La vérité sur les élections de mai-juin


Dans l’ouragan de folie qui souffle sur la France politico-médiatique, il est urgent de revenir à l’essentiel.

TRIBUNE

La vérité sur les élections de mai-juin

Par Maxime Tandonnet

Dans l’ouragan de folie qui souffle sur la France politico-médiatique, il est urgent de revenir à l’essentiel. Que va-t-il se jouer lors des élections de l’élection présidentielle du 23 avril et du 7 mai et des élections législatives des 11 et 18 juin 2017, par-delà l’enfumage que nous subissons au quotidien ?
L’hystérie politico-médiatique se polarise sur les présidentielles. L’affrontement entre des personnalités se prête au sensationnel et à la manipulation dès lors que le choix de l’électeur repose sur les sensations qu’inspire chaque candidat. Voilà pourquoi aux yeux du monde médiatique, seule comptent les présidentielles, livrées à son influence. Or, en vérité, le chef de l’Etat de la Ve République n’a guère de pouvoir propre pour conduire une politique. Il n’est pas censé gouverner le pays. Art 5: « Le Président de la République veille au respect de la Constitution. Il assure, par son arbitrage, le fonctionnement régulier des pouvoirs publics ainsi que la continuité de l’État. Il est le garant de l’indépendance nationale, de l’intégrité du territoire et du respect des traités. »
Cette vision correspond à la conception gaullienne du chef de l’Etat: il est au-dessus de la mêlée politicienne. Son rôle est de fixer un cap à la nation, notamment sur le plan de la politique internationale et d’intervenir dans les périodes de crise. De Gaulle vivait dans l’obsession de la faiblesse du chef de l’Etat en 1940 lors de la débâcle. Il voulait qu’en de telles circonstances, d’une guerre ou d’une invasion, le président ait les moyens de se comporter en « sauveur » du pays.
Mais la mission de gouverner la France, de conduire sa politique économique, sociale, sécuritaire, incombe au seul Premier ministre et au gouvernement: Art 20: « Le Gouvernement détermine et conduit la politique de la nation. Il dispose de l’administration et de la force armée. Il est responsable devant le Parlement. Art 21: « Le Premier ministre dirige l’action du Gouvernement. Il est responsable de la défense nationale. Il assure l’exécution des lois il exerce le pouvoir réglementaire […].
De Gaulle, en 1958, n’a jamais entendu sortir d’une logique de régime parlementaire. Dans l’esprit de sa Constitution, le pouvoir de gouverner le pays incombe au Premier ministre qu’il nomme mais ne peut pas, lui-même, révoquer. Pourquoi? Parce que dans une République démocratique, il ne saurait y avoir de pouvoir de décision sans la responsabilité et la possibilité d’être sanctionné par le Parlement en cas de défaillance ou d’échec. Tous les actes du Président de la République doivent être co-signés par le Premier ministre ou un ministre, à l’exception de quelques-uns: l’appel au référendum (art 11), mais qui n’est possible qu’à la demande du Premier ministre ou conjointe des deux assemblées; la dissolution de l’Assemblée nationale (art 12); l’usage de l’article 16, la « dictature légale », en cas de guerre ou de révolution.
Dans la Constitution de 1958, le Parlement demeure le seul détenteur du pouvoir normatif suprême, celui de voter la loi. Art 24: « Le Parlement vote la loi. Il contrôle l’action du Gouvernement. Il évalue les politiques publiques. Il comprend l’Assemblée nationale et le Sénat.  » Le pouvoir de faire les réformes, de façonner la législation, l’organisation de la société française incombe en temps ordinaire à l’Assemblée nationale et au Sénat. Il se joue principalement au moment des élections législatives. Le Général de Gaulle n’a jamais remis en cause ce principe qui est le fondement de toute démocratie parlementaire.
Alors pourquoi cette belle mécanique mise en place par le général de Gaulle en 1958 a-t-elle sombré dans la dégénérescence?
Toute la vie politique française semble se ramener à la désignation d’un personnage, le président de la République, comme une sorte de gourou national tout puissant. Cette déviance remonte pour l’essentiel à la conquête de l’Elysée par les partis politiques. Le phénomène a débuté dès le départ du général de Gaulle de l’Elysée en 1969. Il s’est gravement accentué en 1981, puis lors des élections suivantes. Le chef de l’Etat n’était dès lors plus un guide de la nation impartial, mais le leader d’un parti politique. Il devenait le patron d’une majorité composée de son parti et de ses alliés.
Un tel scénario était celui du pire au regard de la conception gaullienne qui voulait justement préserver l’Elysée du « régime des partis ». Il a été gravement accentué par le quinquennat adopté en 2000, banalisant la fonction présidentielle. La coïncidence dans le temps entre le mandat du chef de l’Etat et la mandature de l’Assemblée nationale (élue juste après lui) a eu pour effet de transformer celui-ci en un « super député » dont la circonscription est l’ensemble du territoire national, leader naturel de la majorité des députés. Dès lors, il ne pouvait plus prétendre au statut de sage de la nation, de visionnaire et de garant de l’unité nationale. L’œuvre de destruction de la Constitution gaullienne atteignait son paroxysme. La sur médiatisation de ce personnage a ensuite achevé de pervertir la Ve République en renforçant son image de gourou.
Toutes les conditions d’une catastrophe politique était dès lors réunies. La France politique se voyait emportée dans le culte de la personnalité, le mirage d’un leader national tout puissant détenteur du pouvoir suprême sur le destin du pays. Or, de fait, ce gourou national, Ceaucescu ou Kim-Il-Un français, ne détient aucune baguette magique pour régler les difficultés de la nation. Tenu pour bouc émissaire du pays, il passe naturellement en peu de temps du statut de sauveur providentiel à celui de maudit, coupable de tous les maux de la création. Pour tenter de sauver son image, il sombre dans la logorrhée permanente et la gesticulation stérile, entraînant la classe politique médiatisée au loin du monde réel, dans une logique de narcissisme, de communication à outrance et d’impuissance.
En 2017, au paroxysme de la crise politique, il est vraisemblable que ce schéma atteint ses limites. Nous entrons sans doute dans une ère radicalement nouvelle qui n’a plus de rapport avec le fonctionnement classique des institutions. Quel que soit le vainqueur des élections présidentielles, il est très improbable qu’il bénéficiera d’une majorité politique stable, cohérente et durable à l’Assemblée nationale. Seule l’hypothèse Fillon permettrait sans doute de se rapprocher du modèle qui prévalait jusqu’à maintenant. Mais élu dans la douleur, rien n’indique qu’il bénéficierait d’une assise parlementaire soumise et obéissante comme ce fut le cas la plupart du temps des précédents chef de l’Etat. M. Macron, en candidat droite-gauche, sans parti, ne pourrait en aucun cas s’appuyer sur un socle de députés dominant l’Assemblée nationale.
De l’épouvantable crise politique que subit la France peut sortir un chaos durable de cinq années en cas d’explosion politique de l’Assemblée nationale. Mais nous sommes en droit d’afficher une espérance, celle de la recomposition politique autour d’une majorité d’hommes et de femmes fermement déterminés à sauver ce pays et de l’émergence d’un véritable homme d’Etat au poste de Premier ministre, en tout cas un retour à l’essence même de la Ve République e 1958. Je ne dis pas que cela va se produire mais que nous sommes en droit de l’espérer. Autant que des élections présidentielles, l’avenir politique de la France dépend désormais des élections législatives de juin. C’est là où je voulais en venir.

