L’humanité sera tôt ou tard confrontée à cette dure réalité du surpeuplement…

Par Daniel Desurvire


Le dernier livre de Daniel Desurvire vient de paraître, une édition exceptionnelle et rare


Chapitre 2 (sur 4)

Même si la pauvreté draine des tourments physiques et moraux, des enfants mort-nés et une diminution de l’espérance de vie, l’accroissement démographique des familles procréatrices d’enfants à deux chiffres semble toujours faire l’objet d’une admiration inconditionnelle des foules. Mais les bonnes consciences persistent aveuglément à se gaver des versets dithyrambiques autour de la procréation, vectrice de richesses mais pour qui ? Sous le lobbying d’un aéropage politique constitué de sachants et de possédants, des gourous de la finance, du commerce et de l’industrie refondent en toile de fond un ordre nouveau, dont les pendants sont arrimés aux profits d’une consommation future ainsi élargie. Quid des conditions de vie, de la sécurité et de la parturition surnuméraire qui étend le syndrome du tiers-monde jusqu’au cœur des zones périurbaines des mégapoles occidentales ?

Voyons-nous venir un bon résultat attendu depuis le siècle dernier, à la faveur de l’abnégation et du courage de milliers d’intervenants bénévoles associatifs, d’ONG et de fondations ? Quid des actions vaticinées pour des appels aux dons, puis des subventions publiques et des exonérations fiscales après plus d’un demi-siècle d’interventions caritatives, sanitaires et éducatives au nom d’une doctrine humanitaire et altermondialiste ? La morale a-t-elle raison devant les faits ? … et les faits sont têtus ! Ne devrait-on pas rappeler que c’est le nombre qui annihile chaque initiative correctrice devant le dénuement et la souffrance ? N’est-ce pas précisément depuis ces couvoirs du dénuement et de révoltes frustrées que se répandent le désordre des migrations, le fanatisme et l’insécurité terroriste depuis les ghettos menaçants du tiers-monde ?


Quel est le bénéfice humanitaire de l’action généreuse dans les PMA, dès lors que ces bonnes œuvres génèrent à chaque génération toujours plus d’infortunés qu’il faudra ensuite tenter d’arracher à leur tour de la mort ? N’est-ce pas là une cause perdue d’avance, telle une étape de franchie dans une course sans terme connu ? Par cet esprit, protéger une vie de la faim, de la soif ou de la maladie, c’est à coup sûr promettre la même misère aux nombreux enfants qui naîtront de ces sauvetages si rien d’autre n’est fait. Pascal Sevran expliquait que, « C’est le sexe mâle qui fabrique ces grappes de gamins faméliques, lesquelles butinent sur des montagnes d’ordures ». Face à la souffrance, le secours procède d’une compassion que nul ne saurait blâmer. Devant ce raz-de-marée de gamins déshydratés, affamés valétudinaires, le monde continue à répandre ses souffrances en se dédouanant d’une charité qui ne fait qu’entretenir une condition endémique, car sans jamais jeter un regard sur l’étiologie génésique de ce mal.

En voulant préserver des malheureux des famines, des épidémies et des guerres intestines, ô paradoxe ! La charité des ONG contribue à aggraver la calamité démographique et, à leur corps défendant, à multiplier les souffrances qui par avance condamnent les enfants à venir. Sauver des âmes sur des régions arides, sous le joug d’un culte qui fabrique les soldats d’Allah dans l’aversion de tout ce qui ne leur ressemble pas, faisant de ces pays des enclaves d’inimitié, de spoliations et de conflits régionaux, suggère une floraison surabondante de gésines obérées de tourments. De ces enfants, une partie congrue survivra, dont des orphelins issus de viols qu’il faudra à leur tour secourir, à défaut de solutions pérennes pour une régulation des naissances. L’effort humanitaire, qui ne cherche pas à contrôler la natalité, génère dans le temps une progression du mal qu’il est censé combattre ; un tonneau des Danaïdes, une spirale létale qui épuise les meilleures desseins du cœur : « L’enfer est pavé de bonnes intentions » selon Bernard de Fontaine, l’abbé de Clairvaux.

