La question de la responsabilité


La responsabilité est pourtant la contrepartie naturelle du pouvoir politique.

La question de la responsabilité

Par Maxime Tandonnet

Le Monde 25 mars 2020: Coronavirus : le sommet de l’Etat redoute de devoir « rendre des comptes ». Accusant l’exécutif d’« impréparation » ou de « manque de réaction » face à la crise, responsables de l’opposition et membres du monde de la santé annoncent le lancement d’enquêtes parlementaires ou de procédures pénales.

« C’est un sujet tabou, qui représente pourtant une source d’inquiétude majeure au sommet de l’Etat : la peur d’éventuelles poursuites judiciaires contre des membres du gouvernement suite à la gestion de la crise du coronavirus […] Le locataire de Matignon a notamment regretté, selon un participant à la réunion, que les oppositions, Les Républicains (LR) en tête, aient annoncé leur volonté de lancer plusieurs commissions d’enquêtes parlementaires. En parallèle, des médecins et des malades menacent le gouvernement d’éventuelles poursuites pénales. Une véritable épée de Damoclès pour le pouvoir […] »

Entrer une adresse mail valide dans la case dédiée.

La responsabilité est pourtant la contrepartie naturelle du pouvoir politique. Nos dirigeants en ont perdu l’habitude et donnent le sentiment de ne plus la supporter. Il est normal, il est démocratique, il est inévitable que tous  les responsables impliqués dans la crise du covid 19 aient à rendre des comptes à la société, sous une forme ou sous une autre. Art. 15. de la déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789: « La Société a le droit de demander compte à tout Agent public de son administration. » 

Les responsabilités sont de deux ordres. Sur le court terme, elles concernent les acteurs directs de la gestion de crise, les fautes ou les indécisions qui ont pu, le cas échéant, produire ou favoriser la tragédie. Sur le long terme, elle touche toute la chaîne de décisions depuis des années – et pas seulement l’équipe actuelle: par exemple affaiblissement des capacités hospitalières, disparition des masques de protection, incapacité à fournir les tests. Face à un drame d’une gravité inouïe, il est parfaitement naturel que les Français, à travers leurs représentants, exigent d’ores et déjà que toute la lumière soit faite et que des sanctions éventuelles en résultent, politiques autant que pénales, à la hauteur des fautes commises et de leurs conséquences, si elles sont avérées. L’exercice de la responsabilité n’attend pas: en démocratie, il est inséparable de l’action.

Les sondages paraissent plus contradictoires que jamais. Les uns évoquent une soudaine hausse de la  popularité présidentielle et du Premier ministre: +14% et +13%. Les autres soulignent l’effondrement de la confiance dans l’action du gouvernement. La contradiction n’est pourtant qu’apparente. L’émotion populaire favorise mécaniquement un réflexe légitimiste autour de la figure du chef. Ce +14% paraît d’ailleurs étrangement modéré au regard de la tragédie en cours. Cependant, la raison collective joue en sens exactement inverse, au regard du chaos que les Français ont le sentiment d’avoir sous les yeux. La question de la responsabilité n’est pas un sujet secondaire ni accessoire. Elle est essentielle.

Maxime Tandonnet

max t

Ancien conseiller à la Présidence de la République sous Sarkozy, auteur de plusieurs essais, passionné d’histoire…
Copyright obligatoire en cas de citation ou de transmission de cet article, vous pouvez le copier: Maxime Tandonnet pour Maxime Tandonnet – Mon blog personnel

Nous aimons la liberté de publier : à vous de partager ! Ce texte est une Tribune Libre qui n’engage que son auteur donc en aucun cas Observatoire du MENSONGE


Nous vous remercions de nous aider en vous abonnant à


parution chaque samedi

La Semaine du MENSONGE pour seulement 12 € par an. 

Validation sécurisée du formulaire de paiement en cliquant ICI

En cadeau, pour tout abonnement à Semaine du MENSONGE, vous recevrez mon dernier livre en PDF « à travers mes commentaires »(V2)

*****

NB : vérifiez que notre mail n’arrive pas dans vos indésirables…

 

Observatoire du MENSONGE est présent dans 178 pays, suivi par + 200.000 Lecteurs avec plus de 60 auteurs qui contribuent à son succès.  Merci à tous ceux qui nous suivent,  qui partagent et qui nous soutiennent. 

Nous avons besoin de votre soutien ! Comment ?
Soit vous nous suivez, c’est gratuit, soit vous vous abonnez (12€ par an) à Semaine du MENSONGE, soit en faisant un don. – voir ci dessous –

Même modeste, à partir 1 Euro, votre don ne peut que nous aider. Merci ! Alexandre Goldfarb

Un commentaire

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.