Maxime Tandonnet

max tAncien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d’histoire…

*** Attention ce texte est une TRIBUNE LIBRE qui n’engage que son auteur***

Ici à l’Observatoire du MENSONGE, nous aimons la liberté de publier. Ce qui ne veut pas dire que nous approuvons.

  SUIVEZ ! PARTAGEZ !  

LOGO OBS

Image

Un grand merci à vous tous qui faites le succès de l’Observatoire du MENSONGE présent dans 178 pays et suivi par + 200.000 LECTEURS ! + 50 auteurs pour des tribunes libres vraiment libres

Copyright obligatoire en cas de citation ou de transmission de cet article, vous pouvez le copier: Maxime Tandonnet pour https://maximetandonnet.wordpress.com
Pour tous les mots ou phrases qui sont suivis de ce signe © vous devez également citer le copyright ci-dessus défini.

♣ ♣ ♣ ♣ ♣ ♣ ♣

Recevez gratuitement par mail les articles publiés chaque semaine avec

La Semaine du MENSONGE


NB : vérifier que notre mail n’arrive pas dans vos indésirables…

♣ ♣ ♣ ♣ ♣ ♣ ♣

COMMENTAIRES

Avertissement: Tous les commentaires sont de la responsabilité de leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de L’Observatoire du MENSONGE et le site se réserve le droit de ne pas publier un ou des commentaires sans avoir à justifier sa décision.
Evitez de mettre des liens car votre commentaire sera supprimé par le système.

