Après la chienlit, la pandémie.


Président de la République ne s’improvise pas.
Aujourd’hui les Français sont les victimes de Normal1er, Marisol Touraine, Salomon, Véran et les socialistes qui ont passé leur temps à détricoter le quinquennat du Président Sarkozy avec son conseiller de l’époque, un certain… Macron.

Après la chienlit, la pandémie.

Par Nanouche

Président de la République ne s’improvise pas.
Aujourd’hui les Français sont les victimes de Normal1er, Marisol Touraine, Salomon, Véran et les socialistes qui ont passé leur temps à détricoter le quinquennat du Président Sarkozy avec son conseiller de l’époque, un certain… Macron.
2013 non-renouvellement du stock de masques parce que c’était « gaspiller de l’argent public pour rien ». Coupables, ils sont coupables ! Les plaintes judiciaires se multiplient. 

Macreux1er ; un produit fabriqué à la va-vite.
Prendre un gamin sorti de l’ENA, pantouflant dans une banque et en faire ; un conseiller élyséen, un sinistre et un président, de plus se prenant pour un Dieu vivant, ça ne peut pas donner un foudre de guerre. « C’est Moi le chef », est l’un de ces généraux des opérettes d’Offenbach qui portent sabre de bois et ceinture de soie, mais rien de risible en cette période gravissime. Narcisse qui court derrière les évènements sans jamais rien anticiper, est préoccupé à contenir le feu de la colère publique à savoir ; masquer médiatiquement son incurie et ses erreurs, fuir et ne pas assumer. Quand le ridicule dépasse l’incompétence. La crise terrible que nous traversons agit comme un catalyseur de prise de conscience populaire. L’exercice de la responsabilité n’attend pas: en démocratie, il est inséparable de l’action. Face à un drame d’une gravité inouïe, il est parfaitement naturel que les Français exigent d’ores et déjà que toute la lumière soit faite. La question de la responsabilité n’est pas un sujet secondaire ni accessoire. Elle est essentielle. La dernière divagation de Macronéron « on se souviendra de ceux qui n’ont pas été à la hauteur », ose-t-il. Aujourd’hui « pensez printemps » se cherche des boucs émissaires et face à ce qu’il appelle des ‘maladresses’ de certains ministres qui se multiplient en pleine crise sanitaire, il met en garde avec cette phrase qui ne trompe personne. Masquer ses propres turpitudes. Accuser les autres de son impéritie. Immature, il était fier de l’être en 2016… Sans programme, sans préparation, de l’improvisation quotidienne au gré des événements, des mensonges éhontés chaque jour, etc. Aujourd’hui fier d’être un amateur, et le résultat n’est pas beau à voir !  2018, une infirmière à Macreux1er : « Il faut des lits, il faut du personnel ». Sa réponse : « Il n’y a pas d’argent magique ». 2020, Macronéron : « La santé n’a pas de prix »…. Et il promet la lune !