Sur un autre registre, mais qui croise le risque de la surpopulation terrestre, la répartition géographique des sociétés humaines semble impossible à diluer sur les quelques 510,1 millions de km2 du globe terrestre. Précisément, c’est parce que les océans couvrent 70,8 % de cette surface. Mais c’est aussi parce que nombre de régions sont impropres à la vie. Entre les déserts incandescents et incultes, les banquises ou terres gelées, les régions volcaniques avec leurs nuées ardentes, les coulées pyroclastiques, les jets de dioxyde de souffre, de pierre ponce et de fluor, puis encore les contrées en altitude irrespirable, … les citadins s’engluent sur de petites surfaces terrestres. Certes, l’instabilité politique qui génère la guerre, la faim, le manque d’eau potable, l’insalubrité, les maladies et les atrocités tribales dans les pays dépourvus de tout, de nombreux PMA sans ressources voire au bord de l’abîme ajoutent à ce phénomène environnemental qui vient grossir les rangs des États déjà confrontés à leur surpeuplement, à l’exode et à l’insécurité à leurs frontières.

Ce pourquoi les populations tendent à s’agglomérer et à s’entasser sur les extérieurs équatoriaux aux températures tempérées, et sur les littoraux marins rafraichissants. Au-delà des cercles intertropicaux, ces terres offrent des climats généralement mieux adaptés au métabolisme humain et propices à l’exploitation de ressources agricoles et halieutiques. De surcroît, les régions secouées de séismes ; coulées de magma et de lahars, inondations, tornades et tsunamis, font fuirent les populations quand elles le peuvent encore. Certaines parties du Globe moins agitées favorisent la sédentarisation, mais elles se font de plus en plus rares.

À propos de l’empreinte humaine en rapport avec la place disponible sur Terre, la surface totale des terres émergées autour du Globe est évaluée à 149 millions de km2. Or, seulement 134 millions de km2 demeurent encore potentiellement habitables pour une surface globale de 510 millions de km2, comprenant les océans et les continents. Mais si l’on soustrait les déserts, les lieux hostiles trop chauds ou trop froids et les régions incultes ou très dangereuses, il ne reste plus que la partie congrue raisonnablement habitable de ± 121 millions de km; soit 15 m2 par habitant sur les 8 milliards d’êtres humains qui peuplent la Planète. Or, il est scientifiquement admis qu’il faut une taille standard de 50 m2 de potager par personne pour survivre un an ! Est-il superfétatoire de préciser que de la place en 2022, il n’y en a déjà plus pour tout le monde, et que le problème du CO2 devrait s’examiner loin derrière le péril de la poussée démographique mondial. Faudrait-il encore que les écologistes cessent de faire de la politique politicienne pour se consacrer autour de cette priorité environnementale, qui de nature leur est dédiée.

Autrement dit, moins du ¼ de la surface du Globe est peuplé souvent de façon précaire et inconfortable, dont la majeure partie des populations des pays migre et se concentre dans les zones urbaines à forte densité. Une carte géographique réalisée par la Nasa démontre que la Terre n’est généralement habitée par des concentrations urbaines que pour environ 1 % de sa surface totale. Cette surconcentration occupée rend précaire l’hospitalité réelle de la biosphère terrestre, et infirme l’idée simpliste de certains visionnaires ingénus, « qu’il y aurait encore beaucoup de place à garnir sur notre planète ». Devant cette narcolepsie neuronale, une invitation s’impose en vue d’une expérience hyperthermique dans les déserts du Dasht-e Lut, de Sonora ou de Death Valley, ou à une inhibition hypothermique de la Toundra sibérienne dans le village d’Oïmiakon.

Depuis les contreforts en altitude arides et escarpés des sols glacés impropres à la culture et à l’élevage, ainsi l’Inlandsis Est-Antarctique,  il fut relevé un pic de -98°C selon une mesure satellite. Puis à l’antipode une température établie à -89°C en 1983 à la station russe Vostok, puis encore -110,9°C relevé par des météorologues sur l’une des positions australes. Rappelons aussi que ces immenses régions polaires du Globe ne bénéficient que d’une lumière raréfiée, ne laissant paraître que quelques nuages noctulescents à l’horizon très peu de temps toutes les 24 heures et seulement ± 180 jours par an. La revue américaine Science Advances publia le 8 mai 2020 une étude sur les conditions de vie en rapport au réchauffement climatique. Même si l’humain est capable de s’adapter aux conditions extrêmes, son métabolisme en fixe néanmoins des limites entre vitales et létales, sachant que l’homme n’a pas la potentialité de survivre sur une exoplanète à l’instar des extrêmophiles. Or, entre -89°C et + 110,9°C, gageons qu’il existe des terraformations dans le firmament moins hostiles que sur Terre !