Chères lectrices, chers lecteurs, Nous irons droit au but en vous demandant d’aider l’Observatoire du MENSONGE à préserver son indépendance.
Nous survivons grâce à des dons d’une valeur moyenne de 10 € mais seule une faible part de nos lecteurs nous fait un don. 
Si chaque personne lisant ce message donnait 2 €, notre levée de fonds serait achevée en cinq heures. Nous sommes une petite organisation à but non lucratif qui supporte les coûts du premier site d’opposition en France!
Alors OUI nous méritons votre contribution.
Merci.
Nous vous rappelons que nous sommes indépendants et que nous publions des tribunes libres vraiment libres.

Pour nous aider: Cliquez juste sur le coeur 

Pour contacter l’Observatoire du MENSONGE: Cliquez ICI

Advertisements

12 réflexions sur “La vérité sur les élections de mai-juin

  1. michel43

    dés le départ ,FILLON est Mort , le favori de M.TANDONNET ,très mal conseiller , pars les vieux de la vieille ,dont RAFFARIN , donc ,LE..PEN – MACRON ,sera la finalité ,que voyons nous a notre droite ;des traites ,qui une nouvelle fois , préfère ,Macron,un Hollandise pur jus? et le ESTROSI qui demande a LR d’exclure ,ceux qui ne soutienne pas MACRON , le premier a exclure ,c’est bien LUI. Effectivement ,attendons la réponse des urnes, elle sera cinglante pour beaucoup de la droite qui on préférer la gauche a Mme LE..PEN

    J'aime

  2. JOSEPHINE

    Donner des voix à celui qui a été à bonne école sous SARKOZY c’est Criminel.

    Ne pas vouloir « froisser » l’UOIF en ne l’interdisant pas en FRANCE durant toute sa campagne électorale, c’est Criminel.

    « Pendant une période donnée, Nicolas Sarkozy et l’UOIF filent donc le parfait amour. Ce dernier prend la défense du groupe à de très nombreuses reprises. Il va jusqu’à demander à des journalistes, sur des plateaux télévisés, de ne plus parler de l’UOIF comme d’un groupe extrémiste ou intégriste, mais de les qualifier de musulmans « orthodoxes ».
    En 2004, dans son livre La République, les religions, l’espérance, Paris, Les éditions du Cerf, Nicolas Sarkozy explique : « Crevons l’abcès une fois pour toutes : l’UOIF représente une partie de la jeunesse musulmane française ; que cela plaise ou non, c’est une réalité. Compte tenu de cette situation, qui aurait pu comprendre que l’UOIF ne soit pas membre du CFCM ? Quel aurait été alors le jugement porté sur la représentativité du CFCM ? J’ajoute que les dirigeants de l’UOIF ont toujours tenu un discours respectueux de la République et qu’ils ne se reconnaissent pas dans l’image radicale qu’on leur prête. J’ai choisi de les croire ».

    J'aime

  3. JOSEPHINE

    Parlons un petit chouïa de l’U.O.I.F

    QUI, parmi nos ONZE candidats, s’est farouchement opposé à son Grand Rassemblement annuel du 14 au 17 Avril 2017 ? UNE seule Personne !

    QUI, parmi nos ONZE candidats, a eu le COURAGE d’envisager sa dissolution prochaine ? Une seule personne, toujours la même.

    L’Union des Organisations Islamiques de France (UOIF), est une organisation islamiste liée aux Frères Musulmans, interdits et classés comme groupe terroriste par de nombreux pays à travers le monde.

    Pas pour nos politiques en FRANCE. Excepté pour UNE personne !

    La tenue de cet événement islamiste en France est une insulte à notre Peuple et à son identité.

    Qu’un tel rassemblement puisse être tenu alors que notre pays pleure encore les 250 morts des attentats djihadistes de ces dernières années est inacceptable !

    ET dire que cela fait TRENTE QUATRE ANS que cette Organisation a le feu vert pour « fêter » ce « putain » d’événement !!!

    Conclusion après tout ça…à part cette UNE, les dix autres candidats à la présidentielle ne sont que des BRAVES devant l’ENNEMI, trôp LÂCHES pour leur faire la GUERRE.

    Dire haut et fort qu’il faut protéger les CHRETIENS c’est BIEN. Faire en sorte qu’en FRANCE ceux qui les persécutent soient expulsés de notre territoire c’est MIEUX !

    VIVE la FRANCE sans UOIF !

    J'aime

    1. Janine

      Il y en a des groupes à virer dans ce pays, et si juste pour n’en citer qu’un autre…
      Si on parlait du parti musulman qui attend son heure de gloire????!!!!
      Nul doute qu’au rythme où nous y allons dans cet ancien beau pays qui était La France, bientôt, lorsqu’ils sauront qu’ils peuvent gagner la présidentielle, peut être en 2022,… vous verrez qu’ils proposeront un représentant pour l’élection…!!!