Jamais une communication présidentielle n’a atteint un tel degré de délire.
Et le plus délirant , c’est qu’elle est reprise (depuis 2017 et aujourd’hui plus que jamais) par des ‘éditorialistes’. Un monde fermé qui se parle à lui-même. Une politique de mots creux pour des maux réels. Il ne fait aucun doute que les jours du « Nouveau Monde » sont comptés. L’impopularité historique (malgré de faux sondages avec une cote bidon) cristallise trop de colère, de souffrance, d’humiliation pour être réversible. Sous la pression des réseaux sociaux, des médias, de l’opinion, il a tendance à en faire trop pour surtout ne pas être accusé de ne pas en faire assez. « Le président est partout, il décide de tout. Il tranche tout le temps », dixit Kohler. « Et en bon chef de guerre, il tient à montrer qu’il n’est pas soumis à la panique ». Mais aujourd’hui, la situation est grave et il ne peut plus se permettre de se passer de ses sinistres qui s’organisent en « Task force », selon les sujets sur le feu, ah ah ah… Raison des annonces quotidiennes contradictoires de certains parfois jusqu’au grotesque qui fusent dans tous les sens comme Bêêlloubet qui vise la libération de 5000  détenus et qui « en même temps » voulait mettre en prison ceux qui ne respectent pas le confinement ou Guillaume « allez aider les agriculteurs, mais restez confiné », mais également BLM, européiste béat qui vient de découvrir le mot « patriotisme » vous ordonnant « d’acheter français », comme si nous l’avions attendu, tout en « pensant » nationaliser certaines entreprises, quel conservateur! Et cerise sur le gâteau, la Pénicaud, alors celle-là, c’est dramatique, aujourd’hui elle annonce des dérogations qui pourront s’appliquer dans “l’énergie”, “les télécoms”, “la logistique”, “les transports” ou encore “l’agroalimentaire” jusqu’à 60 heures. RTT, vacances, 25 ordonnances, parmi lesquelles un retour au 19e siècle. Cela pose sérieusement le problème de la sécurité de ces personnes qui travaillent et de celles qu’elles croisent. Mais, on se demande si cette inconsciente veut surcharger la barque des hôpitaux déjà submergé ! Accusant certaines entreprises de « défaitisme », la CGT des Services publics a ainsi déposé un préavis de grève couvrant l’ensemble du mois d’avril. L’exécutif ULCÉRÉ, ah bon ?
Le gouvernement ne s’est gêné pas de jouer des ordonnances pour tordre le droit social, et il ne faudrait ENCORE rien dire ? Qui peut oublier que c’est lors d’un Conseil des sinistres extraordinaire pour le coronavirus qu’il a dégainé le 49/3 pour la réforme des retraites ? …  Les aventures de Mumu qui pourrait donner l’exemple ; ramassant des fraises, travaillant sur un chantier, conduisant un bus, etc. La vie des Français est en danger parce que dès le début l’État a failli  et l’exécutif se dit ulcéré davantage que le manque de masques ? Mais que cet exécutif aille travailler à la place des caissières, des chauffeurs routiers, des livreurs à vélo, des employés du BTP et autres ! Revenir sur des droits sociaux acquis depuis des années sous prétexte d’une situation de crise qu’ils ont eux-mêmes aggravée par des décisions plus que contestables… « Pour la France », mais avec la Macronie cela n’a plus aucun sens depuis longtemps, aucune crédibilité, inaudible, puisque jusqu’à présent Macreux1er au nom du « progressisme » a passé son temps à massacrer tout ce qui « faisait France » selon cette expression qui ne veut rien dire. Le crash du « Nouveau Monde », culte de la personnalité, du mépris des gens, de l’affaiblissement des institutions démocratiques, de l’idéologie de la table rase, de déconnexion radicale, de provocation permanente et de fuite dans la communication… Sur le chemin de Damas, mais trop tard. En attendant, l’opposition est restée assez modérée dans ses réactions. Mais le coup de semonce sera terrible au moment où la société reprendra corps. Nul ne sait combien de temps le coronavirus parviendra à confiner les critiques politiques. Le Point a titré : « comment le général Macron dirige son armée »… Sauf quand il s’agit de confiner les banlieues. Confinement à géométrie variable, prière de laisser ces personnes tranquilles avec comme prétexte : le risque d’embrasement. Un chef de guerre qui se couche devant les racailles ! Si nous n’étions pas dans une situation aussi grave avec chaque jour des morts, nous dirions que ce titre est « comique ». Un « général, MOI JE » qui n’a pas vu venir l’ennemi fin janvier aux portes de l’Europe, aux portes de la France affirmant tout et son contraire avec un ton péremptoire ! Le 7 mars le général était au théâtre et clamait que les Français devaient continuer à sortir ! Une impréparation totale et coupable avec