les règles de la filiation, de l’autorité parentale et sur les droits de l’enfant.

En troisième lieu, certains s’inquiètent de ce que l’enfant serait oublié.

Notre société ne protège pas assez l’enfant et en même temps qu’elle proclame l’enfant roi, elle le soumet trop souvent au seul désir de l’adulte.

(…) Un enfant a droit à un père et une mère, quel que soit le statut juridique du couple de ses parents. D’ailleurs aujourd’hui, la situation de l’enfant légitime qui vit avec ses deux parents est plus proche de la situation de l’enfant naturel qui vit lui aussi avec ses deux parents que de celle de l’enfant légitime de deux parents divorcés ou séparés (Applaudissements sur les bancs du groupe communiste, du groupe socialiste et du groupe RCV). C’est au regard de ces évolutions que je souhaite que soient étudiées les règles de la filiation, de l’autorité parentale et les droits de l’enfant, et non au regard d’un contrat qui n’a aucune conséquence sur la parenté.

Le pacte civil de solidarité n’est à l’égard de l’enfant ni un atout ni un obstacle. Si un couple ayant signé un pacte a des enfants, il faudra que chacun des parents le reconnaisse pour que la filiation soit établie et ils exerceront leur autorité parentale sur l’enfant dans les mêmes conditions que les autres parents naturels. Si, séparés, ils ne sont pas d’accord quant à l’enfant, il faudra qu’ils s’adressent, comme les concubins, au juge aux affaires familiales.

(…) Enfin, certains ajoutent encore une menace : le pacte ne serait qu’une première étape vers le droit à la filiation pour les couples homosexuels ! »

M. Bernard Accoyer – C’est le rapporteur qui le dit !

Mme la Garde des Sceaux  Ceux qui le prétendent n’engagent qu’eux-mêmes. Le Gouvernement a, quant à lui, voulu que le pacte ne concerne pas la famille. Il n’aura donc pas d’effet sur la filiation.

Je veux être parfaitement claire : je reconnais totalement le droit de toute personne à avoir la vie sexuelle de son choix. Mais je dis avec la plus grande fermeté que ce droit ne doit pas être confondu avec un hypothétique droit à l’enfant (Applaudissements sur de nombreux bancs du groupe socialiste).

Un couple, hétérosexuel ou homosexuel, n’a pas de droit à avoir un enfant en dehors de la procréation naturelle. Les lois récentes sur la procréation médicalement assistée ont tracé les limites du droit à l’enfant comme source de bonheur individuel en indiquant que les procréations médicalement assistées ont pour but de remédier à l’infertilité pathologique d’un couple composé d’un homme et d’une femme. Elles n’ont pas pour but de permettre des procréations de convenance sur la base d’un hypothétique droit à l’enfant. (Applaudissements sur de nombreux bancs du groupe socialiste).

Je reconnais que des homosexuels doivent continuer à s’occuper des enfants qu’ils ont eus même s’ils vivent ensuite avec un ou une compagne du même sexe, car la paternité ou la maternité confère des obligations qui ne peuvent cesser (Applaudissements sur les bancs du groupe communiste, du groupe socialiste et du groupe RCV).

Or c’est une chose de maintenir un lien de parenté déjà constitué entre parents et enfants, c’en est une toute autre de permettre, en vertu de la loi, l’établissement d’un lien ex nihilo entre un enfant et deux adultes homosexuels. Dans le premier cas, il s’agit d’une solution conforme à l’intérêt de l’enfant qui la le droit de conserver son père et sa mère lorsque ses parents se séparent. Dans le second, il s’agirait de créer de toutes pièces, par le droit, une mauvaise solution.

Pourquoi l’adoption par un couple homosexuel serait-elle une mauvaise solution ? Parce que le droit, lorsqu’il crée des filiations artificielle, ne peut ni ignorer, ni abolir, la différence entre les sexes.

M. Bernard Accoyer – C’est une chance !

Mme la Garde des Sceaux  Cette différence est constitutive de l’identité de l’enfant. Je soutiens comme de nombreux psychanalystes et psychiatres qu’en enfant a besoin d’avoir face à lui, pendant sa croissance, un modèle de l’altérité sexuelle. Un enfant adopté, déjà privé de sa famille d’origine, a d’autant plus besoin de stabilité sans que l’on crée pour lui, en vertu de la loi, une difficulté supplémentaire liée à son milieu d’adoption.

Mon refus de l’adoption pour des couples homosexuels est fondé sur l’intérêt de l’enfant et sur ses droits à avoir un milieu familial où il puisse épanouir sa personnalité (Applaudissements sur certains bancs du groupe socialiste). C’est ce point de vue que je prends en considération, et non le point de vue des couples qu’ils soient hétérosexuels ou homosexuels.

Je n’ignore pas les procès d’intention sur un éventuel « après » de cette proposition de loi qui préparerait des évolutions plus fondamentales de notre droit. Ce texte serait « une valise à double fond ». Je m’élève avec la plus grande énergie contre de telles insinuations.

Mme Michèle Alliot-Marie – C’est ce que disent les vôtres !

Mme la Garde des Sceaux  Ce vocabulaire de contrebande, qui fait croire que ce texte cacherait autre chose et que vos rapporteurs et le Gouvernement exerceraient une fraude à la loi, est inacceptable (Applaudissements sur les bancs du groupe communiste, du groupe socialiste et du groupe RCV). »

Voilà vous avez le choix entre hypocrisie, mensonge et irresponsabilité pour qualifier l’attitude des socialistes en 1999 et plus encore aujourd’hui.

Alors Il est impératif de résister ! La majorité du peuple de France ne veut pas d’un mariage et d’une filiation trafiqués au détriment des enfants et ce, dans le seul but de satisfaire une minorité.

La gauche incapable de prendre les mesures économiques qui s’imposent pour redresser notre pays surendetté, baisser la dépense publique au lieu de réengager des milliers de fonctionnaires, cherche évidemment à faire diversion. Quoi de mieux pour se faire que d’installer des faux repères de progrès et donner des pseudo gages de « courage » à des militants désespérés que le réel ne corresponde pas à l’enchantement niais que Hollande leur avait imprudemment promis.

Bruno de La Palme

Président Fondateur de l’Observatoire du MENSONGE

La langue de bois est le mal qui ronge notre société,

la combattre est un devoir.

Le Blog mode d’emploi : cliquez ICI

Devenez « suiveur » de

l’Observatoire du MENSONGE et de la Désinformation…

Copyright obligatoire en cas de citation ou de transmission de cet article :
Bruno de La Palme pour http://www.observatoiredumensonge.wordpress.com/

  Faire un don pour une juste cause : le blog, c’est ICI  

  SUIVEZ ! PARTICIPEZ !  

*****

  Les 10 articles les plus lus :  

Le HIT du BLOG

  Observatoire du MENSONGE et de la Désinformation  

*** Attention ce texte est une TRIBUNE LIBRE qui n’engage que son auteur***

   Vos commentaires sont les bienvenus

  Visitez nos partenaires : cinewin

Laisser votre commentaire