      Comment ont-ils pu avoir le droit de créer un parti « MUSULMAN »…, eh bien parce qu’il y a un parti « CHRETIEN » en France, qui ne sert à rien, sauf à faire gagner de l’argent à quelques pleu-pleu, sinon, ils ne font rien et ne feront jamais rien, ce qui est très bien, car la religion est la religion et on ne doit pas tout mélanger…
      Sauf que…:
      Le parti « MUSULMAN » ne l’entend pas de la même oreille…, parce que chez eux, au bled, la religion est la politique…!!!
      Eh oui, on y va pas, on y court…!!!
      Bien à vous

      J'aime

  4. Janine

    Un autre scandale a venir….
    :
    «  » »Le ministre de l’Intérieur interpellé par l’UDI sur les problèmes de doublons de cartes d’électeurs » » » »

    500 000 électeurs seraient des doublons qui peuvent voter dans deux endroits différents…
    Qui a permis cela… payés par qui…????

    Avec ce gouvernement et la gauche dans son ensemble, on a pas fini d’en voir de toutes les couleurs…
    Bien à vous

    J'aime

    1. JOSEPHINE

      Plus rien de m’étonne de la part de ce gouvernement. Il y a toujours eu des magouilles au moment des élections. Il se compte bien des preuves à l’appui partout en FRANCE Janine, surtout en 2012…Je reste néanmoins persuadée qu’il va y avoir de nombreuses « sentinelles » pour pister çà !
      Amitié

      J'aime

  5. Janine

    Comme aujourd’hui c’est le dimanche de Pâques et que je reçois ma famille, je ne reviendrais pas de la journée, ici…, par contre, je vais juste faire une réflexion… qui me démange le bout de la langue…!
    «  » » » » » »
    Or, en vérité, le chef de l’Etat de la Ve République n’a guère de pouvoir propre pour conduire une politique. Il n’est pas censé gouverner le pays. Art 5: « Le Président de la République veille au respect de la Constitution. »
    «  » » » » »
    Voilà le plus bel exemple de ce que François Hollande a fait tout le contraire :
    Le non respect de la Constitution : le décret signé de Manuel Valls et que Hollande a accepté sans vagues…. décret du 5 décembre, qui est contre la constitution puisqu’il n’y a plus la séparation des Pouvoirs dans ce pays, comme il est écrit dans la Constitution…

    «  » » » » »
    «  » »Il assure, par son arbitrage, le fonctionnement régulier des pouvoirs publics ainsi que la continuité de l’État. Il est le GARANT DE L’INDEPENDANCE NATIONALE, de L’INTEGRITE DU TERRITOIRE et du respect des traités. » » » » »

    Bel exemple de ce Président qui est un traître à son pays et a laissé entrer en France, tout le monde et surtout les terroristes… et qui a prévu la partition de la France en donnant des régions Françaises aux Pays du Golfe…
    La FRANCE N’EST PLUS FRANCAISE surtout à cause de cet homme.
    Voilà l’intégrité du territoire Français complètement bafouée…!!!!

    Hollande laissera le souvenir d’un Président RIPOUX, destructeur de la FRANCE…!
    Tout ce qui a compté pour lui, c’est se faire du fric sur le dos des Français et de la France et de nous faire payer tous les frais de ses concubines…UN PRESIDENT C’EST TOUT LE CONTRAIRE DE CE QU’IL A FAIT…!

    Bon week end à tous et bonnes Pâques pour les Chrétiens.
    Bien à vous

    J'aime

  6. michel43

    comme souvent ,MAXIME ,n’ose pas regarder la vérité en face .son favori c’est suicider tout seul. mal conseiller, part les vieux de la vieille ,qui on ruiner, le pays ,il voulait toucher ,a ce qui est sacrer ,la S.SOCIAL ? plus les affaires , cadeaux en tout genres et sa femme ,payer pars le contribuable ,ce que font la majorité des élues .le préférer de M.TANDONNET ,est MORT. .pour de bon ,donc MACRON a un boulevard devant lui ,cars le front républiques et banques et lobbys ,sont contre Mme LE..PEN ,Mais c’est âpres que cela peut devenir difficile pour le président ;peut t »il avoir une majorité pour gouverner notre pays , tache très difficile ,quoique les traites de droites ,pour un poste ,seront prêt a tout ,ainsi que la clique a BAYROU et ceux du centre ,M.TANDONNET ,attendez avant de partir ,AILLEURS ,cars tout ce cirque, risque de devenir intéressent..

    J'aime

    1. Janine

      Entièrement d’accord avec vous michel, la droite dans ce pays, est une pure traitrise, car à chaque fois, elle donne tous les Pouvoirs à la gauche pour le deuxième tour…!!!
      Bien à vous

      J'aime

Laisser votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s