un général et ses troupes très occupés à faire campagne. Ce général de pacotille, envoie le personnel soignant au front avec des lances pierres alors qu’il eut fallu des armes de pointe. Ne parlons pas des policiers et gendarmes eux aussi en première ligne sans masques et gants. Une France toujours arrogante donneuse de leçons avec morgue, petit rappel de ce qu’il avait dit : « Le virus n’a pas de passeport » et si Macreux1er, il a le passeport de la personne contaminée qui le portait lors de son passage à nos frontières. « Le virus ne connaît pas les frontières administratives ». Il connaît celles de l’espace Schengen sans doute ? Un général qui a fait annoncer à son sous-fifre que le 20 janvier ; « il n’y avait pas d’épidémie ». Fiasco sanitaire. L’effarement de tout le corps médical ainsi que d’une majorité de Français devant l’incapacité du ‘né sachant’ à anticiper puis à répondre à l’épidémie en dépit de deux mois d’alertes et d’avertissements donnés tant par la situation en Chine que par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) est à son comble. Aujourd’hui les blouses blanches sont sa principale opposition…. Quant à ses « visites » sur le terrain pour « apporter son soutien », comment dire… Tout le monde s’en fout sauf les officines de propagande ! Une défiance profonde s’est installée, raison pour laquelle il s’agite dans tous les sens pour essayer de restaurer sa parole dans l’opinion. Peine perdue ! Quand Narcisse n’est pas en déplacement avec les caméras, il se fait filmer à l’Élysée, et la gouvernance de la com’ s’abrite derrière son « conseil scientifique », lui aussi vivement critiqué, puisqu’il avait conseillé à Manu1er de maintenir, par exemple, le premier tour des municipales. Les critiques s’intensifient à l’égard de la gestion de crise du gouvernement : 73% de Français ont le sentiment que la France n’est pas prête à affronter ce virus et 56% estiment que cette crise est mal gérée. Alors, les conseillers de l’Enlysée font dans la surenchère des mots pour essayer de vendre « pensez printemps ». Après le ‘général’, Clemenceau… Oui oui, figurez-vous que ses conseillers ont appelé les médias pour leur faire passer ce message ;  «c’est Clemenceau dans les tranchées! », rien que ça ! Ah ah ah… Un tigre de papier… Résultat ; « il est à côté de la plaque, une fois de plus », expliquent des médecins, qui sont excédés de voir « Macron parader en chef de guerre » alors « que c’est nous (les médecins) qui sommes dans les tranchées avec les patients ». Mercredi déplacement de Narcisse à Mulhouse, belle occasion pour prendre encore la parole, allocution télévisée et c’est là, où Jupiteux s’est soudainement rappelé que c’est « ceux qui ne sont rien » dans tous les secteurs professionnels qui font tourner la France, ces illettrés de Gaulois réfractaires aux réformes, ces « Gilets jaunes » qui n’étaient que des fachos et réacs fumant des clopes et roulant au diesel. Et après un an de surdité envers le personnel soignant, retour des promesses, le Télévangéliste à la poudre de perlimpinpin annonce un « plan massif pour l’hôpital » mais… Pour après la crise ! Il manquait le ; votez pour moi en 2022. Politique spectacle en continu depuis 2017 et encore plus aujourd’hui d’un général de pacotille pour s’acheter une conscience. C’est peine perdue de critiquer le trivial, car il restera le même éternellement. Il devient plus insupportable à chaque intervention. La com’ du Château NE PASSE PLUS auprès des Français, le narcissisme d’un pouvoir en fin de vie et l’indécence d’une caste totalement hors-sol. Même en pleine pandémie les macronlâtres n’ont jamais honte de rien, en réalité, ils sont pathétiques. Waouh, le courageux, le vaillant guerrier qui jusqu’à présent sortait sans masque, applaudissez voyons… Mais mercredi à Mulhouse, il en avait un, tiens donc, surprenant le message qui n’était pas le suivant « un masque ne sert à rien ». Merci à Christophe Barbier pour son explication : « quand il avait fait un déplacement sur une base aérienne, il avait enfilé un blouson d’aviateur. Le président de la République est chef des Armées, les militaires portent un masque, donc il en met un ». P’tit Manu a donc un nouveau déguisement : un masque ! Question : va-t-il continuer à avancer masqué ? Margoulin Macron. N’est pas Clemenceau qui veut.
Le combat contre l’épidémie ressemble davantage à la drôle de guerre qu’à la Grande Guerre et puis ce n’est pas les tranchées, ce n’est pas 1914, ce n’est pas Clemenceau: c’est un autre combat… Mais ça, les intelligents et trop subtils fiers d’être des amateurs doublé d’incultes crasses ne l’ont pas compris. Clemenceau couvert de gloire …
Macronéron couvert de honte !

