Point de vue

Par Me Marc Amblard


« L’individu est handicapé en se retrouvant face à une conspiration si monstrueuse qu’il ne peut croire qu’elle existe » (J. Edgar Hoover, directeur du FBI de 1935 à 1972).

Le complotisme est une déviance consistant, pour un sujet, à voir des complots là où il n’y en a pas. Autrement dit, nous imaginons des intentions sournoises derrière des phénomènes qui, en réalité, relèvent d’une conjonction d’événements indépendants et aléatoires.

L’esprit critique, pour sa part, est une posture intellectuelle qui consiste à n’accepter une information comme vraie qu’après avoir mené un certain nombre de vérifications sur la chaîne de causalité l’ayant produite.

Par conséquent, qualifier son interlocuteur de complotiste suppose qu’on ait soi-même validé la non-réalité des faits avancés. Après tout, l’histoire du monde est peuplée de conspirations dont certaines ont produit des événements dramatiques.

La peur n’écartant pas le danger, en nier l’existence ne fait pas disparaître pour autant les projets malsains ourdis par quelques esprits dérangés, s’il en fût.

Et c’est là que le bât blesse, car nous ne faisons pas l’effort de vérifier les dires de celui qui réfute un narratif officiel. Et l’accusation désormais répandue de « complotiste » peut dissimuler en réalité chez celui qui la profère deux faiblesses patentes :

– la paresse de faire ses propres recherches hors des sentiers battus ;

– l’incapacité à faire face à une réalité que nous considérons inconsciemment comme étant insupportable.

C’est ainsi que nous nous protégeons d’une vérité qui dérange en épousant un mensonge qui rassure.

Ce constat trouve un écho très fort à l’égard de notre attitude face à certaines folles mesures qui ont été prises par les gouvernements du monde. Sous couvert d’un état d’urgence quasi permanent, les règles de démocratie ont été largement contournées pour imposer aux peuples des restrictions que nul n’aurait imaginées il y a seulement trois ans. Comment ne pas légitimement s’interroger quant à l’assignation à résidence de millions de citoyens ? Quant à l’impossibilité de se déplacer au-delà d’une certaine distance ? Quant à l’interdiction de visiter des proches très âgés ? Quant aux milliers d’entreprises fermées sans explication ? Quant à l’obligation de se couvrir le visage en extérieur ? Quant à ces médicaments qu’on a soudainement interdits après des décennies de bons et loyaux services ? Quant à ces médecins qu’on a privés de leur liberté de prescrire et guérir ?

Je ne dis pas qu’il n’y a pas de justifications sanitaires à ces mesures. Je dis que nous avons été privés de débat, nonobstant la demande de nombreux scientifiques, et qu’il a été factuellement impossible d’aborder ces questions de façon dépassionnée. Quiconque s’interrogeait était aussitôt soupçonné de complotisme, telle une pathologie mentale suscitant la honte et la plus haute méfiance.

C’est ainsi que d’éminents professeurs de médecine et de grands chercheurs, autrefois respectés et encensés, ont été relégués par les médias dans la fosse des intouchables.

La période que nous venons de traverser est terrible en ce qu’elle a révélé notre incapacité à laisser les esprits critiques s’exprimer librement. Les fractures qui ont vu le jour, tant dans les milieux professionnels que dans les familles et les cercles amicaux, sont béantes et auront beaucoup de mal à se refermer. C’est regrettable.

Puissions-nous rapidement laisser ce sombre épisode derrière nous. Les défis économiques auxquels il nous faut faire face requièrent au contraire beaucoup de cohésion et une puissante solidarité, tant sur le plan national que localement.

Copyright obligatoire en cas de citation ou de transmission de cet article, vous pouvez le copier :
Boulevard Voltaire

Nous aimons la liberté de publier : à vous de partager ! Ce texte est une Tribune Libre qui n’engage que son auteur et en aucun cas Observatoire du MENSONGE 


Abonnez-vous à notre chaîne YOUTUBE, c’est gratuit, en cliquant

Un site comme le notre ne peut pas survivre sans votre aide !
Vous pouvez nous aider de diverses façons : 

  • nous suivre gratuitement, lien disponible sur chaque article,
  • partager nos articles au maximum,
  • commenter,
  • acheter des livres que nous publions, c’est ICI

Ou vous pouvez nous soutenir en vous abonnant à Semaine du MENSONGE pour 12 €/an :

Vous voulez nous soutenir ? Rien de plus simple : abonnez-vous à Semaine du MENSONGE, parution chaque samedi.
L’abonnement est à 12 € par an. Remplissez le formulaire ci-dessous et pour le valider, réglez 12 €

Abonnement Semaine du MENSONGE

Envoi par mail chaque semaine pendant un an

12,00 €



« Nous vous remercions d’avoir lu cet article sur Observatoire du MENSONGE.
Vous pouvez le commenter ci-après, soyez courtois, évitez de mettre un lien.
Seul votre nom ou pseudo apparaitra sur votre commentaire une fois publié.

By Observatoire du MENSONGE

Pour une opposition constructive et réelle, le site de l'opposition au marxisme et au fascisme, ni rouge ni noir mais bleu : L'info évitée par les médias est là sur Observatoire du MENSONGE

3 thoughts on “Cessons de confondre complotisme et esprit critique”
  1. A mediter cette citation d’Umberto Eco :
    “Moi, je dis qu’il existe une société secrète avec des ramifications dans le monde entier, qui complote pour répandre la rumeur qu‘il existe un complot universel.”

  2. Effectivement, c’est l’ignorance qui est le pire de tous les dangers et, parce que les Français sont ,depuis de nombreuses années, tombés dans un
     » cul de sac culturel » , parce que manipulés par des médias propagandistes , afin qu’ils deviennent des  » humanoides stupidus  » , comme le sont déjà moult populations sur notre planète qui vivent sous le joug d’un tyran, elles n’ont plus aucun avenir, sauf , peut-être, se révolter ?
    Il ne faut point rêver. En effet, les moyens technologiques modernes , dont disposent nos gouvernants , sont si puissants et les traités signés entre des états de même idéologie destructrice du genre humain font que toutes nos libertés , notamment, de pensée et d’expression , et sans un grand nombre d’insurgés composé d’êtres réellement soudés et déterminés pour combattre , tous ensemble, en même temps, dans l’intérêt général, notamment, pour sauver leurs âmes et leurs corps de l’esclavage , ne pourra aboutir , sans violence, face à un pouvoir totalitaire qui voudra rester au pouvoir, quoiqu’ il en coûte, par tous les moyens dont il dispose.
    C’est ainsi que des peuples  » divisés  » entre-eux se sont résignés à devoir survivre, ceci, depuis des lustres , soumis aux dictateurs,, ils n’ont jamais pu se libérer de leurs chaînes.
    En vérité, ayant égaré leur sens critique résultant d’ une totale perte de confiance en eux mais aussi en leurs dirigeants , découragés, ils ont perdu tout esprit critique , et pis encore : L ‘ ESPÉRANCE » !

  3. La gauche vend sa même soupe un peu rance depuis 1981 sur le danger, prétendu, de l’extrême droite en France et pendant que la gauche baratine, la réalité est que ce n’est pas l’extrême droite qui commet des actes de barbares sur notre sol. cela fonctionne pourtant toujours. C’est certainement un problème de manque de culture.

Ecrire ci-dessous votre commentaire, merci :