Mais aujourd’hui, ce n’est guère le froid qui tue, mais les hautes températures. De fait, le climat humide, qui s’inscrit sous le symbole « TW », qui combine le degré de chaleur à la saturation humide dans l’air, reste encore tolérable entre 27°C TW et 35°C TW, mais aurait doublé depuis 1979. Plongé dans ce four humide durant une heure ou deux, l’organisme décline rapidement et meurt inexorablement. En 2003, 70 000 personnes en Europe sont décédées par suite d’un climat estival n’ayant pourtant pas excédé 28°C TW. Le seuil mortel, pour toute catégorie de personne et d’âge fut largement dépassé dans les régions les plus chaudes et les plus humides, provoquant des défaillances d’organes vitaux. En l’absence d’abris rafraichissant, lorsque l’échange thermique est bloqué par cette chaleur étouffante, la sudation ne peut plus opérer l’évacuation des toxines. De sorte que la mort est au bout du chemin. Selon la Revue susvisée, « Les réactions biochimiques s’atténuent, les protéines se déforment, les cellules musculaires se détruisent, le sang ne circule plus, d’où la rupture en chaîne des organes vitaux ».

À SUIVRE

Daniel Desurvire


Ancien directeur du Centre d’Étude juridique, économique et politique de Paris (CEJEP), correspondant de presse juridique et judiciaire. Daniel Desurvire est l’auteur de : « Le chaos culturel des civilisations » pointant du doigt les risques de fanatisme de certains cultes et de xénophobie de certaines civilisations, auxquels s’ajoutent les dangers du mal-être social, de la régression des valeurs morales et affectives ou de la médiocrité des productions culturelles, dont la polytoxicomanie en constitue l’un des corollaires. L’auteur choisit d’opposer le doute et le questionnement aux dérives dogmatiques et aux croyances délétères » (in, Les cahiers de Junius, tome III, “La culture situationniste et le trombinoscope de quelques intellectuels français” : Édilivre, 2016).


♣ ♣ ♣

Copyright obligatoire en cas de citation ou de transmission de cet article, vous pouvez le copier: Daniel Desurvire pour Observatoire du MENSONGE


♣ ♣ ♣


Pour nous soutenir, montant de votre choix : cliquer ICI

Vous pouvez acquérir le livre de Daniel Desurvire en cliquant sur l’image :

(existe aussi en format liseuse)

(existe aussi en format liseuse) :

SCOOP EXCLUSIF

Futur passeport carbone de l’État-Macron

Retrouvez les livres de Daniel Desurvire en cliquant ICI


♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Abonnez-vous à notre chaîne YOUTUBE, c’est gratuit, en cliquant


Un site comme le notre ne peut pas survivre sans votre aide !
Vous pouvez nous aider de diverses façons : 

  • nous suivre gratuitement, lien disponible sur chaque article,
  • partager nos articles au maximum,
  • commenter,
  • acheter des livres que nous publions, c’est ICI

Ou vous pouvez nous soutenir en vous abonnant à Semaine du MENSONGE pour 12 €/an :

Vous voulez nous soutenir ? Rien de plus simple : abonnez-vous à Semaine du MENSONGE, parution chaque samedi.
L’abonnement est à 12 € par an. Remplissez le formulaire ci-dessous et pour le valider, réglez 12 €

Abonnement Semaine du MENSONGE

Envoi par mail chaque semaine pendant un an

12,00 €


Ou contribuer du montant de votre choix :

Pour nous soutenir, montant de votre choix : cliquer ICI


By Observatoire du MENSONGE

Pour une opposition constructive et réelle, le site de l'opposition au marxisme et au fascisme, ni rouge ni noir mais bleu : L'info évitée par les médias est là sur Observatoire du MENSONGE

3 thoughts on “La poussée démographique au service des puissants 2”
  1. Je découvre le site auquel d’ailleurs je viens de m’abonner avec grand plaisir : enfin des articles de grande classe et qui disent les choses. Là notamment, avec Daniel Desurvire, on est dans la réalité et plus dans la propagande et c’est franchement plaisant.

