VI – Ne pas vouloir reconnaître et ne rien faire, voilà bien une figure captive des esprits abouliques

*** En cadeau, vous recevrez gratuitement, chaque samedi, pendant un an : Semaine du MENSONGE (Valeur 18€).


Découvrez ICI le nouveau livre, c’est du très lourd, de Daniel Desurvire

Réquisitoire contre le vaccin Covid

Par Daniel Desurvire

Sixième partie

VI – Ne pas vouloir reconnaître et ne rien faire, voilà bien une figure captive des esprits abouliques

Il est évident que cette liste de maladies, de bénignes à graves, puis mortelles constatées par des praticiens, ne prend pas en compte les décès intervenus en-dehors de ces lieux surveillés et comptabilisés dans l’irréfutabilité d’un constat des professionnels de santé sur un site médicalisé. De sorte que le nombre réel des décès provoqués par les vaccins à domicile ou ailleurs, et intervenant dans une échelle de temps variable, sont confondus à des mortalités imputées au virus, via les trafics des certificats de décès orchestré par le ministère de la Santé. De surcroît, les fournisseurs de ces vaccins ne veulent pas tenir compte de la mortalité des personnes vaccinées durant les 15 premiers jours francs, considérés en période de non-réactivité du vaccin, alors que c’est précisément dans cet intervalle que la majeure partie des décès diagnostiqués est observée. Comprenons qu’un poison, quel qu’il soit car non à effet retardataire, n’attendra pas deux semaines pour occire sa victime !

De surcroît, le nombre des décès indiqués ci-dessus ignore les lourdes lésions chroniques et les handicaps acquis par suite de vaccinations anti-Covid, en particulier avec des rappels à fréquences répétées et de plus en plus rapprochées, dont les chiffres, toujours provisoires, sont à décupler en rapport aux mortalités et accidents post-vaccinaux en Europe : 20 525 décès et 1 960 607 accidents graves et de lésions invalidantes pour le vacciné. Quant à l’absence de recul générés par ces vaccins expérimentaux, les syndromes qui se déclareront sur le tard par le fait de la détérioration vaccinale, responsable de maladies auto-immunes ainsi acquises par suite du vaccin, ne seront pas quantifiables, sous réserve de statistiques tardives, y compris sur les enfants à naître de leurs parents ayant reçu des injections de vaccins à vecteur génique (Arn m).

S’agissant de la France au cœur de nos préoccupations, les conséquences graves dues aux vaccins anti-Covid, comprenant les laboratoires Pfizer, Moderna, Astrazenica et Janssen, il fut totalisé en six mois, depuis les environs de février 2021, 15 026 pathologies graves, parmi lesquelles 1 786 hospitalisations et 2 852 pronostics vitaux engagés, parmi lesquels il fut dénombré 982 décès provoqués par ces vaccins. Selon toute vraisemblance, ces nombres recensés ne représentent que la partie émergée de l’iceberg, en retenant qu’il est impossible d’obtenir une comptabilité exhaustive parmi les accidents et les décès provoqués par les vaccins anti-Covid, dès lors que le Gouvernement entretien une chape de plomb sur ce problème qui dérange ses intérêts, d’où le dogmatisme de sa politique mortifère. Selon le collectif RéinfoSanté, « Les statistiques sanitaires sont indiscutables quand elles vont dans le sens de la narration officielle, mais elles deviennent soudainement discutables lorsqu’elles contredisent cette même narration. Cette malhonnêteté intellectuelle devrait sauter aux yeux ».

A fortiori, l’absence de statistiques indépendantes et objectives, ainsi que d’études scientifiques contradictoires par des praticiens et chercheurs libres, mais interdits de plateau ou de publier, met en berne une réalité pour le moment peu perceptible, et encore moins acceptée. Le jeu macabre dans cette chaîne de corruption, entre les mesures comminatoires et les sanctions à l’encontre des opposants à l’Exécutif, tient dans la collecte des effets indésirables provoqués par lesdits vaccins. Dans cet enfermement médiatique où seuls les caudataires de l’État-Macron ont droit au chapitre, nagent en eau trouble la négligence entre l’oubli, l’incertitude ou l’incompétence, le déni des réalités entre la censure et l’âpreté du gain, autrement dit la mauvaise foi sous le manteau de la vénalité et de la subornation. La sous-estimation de la situation réelle des décès imputables aux injections vaccinales anti-Covid, amalgamée à la surestimation des morts par Covid, via le trafic des certificats de décès qui substituent la mortalité par les vaccins à celle du Covid, sont autant de félonies qui ne peuvent autrement s’expliquer que par l’énormité des gains que génèrent précisément ces vaccins.

