Le temps du boniment 7


Quel est la devenir de la France sous les impacts migratoires et l’origine des réfugiés ?

Le temps du boniment

Par Daniel Desurvire

Chapitre 7

3°) Quel est la devenir de la France sous les impacts migratoires et l’origine des réfugiés ?

Selon un bilan provisoire dressé par Michèle Tribalat sur l’analyse démographique des réfugiés en France, l’estimation sortie d’un recensement en janvier 2017 (Eurostat, Insee, Ined, données Xavier Thierry) serait proche de 261 000 d’âmes. Ce total ne prend en compte que les titres de séjour délivrés par les préfectures métropolitaines, à l’exception des DOM-TOM dont les chiffres ne sont pas connus[1]. L’auteur indique un graphique présentant une nette hausse de la tendance à l’immigration sur le territoire français depuis 24 ans (Source : Causeur.fr 21 juin 2019). Il apparaît que 46,1 % des exilés résidant en France sont nés en Afrique (Source : Insee) et un taux ascendant de réfugiés récents, prenant de vitesse l’immigration maghrébine toujours active, sortent du Moyen-Orient, des républiques islamiques du Caucase et des régions musulmanes des Balkans.

Là où les migrants italiens, espagnols et portugais constituaient jadis le plus large bataillon de travailleurs en France, outre ceux qui ont acquis la nationalité française et sont harmonieusement incorporés dans le paysage européen, il n’en reste plus qu’une partie congrue aujourd’hui qui migrent sur le sol français. Ces europoïdes sont actuellement remplacés par des familles improductives et assistées de demandeurs d’asile ou de clandestins analphabètes et oisifs pour longtemps encore. Nonobstant la fracture que s’opère entre les citoyens nationaux et les ressortissants étrangers de confession musulmane pour la plupart, autrement dit les échecs scolaires, la délinquance, la drogue, le chômage, la prison etc., l’immigration devient un sujet accablant pour les observateurs lucides face aux tenants islamophiles de gauche, les pro-réfugiés et tiers-mondistes compulsifs, lesquels préfèrent soigner leur image médiatique en se drapant d’une générosité et d’une indulgence de façade.

De 7,3 % en 2000, cette migration recensée, essentiellement débarquée des PMA, est passée à 9,7 % en 2018. Quant aux personnes en situation irrégulière, les autorités les plus sérieuses ne sauraient autrement, sur leur nombre, qu’avancer des hypothèses entre cacophonie et suspicion. La fluctuation de ces recensements opaques varie donc entre 150 000 à 400 000 selon l’année (entre 8 % à 20 % de la population des réfugiés). Ces variations sont directement liées à la politique migratoire annoncée par le pays susceptible d’accueillir cette migration, sa situation économique et ses promesses socio-sanitaires, puis surtout de l’état des conflagrations et la disette qui s’en suit dans les PMA.

Globalement, si l’on observe l’immigration, sa descendance directe et les apports du regroupement familial, l’année 2018, adossée aux années précédentes, totalisa 14 millions de personnes issues de l’immigration quasi totalement Nord-africaine, subsaharienne et moyen-orientale ; soit 20,9 % de la population de toute provenance confondue en France. Peut-être pour rasséréner le public tourmenté devant cette montée en charge de l’Islam exogène, les démographes appellent à un meilleur discernement « selon les âges et l’inclusion générationnelle des petits-enfants d’immigrés » selon Michèle Tribala (op. cit.), la démographe de l’INED. Mais sur ce dernier point, je cherche encore à comprendre le sens profond de cette dialectique spécieuse ?

