Libertaires ou liberticides ?


Par Claude Picard

TRIBUNE

Libertaires ou liberticides ?

Où sont ces libertés fondamentales que tout « État de droit » doit assurer ? D’abord, ces droits individuels (liberté, propriété, sûreté, égalité des droits) et ces principes d’organisation constitutionnelle (souveraineté nationale, séparation des pouvoirs, droits concernant la famille, la santé, le travail, les syndicats), où sont-ils donc passés ? Les socialistes au pouvoir et ses alliés n’auraient-ils pas oublié que tout gouvernement digne de ce nom doit veiller scrupuleusement à l’application de ces préceptes de base ?

La liberté est un des piliers fondateurs de notre République. Et l’aspiration de chaque Français à toujours plus de liberté individuelle est tout à fait légitime, mais il est toujours très dommageable que cette exigence puisse avantager une caste, une corporation ou une communauté, au détriment de tout un peuple. Malheureusement, c’est bien ce à quoi nous assistons aujourd’hui, avec un gouvernement toujours très enclin à tendre l’oreille à toutes les revendications catégorielles et communautaires. Il est devenu le promoteur de toutes les minorités. Qui passent continuellement avant l’intérêt général, alors que les solutions aux problèmes majeurs de notre société – insécurité, islamisme radical, immigration massive – ne sont jamais envisagées.
Le « mariage pour tous » qui permet avant tout à des couples homosexuels (qui représentent au mieux, 4 % de la population) de fonder une famille (?) et qui n’est revendiqué que par une infime partie de cette minorité, a-t-il un quelconque intérêt pour la société ? La PMA, que l’on doit autoriser pour toutes les femmes et donc, y compris aux couples de lesbiennes – jusqu’à ce jour seuls les couples hétérosexuels pouvaient y avoir recours – réglera-t-elle les problèmes de natalité ? Contre une identité sexuelle fondée, depuis toujours, sur des données naturelles, la théorie du genre et la reconnaissance des transgenres apportent quoi ? Les lois Taubira – suppression des peines planchers et instauration de la contrainte pénale (peine en milieu ouvert et non plus en prison pour tous les délits de plus de cinq ans) – vont-elles, à part vider des prisons surchargées, favoriser la réinsertion des délinquants ou assurer la sécurité des Français ? Les lois Gayssot, établies sous le second mandat de Mitterrand, en 1990, pour réprimer le négationnisme, mais qui a étendu son champ d’action contre tout acte raciste, antisémite ou xénophobe, sont-elles des réponses de bon sens au travail des historiens ? Non seulement toutes ces lois sociétales n’ont pas créé plus de libertés, mais elles sont devenues liberticides en mettant sous tutelle tous les individus. Sinon, elles permettent à des associations, grassement payées par les contribuables, de pouvoir faire des procès contre tous ceux qui refusent les coercitions sémantiques limitant la liberté d’expression…
Aujourd’hui, au nom des libertés individuelles, même l’ordre moral peut s’acheter. Se vendre, aussi ! On peut très facilement, échanger un sexe contre un autre, louer un ventre pour avoir un enfant, ou se faire du fric en attaquant au tribunal, pour une virgule mal placée ou une expression en trop, tout contrevenant à la pensée unique. Et par ici la monnaie ! C’est le triomphe de la logique de la marchandisation des rapports sociaux. Dans ce domaine, l’incurie et la responsabilité de nos gouvernants sont patentes. La finance mondialisée (l’ennemie de François Hollande !) par un lent travail d’amollissement des esprits, a trouvé, depuis quelques décennies, dans les gouvernements, passés et présents, des alliés de choix. Mais pas seulement : tous les bobos et les précieuses ridicules parisianistes, y ont pris leur part. Et la France n’est plus qu’un vaste terrain de jeu pour tous les apprentis sorciers de la mondialisation et un asile d’aliénés pour tous les gauchistes, soixante-huitards attardés, qui veulent encore donner des leçons de savoir-vivre à un peuple épuisé d’avoir trop supporté leurs inepties. Un peuple qui n’en peut plus, qui est au bord de l’explosion, mais qui ne souhaite plus qu’une chose : un peu d’apaisement, dans une France apaisée !

Claude PICARD

*** Attention ce texte est une TRIBUNE LIBRE qui n’engage que son auteur***

Ici à l’Observatoire du MENSONGE, nous aimons la liberté de publier. Ce qui ne veut pas dire que nous approuvons.

 

♥ ♥ ♥ ♥ ♥

  SUIVEZ ! PARTAGEZ !  

LOGO OBS

Recevez gratuitement par mail les articles publiés chaque semaine avec

La Semaine du MENSONGE


NB : vérifier que notre mail n’arrive pas dans vos indésirables…OBSERVATOIRE DU MENSONGE 2014 copie
Copyright obligatoire en cas de citation ou de transmission de cet article, vous pouvez le copier :
Claude Picard pour Observatoiredumensonge ou http://observatoiredumensonge.com
Pour tous les mots ou phrases qui sont suivis de ce signe © vous devez également citer le copyright ci-dessus défini.
Avertissement : Tous les commentaires sont de la responsabilité de leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de L’Observatoire du MENSONGE et le site se réserve le droit de ne pas publier un ou des commentaires sans avoir à justifier sa décision.
Evitez de mettre des liens car votre commentaire sera supprimé par le système.

L’Observatoire du MENSONGE est un site d’opposition qui ne perçoit aucune aide. Vous voulez soutenir notre action ? C’est simple devenez gratuitement SUIVEUR du site : pour cela cliquez en haut à droite du site sur la case SUIVRE et laissez-vous guider…
Vous pouvez aussi nous aider en faisant un don : cliquez juste sur le coeur ci-dessous (notre plate forme est totalement sécurisée). MERCI !