  2. Passionnant article et combien instructif , formidablement documenté merci Daniel Desurvire. Cependant , à propos du CO2 , nos gouvernants nous ont encore menti.
    En effet , comme vous le savez la composition de notre atmosphère est la suivante: 67 % d’azote, 20 % d’oxygène, 3 % de vapeur d’eau , 1% de gaz rare,
    0, 0453 % de CO2 naturel, et 0,0018 % de CO 2 humain.
    Donc, notre part de CO 2 est toute, toute, toute petite, quel changement y aurait -il si nous arrêtions, demain, toute production de CO 2 ?
    Absolument aucun changement.
    Et si nous doublions notre production de CO 2 demain ?
    Absolument aucun changement , selon des scientifiques qui ont refusé de mentir, par conséquent, j’ose affirmer et confirmer les analyses honnêtes d’ esprits libres et scientifiques , je les ai connus toute ma vie , ils ne peuvent mentir .
    Nous savons que notre planète TERRE a plusieurs fois , dans le passé, connu des changements climatiques , les preuves sont incontestables, inattaquables, indiscutables, nos scientifiques sont invincibles sur ce sujet. Ils le sont aussi, sur la composition de notre atmosphère , et ne doutent nullement de leurs conclusions , elles sont irréfutables : Notre TERRE EST IMPRENABLES sauf par les imbéciles qui ont les moyens de la détruire.
    Nous savons toutes et tous comment .
    En revanche, la majorité de nos imbéciles de politiques,
    qui ont l’esprit mauvais , nous ont tous encore mentis , c’est juste un de leur « MOYEN MENSONGER » , pour nous mettre à genoux , nous taxant toujours plus , afin que nous nous soumettions vers leur « économie choisie » toujours plus lucrative et bénéfique : POUR EUX ! Nous les comprenons très bien, forcément. TOUTEFOIS :
    Croyez-vous vraiment qu’ils feront les guerres avec des blindés roulant à
     » l’ électricité ?  »
    Croyez-vous vraiment qu’ils transporteront leurs bombes dans des avions volant à
     » l’ électricité » ?
    Croyez-vous vraiment , à l’efficacité suprême des bateaux de guerre armés d’une artillerie de marine de 20, 3 centimètres, de calibres 406 mm/ 50, ou des canons de 15 pouces , naviguant , uniquement, à l’ « électricité  » pour faire fonctionner l’ensemble de ce navire voguant sur une mer , déchaînée ?
    Croyez-vous à une guerre de l’ Espace avec des fusées propulsées à LA SEULE énergie de batteries « électriques  » ?
    Pourquoi pas avec avec des piles ?
    Ils se moquent de NOUS, ils nous prennent pour des idiots, nous trahissant toujours davantage, chaque jour qui passe, est motif récurrent pour nous mentir , nous affaiblir, et finalement pour nous laminer, ainsi que notre Humanité …
    ET LE GENRE HUMAIN !
    En conséquence, considérant le niveau de nullité et l’inculture notoire de la grande majorité de tous nos dirigeants politiques, sur notre planète, je pense que les moyens de haute technologie dont des « crétins » disposent , malheureusement , ils sont capables du pire, ainsi serait résolu tout problème démographique.
    Pour cette raison, afin d’éviter un déluge apocalyptique , nous nous devons de ne point leur faire confiance.
    Les dictateurs sont parmi nous, je pense que si Hitler avait disposé de la  » BOMBE », il l’aurait utilisée, sans état d’âme.
    Je rappelle qu’un ex-président avait déclaré:  » Il faudra laminer la classe moyenne « .
    N’est-ce pas un début de pensée eugénique, sur ordre, nous allons débattre prochainement de l’ euthanasie .
    En attendant ce » NOUVEAU MONDE » anxiogène et mortifère, , afin de se maintenir au pouvoir , cette engeance ne cesse de dire MENSONGES sur MENSONGES , c’est un don inné chez certains de ces politiques , pour atteindre leurs objectifs, ils ont été formatés , pour toujours nous mentir, nous manipuler, et nous trahir, tout ce qu’ils racontent , ne sont que  » MENSONGES » récurrents.
    Si vous n’obéissez pas à ces messagers de gourous financiers, rappelons-nous les mots prononcés par la présidente de l’Union européenne, Von Der Leyen, menaçante envers l’ Italie, je cite :  » Nous avons les moyens !  »
    En vérité, ils ont le comportement de toutes les mafias , enchaînées à leurs « gourous de l’Internationale financière  » ,lesquels les dirigent vers une économie avantageuse pour :  » EUX SEULS » , et non dans l’intérêt général des Peuples , qui vont bientôt perdre leur peu de souveraineté .
    Quand se réveilleront ils ?
    Peut-être, lorsqu’ils chuteront dans la Mer « montante » , en faisant : « PLOUF « 

Ecrire ci-dessous votre commentaire, merci :