Les titres de séjour délivrés, sans compter leur renouvellement, laissent apparaître une nette progression des demandeurs d’asile depuis 2007, avec 171 907 contre 255 550 en 2018. Quant à ceux ayant acquis la nationalité française, notamment par le mariage[2], il s’en comptait 66 % en 2011 principalement africains (Source : Le Figaro, 19 sept. 2019 par Alexis Feetchak). La délivrance de titres de séjour humanitaires aura multiplié par deux le flux de cette immigration. Sur le site d’Eurostat, le nombre de réfugiés annuel vacilla entre 300 000 en l’an 2000 à 360 000 vers 2015. Alors que l’Allemagne, avant son coup de frein sur l’ouverture extérieure à l’espace Schengen, fut le plus grand absorbeur de réfugiés dits syriens entre 2015 et 2016 avec 2,5 millions d’arrivants, la France rattrape désormais son voisin germanique en acceptant trois fois plus de demandeurs d’asile que les années précédentes depuis 2018 (Source : Atlantico, 12 juillet 2019).

Parmi eux, figurent les mineurs non accompagnés (MNA) qui sont pris en charge par l’Aide à l’enfance, sachant que la législation du pays les rend non expulsables. En 2017, 14 908 MNA ont été dénombrés après examen médical attestant leur jeune âge, avec une hausse accrue de 85 % par rapport à 2016. 96 % de ces jeunes sont des garçons ayant atteint ou presque l’âge de 13 ans. 62 % de ces adolescents sont originaires de Guinée, de Côte d’Ivoire et du Mali. Les autres MNA sont principalement des Musulmans venus du Moyen-Orient depuis l’Irak à l’Albanie en passant par l’Afghanistan et les États islamiques du Caucase. Selon les chiffres mis en ligne par le ministère de la justice, entre le 1erjanvier et le 7 juin 2019, 8 863 mineurs non accompagnés furent confiés aux services dédiés à l’aide à l’enfance ; donc une hausse constante, certes moins visible à la faveur d’une clé de répartition fixée par décision du 26 avril 2018 (Source : Causeur.fr, 21 juin 2019).

Un sommet des 10 et 11 décembre 2018 à Marrakech succéda au pacte de l’ONU sur les migrations des 13 et 30 juillet 2018, dite sûres, ordonnées et régulières (résolutions 71/280 et 72/244) ; une position adoptée par l’Assemblée générale des Nations unies (Global Compact for Migration)[3]. Signé par 190 pays, il recense des principes charitables comme les droits de l’homme et une vingtaine de propositions pour guider les pays hébergeurs des ressortissants des PMA, mais surtout comment faire face matériellement et socialement – donc financièrement – aux écueils de la migration. En échange, les contraintes indiquées – sinon seulement conseillées – aux réfugiés sont minces. Bien des nations européennes, dont la France et l’Allemagne, ont signé le texte, tandis que de nombreux autres pays du globe ne le feront pas, tout comme les États-Unis, le Chili et la République dominicaine de l’autre côté de l’Atlantique, puis l’Australie dans l’Océan indien et plus près de nous Israël et la Suisse.

Beaucoup d’autres États, comme l’Italie et l’Autriche entre autres, se réservent le temps de parapher ou non ce protocole sous forme de pacte sans droit contraignant mais moralement stigmatisant. L’Autriche, l’Italie, la Bulgarie, la Croatie, la Hongrie, la Pologne, la Serbie, la Slovaquie et la République tchèque refusèrent d’honorer ce pacte de leur parafe. Quant à l’Estonie, le Danemark et les Pays-Bas, ces États se sont abstenus de se déplacer à Marrakech (Source : Courrier International de novembre 2018). En ce qui concerne la Belgique et le Canada, ce pacte aura profondément divisé les deux blocs politiques de chacun, les uns refusant de s’associer aux autres pour se joindre à cet accord de principe. Quant au Brésil signataire, la nouvelle majorité avait promis de retirer son soutien, sachant que d’autres nations envisagent autrement l’interprétation de ce pacte, ainsi l’Algérie.


[1] Mayotte, terre d’islam à ± 95 %, 101ème département français et 5ème département d’outre-mer, compte ± 50 % de migrants sunnites clandestins sur son territoire, loin devant La Réunion qui accuse depuis 1970 un nombre croissant de populations comoriennes originaires de l’île de Mayotte (Voir de l’auteur : « Mayotte : la résurgence d’un colonialisme » publié au journal de L’Observatoire du mensonge en trois épisodes du 10, 17 et 28 mai 2018).