Nanouche pic  Nanouche

Attention ce texte est un pamphlet n’engageant que son auteur. Observatoire du MENSONGE défend la liberté d’expression !        Faîtes de même en le partageant et/ou en nous suivant. MERCI !


Copyright obligatoire en cas de citation ou de transmission de cet article, vous pouvez le copier: NANOUCHE pour La gauche m’a tuer

Dessin de couverture par MUTIO pour URTIKAN

Vous avez le droit de nous soutenir en vous abonnant simplement à :

parution chaque samedi

La Semaine du MENSONGE pour 12 € par an. Votre aide nous est précieuse  !

Validation sécurisée du formulaire de paiement en cliquant ICI

En cadeau, pour tout abonnement à Semaine du MENSONGE, vous recevrez mon dernier livre en PDF « à travers mes commentaires »(V2)

*****

NB : vérifiez que notre mail n’arrive pas dans vos indésirables…

Observatoire du MENSONGE est présent dans 178 pays, suivi par + 200.000 Lecteurs avec plus de 60 auteurs qui contribuent à son succès.  Merci à tous ceux qui nous suivent,  qui partagent et qui nous soutiennent. 

  Nous avons besoin de votre soutien !
Comment ?
Soit vous nous suivez, c’est gratuit, soit vous vous abonnez (12€ par an) à Semaine du MENSONGE, soit en faisant un don
– voir ci dessous –

Même modeste, à partir d’un Euro, votre don ne peut que nous aider.
Merci ! Alexandre Goldfarb

6 commentaires

  1. Je choisis votre tribune un peu au hasard et surtout en tant que support-presse.

    Je souhaite qu’un véritable article de fond soit élaboré sur les violences en général, ces violences du quotidien exacerbées par la crise actuelle.
    Je ne supporte plus le terme « violences conjugales » (tellement réducteur)… les violences INTRAFAMILIALES sont tellement plus parlantes …..
    les femmes peuvent se signaler auprès des pharmacies….Quid des autres victimes ….Chacun peut être victime et/ou bourreau….
    Et la violence, elle peut se traduire par des actes, des mots, des silences….
    Les hommes aussi peuvent être « victime », les enfants aussi … Tout comme, ils peuvent les uns et les autres être le cauchemar de leur entourage….
    Les femmes ne sont pas toujours que victime, elles peuvent dans certains cas être le catalyseur d’une situation déjà sous-tension, voire en être les instigateurs …
    J’appelle de tout mon être -en cette période troublée- à une prise de conscience collective qui pourrait aboutir à une élévation de notre qualité d’être vivant, lucide, bienveillant, conscient en permanence de n’être qu’un paradoxe : une petite fourmi (rien) et « en même temps » l’être le plus important ».
    Vivons-nous « Humanité tout’entière » comme un banc de poissons !
    Vivons-nous concernés , (mieux que confinés ….)
    Vivons-nous EVEILLES !!!

    Merci

    Sylvie GOUJON Bastia
    alias Isisanima

    ________________________________

    Aimé par 1 personne

  2. On a vraiment un gouvernement de nuls qui montre son incapacité à régler les choses. Face à un tel virus, il aurait fallu un vrai chef au lieu de ce pitoyable acteur de seconde zone.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.