Depuis quelques décennies, la pensée de gauche s’est, peu à peu, sclérosée jusqu’à enfermer ses adeptes dans un carcan idéologique qui, aujourd’hui, les dépasse complètement.


Après le vote

Par Claude Picard

Depuis quelques décennies, la pensée de gauche s’est, peu à peu, sclérosée jusqu’à enfermer ses adeptes dans un carcan idéologique qui, aujourd’hui, les dépasse complètement. Mais cette idéologie surnage, comme une malédiction, au-dessus de leurs têtes et, comme par mimétisme, au-dessus de toute la société. Même la droite classique s’est imprégnée des doctrines gauchistes, maintenant, ossifiées. Et c’est dorénavant toute l’intelligentsia française et internationale qui, en mode woke ou cancel culture, fait tout ce qu’elle peut pour faire perdurer ses fantasmes. Quant à sa propension à commercialiser l’islamo-gauchisme, il y aurait beaucoup à dire, mais cela n’arrangera rien. 

L’intelligentsia, surtout les peoples en tous genres, se perdent dans des méandres philosophiques abracadabrantesques. En soutenant des thèses farfelues, voire dangereuses, tout ce petit monde, déconnecté de la vraie vie, contribue à rendre le fonctionnement de la société toute entière, extrêmement fragile, car peu de gens résistent au délitement de la pensée. Pourtant, consciemment, tous assistent à l’effondrement moral de nos institutions, touchées par une mode insensée, digne des Marx Brothers où tout va à vau-l’eau. Même l’économie ne marche plus très bien ; néanmoins, tout est fait pour rendre délirant le forcing commercial et financier des multinationales. Tout est à vendre, tout devient marchandise. Même la santé ! Et la pensée, aussi ! 

Ce « wokisme » ambiant, bien installé, déconstruit les citoyens pour les rendre complètement apathiques. Savent-ils encore, ces citoyens, ce que veut dire la citoyenneté ? En tout cas, cette déconstruction arrange les instances dirigeantes qui en font leur beurre. De là à penser qu’il y aurait un plan concerté de tous les managers mondiaux pour asseoir, définitivement, leur pouvoir économique… Les choses sont probablement plus simples : même s’ils en sont les promoteurs, les gouvernants sont eux-mêmes dépassés par l’ampleur prise par la cancel culture qui s’est infusée dans nos sociétés occidentales. Jusqu’à amener la majorité silencieuse à la dépendance au politiquement correct et à la sensiblerie, les deux instruments essentiels de la domination ultralibérale. Nos gauchistes patentés, idiots utiles du système, ont bien travaillé ! 

N’y a-t-il plus aucun espoir ? La décadence de nos sociétés occidentales, est-elle irréversible ? Tout le laisse à penser. S’il est vrai que toutes les civilisations sont mortelles et sont vouées à disparaître, il faut tout de même s’attendre à un renouveau, forcément différent. Puisse-t-il redevenir simplement humain, où enfin la citoyenneté aura toute sa place, sa juste place, et où chaque peuple reprendra son pouvoir. La formule : « le pouvoir du peuple par le peuple » n’est pas qu’une devise à mettre en préambule sur un papier administratif, elle doit être la règle, avec toutes les prérogatives que cela suppose et en ayant pour corollaire, le référendum d’initiative populaire, principe intangible à tout pouvoir populaire. Sans cela, le contrôle du peuple, sur ses élus, reste une chimère. Ce contrôle doit être, à tout instant, permanent et irrévocable.

Le modèle démocratique, réellement démocratique, du contrôle permanent des citoyens sur les élus doit être exigé. Pour permettre à la démocratie de respirer régulièrement et pour ne pas attendre des miracles après chaque élection. Le contrôle continu des élus par le peuple est une solution au blocage démocratique que subissent nos sociétés. Cette revendication n’est pas nouvelle, elle a, déjà, été exprimée par les Gilets jaunes, il n’y a pas si longtemps et elle a été reprise, en théorie, par bon nombre d’élus de tous bords. Aujourd’hui, elle fait – presque – consensus ; il serait temps de l’appliquer ! 

Voter, c’est bien, mais superviser nos élus, c’est encore mieux !

Claude Picard


 Copyright obligatoire en cas de citation ou de transmission de cet article, vous pouvez le copier: Claude Picard pour Observatoire du MENSONGE

Nous aimons la liberté de publier : à vous de partager ! Ce texte est une Tribune Libre qui n’engage que son auteur et en aucun cas Observatoire du MENSONGE 

La technique de Macron est très simple : occuper en permanence les médias et faire de la provocation ciblée. Cela comporte l’énorme avantage d’éviter de parler des sujets qui fâchent et l’opposition s’y laisse prendre à chaque fois.


🔦 🔦 🔦 🔦 🔦 🔦 🔦

♛ Article à lire :

Pour savoir ce qui se passe en 🇫🇷 Lire Observatoire du MENSONGE

Abonnez-vous à notre chaîne YOUTUBE, c’est gratuit, en cliquant


C’est parce que « nous sommes en guerre » et que « en même temps » on fait des règlements à la noix et contraignants « quoiqu’il en coute » parce que « c’est notre combat »…
Et surtout c’est qu’ils sont incompétents et incapables de gouverner !


Un site comme le notre ne peut pas survivre sans votre aide !
Vous pouvez nous aider de diverses façons : 

  • nous suivre gratuitement, lien disponible sur chaque article,
  • partager nos articles au maximum,
  • acheter des livres que nous publions, c’est ICI

Mieux vous pouvez vous abonner à Semaine du MENSONGE pour un an en remplissant ce formulaire et ensuite en réglant votre abonnement, merci d’avance pour votre précieux soutien.


« Nous vous remercions d’avoir lu cet article sur Observatoire du MENSONGE.
Vous pouvez le commenter ci-après, soyez courtois, évitez de mettre un lien.
Seul votre nom ou pseudo apparaitra sur votre commentaire une fois publié.

By Observatoire du MENSONGE

Pour une opposition constructive et réelle, le site de l'opposition au marxisme et au fascisme, ni rouge ni noir mais bleu : L'info évitée par les médias est là sur Observatoire du MENSONGE

One thought on “Après le vote”
  1. Encore un excellent article rédigé par Claude PICARD , il est vrai que le  » Référendum d’Initiative populaire « est vital dans une vraie démocratie, il me semble nécessaire, en outre, que la « Proportionnelle  » devienne le système de vote du « peuple par le peuple » afin d’élire nos députés à l’Assemblée nationale, ceci, afin que nous  » reconquérions » notre Souveraineté perdue, laquelle a été confisquée par une oligarchie « dite progressiste libérale », issue d’une Force financière destructrice mondialiste et multiculturaliste .

Laisser votre commentaire