[2] Dont des mariages putatifs (vicié par un ou plusieurs mariages antérieurs à l’étranger, souvent de nature polygame, sans que l’un des époux ne soit informé), des mariages de complaisance ; blanc (non consommé) ou gris (sans compensation financière). Voir à ce propos l’article L 623-1 du Code de l’entrée et du séjour des étrangers et du droit d’asile ; mais un texte aisément contournable.

[3] En septembre 2016, la déclaration de New York issue de l’AG des Nations unies préparait le texte de deux pactes mondiaux : un pacte sur les réfugiés (adopté le 17 décembre 2018 dont le HCR fut chargé) et le pacte sur les migrations susmentionné ; le dernier étant soumis au vote durant le sommet de Marrakech. Reste que ces deux résolutions n’en font qu’une puisque l’une et l’autre sont indissociables, sauf que si l’un des projets avait échoué, l’autre aurait pris la relève.

À suivre

Daniel Desurvire

Ancien directeur du Centre d’Étude juridique, économique et politique de Paris (CEJEP), correspondant de presse juridique et judiciaire.
Daniel Desurvire est l’auteur de : « Le chaos culturel des civilisations » pointant du doigt les risques de fanatisme de certains cultes et de xénophobie de certaines civilisations, auxquels s’ajoutent les dangers du mal-être social, de la régression des valeurs morales et affectives ou de la médiocrité des productions culturelles, dont la polytoxicomanie en constitue l’un des corollaires. L’auteur choisit d’opposer le doute et le questionnement aux dérives dogmatiques et aux croyances délétères » (in, Les cahiers de Junius, tome III, “La culture situationniste et le trombinoscope de quelques intellectuels français” : Édilivre, 2016).
*****
Copyright obligatoire en cas de citation ou de transmission de cet article, vous pouvez le copier:
Daniel Desurvire pour Observatoire du MENSONGE

*****

A lire deux articles importants :
La chute de l’Occident : une réalité hélas quotidienne et qui ne fait qu’empirer…
et
il n’y aura aucune guerre civile en France parce que c’est d’une conquête dont il s’agit… Je rappelle mon article republié et traduit dans le monde en 2016, article que les médias français ont peur de publier : 2034 l’année où…

parution chaque samedi

Ne manquer plus aucun article de l’opposition qui s’oppose et soutenez-nous en vous inscrivant  ci-dessous à La Semaine du MENSONGE pour 12 € par an. Votre aide représente 1€ par mois !!! Ce n’est pas grand chose mais cela change tout… Merci !


En cadeau, pour tout abonnement à Semaine du MENSONGE, vous recevrez mon dernier livre en PDF « à travers mes commentaires »(V2)


Validation sécurisée du formulaire de paiement en cliquant ICI

NB : vérifier que notre mail n’arrive pas dans vos indésirables…


Voici les livres et Ebook que nous éditons en exclusivité via AMAZON, pour les visualiser et les acheter sur AMAZON, cliquer sur le titre :

Le temps du boniment
La conquête de l’Occident  
L’histoire vraie sur Israël
À travers mes commentaires
Et la laïcité ? Bordel !!!
Nouveau : à travers mes commentaires V2

Observatoire du MENSONGE est présent dans 178 pays, suivi par + 200.000 Lecteurs avec plus de 50 auteurs qui contribuent à son succès.  Merci à tous ceux qui nous suivent,  qui partagent et qui nous soutiennent. 

Chers lecteurs, D’abord nous vous remercions de venir lire nos articles sur Observatoire du MENSONGE. Nous avons besoin de votre soutien car notre survie dépend des dons (à partir de 2€). Alors nous comptons sur vous ! Cliquersurleboutonci-dessous : c’est simple et sécurisé!

 

2 commentaires

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.