Un malade qui meurt dans l’isolement est une proie facile pour détourner la véritable cause de sa disparition, où même la famille ne peut intervenir ni obtenir une preuve par autopsie. Tantôt la comorbidité servira à allonger la liste des décès par Covid, tantôt cette comorbidité sera évoquée lorsque le vaccin anti-Covid tuera ! Pour ces gouvernances improbes et déloyales, il s’agit d’entretenir la peur du virus sous la fabrique d’un scénario pandémique sans cesse remis en scène par des mutations opportunes de Covid, pour piquer et repiquer à la faveur d’un climat de psychose et d’hypocondrie. Chaque variant, pourtant affaibli et peu dangereux, passe le relai à de nouveaux vaccins et demain, des médicaments ouvriront une nouvelle voie à ce trafic des laboratoires. Moult dossiers médicaux douteux sont ainsi clos sous le sceau d’un secret médical stipendié pour de présumées raisons d’État ; des mobiles cupides que dissimulent des états d’urgence ou de situations d’exception au prétexte sanitaire.

Exit la Constitution, les Droits de l’homme, les standards démocratiques avec ses lois naturelles, ses libertés et le droit à une vie privée ; bonjour l’autocratie interventionniste et totalitaire qui se moque de la séparation des pouvoirs, subordonne les médias et réinstaure la discrimination pour mieux régner ! Cette Coronavirus, un mobile commode pour les marionnettistes du monde d’en haut,aurait de nombreuses ramifications sous le soleil des paradis fiscaux parrainés depuis la secte WEF (le Forum de Davos), aux firmes transnationales pharmaceutiques, en passant par les lobbies de la haute finance mondialiste, donc apatride et antipatriotique. Ici l’argent n’a pas de frontière, et des chefs d’État, à l’instar d’Emmanuel Macron, se muent en caisses de résonnance au service d’une conjuration vénale qui saigne les Nations rendues captives et vulnérables. Les vrais conspirationnistes ne sont pas ceux qui dénoncent ces impostures, mais ceux qui ourdissent ces plans macabres pour servir des intérêts les plus glauques à leur seul profit.

Cette situation profite évidemment aux prévaricateurs dans toute l’Union, dont les dirigeants nationaux les plus influents, coagulés autour d’Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne ; elle-même impliquée pour conflit d’intérêt avec son époux haut responsable dans l’une des usines du Big Pharma (Heiko Echter van der Leyen, directeur médical d’Orgenesis Inc.). Ce pourquoi, les quelques 9 000 décès survenus dans le premier périmètre semestriel 2021 depuis l’arrivée des premiers vaccins anti-Covid, ne figurent pas parmi les préoccupations majeures de ces criminels présumés. Que ne ferait pas cette ligue politique arrimée au business juteux de ces inoculations, comme par exemple déclencher un raz-de-marée de rumeurs infondées autour de l’hydroxychoroquine qui ne coûte rien, mais une molécule qui osa faire de l’ombre aux nababs industriels du vaccin ! Sous le motif controuvé de trois décès liés à une automédication surdosée, l’opprobre fut jeté sur les imprudents non alignés à l’autorité césarienne de l’État-Macron, dixit la bande de LaREM contre le Professeur Didier Raoul.

Depuis ces trente dernières années, il fut enregistré 10 672 décès dus à ces vaccins annoncés efficaces et inoffensifs pour la plupart, toutes variétés d’objectifs infectieux confondues. Or, le seul pôle de vaccination anti-Covid retient à lui seul, en six mois seulement, 56 % de la totalité de cette mortalité globale sur trois décennies (1990-2020). Ce triste record de décès provoqués pour des motifs sanitaires controuvés, pointe entre 3,7 morts pour cent mille vaccinés en France ou aux États-Unis, et à 4,3 décès pour cent mille vaccinés en Grande-Bretagne. Ce qui fait écrire aux experts de « RéinfoCovid », que « nous sommes en présence de vaccins d’un nouveau genre, dont la dangerosité est inédite » ! Cette même association d’experts médicaux ajoute : « Que ces crimes soient commis au nom du Bien ou au nom de la Santé ne devrait en aucun cas aveugler sur leur réalité et leur nature. Toutes celles et ceux qui s’y adonnent pourraient être désormais considérés comme complices de cette nouvelle mortalité vaccinale inédite dans l’histoire de la médecine moderne ».