LOGO OBS

♣ ♣ ♣ ♣ ♣ ♣ ♣

Un grand merci à vous tous qui faites le succès de l’Observatoire du MENSONGE présent dans 178 pays et suivi par + 180.000 LECTEURS ! + 40 auteurs pour des tribunes libres vraiment libres !

Pour contacter l’Observatoire du MENSONGE: Cliquez ICI

Publicités

3 réflexions sur “Libertaires ou liberticides ?

  1. Francis Santiago

    Un tel chef d’État serait-il politiquement légitime ??? Non , non , non !!!! Jamais dans ce cas de figure , car être gouverné dans un cas pareil relèverait de la folie , suivi d’une nouvelle dose de souffrance , et maintenant BASTA !!
    Bravo à Gérard coûtant qui mériterait d’être embaucher à l’observatoire pour ces remarques , et bravo bien entendu à l’auteur de cet article d’une vérité exemplaire.

    J'aime

  2. Gérard COUTANT

    Claude Picard, vous terminez votre article par cette phrase : »Un peuple qui n’en peut plus, qui est au bord de l’explosion, mais qui ne souhaite plus qu’une chose : un peu d’apaisement, dans une France apaisée ! »
    Ce mot « apaisée » est un mot hybride qu’utilise les politicards pour amortir certains chocs, souvenez-vous ce slogan La France « apaisée » de François Hollande…
    Mais où est-elle cette France apaisée promise par François Hollande ? Question que l’on peut se poser…
    Et puis maintenant nous pouvons voir des affiches ou «La France apaisée», est le nouveau slogan du Front national

    Aussi souvenez-vous du slogan de F. Mitterrand « La France Tranquille »…
    Autre slogan : « Vous êtes dans une Métropole apaisée »
    Conclusion de tout ça :
    Comment ne pas voir que cette crasse faiblesse précipite le populisme, la fin de notre contrat social, la décomposition d’une société civile réduite à un agrégat d’« individus-atomes » (Alain Minc), de « résignés-réclamants » (Jacques Attali), cherchant dans un Etat corporatiste quelques compensations à leur servitude ? La France de François Hollande : un pays désespéré.
    Vous êtes libre de croire que vous êtes con mais vous êtes con de croire que vous êtes libre…

    Citoyens à vos marques…

    J'aime

  3. Gérard COUTANT

    Claude PICARD, qui ne s’est pas posé ces mêmes questions ??? Où sont ces libertés fondamentales que tout « État de droit » doit assurer ? D’abord, ces droits individuels (liberté, propriété, sûreté, égalité des droits) et ces principes d’organisation constitutionnelle (souveraineté nationale, séparation des pouvoirs, droits concernant la famille, la santé, le travail, les syndicats), où sont-ils donc passés ? Les socialistes au pouvoir et ses alliés n’auraient-ils pas oublié que tout gouvernement digne de ce nom doit veiller scrupuleusement à l’application de ces préceptes de base ?
    Votre article est de justesse dont j’adhère bien évidemment, mais savez-vous que le comble tout est un article lu ce matin et qui titre :
    « 2017: les Français sont-ils en train de se faire voler leur élection?
    La combinaison d’une forte abstention au premier tour et d’une large avance de Marine Le Pen, incapable néanmoins de l’emporter au second, signerait la mort de l’élection présidentielle, jadis agora suprême où se nouait le lien entre un peuple et un chef, désormais champ clos des partis. Ce détournement de scrutin se voit déjà dans les primaires, inventées par les appareils pour masquer leur obsolescence: incapables de fournir des idées, les voici agences d’événementiels! Les gladiateurs ont remplacé les Césars, le jeu des clans se substitue au débat devant la nation. »
    Contre cette confiscation démocratique, les citoyens, s’ils ne peuvent choisir l’affiche, peuvent encore écrire les dialogues. Si le peuple impose des idées neuves à des candidats qui ne le sont pas, tout n’aura pas été vain en 2017.» Hollande, Sarkozy, Bayrou, Le Pen, Mélenchon : alors que le monde est en permanence bouleversé, que tous les repères s’envolent, une telle affiche serait un discrédit pour l’élection elle-même. Elle entraînerait une forte abstention dès le premier tour, facteur favorable, après tant d’autres, à Marine Le Pen.
    Suivrait l’envoi à l’Elysée d’un président à la légitimité écornée : battre Le Pen au second après avoir rassemblé 25% des suffrages exprimés au premier tour d’une élection marquée par 40% d’abstention, c’est représenter tous les Français en ayant eu la préférence de 1 sur 10… Arithmétiquement vainqueur et juridiquement incontestable, un tel chef d’Etat serait-il politiquement légitime ?

    Jean-Luc Mélenchon est déjà en lice, (ah oui reportez-vous à l’article merveilleux que décrit Alexandre Goldfarb : https://observatoiredumensonge.com/2016/06/19/2017-la-grande-secousse/ )qui paralyse toute candidature communiste : coucou dans le nid des cocos, il est le candidat obligé de la France rouge. François Bayrou se présentera si Nicolas Sarkozy gagne la primaire et met d’autant plus d’éloquence à vanter les mérites de Juppé qu’il est certain de le voir battu. Enfin, Marine Le Pen ne voit qu’une différence entre 2017 et 2012 : cette fois, les sondages lui promettent tous une présence au second tour…

    Citoyens à vos marques…

    J'aime

Laisser votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s