À SUIVRE

Daniel Desurvire


Ancien directeur du Centre d’Étude juridique, économique et politique de Paris (CEJEP), correspondant de presse juridique et judiciaire. Daniel Desurvire est l’auteur de : « Le chaos culturel des civilisations » pointant du doigt les risques de fanatisme de certains cultes et de xénophobie de certaines civilisations, auxquels s’ajoutent les dangers du mal-être social, de la régression des valeurs morales et affectives ou de la médiocrité des productions culturelles, dont la polytoxicomanie en constitue l’un des corollaires. L’auteur choisit d’opposer le doute et le questionnement aux dérives dogmatiques et aux croyances délétères » (in, Les cahiers de Junius, tome III, “La culture situationniste et le trombinoscope de quelques intellectuels français” : Édilivre, 2016).


♣ ♣ ♣

Copyright obligatoire en cas de citation ou de transmission de cet article, vous pouvez le copier: Daniel Desurvire pour Observatoire du MENSONGE


♣ ♣ ♣


Sommaire

I – La communication, versus le garde-chiourme médiatique du pouvoir dominant

II – Quand les risques de mortalité par les vaccins anti-Covid, par la répétition en rappels d’injections, deviennent plus élevés que ceux induits par le virus lui-même !

III – La quadrature du cercle : une diagonale impraticable depuis le SARS-CoV-2 aux vaccins anti-Covid sans en passer par une rechute parfois fatale

IV – Dès lors que le politique prend le pas sur le médical, le profit prend la place de la santé

V – Mais qu’en est-il des vaccins anti-Covid, des pathologies qui en résultent, et pour quel virus ?

VI – Ne pas vouloir reconnaître et ne rien faire, voilà bien une figure captive des esprits abouliques

VII – L’ignorance, berceau d’un irrésistible déclin où profitent ceux qui l’entretienne

Le livre à ne pas manquer !

Pour en savoir plus et l’acheter, existe aussi en format KINDLE,
cliquer ICI ou sur l’image

Retrouvez les livres de Daniel Desurvire en cliquant ICI

En savoir plus : cliquer


♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Abonnez-vous à notre chaîne YOUTUBE, c’est gratuit, en cliquant

By Observatoire du MENSONGE

Pour une opposition constructive et réelle, le site de l'opposition au marxisme et au fascisme, ni rouge ni noir mais bleu : L'info évitée par les médias est là sur Observatoire du MENSONGE

4 thoughts on “Réquisitoire contre le vaccin Covid – 6 –”
  1. C’est tout à fait cela et le principe de base de ce pouvoir c’est l’opacité.

  2. Le délire du Covid et maintenant le délire avec l’Ukraine, la France est en transes et plus personne ne réfléchit. C’est dramatique d’en être arrivé là. Le communisme est de retour pour le pire.

  3. C’est exactement cela : ne rien faire ! C’est la politique de Macron qui consiste à faire du vent et à occuper les médias pendant qu’il détruit la France en toute quiétude.

  4. L’aboulique et ses courtisans sont des capricieux, sauf exception (lorsqu’ils sont d’exceptionnels comédiens, il en existe , dans ce cas , ils sont malhonnêtes ), ils pratiquent alors l’apragmatisme, et ils se révèlent par une incapacité notoire à ne pouvoir entreprendre des actions réalistes : ILS TRICHENT, MENTENT, MANIPULENT , TRAHISSENT sans vergogne , pour se maintenir au pouvoir , par tous les moyens, même illégaux, et ils deviennent malhonnêtes, forcément, se croyant « intouchables » ils « délirent » au cours de leurs propos , le pire est que dans leur cerveau « formaté » à la rhétorique par un système vécu , diabolique, machiavélique, pervers, ils ne pensent pas qu’ils sont anormaux, ils n’en n’ont aucunement conscience , ils n’ont aucune empathie pour quiconque, se croyant, tout naturellement, avoir toujours raison, et se pensant supérieurs à toutes et tous qui les entourent . Ils sont invivables .
    Notre Humanité en a connu de tristes et effrayants de ces types de mauvaise composition au cours de notre Histoire, mais également de nos jours , de fait, ils sont dangereux .
    Ceci est le compte -rendu du diagnostic d’un « célèbre psychiatre français » qui a connu de très nombreuses personnalités  » de dingue » venues le consulter , de gré ou de force !. A bon entendeur…

Ecrire ci-dessous votre commentaire, merci :